sport

Plantronics BackBeat Fit, casque pour le sport (à gagner)

publié le par Paingout | 126 commentaires

Alors là les amis, en voilà un qui va vous plaire.

Je vais vous poser deux questions avant tout, OUAIS, DEUX QUESTIONS :
1) Est-ce que vous aimez faire du running/jogging/footing (bref de la course à pieds) ?
2) Est-ce que vous aimez le bon son ?

Vous avez répondu OUI aux deux questions ? Alors ce casque est pour vous.
Je vous préviens tout de suite, je ne suis pas payé pour faire cet article, ça n’est pas un billet sponso, le seul truc que j’ai eu en échange, c’est la possibilité de vous faire gagner le casque en question (voir tout en bas de l’article).

Alors c’est quoi ce BackBeat Fit ? Ce sont des écouteurs audio, sans fil, pour écouter de la musique pendant le sport. Le truc est parfaitement adapté à la course à pied, et honnêtement, c’est une tuerie. Je vous colle la petite vidéo de présentation ci-dessous :

Comme d’hab je vais pas faire mon relou avec les spécifications techniques, je vais juste vous dire pourquoi c’est fou, et pourquoi c’est pas si fou, ok ?

+++ POURQUOI C’EST FOU ET VOUS ALLEZ L’ACHETER TOUT DE SUITE.
- Le casque est sans fil, bluetooth, et fonctionne avec n’importe quel smartphone.
- L’autonomie est bonne, vraiment, 8h d’écoute annoncées pour un casque bluetooth, c’est plus qu’il n’en faut pour finir un marathon. Je n’ai pas eu à le charger une seule fois alors que je m’en sers depuis une dizaine de jours. Eteint, il peut garder sa charge pendant 6 mois.
- Il est léger (24 grammes).
- Il tient bien dans l’oreille, via un système de fixation qui entoure l’oreille.
- Il est « Sweat Proof », comprendre que vous pouvez suer comme un goret, il est fait d’une matière qui ne s’abimera pas.
- Il permet de prendre des appels, téléphoner, et est équipé de boutons de contrôles aux oreilles.

— POURQUOI BOF ?
- Heu, en vert il est moche.
- Je trouve le brassard fourni pas super utile et pas pratique, mais ceux qui ont l’habitude de courir avec un brassard sauront en en faire bon usage. La couleur flash de l’ensemble permet d’être vu de loin.

Je l’ai fait tester à @LaFilledelaCom, elle me dit :

+ Il est léger.
+ Il se cale bien même dans les petites oreilles.
+ Il tombe pas quand on court.
+ Le son est bon.
+ Il est pratique parce qu’on peut appeler.
+ Les commandes du volume et tout ça, c’est pratique.
+ La voix qui indique le niveau de batterie ou l’état de l’appareil.

- Quand tu appelles on t’entend pas très bien s’il y’a du bruit autour.
- La couleur verte.
- Quand on a une petite tête, l’arceau tape un peu derrière la tête.
- Pas d’indicateur visuel de batterie.

On est donc franchement d’accord.
Ce machin coute un peu plus de 100 euros, et vu la qualité du son, que je trouve vraiment impressionnante, ça les vaut.
Hier soir, j’ai couru un peu de plus de 10km avec ce casque, mon record, et j’en suis à me dire que sans ce casque, je n’aurais peut être pas été aussi loin. C’est dire.

J’ai 2 exemplaires à vous offrir, je ferai un petit tirage au sort lundi soir (18/08/2014) dans les commentaires pour piocher les deux gagnants (je vous invite donc à commenter avec une adresse e-mail valide).
Et sinon, ça se trouve sur Amazon, et vous pouvez aller sur le site de Plantronics pour avoir plus d’infos.

J’ai testé le stage de défense de rue

publié le par Paingout | 4 commentaires

Alors que l’Internet s’agite beaucoup ces derniers jours sur les bonnes réactions à avoir pour limiter un peu le sentiment de peur que peuvent avoir certaines femmes en marchant dans la rue le soir, moi je suis carrément aller tester le « Stage de défense de rue« .
Non pas par besoin, mais tout simplement parce qu’on m’y a invité.

Et ben je vais vous dire un truc, c’était très intéressant.

adac01

- Ce que je croyais.

