Paingout, pornographe.

IGPaingout

J’ai tendance à écrire des articles sur tout, je ne pouvais donc pas passer outre cet épisode d’hier, où une partie de l’Internet a découvert que je publiais des photos de filles nues sur l’Internet, dont un certain nombre de photos volées.
Rappel des faits, je relaye en effet ici la plupart des buzz « sexy », à savoir « célébrité à poil sur le plage », « sextapes dérobées », ou « photos d’inconnues complètement nues », depuis 1996 genre. Ca fait donc 18 ans.

Ce qui m’a été reproché hier, c’est plus précisément de publier sur Instagram des photos de jambes et de culs, de nanas en maillot de bain, sur mon compte Instagram, sans leur demander l’autorisation. Le finalité étant de considérer que je participe ainsi à la « culture du viol », en niant que les jeunes femmes que je prends en photo sont propriétaires de leurs corps et de leurs images.

Ca, c’est pour les faits.

Comme souvent depuis quelques temps, je vais être scolaire dans ma réponse. Je vais expliquer « pourquoi » je me permets de publier de telles photos, pourquoi effectivement c’est mal, puis je ferai une petite revue de tweets qui m’ont été envoyées hier (ça c’est pour le côté sensationnel).

Pourquoi tu fais ça ?

On m’a plusieurs fois expliqué que j’étais un pervers, et que je n’avais qu’à prendre ces photos seul dans mon coin, et les garder pour moi. Histoire d’être un pervers « respectable » je suppose. J’ai d’ailleurs été surpris de voir à quel point cet argument est souvent revenu. La panique ne semble pas être que je puisse prendre une photo, mais que je la publie.
Il s’avère que je ne suis pas particulièrement pervers. Enfin si, je le suis, comme tout le monde, mais je ne prends pas des photos pour me palucher sur ma collection de pieds ou de culs (ou de chats, y’a beaucoup de chats sur mon compte Instagram).

Absolument pas. Pour ça, y’a Youporn (ou YoupornCat).
Mes photos n’ont pas d’effet particulièrement excitant sur moi. Vraiment pas.
Je prends ces photos parce que j’ai un véritable fétichisme de l’édition et du partage. Quand je croise une jolie fille en bikini ou en monokini sur la plage, que j’ai cette vision (visible par tous), j’aime l’idée de la figer, et de la montrer. Tout comme certains figeraient et partageraient un magnifique paysage ou un moment important de leur vie, qui leur a généré une émotion.
En tant que garçon qui aime les gambettes, les jolies filles, et la nudité, mes émotions, ce sont ces images là. Alors je les capture, et je les partage.

Je ne gagne pas d’argent avec ces photos, tout comme je n’en gagne pas avec les shootings photos de « nu » que je réalise depuis quelques années. Je fais ça parce que je trouve ça joli, point barre. Ni pour l’art (je ne me considère pas comme artiste, du tout), ni pour mon excitation, ni pour la gloire (bien que, j’adore constater que mes photos sont vues).

Mais alors pourquoi est-ce que je me le permets ? Sachant en effet, que c’est mal. Que publier une photo d’une personne sans son autorisation est un problème. Je me le permets parce que je m’impose des limites. Ce sont les miennes (c’est tout le problème, considérant que je ne respecte pas les limites des autres, je le concède).

Par exemple, dans 99% des cas, je ne publie pas les visages. Je considère en effet que la publication d’une photo sur Internet peut avoir des conséquences, et qu’à partir du moment où la personne n’est pas reconnaissable via son visage, dans les faits, ça ne pose pas de problème concret.
Du moins pas de problème factuel, même si ça reste moralement problématique, objectivement, personne n’aura d’ennuis à cause d’une photo de ses collants dans le métro, ou de son maillot de bain à la plage.
Il m’arrive très ponctuellement de publier des visages, et je ne devrais pas, c’est une erreur. Néanmoins parfois, je trouve que certaines photos avec visages sont vraiment très belles, et je ne peux pas m’en empêcher. C’est un problème que je concède aussi.

L’autre limite, c’est la nudité. Il m’est arrivé certes quelques fois de poster des photos de demoiselles faisant du topless sur la plage, mais dans 99%, il n’y a pas de nudité sur les photos que je publie. Au pire un maillot de bain, une culotte, mais contrairement à ce qui a été hurlé sur Twitter hier, ni « vulves » ni « chattes ». Et pour être parfaitement honnête, c’est surtout parce qu’Instagram ne le permet pas, et parce que je ne fréquente pas de plages naturistes ou de lieux où je pourrais prendre ce genre de photo.
S’il y’a nudité, c’est que ce sont des amies ou des modèles à moi.

Et là je reviens sur ce point qui est important quand même. Les photos volées qui me sont reprochées ne sont pas des photos d’une intimité stockée sur un ordinateur ou un téléphone portable que j’aurais hacké. Non, ce sont des photos d’une scène publique, dans des lieux publics. Je ne dis pas que ça n’est pas un problème, mais on peut quand même hiérarchiser un minimum les situations. Je prends des photos de choses que tout le monde peut voir, je ne fais que figer, et diffuser à une échelle plus grande (même si on peut considérer qu’une plage est plus peuplée qu’un compte Instagram). Je ne nie pas les problèmes liés à la publication sur l’Internet, par contre, je les relativise en partie.

Après il y’a des exceptions, on m’a beaucoup reproché une photo de culotte prise « sous une jupe », il s’avère que la jeune fille en question, je la connaissais, que la culotte est un maillot de bain. La scène me faisait penser à un dessin de Robert Crumb, j’ai pris la photo et l’ai publiée dans ce but là (et je l’ai même précisé dans la description). Mais peu importe, je l’aurais aussi prise si ça avait été une inconnue, là aussi parce que je la publiais anonymement, et que la trouve vraiment belle.

Tu considères donc que c’est normal ?

Non, je considère que c’est mal, et qu’il ne faut pas faire ça. Je n’aimerais pas particulièrement qu’on publie des photos de moi sur une plage en slip de bain (même si certains l’ont fait, et je m’en suis remis). Regarder sous les jupes des filles est un interdit, c’est du voyeurisme, j’en suis parfaitement d’accord.
Il m’est parfois arrivé de mater ma voisine d’en face en train de se changer, il m’arrive de jeter un oeil sous les jupes des filles quand elles se baissent pour ramasser des machins, et parfois j’écoute même mes voisins baiser aux murs. C’est du voyeurisme, c’est pas bien, mais oui, ça m’arrive.

Quand à la publication, qui est le degrés au dessus, problématique, je l’ai évoqué plus haut, ça relève de mon besoin compulsif de partager. C’est éditorial. Quand je publie une photo de ce type, je génère, à mon niveau, du sensationnel, exactement comme le ferait un journal people en publiant une photo volée ou une photo topless sur la plage. C’est EXACTEMENT la même chose. Et l’argument visant à dire que parce que ce sont des peoples, dans un sens, elles l’ont bien cherché, n’est pas recevable. Si vous vous indignez de mes photos, vous devez aussi vous indigner des photos publiées dans Voici ou Closer.

J’ai donné un autre exemple hier. En juillet/aout, je vous invite à regarder un JT de 13h d’une grande chaine, TF1, France Television, peu importe. 2 fois sur 3, sur les sujets « vacances », vous aurez des longs plans sur la plage, filmant des meufs Topless qui se dandinent, pour nous montrer à quel point la météo est belle sur Palavas, et illustrer l’augmentation du prix des glaces à Carnon Plage.
Et ce, depuis plus de 30 ans, chaque été, aux heures de grandes écoutes, des nanas sont filmées seins nus sur les plages, et diffusées sur les grandes chaînes privées et publiques. Et vous savez pourquoi ? Pour titiller un peu votre papa qui regardait le JT, et qui se préparait à chaque sujet « plage » à voir un nichon d’illustration. Internet n’existait pas, on voyait moins de nichons qu’aujourd’hui.
Vous savez quoi ? Ca ne vous a jamais vraiment choqué. Et pourtant la seule différence entre ces plans là, et les miens, c’est que moi, en général, je masque les visages (une fois encore, pas toujours, et c’est mal).

Bref, non, en été, je ne vois jamais personne s’outrer de ceci sur Twitter, mais vraiment JAMAIS.
Je vous colle ci-dessous des captures de reportages du genre, diffusés sur TF1, un très grand classique. Et croyez moi, les journalistes ne vont pas aller voir toutes les meufs pour leur dire « HEY, on peut montrer vos nichons aux JT ce soir devant des millions de téléspectateurs ? » Non, jamais, sauf à celles qui sont interviewées, donc une sur dix.

TF1_01

TF1_03

Bref.

En disant ça, et en vous donnant ces exemples, je ne vous dis pas que c’est bien de le faire. Vous trouvez probablement ça mal, et vous avez raison. C’est là où tout se joue, c’est le degrés d’indignation et de malaise, face au bénéfice obtenu. Chez moi, le plaisir de partager un corps que je trouve beau est plus fort que la culpabilité de prendre une photo sans autorisation. Chez vous, l’indignation sera plus forte, ou votre rapport à l’intime ou au droit à la femme de disposer de son corps et de son intimité prendra le dessus, sans aucune limite. Et je le comprends.

Des trucs « pas bien » dans la vie, on en fait tous. Parfois vous conduisez au dessus des limites autorisées, en risquant la vie d’autrui. C’est mal, mais ça vous est arrivé. Certains ont parfois un peu grugé les impôts, en ne déclarant pas tel ou tel revenu, ou en touchant une allocation de trop sans prévenir l’administration, ça aussi c’est mal, et c’est interdit.
Mais ça vous est arrivé aussi, peu importe les conséquences. C’est la vie.
On fait tous des conneries, qu’on assume plus ou moins.
Moi celle là, je l’assume plutôt.

Et alors ?

Et alors pas grand chose. Il y’a un besoin d’indignation permanent sur Twitter, auquel je participe très régulièrement, je suis le premier à hurler à l’injustice, à la légalité, et à me clasher avec des gens qui n’ont rien demandé. Je considère donc tout à fait normal de me faire clasher à mon tour, il n’y a absolument aucun problème sur la forme. Plein de gens ne me supportent pas, à raison, il faut évacuer, lâchez-vous.

Sur le fond en revanche, il y’a un point qui me chagrine un peu, c’est le rapport au féminisme de tout ceci. Cela fait quelques années que je me suis totalement désolidarisé des mouvements féministes, en particulier sur les réseaux sociaux et Twitter. Le féminisme est un activisme auquel j’adhère viscéralement sur le fond, mais je considère que comme pour tout activisme, il nécessite un minimum de talent, pour ne pas desservir la cause (talent que je n’ai pas).
La virulence et l’agressivité peuvent être des biais utiles dans le débat (féministe, ou autre), s’ils sont utilisés avec intelligence et bonne connaissance des sujets et des mécanismes, qu’ils soit sexistes, liés au genre, ou aux comportements réactionnaires vis à vis de féminisme. Moi par exemple, je n’ai pas l’analyse et les connaissances suffisantes pour pouvoir me permettre de gueuler et injurier un interlocuteur. Par contre, je peux me poser en tant que contradicteur, tout en gardant une ligne directrice militante, pour essayer de faire avancer le sujet, la contradiction, ou essayer de faire comprendre à mon interlocuteur qu’il est dans le faux. Mais tout le monde n’a pas le talent d’inquisiteur, et l’inquisition faite avec amateurisme conduit forcément à la décrédibilisation et au rejet du mouvement.

Vouloir parler de « culture du viol », parce que le terme est englobant, médiatisé sur le Web, et facile à manipuler, est plutôt une bonne chose en soit. Mais ça reste casse gueule de vouloir le caser partout, tout le temps, et surtout de vouloir l’utiliser en tant qu’arme ou injure. On m’a trop expliqué hier que j’étais partie intégrante de cette culture du viol, en prenant exemple sur un pauvre commentaire perdu sur une photo, qui sur la forme (mais pas sur le fond), faisais penser aux schémas habituels que l’on relaye sur ce concept.
C’est trop facile. Ou alors, en supposant qu’en effet, je contribue à la banalisation de la culture du viol, un support comme Twitter est absolument désastreux pour tenter d’expliquer et justifier un tel rapprochement (que je peux entendre hein, évidement). La finalité de tout ça et que la plupart de mes lecteurs, qui sont de fait des soutiens, comprennent que mes photos sont simplement des appels aux viols, et ce raccourci est à mon sens éditorialement un peu foireux, pour tenter de faire comprendre aux gens que la « culture du viol » est un vrai problème sociétal, et que les conditionnements sexistes dont nous sommes pétris sont un problème.

Et si je devais débattre sereinement avec des féministes sur cette question, je mettrai en opposition le conditionnement machiste qui génère et entretien cette culture du viol, aux conditionnements judéo-chrétien qui ont eux aussi ravagé la cervelle de nos cultures, et de leurs rapport aux corps et à l’intimité. Et je considère clairement que ces complexes religieux sont tout aussi dramatiques que le machisme rampant qui gangrène effectivement l’humanité.
Voyez chez moi, le conditionnement judéo-chrétient et la moralité, c’est un peu comme le « sionisme » chez Dieudonné, c’est le truc qui me rend dingue. Sauf que moi j’ai raison, pas lui (pardon pour le hors sujet).

Bon et alors, on a dit quoi sur Twitter ?

Je ne comprends pas pourquoi les gens qui ne me supportent pas ne me le disent pas en temps réel. Pourquoi attendre que quelqu’un, ou un groupe de personne se réveille, pour suivre la meute ?
Quand un truc me gonfle, une marque, un people, un individu, je n’attends pas le dernier moment pour lui gueuler dessus. Sérieux les mecs, hésitez pas. Et, parenthèse, mentionnez moi quand vous parlez de moi aussi, ça fait chier de devoir fouiller pour trouver les gens qui parlent de vous.

Je suis assez d’accord sur la forme, et franchement surpris que les gens découvrent mes photos en 2014. Dans l’avalanche de tweets publiés hier, il y’avait quand même un sacré nombre de personnes qui me lisent et me suivent depuis toujours. Et paf, ça n’arrive que maintenant, alors que j’agite les bras très haut depuis, pfiou, trop longtemps…

C’est la seule personne avec qui j’ai eu un échange relativement long et posé sur le sujet, et c’était plutôt intéressant. Je regrette que ça se soit terminé sur ce point là, mais au moins on a pu échanger, et ses arguments étaient intéressants et vraiment audibles.

Dommage pour l’injure, qui pourtant souleve un point intéressant. Alors peut être pas sur la notion de sécurité, mais je sais que certaines nanas ont pu exprimer le fait qu’elles pouvaient être un peu parano sur une plage, ou quand elles se baladaient dans le métro en jupe. Cet argument là je l’entends, et il me touche. Après, je crois effectivement qu’on peut exprimer ça sans tomber dans l’excès.

Ca c’est revenu plusieurs fois aussi, j’ai pas compris. J’aimerais bien comprendre ce qu’il y’a derrière les « … ». En quoi le fait que je sois visible fait que, heu, quoi ? Je sais pas…

Daria Marx qui fait comme si elle me découvrait sur l’Internet en 2014. Je ne vous cache pas que je suis étonné. Mais ok, je veux bien la croire. Là aussi je regrette l’injure, mais c’est son positionnement, donc pas de souci. J’ai souvent le même.

C’est le truc le plus bizarre qui m’ai été dit dans la journée d’hier. Que plutôt de préserver globalement l’anonymat des filles que je prenais en photo, il serait plus classe que je publie leurs visages, pour leur laisser ainsi le choix d’être des victimes plus évidentes, avec la possibilité de porter plainte. Bon, pourquoi pas hein. Mais je vais pas retenir cette proposition là, étrangement.

CONCLUSION

Je ne compte pas cesser ici toute activité déviante sur les réseaux sociaux, considérant une fois encore, que concrètement, je ne fais au final pas beaucoup de mal. Par contre il y’a une donnée volumétrique évidente, je publie de moins en moins de photos de ce type. Des jambes dans le métro, je n’en poste quasiment plus. Et les photos qui me sont reprochées aujourd’hui, ce sont surtout les photos prises en Australie, à Bondi Beach, où le culte du corps est à son maximum.
Mais je ne passe hélas pas ma vie en Australie, il est donc fort probable que je publie moins de photos de ce type.

En dehors de cette donnée là, je ne suis pas idiot, et je considère en effet que si certains sont outrés de ce type de photos, ils ont de très bonnes raisons de l’être, donc naturellement, j’aurais de toutes manières tendance à ne les publier que si je les trouve vraiment intéressantes, et probablement avec moins de récurrence et de volume.
J’avais d’ailleurs commencé à lever le pied pendant mon voyage, en supprimant quelques photos qui n’avaient vraiment aucun intérêt, quelques minutes après les avoir postées.

Voilà voilà. Si vous avez lu cet billet jusqu’au bout, c’est que vous avez vraiment du courage.

Nota : Je ne savais pas quoi mettre comme titre à ce billet. Il s’avère qu’il y’a une douzaine d’années, une féministe m’avait qualifié de « Pornographe », j’avais trouvé ça assez drôle, et j’ai longtemps mis « Pornographe » dans mes bio diverses et variées. Au final l’attaque en question revient de manière cyclique, de temps en temps. Pour des motifs différents d’ailleurs.

Nota 2 : Je vous colle un lien vers l’article que Daria a publié en réponse au mien. Je ne vais pas y re-répondre, on tournerait en boucle pendant des jours, mais l’article en question est plus intéressant que le bordel généré sur Twitter, qui est assez indigeste : Paingout, pornographe (par Daria Marx).