La réalité est assez simple, j’ai peu été agressé dans ma vie. Quand je l’ai été, j’étais soit très jeune, soit tout maigrichon. Aujourd’hui je suis grand, massif, barbu, et j’ai toujours considéré que non, je ne me ferais plus agresser. Honnêtement, je le crois toujours. Je ne suis pas avenant, et je pense que la plupart des gens n’aimeraient pas se prendre une tarte de ma part.
Accessoirement, j’ai pratiqué plusieurs sports de combat, donc j’ai toujours imaginé que si je venais à être agressé, ça ne me poserait pas de problèmes. D’autant plus que j’ai récemment eu l’occasion de m’interposer au milieu de types en train de se foutre sur la gueule, et je me suis senti assez à l’aise dans l’exercice…

adac02

- Oui mais…

Oui mais non. Tout ceci est faux. Le fait que je sois grand et fort ne m’empêchera pas de me prendre un coup de couteau, ou de me faire dépouiller de mon iPhone, et surtout, intervenir dans une bagarre pour l’apaiser n’a strictement rien à voir avec l’idée de se défendre, ou de réagir face à une véritable agression.

Je m’en suis rendu compte lors de certains exercices du stage, de mise en situation. Je me suis vu assez ridicule face à un comportement agressif à mon encontre. Pire, je me suis rendu compte qu’il était assez délicat pour moi de porter un coup ou même simplement d’avoir un comportement ferme face à une agression.
Eric, responsable de l’association, nous a expliqué très justement que c’était plutôt sain de ne « pas oser », que c’était normal. Le comportement inverse lui, serait problématique.

Quoi qu’il en soit, clairement, en situation d’agression, on perd tous ses repères, on oublie les techniques de combat que l’on a pu apprendre, on est juste là, comme un con, le cerveau en compote, à ne pas savoir quoi faire…

adac03

- Ce que j’ai compris.

J’ai découvert, et ça nous a été très bien expliqué, l’ordre des choses en cas d’agression. C’est tout con, ça semble évident, et pourtant…
Pour faire simple, le premier objectif est d’éviter le danger. Ne pas se mettre en situation.
Si le danger est là, la fuite est une vraie solution. J’ai adoré que lors de ce stage, la fuite fasse partie intégrante de la solution. La fuite n’est pas une honte, c’est véritablement la meilleure option.
Puis vient la négociation, par la parole, le comportement, pourquoi pas l’intimidation. Savoir adapter ses gestes et ses paroles pour ne pas être une cible facile ou une victime évidente.

C’est seulement en dernier recours qu’on en arrive au combat à proprement parler, et plus que de combat, on parle ici d’automatismes à acquérir, simples, pour se protéger, savoir prend un coup, savoir repousser l’agresseur, et éventuellement, s’il n’y a plus aucun autre choix, le frapper.

adac04

- Et du coup j’en pense quoi ?

J’en pense que c’est assez génial. J’avais peur (et hâte à la fois) d’assister à un cours de baston, mais non, tout ceci est bien plus intéressant, ces leçons apprennent à ne plus avoir peur, à se dire « je ne suis pas démuni », « je peux réagir convenablement à ». C’est idiot, mais ça change tout, c’est une mise en confiance.

Evidement cette mise en confiance ne s’acquiert par en une leçon, et pour avoir parlé avec pas mal de gens et de membres de l’association, tout ceci peut prendre un peu de temps. Mais la finalité est là, en persévérant, des femmes (et hommes) qui avaient véritablement peur de se faire agresser, ont aujourd’hui moins peur. La méthode semble vraiment efficace.
Evidement elle ne règle pas tout, et ne vous empêchera pas de vous prendre un coup de couteau, mais le simple fait d’apaiser, et d’effacer au moins en partie une crainte, me semble déjà une belle victoire.

A titre personnel, je sais clairement que ce simple stage de 3h m’a déjà donné une petite pointe de confiance en moi supplémentaire, et rien que pour ça, c’est cool.

adac05

- Et du coup dans cette rue sombre en fin de soirée, on fait quoi ?

Valérie a lancé un petit débat sur Twitter l’autre jour, suite à son tweet suggérant aux hommes de changer de trottoir lorsqu’ils marchent derrière une femme, dans une ruelle sombre. Une partie de l’internet a été assez choqué par cette proposition.