Nota 3 : A lire aussi.
Je suis un gros con.
Qu’est ce qui est grave ?

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : ,

183 Réponses à Paingout, pornographe.

  1. Emery

    Liberté chérie.

    • Une pétasse

      Sauf qu’on parle de quelle liberté là… Celle de disposer du corps des autres ? Oui même si on parle d’une image, on ne dispose par du corps d’autrui comme bon nous semble.

      • Paingout

        Je suis d’accord avec ça oui.

        • Lil

          Tu es donc d’accord avec le fait d’être un gros con ?

          • Paingout

            Un con, peut être, gros, non.

  2. Lousia

    « C’est éditorial. »
    Pour cet immense fou-rire, merci.

    • Paingout

      Le mot « éditorial » n’a rien de sacré, on peut aussi l’utiliser pour des photos de nichons, crois moi :)

      • Lousia

        Tu m’apprends un truc, dis donc.
        Tu arrives à être d’accord avec toi même de temps en temps ?

        • Paingout

          Je sais pas à quoi tu fais allusion, donc je peux pas te dire :)

          • Lousia

            C’est mal, si mal, mais je ne peux paaaas m’en empêcher…
            Mais ne faites surtout pas.
            Je ne suis pas un artiste !
            Mais pourquoi m’empêcher de pratiquer mon art ?

            Je ne suis plus, je ne sais pas pourquoi tu essayes de t’expliquer, ça n’a aucun intérêt en fait. Tu va continuer. Et de temps en temps tu reprendra le même discours, ponctué des mêmes poncifs que la plupart des mecs lamentables qui font la même chose, toujours en te souvenant avec nostalgie de ton côté militant féministe.
            Je ne capte plus, mais bon, on s’en fout. Ça ne changera rien, ni pour toi, ni pour moi, ni pour ton entourage ni pour les anonymes que tu photographies.

          • Paingout

            Mais tu lis des trucs que je n’ai pas écris.
            Je ne dis pas « ne le faites surtout pas », je considère simplement que parfois, on fait tous des trucs qui ne sont pas forcément « légaux » ou « moraux », ça arrive. Et quand je dis ça, je ne le dis même pas pour me dédouaner. Je suis attaqué sur ce point, j’essaye simplement de décrire le cheminement du truc dans ma tête. Ca va pas plus loin.

            Et non je ne me considère en effet pas comme un artiste, j’ai même souvent du mal à dire « photographe », et je n’ai jamais dit ou écrit « pourquoi m’empêcher de pratiquer mon art ? ». Je ne l’ai même pas sous entendu. C’est Daria Marx qui m’a prêté ses propos hier, sur « mon art », terme que je n’ai jamais utilisé, ça va pas plus loin que ça. Et toi tu fais pareil en sous entendant que j’ai dit ça, bah non.
            Après en effet on s’en fout un peu.

            Et j’essaye d’expliquer, simplement parce que depuis hier je reçois des centaines de messages, dont beaucoup qui vont trop loin, et c’est une manière de mettre à plat les faits, et ma vision des choses, rien de plus.
            Si tout le monde s’en foutait, alors tout le monde ne viendrait pas m’en parler, et en effet, je n’en ferai pas de billet. Mais c’est pas le cas :)

  3. Herrmagoden

    Je dois être à côté de la plaque mais j’ai la nette impression que Mr Paingout a été sur ce coup le bouc-émissaire idéal et qu’il a été victime d’un emballement comme seul les Internets peuvent nous les offrir.

    Perso, je suis plus ou moins le bonhomme depuis des années, j’apprécie globalement son travail (et aussi son humour) et à aucun moment, je n’y ai vu une quelconque glorification de la Culture du Viol. Ça doit probablement venir de mon côté naïf.

    Une fois de plus, cette histoire me conforte dans mon idée que certain(e)s Féministes sont à côté de la plaque et qu’ils feraient mieux de réfléchir et de se remettre en cause plutôt que de crier au loup pour tout et n’importe quoi. Et encore plus quand on sait que certains « modèles officielles » de Paingout en ont pris aussi plein la gueule (ce qui souligne encore plus le côté ubuesque de la situation).

    • Paingout

      Note que personnellement, je comprends que le rapprochement puisse être fait. Surtout quand on ne me connait pas (mais la plupart des gens ne me connaissent pas). Je trouve qu’il est mal fait, et excessif, mais je peux le comprendre.

      • Herrmagoden

        J’ai trouvé ton papier vraiment intéressant et tes réponses censées et pleines de retenues. Et même si je suis loin d’être d’accord avec 100% de tes propos, au moins tu les assumes sans te cacher et perso, je trouve ça vraiment chouette.

        De l’autre côté, j’ai été assez abasourdis par la violence de certaines critiques et leur exagérations. Enfin c’est pas comme si c’était la première fois.

        Perso l’effet de masse, la chasse aux sorcières et crier au loup en bande, c’est pas mon truc. Les trucs qui me plaisent pas, je les ignore et je passe à autre chose. C’est beaucoup plus efficace que de se lancer dans des débats stériles et sans avenir. C’est d’ailleurs une des rares et des dernières fois que je donne mon avis sur tel ou tel sujet. Mais sur ce coup, ça m’a fait bondir… ne change rien :).

  4. Ortie

    Honnêtement, je me suis faite plusieurs fois la réflexion sur ton compte IG de « ah mais merde » en voyant certaines photos que tu avais faites en Australie. Ça m’a parfois mis mal à l’aise, vraiment. Probablement parce que ça me confrontait à quelque chose en moi que je ne voulais pas voir. Et je pense que lorsqu’on te dit que tu devrais les garder sur ton téléphone, c’est sûrement la même chose qui est ressenti.
    Parce que oui, je matte les meufs, dans le métro, sur la plage, dans la rue. Et des photos volées, j’en ai des tonnes. De plans cul, de gens qui dorment, de meufs dans le train… Mais je ne les publie pas souvent sur IG (ça m’arrive hein), je les envoie par message aux potes plutôt.
    Et quand j’ai pris conscience de ça, j’ai compris que ça me foutait mal de voir tes photos, parce que je faisais la même chose, mais dans mon coin, parce qu’au fond j’assume pas tant que ça.
    Ouais je crois qu’on matte tous un peu, qu’on est tous un peu perv, avec nos fétiches quoi. Ce qui pose problème c’est de l’assumer, aussi honnêtement que toi tu le fais.
    Et ça fait du bien de lire que oui, tu sais que c’est pas cool. Que c’est pas super respectueux des meufs et de leur intimité. Et surtout que tu le fais de toi-même, et que ça n’a rien à voir avec les filles. Le fait d’assumer d’être un voyeur, ça enlève tout ce qui pourrait s’apparenter à la culture du viol. Si tu t’étais défendu en disant « oui mais elles cherchent aussi à être en mini jupe et bas dans le métro », ça aurait été dur.
    Mais ce n’est pas le cas.
    Alors moi je suis un peu mitigée, à me dire que oui, tu crains, un peu. Comme moi en fait.
    (Sauf que moi on m’a rarement fait chier avec ça, parce que je suis une meuf, que du coup, par le miracle de la logique hétéronormée, c’est pas grave. C’est même mignon ou sexy apparemment, d’être un perv en étant une meuf.)

    • Paingout

      Je profite de ton commentaire (que je trouve cool, merci) pour évoquer un point.
      Plein de gens très respectables, publient régulièrement des photos de gens dans le métro, pour se moquer de leurs fringues, ou autres. On voit souvent leurs visages, et là aussi, étrangement, ça ne dérange pas grand monde.
      J’ai toujours tendance à penser, dans ma hiérarchisation du « pas bien », que poster une paire de jambes anonymes, c’est certes « pas bien », mais moins « pas bien » que balancer la photo de la gueule d’un mec habillé dans le métro. Qu’on trouve mignon ou mal habillé.

      Dans les deux cas ça me traumatise pas évidement. Mais voilà, c’était juste pour dire :)

      • Ortie

        Ah mais complètement, ça m’a d’ailleurs fait penser au hashtag #ptimetro de Galou.
        Et personne ne parle de violation de vie privée dans ce genre de cas bien sûr.

      • Le hasard

        Va falloir arrêter avec les « mais regardez y a des gens qui font pire », entre ça et la thématique « je sais que c’est pas bien mais je vais continuer quand même » de ton post, tu es vraiment au degré zéro de la ligne de défense crédible.

        • Paingout

          Tu m’as mal lu je pense.
          Ou alors je me suis mal exprimé, mais je pense pas. En tous cas je ne pense pas que « comme des gens font pire, ça légitimise » en aucun cas.

          • Le hasard

            Je reprends tes propos :

            « Si vous vous indignez de mes photos, vous devez aussi vous indigner des photos publiées dans Voici ou Closer. »
            => Oui, je m’en indigne aussi.
            C’est bon, j’ai le droit de te critiquer maintenant ?

            « mais moins « pas bien » que balancer la photo de la gueule d’un mec habillé dans le métro.  »
            => Outre le fait que cette affirmation serait vraiment sujet à débat (objectification, anyone?), je vois pas trop en quoi le fait que des gens fassent des trucs que, oui, je trouve franchement nazes, change quoi que ce soit au fait que tu fasses d’autres trucs tout aussi malvenus.

            Voilà, et on a pas avancé d’un iota.
            Donc pourquoi avancer ces arguments ?

          • Paingout

            Tu as même le droit de t’indigner des mes photos, sans t’indigner des nichons chez TF1 ou sur Voici. Et tu sais quoi, c’est le cas. Parce qu’en réalité, tu ne t’es jamais indigné sur les deux sujets précités. Et tu l’as fait, alors je dis bravo :) (mais je ne crois pas).
            Dans tous les cas, tu as tous les droits :)

            Et oui tu as raison, le fait que d’autres gens fassent un truc mal, ne justifie en rien que j’en fasse. Mais quand l’indignation devient collective, elle a tendance à perdre un peu la raison et notion de la gravité initiale du propos. Si je donne ses exemples là, c’est pour relativiser, en partie. Pour dire « hey, faut vous détendre un peu ».

            J’ai déjà en tête un article dédié uniquement à ça d’ailleurs tiens, c’est un sujet intéressant :).

          • Le hasard

            « Parce qu’en réalité, tu ne t’es jamais indigné sur les deux sujets précités. »

            Qu’en sais-tu ?
            Je boycotte l’un comme l’autre et je suis très claire auprès de mon entourage (au sens large du terme) sur les raisons pour lesquelles je n’approuve pas leur façon de fonctionner.
            C’est quoi l’idée en fait, tant que je n’aurais pas fait interdire Voici, tu refuses d’arrêter de faire quelque chose que tu SAIS être répréhensible ?
            Eh ben. On a pas le cul sorti des ronces, alors.

            « Si je donne ses exemples là, c’est pour relativiser, en partie. Pour dire « hey, faut vous détendre un peu ». »

            Les exemples que tu donnes illustre surtout le fait que c’est un problème qui te dépasse très largement, ce qui le rend d’autant plus préoccupant.
            Partant de là, tu vas me dire, pourquoi tu te ferais chier à arrêter alors que tu n’es qu’une petite goutte dans l’océan ?
            Eh bien parce que si chacun s’interrogeait et tentait de faire de son mieux à son niveau, si modeste soit-il, on pourrait peut-être commencer à faire avancer les choses…

          • Paingout

            L’idée c’est simplement de dire que non, tu n’as pas une telle indignation pour ces deux autres média, mais l’indignation est plus facile quand on s’attaque à une personne, plutôt qu’à un media ou un système. Ca défoule. J’en sais quelque chose, je fais pareil, souvent.

            Pour le reste, je ne considère pas que je devrais arrêter parce que je suis une « goute dans l’océan », mais je crois que je suis assez précis dans mon article sur ce point :)

          • Le hasard

            Depuis tout à l’heure, je te parle de ce que tu DIS, citations à l’appui, et toi tu t’acharnes à me faire un procès d’intention sans connaitre ni mon opinion globale sur ce genre de sujets, ni mon engagement au quotidien par rapport à eux.
            Je ne vois donc pas pourquoi je m’acharnerais à essayer de débattre plus avant. Reste donc bien confit dans ta médiocrité, il parait que c’est très confortable.

          • Paingout

            J’avoue qu’en effet, j’utilise tes commentaires pour insister sur cette histoire d’indignation sélective. Désolé :)

  5. jayer

    Je dirai bouc émissaire… Vu le temps depuis lequel tu fais ça sur Internet + le fait que comme tu l’explique bien il y a un aspect artistique mais également anonyme.

    Je pense que les féministes du web sont juste un peu trop présentes sur le web et savent bien se faire entendre et créer facilement des vagues de protestation où le terme « culture du viol » ou « feministe » sont utilisés n’importe comment. Feministe et conne ça existe aussi (heureusement y en a des intelligentes aussi qui t’on défendu)

    • Paingout

      Une fois encore je nie pas l’intérêt de lier le concept de photo voyeur à la culture du viol. Je dis pourquoi pas, sur le fond.
      Après y’a une notion d’importance, de gravité. Bon, ça je sais pas en juger. Mais je lis volontiers ce qu’on me dit.

      • Anaïs

        Justement, la culture du viol implique de prendre le problème à plusieurs échelles, sinon on ne parle que de l’acte du viol. Et dans ton cas, tu dis bien que tu te passes du consentement parce que ton plaisir de prendre la photo et de la publier passe avant.

        • Paingout

          Et je ne le nie pas, et j’entends très bien cet argument, présenté ainsi. Ce sont les gens qui m’ont exprimé ce genre de chose, de cette manière là, qui me font le plus réfléchir à la question, et pourquoi pas évoluer.
          Ce que je pointe comme problématique, ce sont les militants et militantes qui utilisent le point #cultureduviol comme un point godwin ou une insulte. Je crois vraiment que sur la forme, ça ne fonctionne jamais.
          Et même en disant ça, je peux me tromper. C’est une simple impression.

    • Anaïs

      Évidemment, les féministes qui ont étudié ce qu’était la culture du viol disent n’importe quoi, surtout parce que les interlocuteurs sceptiques n’ont pas compris ce que c’était et s’amusent à plaisanter sur la question. Et les féministes qui se revendiquent comme féministes utilisent le terme à travers, elles auraient du être validées.

      Mais heureusement comme tu dis, les féministes intelligentes l’ont défendu, contrairement à toutes les autres idiotes qui parlent de choses qu’elles ne comprennent pas.

      Merci en tout cas à Paingout qui n’a pas oublié de faire du bashing de féministes, qui comprend les critiques mais les invalide dès qu’il y a des insultes. Je trouve ça formidable de considérer qu’on a une pratique craignos de voyeur mais tout en prévoyant de continuer et sans jamais préciser lorsque les filles sont consentantes ou lorsque ce sont des photos volées. Il ne faudrait surtout pas priver le public du plaisir de voir sous des jupes de personnes qui le voulaient bien.

      • Paingout

        Je ne bashe pas les féministes dans leur ensemble, loin de là, jamais.
        J’évoque certains militants ou militantes qui font ça plutôt mal. Et je comprends qu’on puisse faire ça mal, moi aussi je le fais mal, surtout sur Twitter.
        Mais je ne considère en aucun cas que certains ou certaines qui ont une méthode que je juge foireuse, sont la majorité. Je pense plutôt le contraire même.

  6. valérie
    • Paingout

      Je ne vois pas ce que l’ignorance ou la connaissance à avoir la dedans. Mais soit.
      Et merci pour les liens :)

    • Wyoh

      The Rogue Feminist? Vraiment?!
      Dans le genre feministe de salon on ne fait pas mieux !

  7. Pucinelle

    D’accord et pas d’accord. 50/50
    J’ai vaguement évoqué l’histoire sur Twitter hier. Alors je m’explique brièvement. Ce qui me gêne c’est:
    -la photo sous la jupe: soit, sur la plage, on met son corps plus ou moins à nu (on va quand même pas y aller en moufles!), exposé au regard de tous. Mais, quand on met une jupe, ce qu’il y a dessous n’est pas destiné à être dévoilé (en tout cas pas pour être vu par TOUT LE MONDE); ce matage est différent du matage du topless de plage: il y a quelque chose de beaucoup plus actif à aller regarder sous la jupe des filles.
    - le gros plan sur l’entre-jambes (ni vulve, ni chatte on est d’accord) de cette femme allongée sur son drap de plage: je m’identifie, peut-être à tort, à cette femme entourée de ses amis/famille dans une position plus ou moins lascive sur la plage… Et au loin, un homme zoome sur son entre-jambes, son intimité (heureusement son épilation était impeccable soit-dit en passant). Et en fait profiter les internets.

    Et ça me déplaît également quand TF1, et autres chaînes, fait des gros plans sur de (jolis pour la plupart je le concède) fessiers féminins sur la plage pour leur reportage d’été (énième marronnier des JT); ça me déplaît également quand quelqu’un publie une photo d’un type mal fagoté (le pantacourt-chaussettes de tennis-sandales, ou le string-blanc- taille34-sous-le-legging-semi-transparent-taille44) uniquement pour se moquer. Ô je ne dis pas que je ne moque jamais des autres!! Au contraire, parfois j’ai le propos acerbe! Mais c’est le partage de la photo qui me pose problème, ce pointage du doigt qui prend une tout autre ampleur sur les réseaux sociaux, pour que tout le monde, et pas seulement tes potes, puisse se gausser de cet être insignifiant qui n’a « aucun respect », comme on peut le lire sous certaines photos.