Moi je ne l’ai pas été, parce que je réagis déjà de la sorte parfois, si je marche derrière une nana dans la rue, pour peu qu’il soit un peu tard ou qu’il n’y ai personne autour, j’ai tendance à m’éloigner.
(là c’est le moment où vous allez me dire qu’en plein jour, j’ai plutôt tendance à la prendre en photo, et vous aurez raison, mais on va dire que c’est pas le sujet)

Bref, malgré tout cette solution n’en est pas vraiment une, c’est « faute de mieux » et pose pas mal de problème. Ne serait qu’au final, ça obligerait tout le monde à changer de trottoir en marchant derrière une femme, vu que par définition, la personne en question ne peut pas forcément savoir si c’est un homme ou une femme derrière. Et j’ajoute que beaucoup d’hommes flippent aussi de se faire agresser dans la rue en soirée, même s’ils font genre que non.

Le passe sur le malaise du concept de devoir changer de trottoir quand on est un noir ou un arabe, parce que vous comprenez, moi j’ai eu une grand mère très raciste qui m’a élevé en m’inculquant la peur du noir et de l’arabe, alors hey, ce serait bien qu’ils changent de trottoir. Non, ça n’est pas une solution.

L’idée est de considérer que le problème vient de l’éducation permanente faite aux femmes, comme quoi elles DOIVENT avoir peur. Ceci a effectivement fait beaucoup de dégât, mais je reste persuadé que la solution est avant tout de réapprendre, faire en sorte d’évacuer un peu cette peur, et le stage de Défense de rue est plutôt un bon outil pour ça. Je le crois sincèrement.

- On s’inscrit où ?

Franchement, n’hésitez pas.

Anastasia Ashley, surfeuse, à l’échauffement. Doux Jésus…

publié le par Paingout | 5 commentaires

Je découvre cette meuf grace à l’ami Dandu, et comment dire, mon Dieu…

Quelques photos ci-dessous, dans la foulée. Je ne m’en remets pas.

Il y’a « sauter à la corde » et « sauter à la corde ».

publié le par Paingout | 1 commentaire

Du coup je me demande si cette meuf était un peu la reine de la récréé quand elle était à l’école.

Le jour où j’ai piloté une Formule1

publié le par Marie Declercq | 2 commentaires

Encore une invitée sur Pingoo.com ! Cette fois-ci on accueille la charmante Marie Declercq, que j’ai eu l’occasion d’accompagner sur cette étonnante opération organisée par TotalF1, pour promouvoir le jeu MicroRace. Et comme elle n’a pas encore de blog, c’est ici qu’elle vient nous raconter son aventure :). Merci à elle !

 

Paingout

Je ne sais pas vous, mais je trouve qu’il manque un peu de filles sur ce blog (ahem), bref, je suis Marie, twitteuse addict et passionnée de Formule 1. J’ai eu la chance d’accompagner Paingout sur cette opé blogueurs, et je souhaitais la partager avec vous !

Invitée par Total F1, DDB, Paingout et accompagnée par Tuxboard, Hadr1en, Geraldine, Benoit Landon et Suchablog, j’ai vécu une journée complètement unique.

Cette opé, elle se passait au Castellet, sur le circuit Paul Ricard, pour piloter une Formule 1. Oui oui, une vraie F1, et toute seule, comme une grande.
L’encadrement donne le ton : entre les mécanos, les hôtesses, et les commissaires de pistes, pas moins de 40 personnes étaient la pour nos beaux yeux. Rien que ça !

Au programme de cette incroyable journée : briefings, entrainements, massage et conduite d’une Formule Renault le matin. Ah, et j’oubliais : une grosse dose d’angoisse et de stress…
L’après midi, on passe aux choses encore plus sérieuses, avec la conduite de la Formule 1. (et même que je n’ai pas calé !).
À peine remis de mes émotions, j’enchaîne avec des baptêmes biplaces, en Formule Renault, puis en Formule 1. Et devinez qui était le pilote de cette F1 biplace ? Monsieur Romain Grosjean, en personne !
Je n’ai pas de mots pour exprimer les sensations d’adrénalines ressenties au volant de telles bolides… C’était exceptionnel !

Tout cela pour vous dire que les finalistes ayant explosé les scores du jeu Micro Race sur la page Facebook Total F1 pourront peut être vivre cette même journée !
Une soirée se déroulera le 25 septembre à Paris, avec quelques personnalités du monde de la F1, pour départager les 4 finalistes.
Deux gagnants remporteront ce stage de pilotage, et croyez moi, ce seront 2 supers chanceux.