    Personne n’est exemplaire, tantôt voyeur, tantôt exhib. Mais, je me répète, c’est le partage qui me pose problème.

    • Paingout

      Et je comprends parfaitement que ça puisse te poser problème :).
      A aucun moment je ne nie ça.

  8. Lornifouin

    t’aurais quand même pu tirer une meilleure quote de moi. Décidément, je ne suis que déception.
    (et sinon, tu aurais également pu clore le débat en indiquant que tu connaissais la « jeune fille à la jupe », puisque dans le cas là, et sauf erreur de ma part, la photo était donc consentie ?)

    • Paingout

      Je ne veux pas avoir à me justifier sur une photo, peu importe la photo.
      Et si je veux être honnête, cette photo je l’aurais aussi faite si ça avait été une parfaire inconnue. Donc ça n’aurait pas été juste :)

      Et en réalité y’a pas de débat, c’est juste du bashing. Mérité ou non peu importe, y’a pas vraiment de débat ou d’échange dans tout ça :)

      • Lornifouin

        c’est du bashing dans la forme je te l’accorde, d’où ma démarche à la base, mais y’avait un vrai débat je pense mais qui du coup n’a été qu’effleuré. Mais bon. Les internets, twitter, tout ça quoi.

  9. Une pétasse

    Comme plein de filles, je me suis indignée… C’est le coté « photo volée » d’une partie du corps non exhibée ET l’acceptation du commentaire dégueulasse qui sont surtout révoltant.

    La comparaison avec les photos de nanas topless à la plage que tu cites est un peu trop facile, on parle là de filles qui assument le fait d’être seins nus et exposent leur corps aux yeux du monde (de là à accepter que cela soit photographié et relayé sur internet, c’est un autre débat), versus une nana à qui on impose d’exhiber quelquechose (son cul, sa culotte…) qu’elle a choisi de cacher. Et quand bien même le cliché est joli ou pas, artistique ou pas, il s’agit de choisir d’exhiber pour elle ce qu’elle avait pourtant choisi de cacher.
    Je ne lis pas la presse people, je ne regarde pas le journal TV, je ne cautionne pas les photos paparazées de starlettes, même si je m’en fous un peu en fait pour être honnête. Cela dit on en revient au choix. Si tu montres tes seins, tes fesses, ou tout autre partie de ton anatomie dans un lieu public, tu le soumets au regard de l’autre (j’ai dit soumettre pas offrir), tu assumes donc le fait que l’on te regarde.

    Je raconte une anecdote rapido… Y’a 2 mois, je monte des escaliers dans le métro, un mec derrière moi me soulève la jupe car « on voyait pas assez ma culotte avant hahaha », je lui ai balancé mon sac dans la tête franchement énervée, et ensuite j’ai repensé à ce moment drôle pour lui mais offensant et terrifiant pour moi. Parce qu’en faisant ce geste puéril et stupide, il s’est octroyé le droit de regarder ce que je ne souhaitais pas lui montrer (une magnifique culotte scoobydoo remarque). Je l’ai vécu comme un viol, celui de mon intimité. Je montre MA culotte à ceux que JE choisis.

    Donc non, je ne cautionnerai jamais le fait que l’on choisisse pour l’autre le fait de montrer ce qu’à la base il/elle n’a pas choisi d’exposer.

    Et le commentaire bien salace, peut être que je l’ai trop pris au premier degré, mais je ne vois pas trop à quel autre degré le prendre. Et le laisser visible sans commenter, c’est être d’accord (tu sais le fameux « qui ne dit mot, consent »).

    Le voyeurisme, pourquoi pas, tant que l’on a en face quelqu’un qui accepte d’être l »exhibé-e ».

    • Paingout

      Ben tu vois, ta partie sur les photos sur la plage, disant que puisqu’elles sont seins nus, elles peuvent assumer (dans une certaine mesure), personne ne sera d’accord avec toi, dans les gens qui m’ont bashé :). Même moi je suis pas trop d’accord d’ailleurs.

      Pour le reste, et on anecdote, jamais je n’irais soulever une jupe d’une inconnue pour faire une photo, mais là aussi tout est degrés d’indignation. Pour moi effectivement, c’est « dépasser les bornes », mais mes bornes sont placés plus loin que la plupart des gens qui me tombent dessus :)

      • Une pétasse

        Pour la plage, le topless, et tout l’tintouin y’a matière à débat effectivement, et le problème de fond reste le même hein, « tu ne voleras point le cliché de la culotte d’un-e inconnu-e qui n’a pas choisi de te la montrer ».

        Sans être féministe, juste en étant une femme, j’en ai assez de me poser la question de savoir si je peux m’habiller comme je veux sans déclencher un comportement irrespectueux de la part d’autrui. Et ça me ferait vraiment chier qu’on prenne la culotte sous ma jupe en photo à mon insu. Vraiment. Dans le RER un gamin a pris mon décolleté en photo, je l’ai confronté à son acte mais peut être ai-je été bien sympa de pas le tabasser à coups de bottes… je ne me suis pas sentie « violée » sachant que sa photo n’en montrait pas plus que ce que je montrais (ch’ai pas si c’est clair) toutefois le geste était clairement déplacé, et malheureusement je ne suis pas certaine que le môme ait compris pourquoi je ne l’ai pas apprécié. On pourrait se dire que j’ai pas de bol, que je dois attirer les pervers, sauf qu’en fait non, c’est le quotidien de beaucoup de nanas. A quel moment sommes nous devenus des produits que l’on peut photographier en toute impunité juste parce que c’est sympa/drôle/joli ?
        Je n’ai jamais parlé de #cultureduviol parce que je ne pense pas qu’on en soit là même si tu as « touché » à un espace privé. Néanmoins, ce qui fait peur c’est l’escalade possible : je prends en photo une nana, puis sa culotte discrètement, puis pourquoi pas lui mettre la main aux fesses, et puis pourquoi pas même un peu plus. Ce n’est peut être pas ton cas personnel, mais le fait de donner le mauvais exemple en faisant/diffusant/cautionnant n’est pas une bonne chose à mon avis… Tu parles de bornes, effectivement nos bornes ne sont pas toutes placées au même endroit, ce qui est effrayant c’est que pour certains il n’y a pas de limite, et pour ceux-là d’avoir sous le coude des personnes qui disent « ce n’est pas grave » à chaque borne, ne fait que repousser un peu plus loin leurs propres limites…

  10. Grunt

    Question bête : puisque ce que tu fais n’es pas agressif ni nuisible (c’est ce que j’ai retenu de ce billet), pourquoi tu ne demandes pas l’autorisation aux personnes photographiées de garder la photographie ?
    Quitte (admettons) à demander si tu peux la conserver, après l’avoir prise, si c’est une photo « dans l’urgence » ?
    Et, soyons fous : demander aussi si tu peux publier la photo, si tu dois ou pas flouter le visage..

    Ce n’est pas qu’une problématique féministe (même si c’en est une). À titre personnel je suis assez réticent à être pris en photo (en slip ou habillé, c’est pas la question), surtout si la/le photographe diffuse la photo dans des conditions qui me déplaisent (sur Facebook© par exemple, j’ai horreur de ce machin). Et je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas avoir envie de se retrouver en photo sur Internet dans tel ou tel contexte, sur tel ou tel site, avec des mots-clefs comme « sexy » ou je ne sais quoi.

    • Paingout

      Alors en effet ça n’est pas agressif, mais oui ça peut être nuisible, et ça ne plairait à personne j’imagine. La question ne se pose même pas, la plupart des gens refuseraient.

      • Grunt

        Au moins c’est clair…
        Tu agis de façon nuisible à l’insu des gens parce que si tu affichais tes intentions, tes victimes refuseraient.
        Et tu t’étonnes de te faire basher ?

        • Paingout

          La question c’est de savoir à quel point c’est nuisible. A quel point c’est grave. Et parler de « victimes », à mon sens, est excessif.
          Mais sinon, non, je ne m’étonne absolument pas de me faire basher. Je suppose que toi non plus tu n’as pas lu tout le billet :).

          • Dwam

            Là je ne comprend vraiment pas. VRAIMENT PAS.
            Tu dis, texto, que comprends donc parfaitement que ça craint et que ça outrepasse l’intimité ET le consentement d’une personne, puisque tu reconnais que les personnes « refuseraient ». Et tu ne vois toujours pas le problème ? Tu ne vois pas le rapport avec la culture du viol. Vraiment pas ?

            Encore une fois. « ça peut être nuisible ». « ça ne plairait à personne ». Mais je m’en fout je le fais quand même.

            ça vient ?

            Le voilà, le rapport. C’est le fait que tu ne vois pas le problème. Tu reconnais que la personne refuserait. Donc tu reconnais que tu outrepasses son consentement. Mais c’est pas grave. Puisque tu as envie de partager. Ce n’est pas grave, ton envie est donc supérieure au consentement de la personne.

            Mais y a toujours aucun rapport avec la culture du viol, bien sûr.

          • Paingout

            Je vois très bien le problème, et je vois aussi le rapport avec la culture du viol. Mais je ne considère pas que le lien soit aussi évident, aussi direct, et surtout que la gravité de tout ceci puisse générer une telle contrariété.
            Après, pour ce point que tu évoques, « ça peut être nuisible, mais je m’en fiche, je le fais quand même », ouais, je l’assume ultra massivement. Je suis persuadé que tu trouveras toi aussi des trucs dans ta vie qui peuvent être nuisibles, et que tu fais quand même.
            Mon envie est en effet supérieur au consentement de la personne, considérant les limites que je m’impose sur le sujet (une fois encore, masquer les visages, éviter la nudité, on ne parle ici que de photos de jambes dans 99% des cas).

            Donc en effet, je ne considère pas que poster des photos de jambes de nanas, même sans leurs autorisations, soit franchement un élément massif dans l’entretien ou le développement de la culture du viol. Vraiment pas.

          • Dwam

            Vraiment pas ? Objectification, outrepassement du consentement, non ?
            Bah là tu es juste très con alors.

          • Paingout

            Je comprends pas à quoi répond ton « Vraiment pas », étant donné que je te dis que je vois le rapport, je minimise simplement la gravité de la chose.

            Tu sais, je pense qu’il existe des millions des gens qui considèreront que tes photos pour SG, aussi belles et militantes soient elles, contribuent massivement à l’objectification sexuelle. Il existe aussi des millions de personnes qui considèreront que les photos de Galou dans le métro sont des « outrepassements du consentement » (ces photos à elle tombe sous le coup du droit à l’image en l’occurrence, pas les miennes).
            Dans les deux cas, ces millions de gens auront raison. Mais toi, et Galou, avez décidé que ça n’était pas si grave, ou que vous aviez une démarche qui n’était pas malsaine au fond, voir une démarche militante peut être.
            Et visiblement, ça ne vous fait pas remettre en question vos publications. Et je le comprends. Moi non plus.
            Mais, peut être parce que je suis un garçon, ou parce que mes photos sont moins « artistiques » que les votre, le regard que vous y portez est différent. Je le comprends, mais je ne trouve pas que ce soit pour les bonnes raisons (mais c’est votre droit le plus strict).

            Après oui, je suis peut être aussi très con, admettons. Que je me fasse insulter par des tâcherons un peu simplets, ça ne m’étonne pas. Mais par toi, je trouve ça dommage.

  11. LukaaFilm

    Je suis en général plutôt d’accord avec tes avis sur tous les articles que tu écris et qui font parfois un peu « polémique ». Eh ben là, non seulement je voulais dire que je suis, encore une fois, d’accord, mais en plus je voulais dire qu’il est hyper bien écrit. Tu te défends bien et avec classe contre ce qui m’a l’air d’être bien souvent de l’hypocrisie, il faut continuer. Bon courage pour le shitstorm, mais j’espère qu’il est en grande partie derrière toi maintenant.

  12. Adrien

    C’est très bizarre ton post. Tu donnes à la fois toutes les raisons pour te défendre et pour t’attaquer. Y’a pas de position clair : tu es artiste, mais c’est maladif, mais c’est ta ligne éditorial, mais c’est pas bien, mais c’est pas grave, y’a pire, mais c’est pas une excuse, mais tu le dis quand même… smiley smiley. Je ne suis pas CONTRE toi, mais pour quelqu’un qui est à l’aise (?) avec ce qu’il fait tu te défend (?) mal. Quelle confusion.

    • Paingout

      Et toi tu ne sais pas lire.
      Trouve un endroit où je dis que je suis un artiste, ou que c’est maladif. Je t’en prie :)
      C’est même pas une question de défense, je ne fais qu’expliquer. Mais après si je dois aussi expliquer à des gens qui lisent mal, ça va être chaud.

  13. Ben

    Certaines photos que tu as posté depuis l’Australie m’ont fait froncé les sourcils, genre « ha oui quand même ».
    Mais d’un autre coté est-ce que si ces personnes ne voulaient pas être vues comme ça, pourquoi est-ce qu’elles sont sortie (dés)habillées comme ça?
    Moi je n’aime pas qu’on me voit en slip de bain alors je n’en mets pas tout simplement.

    Finalement si elles avaient été habillées, est-ce que l’on ne t’aurait pas comparé à Miroslav Tichý?

    • Paingout

      Donc c’est ce type de commentaire qui a posé problème aussi, et je le comprends.
      Non, le fait de s’habiller court ne donne à personne le droit de poster des photos de toi sans ton autorisation. C’est non négociable, et c’est mal.
      Après, on peut éventuellement se chercher des excuses ou des circonstances, moi les circonstances, c’était Bondi Beach, qui est le temple de la babe et du corps. Et tout ce que j’évoque dans mon article.

  14. Satie

    Bon en gros tu assumes simplement tes fantasmes. Nous en avons tous. Et dans les réactions le malaise est inconsciemment bien là, toi tu les assumes.

    Ce qui me gène en revanche, très fortement, c’est que tu dois avoir en stock des milliers d’autres photos de coulisses de shooting ou de métro et que tu ne les publies pas. Salaud !

  15. Lousia

    « parfois, on fait tous des trucs qui ne sont pas forcément « légaux » ou « moraux », ça arrive. »
    Exact, ce n’est ni légal, ni moral.
    Et pourtant tu le fais.
    Parce que tu as une espèce de pulsion de publication.
    C’est complètement risible.

    Mon propos était probablement abusif, mais je ne vois pas, malgré le calme de tes propos, comment répondre de façon neutre à tout cet amas de bêtises.
    Je passe sur le côté « meute » qui t’a marché dessus hier, ce n’est pas ce qui m’intéresse. C’est un dommage collatéral.

    Mais tu es là, chez toi, en train de faire un billet pour tenter d’expliquer quelque chose d’inqualifiable, et que tu « assumes ».
    Mais personne ne te demande d’assumer. On te demande juste d’arrêter, en fait. On s’en fout du contexte, des détails, que ce soit des femmes ou des hommes, que tu les connaisses ou non ; c’est intrusif, inélégant, c’est un délit, et tu trouves encore le moyen d’en parler parce que ça mériterait un débat ?

    On sait depuis longtemps que sur internet il y a de la demande pour des choses intelligentes et de la bêtise abyssale, pour des photos de chatons comme pour du porno dégueulasse, et alors. Est-ce que, parce qu’il y a une demande, tu considères que tu es en droit de le faire ?

    Je me fiche de ton blog qui republie des photos de Closer, je me fiche du JT de TF1, et tes shootings ne sont pas dérangeants ; là n’est pas le souci, et tu le sais parfaitement.
    Après on peut tourner en rond longtemps, et argumenter jusqu’à ce qu’on oublie le coeur du problème ; je peux déjà prédire ce que tu va réponde, peu ou prou, donc autant arrêter.

    Je passais juste pour dire, moi aussi, histoire de rajouter mon poids de moineau dans la balance, ce que je pense de ton compte Instagram & du reste. Parce que je n’assumerais pas bien de me taire.
    Fais-en ce que tu veux.

    • Paingout

      Et bien je comprends très bien ton point de vue, aucun souci avec ça, et si tu en avais gros sur le coeur à cause de mon compte Instagram, c’est très bien de le dire :).

      Après, tu me poses une question, et je vais y répondre. Oui il y’a une demande de choses intelligentes sur le Web, et ce qui fait que le Web est un chouette truc, selon moi, c’est que, à part pour la publicité, on ne t’impose pas de voir les choses. Si demain je veux lire des choses intelligentes, j’irais les lire chez toi. Si demain je veux lire des trucs cons ou voir du porno dégueulasse, ou des trucs « inélégants », et bien je peux aller chez moi. Mais personne ne force personne à aller chez l’un ou chez l’autre.
      Il y’a plein de gens que je ne veux pas lire, et j’y arrive très bien, vraiment.

      Moi j’aime bien vivre dans un monde ou on peut mêler des trucs jolis, beaux, intelligents, à des trucs cons, ridicules, culs, improbables. Tout ne se mélange pas, et j’aime bien sauter de l’un à l’autre. A la limite je suis parfois agacé par l’excès de moralisation excessive dès qu’il est question de nudité, mais là aussi je m’en remets.

      Puis alors tu parles de délit. Je vais clairement faire un article dédié à ça du coup, mais il ne te plaira clairement pas :).