Et bonne nouvelle, vous pouvez toujours participer à cette soirée VIP via ce lien.

Dernière info : on me chuchote que la nouvelle version de l’appli iPhone et iPad du jeu MicroRace sera officiellement lancé le 25 septembre…

Un grand bravo à l’équipe de Total F1, de Lotus, et à l’organisation. Perso, j’ai encore des étoiles dans les yeux … :)

Marie Declercq

Je suis allé aux Jeux Olympiques. OUAIS

publié le par Paingout | 5 commentaires

Pour plein de gens, dans le monde entier de la galaxie, aller aux JO est probablement un rêve. En particulier aux JO d’été évidement. Des stars partout, des beaux athlètes, tout plein de gens de tous les pays qui se tirent la bourre, des valeurs folles, de l’amour, de la sueur, BREF, c’est cool.

Et donc, par un heureux hasard j’ai eu l’occasion de faire un saut à Londres ces jours-ci, et même d’aller voir un match de Volley figurez-vous.
Je vais du coup vous donner mon sentiment sur cette expérience là. Rien de très poussé hein, juste mon impression très générale sur quelques sujets.

- Londres pendant les JO.
Les anglais sont gentils. Ca c’est vraiment le premier truc qui pique les yeux. Les chauffeurs de taxi sont adorables, il y’a des volontaires partout qui sont aux petits soins pour vous informer, les militaires qui assurent la sécurité sont adorables, on se sent vraiment bien à Londres pendant l’événement, vraiment ça repose.
Cela dit la ville est assez vide étrangement, il n’y a pas foule, nulle part, sauf évidement autour des stades. Mais la ville est calme, à croire que tous les londoniens se sont barrés. Etant donné que même eux n’arrivent pas à avoir de billets pour les matchs, ça n’est pas étonnant.

- Le Parc Olympique.
Vous êtes à Londres, vous voulez aller voir le stade Olympique ? Laissez tomber, fuyez, c’est une horreur. Ou alors prenez votre mal en patience.
Premier gros point noir, pour aller VOIR le stade, même de dehors, il faut acheter un ticket, la veille, sur le site officiel. Site inutilisable, où rien n’est clair et rien est indiqué. Et si comme 90% des gens vous arrivez sur place sans billet, on vous invitera gentiment à aller faire du shopping dans le mega tout neuf et tout beau centre commercial proche du stade. Par compte n’imaginez pas le voir le Stade en question, même de loin, il est entouré du centre commercial et d’un énorme McDonald. Donc si vous n’avez pas de billet « voir le stade », vous l’avez dans le cul.

- Le Club France.
Vous savez, c’est ce machin à côté du cube France Television où vous pouvez passer un moment avec d’autres Français qui trainent dans le coin. Alors plusieurs choix, soit vous être accrédité, soit vous allez là aussi devoir acheter des billets. Je n’étais pas accrédité et il y’avait bien 1h de queue pour acheter des billets d’entrée, j’ai laissé tomber, mais c’est pas grave, je me suis baladé à la place.

- Et les jeux paralympiques dans tout ça ?
Petite parenthèse en parallèle à ma propre expérience sur le stade, j’ai appris avec stupeur que France Télévision ne comptait pas diffuser les directs des épreuves des jeux paralympiques. C’est assez naze. J’ai déjà beaucoup de mal à comprendre qu’on ne mélange pas les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques, tout ça ressemble à une grosse hypocrisie du CIO, genre « bon on colle le truc à la fin parce qu’on a pas trop le choix, mais qu’ils nous fassent pas trop chier hein« . Mais qu’en plus une chaine comme France Television, qui ne DEVRAIT pas être otage de l’audience, décide de ne pas diffuser les épreuves (ou alors très peu, une fois encore juste pour se donner bonne conscience), c’est nul. Et du coup je soutiens activement le mouvement lancé par le Club des supporters Handisport.

Voilà, j’ai l’air de râler pas mal, mais en vrai l’expérience était globalement très interessante, et j’ai quand même bien aimé assister à un match. Pour info c’est du Volley que j’ai vu, UK vs Australie (un peu chiant), et Brésil vs Russie, carrément plus fou (ce sont les deux meilleures équipes mondiales). Et je remercie Clyne et Shalima qui étaient de la partie. Shalima a même pondu un petit article sur son séjour Londonien, à voir ici !

Loisirs Prod: le jour où j’ai été un lapin.

publié le par Paingout | 1 commentaire

Globalement, j’ai décidé que désormais, je n’avais plus aucune espèce de dignité dans la vie. Mais alors plus aucune.
Du coup, autant s’afficher un peu sur mon blog hein…

Il y’a quelques semaines, nous avons organisé une petite opé chez Loisirs Prod. Un centre de loisirs en région parisienne, qui propose tout un tas d’activités rigolotes à faire entre potes. Du Sumo, du pain-ball, de la tyrolienne, du laser-quest, et j’en passe. On y est allé entre blogueurs, on a beaucoup gloussé, il n’y a eu que 3 morts sur notre petite groupe, et ma dignité a donc totalement disparu.

Je vous raconte ça rapidement en quelques photos :

Paingout LE SUMO.

L’air de rien une des activités les plus rigolotes et les plus physiques, un grand costume en mousse, et on se bat avec ses petites camardes qu’il faut foutre à terre… Cette tenue me va à ravir.

Lire la suite

Sauter haut, comme ça, paf.

publié le par Paingout | 2 commentaires

Parfois, l’homme se sent seul. Ses amis sortent sans lui, la famille n’est plus là, même le chat est mort. Alors l’homme trouve des occupations. Pour certains c’est les puzzles, la taxidermie, le voyeurisme à la sortie des écoles. Et pour d’autre, c’est juste mettre la musique à fond, et sauter. Sauter en haut, se filmer, et être content.

La fin du bikini pour les joueuses de beach volley ?

publié le par Paingout | 5 commentaires

Vous voulez une vraie mauvaise nouvelle ? En voilà une.
La fédération internationale de Volley Ball vient d’abroger l’obligation faite aux volleyeuses de porter un maillot de bain.
En effet, dans les compétitions officielles, il était obligatoire que les joueuses portent un maillot de bain une pièce ou un bikini. Désormais elles seront autorisées à porter des shorts, des tee-shirts, etc.

Vous allez me dire que d’un point de vue purement anti-sexiste, c’est probablement une mesure intéressante, et obliger les joueuses à être « sexy » était probablement un peu problématique. Sauf qu’on ne parle pas ici de vie quotidienne, mais de sport, d’olympisme. Le culte du corps fait partie de cet univers depuis des lustres, et ça contribue très largement à l’intérêt de la chose.
Perso je serai plutôt très pour que les athlètes soient tous à poil, mecs et filles, beaux et moches. Ca éviterait dans pas mal de discipline la course au matos (genre dans la natation ou la course), et ça serait tellement impressionnant d’un point de vue esthétique.
Bon après je suis pas naïf non plus, dans le cadre du beach-volley on vire un peu vers le côté « sexy » du dit « culte du corps », mais l’idée reste la même. Ca marche aussi (et je n’ai pas de problème avec le concept de « sexy ».

Cela étant dit, une fois encore, pourquoi pas. Par contre ce qui me chagrine vraiment, c’est l’argument avancé, qui n’est en rien anti-sexiste, mais qui est essentiellement religieux. L’idée est clairement d’ouvrir la discipline aux pays musulmans, afin de répondre à leurs normes culturelles et religieuses. On commence donc doucement à rhabiller les athlètes pour que les disciplines sportives soient compatibles avec la religion. C’est un peu moche non ?

Tout ceci est est applicable des les JO de Londres, moi je vous dis, dans une dizaine d’années, on ne verra plus une meuf en bikini dans les compétitions officielles.

En bonus, quelques photos. Il se peut qu’une volleyeuse nue se cache dans le lot.
(précisons que la plupart des clichés sont en fait des photos de pom-pom girls de Beach Volley, et pas de joueuses en compétition). 

On va remercier JS pour son tweet au passage.

Monyca et Alana vont vous faire aimer le surf

publié le par Paingout | 3 commentaires

Vu chez l’ami Suchablog, cette petite vidéo de promo pour les caméras Go Pro, avec deux charmante demoiselles qui vous montrent comment elles ont trop la classe quand elles font du Surf. Si vous cherchez leurs noms, c’est Alana Blanchard et Monyca Byrne-Wickey, et je les aime d’amour.

Quelques photos des deux demoiselles ci-dessous :