      • Lousia

        Je ne veux pas lire ça. Je ne veux pas lire « Ici c’est intelligent, ici c’est moche, ici c’est con ». Ce n’est pas DU TOUT le débat. Et évidemment on peut mélanger, contrarier, compléter. Depuis quand c’est blanc ou noir ?
        Evidemment que tout est fait de nuances.
        Mais il n’en a pas là, il n’y a que des contradictions, des non-dits, des choses assumées qui ne devraient même pas l’être.

        On ne parle pas de ton fétichisme des pieds là, dont tout le monde se fiche à peu près ; on parle de quelque chose que tu fais, et qui peut sciemment heurter ou faire du mal à quelqu’un, et que tu continues de faire.

        Tu peux continuer à jouer sur les mots, tu peux aussi faire un article dédié à ça, que je ne lirais probablement parce que je ne suis ici que parce que je m’y suis égaré ; ça ne change rien. Tu ne changera pas d’avis, très bien, moi non plus, et la plupart des commentateurs, qu’ils te soutiennent ou qu’ils aient envie de te raser la barbe, non plus.

        Mais ne joue pas au plus fin, à imaginer « un monde où on peut mêler » des choses ; ce monde existe déjà, et il est assez déséquilibré pour qu’on ne rajoute pas des « paradoxes » qui ne sont en fait que des faux(semblants pour assumer quelque chose que la société dans laquelle tu vis réprouve, pour le bien commun, parce qu’on a déjà suffisamment de prétextes pour se foutre sur la gueule comme ça.
        Et puis merde, ça me donne tellement envie d’arriver au point de non retour de la discussion que je vais, vraiment, m’arrêter là.

        • Paingout

          Ben tu n’énerves un peu toute seule en réalité, et je comprends pas pourquoi.
          Considérer que des photos de jambes ou de culs sur une plage, soit un problème aussi grave, qu’il t’en fait quasi sortir de tes gonds, je le comprends pas.
          Mais j’en suis vraiment désolé, si tu es heurté à ce point par tout ça.
          Tu as cessé de me suivre depuis longtemps, et tu as bien fait, je sais pas quoi te dire de plus. Ne me lis plus :)

  16. Pascal

    Ah! Twitter et la blogosphère… :)

    T’inquiète Paingout, il y a aussi plein de gens qui pensent que tu ne fais rien de mal et ce ne sont pas ceux qui crient le plus fort qui sont les plus nombreux. Bien au contraire, d’ailleurs…

    Par ailleurs, je ne m’étonnerais pas de ces insultes et commentaire s’ils venaient de personnes un peu âgées et nostalgiques d’une époque révolue, mais venant de « jeunes gens » baignant dans la culture internet, je ne comprends pas… Dites les gens il va tout de même falloir vous habituer au fait d’être exposés à la vue de tous sur internet et sans qu’on vous demande votre avis!! Dès lors que vous mettez le nez dehors, habillés ou pas, vous avez de fortes chances d’être photographiés ou filmés, puis publiés sur le net ! C’est ainsi et il faudra s’y faire…

    PS: Alors Paingout, ce code de la route, t’en es où ? ;)

  17. melute

    Puisque tu uses de mon tweet pour te faire mousser autantque je te réponde. Pour le coup tu es réellement malhonnête. La conversation était sur ta comparaison avec Closer Voici. Et ta super copine qui comparait tes photos à une cagnotte leetchi. Je t’expliquais que daria elle laisse le choix aux gens de participer. Toi non. Que Voici et Public sont attaqués pour ce genre de photos car les gens sont identifiés. Toi non. Est ce que tu fais exprès de ne pas comprendre ?

  18. melute

    Je vais rajouter au cas où que je disais ça dans le sens où les victimes n’ont aucun moyen de se défendre. Pas dans le sens où tu devrais laisser le visage. Et parce que toi tu leur imposes ton choix de les mettre sur internet, où tu veux. Égoïstement. Bêtement comme tu l’as reconnu. Merxi de rectifier. Pour le reste no comment.

    • Paingout

      J’ai toujours pas trop compris ton point en fait. Mais d’accord :)

      • melute

        « Parce qu’il te coupera la tête, pour ne pas t’exposer, dit il. Ou pour t’objectifier un peu plus, selon le point de vue. Il ne te demandera pas ton autorisation avant d’appuyer sur son appareil photo ou son sur son smartphone, ou avant de balancer ton cul à ses milliers de followers. Il le fait parce qu’il peut. Parce que tu n’en sauras rien. Parce que dans son esprit, ce qu’on ne sait pas ne blesse pas, sans doute. Il le fait parce qu’il « aime partager ». »
        Voilà un des passages de l’article de Daria qui explique en partie mon point de vue.
        Hier on lui balance qu’elle a bien fait une cagnotte, que c’est mal. Je réponds à ta copine qu’elle n’a obligé personne, contrairement à toi qui, sans consentement, les oblige malgré elle. Jusque là tu comprends ?
        Lorsque ça a été mêlée à Voici / Public tu as donc voulu nous expliquer que tu avais autant de légitimité qu’eux à être illégitime. Soit. La comparaison est incomparable. Ils ne sexualisent pas. Et pourtant sont attaqués à longueur de temps. Ce qui le permet ? Le fait d’être publics. Toi tu es un petit anonyme qui a très peu de chances d’être retrouvé. « Il faudrait un nombre infini de coïncidences pour que tu reconnaisses ton maillot de bain, ton sac de plage, ta jupe, ce café. » cet anonymat ne ferait il pas que tu te permettes tout ça ? Estimant qu’à l’inverse de Voici, Public ou TF1 ce serait la faute à pas de chance que quelqu’un te retrouve et t’attaque en justice ?
        Sinon, tu t’en fous de blesser une femme qui pourrait se reconnaître et d’aller à l’encontre la loi ? Tu as pris mes phrases dans ton sens, pas dans celui que je t’explique ici. C’est très facile…

        • Paingout

          Ecoute oui, considérons que je suis idiot ou que je comprends pas. Ou que je choisis la facilité, mais j’arrive pas à te suivre.
          Enfin je vois l’idée, mais c’est trop le bordel pour moi.
          Mais là encore, je veux bien croire que tu as de bonnes raisons de penser « tout ça », quand à l’article de Daria, il est très bien, je l’ai d’ailleurs linké en bas du bien.

  19. Anon

    « Salut, je fais un truc illégal mais je suis artiste alors c’est cool ! »
    Ca t’embête si je te pète la gueule si je te vois dans la rue ? C’est comme ça que j’exprime mon talent, c’est une pulsion. C’est pas légal, mais c’est pas grave, et si t’es pas d’accord t’es un sale puritain.

    • Paingout

      Vous allez tous finir par me foutre le doute. J’ai vraiment dit que j’étais un artiste quelque part ?
      Je veux dire vraiment n’importe où, n’importe quand hein, je vous jure que j’ai aucun souvenir d’avoir dit un truc comme ça…

  20. Raven

    Chacun ses anecdotes voilà la mienne. Homme en couple au physique normal il m’arrive d’embrasser ma copine en pleine rue. Un photographe amateur nous a shooté en plein baiser et a posté la photo sur son site (suivi par mon père). Est-ce que ça me gène ? Non.
    Bon c’est pas une photo de mon caleçon qui dépasse du jean non plus, mais ça reste un moment de vie volé/immortalisé/autre. Et je le vis bien. Ma compagne aussi. Quand je parle de cette photo les gens sont outrés, ce qui m’amuse. En général ils se calment quand ils savent que nous ne sommes pas reconnaissables.
    Et je connais pas mal de monde qui fait ce genre de photos. Ce sont des gens bien selon moi, pas phallocrate, pas féministe non plus.
    Au final je pense comme toi Pingoo, c’est « mal » mais ce n’est pas « mal ». C’est pas méchant, pas moqueur, pas super-propre certes mais loin d’être dégueulasse.
    Voilà le débat bien avancé, hein ?

    J’avais jamais entendu parlé de cette Daria Marx. Elle vient tout juste de t’écrire une réponse. Elle te décrit tout pile comme un violeur en fait. Beurk.

    • Paingout

      J’ai pas eu l’impression que Daria me décrivait comme un violeur, mais j’ai peut être mal lu :).

      • Raven

        C’est très con mais quand je lis une phrase du genre « Et dès que vous vous pencherez le mééééchant Pingoo sera là pour vous shooter », je vois La Guerre du Feu avec l’homme des cavernes qui saute (sur) une femme juste parce qu’elle a le dos tourné et les fesses à l’air.

        • Paingout

          Ma barbe n’aide pas.

        • melute

          Drôle que tu matérialises un shoot de photo volée (de culotte) en un viol… oh wait !?

          • Raven

            C’est la phrase de Daria qui juxtapose photo et viol. C’est réussi, certes puisque j’ai fait le lien, mais je vois mal Pingoo dans le rôle du caverneux libidineux susmentionné.

  21. KD

    Tout est une question d’appréciation et d’intimité. Personnellement, je suis ceux blog depuis des années, que j’apprécies beaucoup tant par les posts, que part les photos.
    Je ne trouves jamais cela vulgaire, au contraire.

    Pour les grincheux, il vous suffit de passer votre chemin. Il y a assez de chose à débattre et combattre de plus importante.

  22. Virginie

    Est-il moralement correct de publier sur internet les photos que vous prenez sans consentement ? Non.

    Est-ce délictuel pour autant ? Je n’en ai aucune idée. Il faudra sans doute attendre qu’on vous poursuive en justice pour atteinte à la vie privée pour le savoir.

    Si tout cela servait une cause utile, je n’aurais rien écrit ici ; mais vous agissez au détriment d’autrui (ne serait-ce que potentiellement) pour votre propre plaisir, et c’est tristement pervers.

    • Paingout

      Je pense que l’usage et la finalité d’une telle publication conditionne grandement la notion « sanction ».
      Je n’en fais pas le commerce, et ça reste ponctuel, donc je doute finir derrière les barreaux pour ça. Mais une condamnation reste possible.

    • Pascal

      Virginie,

      Je suis certain que tu as déjà publié sur Facebook ou ailleurs des photos de tes vacances où l’on voit des gens à qui tu n’as jamais demandé leur avis…

      On est en permanence filmé ou photographié, implicitement ou pas et forcément, certaines de ces images finissent sur le net.

  23. Narno

    Bon, et bien que le débat est intense… tellement intense qu’on ne sait même plus quel était la question de départ.

    Après avoir lu ton article et sa réponse de DariaMarx, je me suis demandé, c’est quoi exactement la #cultureduviol ?(désolé il y a des concepts qui sont assez obscure, pour moi un viol est un viol, c’est assez carré)

    J’ai donc pris mes petites mimines et j’ai tapé ledit terme sur notre bon vieux wikipedia:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Culture_du_viol

    En résumé et de ce que j’ai compris c’est la banalisation du viol. (le fameux « elle la bien chercher, elle est habillée comme une pute! » ou « elle attendait que ça », je caricature)
    Bon, sur ce point, je ne pense pas que notre cher Paingout soit coupable. Il ne me semble jamais l’avoir lu banaliser le viol ou tenter de le justifier.
    Me voila rassuré!

    Bon alors c’est quoi le débat?
    Les photos volées sexy et leur partage sur le net!
    Aie! ça ce complique!

    La le sujet est plus délicat car c’est dans la nature de chaque homme de mater. et oui, première grande nouvelle, les hommes matent. En tout cas moi je mate! j’aime regarder une jolie fille dans la rue, regarder son décolleter, ses jolies jambes, son visage, ses fesses quand elle… je regarde c’est tout. Je suis pas le seul je pense. Et bien quand je regarde les photos de Paingout c’est un peu la même chose que quand je matte les filles dans la rue.

    C’est un peu pervers oui je sais, c’est pas bien de regarder une fille de se dire qu’elle est jolie, qu’elle a un beau cul, une belle poitrine etc… C’est très superficielle, je la connais pas et j’ai pas forcement envie de la connaitre, elle est peut être très conne ou très intelligente la n’est pas la question (je suis très mauvais perdant au trivial poursuit). je mate et j’admire c’est tout.

    Il y a bien sur le problème du consentement à la photo et du droit à l’image avec ces cliché et c’est sans doute ce qu’il y a de plus grave à reprocher à Paingout car ça reste illégal (je pense, je suis pas juge)

    Autre soucis que cela soulève en parallèle, c’est l’objectification (barbarisme me voila)du corps de la femme… la c’est un débat pour les sociologues et autres penseurs dont je ne suis pas capable. Je n’ai que mon petit avis sur la question et il ne vaux pas grand choses. pour moi une femme c’est sacré, je ne vais pas m’amuser à aller plus loin qu’un regard fugace dans la rue, c’est tout ce que je m’autorise. ce n’est pas parce que j’aime les regarder que je les considère comme des bouts de viandes qui sont la pour assouvir mes pulsions/désirs/fantasmes.

    Dans mon esprit il y a quand même une chose que ne fait pas Paingout et qui me rassure, c’est qu’il est voyeur comme il le dit, qu’il partage ces clichés mais (heureusement) il en reste à des photos prises dans des lieux dit publiques, il ne va pas espionner les gens chez eux.

    Enfin tout cela pour dire que c’est compliqué, que chacun aura son point de vue, mais que dans tout les cas, je en considère pas que les photos volés de Paingout sont méchantes ou participent à la #cultureduviol, moi je n’y voit que de jolies filles (même que si les photos ne montrent qu’une partie de leur corps).
    pour moi le seul soucis, c’est le droit à l’image et le consentement à l’image (c’est pas bien, méchant Paingout) mais c’est bien loin d’un viol.

    sur ce UNLEASH THE TROLLS!

  24. ludivine

    Une précision :

    « J’ai donné un autre exemple hier. En juillet/aout, je vous invite à regarder un JT de 13h d’une grande chaine, TF1, France Television, peu importe. 2 fois sur 3, sur les sujets « vacances », vous aurez des longs plans sur la plage, filmant des meufs Topless qui se dandinent, pour nous montrer à quel point la météo est belle sur Palavas, et illustrer l’augmentation du prix des glaces à Carnon Plage »

    Les images qu’ils utilisent sont faites dans un contexte bien précis : il s’agit de l’illustration d’un fait d’actualité, découlant du droit de la liberté à l’information
    « Le droit à l’information permet de limiter le caractère exclusif du droit à l’image si l’image illustre l’événement d’actualité. Il autorise la publication d’images de personnes impliquées dans un événement. ».
    Ils sont donc en accord avec le droit français. Ce qui n’est pas ton cas.

    • Paingout

      Très honnêtement, je pense que c’est très discutable sur ces sujets là.
      Une nana qui bronze sur la plage n’a pas un rapport immédiat avec le prix du cornet de glaces.
      Mais en imaginant que ce soit le cas, et que ce soit -entièrement- en accord avec le droit français, la question de la moralité se poserait tout autant à mon sens.

      • ludivine

        Je me suis déjà exprimée sur la moralité de tes photos volées et on est tombé d’accord. (bien que je ne comprenne pas comment tu fais pour dire « oui, j’avoue que c’est mal, mais je le fais quand même » qui pour moi est une contradiction. M’enfin) (http://bit.ly/1hTyIpW)

        En terme de droit pur, les images *illustrants* un fait d’actualité ne tombent pas sous le coup du droit à l’image mais doivent respecter quelques règles. Comme ne pas être extraite de leur contexte, être diffusée dans un temps limité (ce que tu ne fais pas, puisque tes photos volées sont visibles des années après que tu les aies prises… ) et ne doivent pas atteindre à la dignité.
        J’ai conscience que ce dernier point est casse gueule (je fais du top less sur la plage, je n’apprécierais pas du tout que mes collègues de travail me voient bronzer seins nus au JT) et suis en accord avec toi sur la question de la moralité. Donc quand bien même tu serais journaliste et illustrerais un fait d’actualité (autre qu’historique), tu ne respectes pas le droit à l’image.

        J’en ai profité pour lire les commentaires, particulièrement ceux en rapport avec la culture du viol. Oui, en publiant la photo volée (qui ne l’est pas mais ce n’est pas précisé), tu sous entend que le corps des femmes (et le dessous de leur jupe) est disponible. Tu objectes que ceux qui te connaissent savent très bien que ce n’est pas ton genre. Mais je suis certaine que les 2700 personnes qui te suivent sur Instagram ne te connaissent pas assez pour savoir que « ce n’est pas ton genre ».

        Si tu dis que la publication est un de tes vices (je te dirai bien que les addictions se soignent, mais tu pourrai me rétorquer que ce n’est pas mes affaires (et t’aurais raison)), tu dois malheureusement admettre que tu as une influence sur tes lecteurs/followers et qu’un contrat de lecture te lie à ceux-ci (c’est un des inconvénients d’avoir un blog/twitter/place de marché).

        Tout ce baratin pour dire : 90% des personnes qui regardent tes photos volées ne te connaissent pas et se disent (que tu le veuilles ou pas) « cette photo l’illustre bien, le corps des femmes est disponible », ce qui entre dans la notion de « culture du viol ».

        • Paingout

          Je vais arrêter de répondre à tout en détail, je deviens redondant.
          Simplement, je n’ai jamais dit que la publication était un de mes « vices », certainement pas. J’ai parlé de fétichisme de l’édition, à la limite, pas de vice.
          Mais je ne crois pas que cet intérêt pour la publication, génère chez mes lecteurs une envie de faire de même.

          En écrivant ça, je sais que c’est faux, y’a pas mal de gens sur Twitter de temps qui font une photo de jambes et me l’envoient en dédicace, mais sur ça on revient au sujet de la « gravité », pour moi, ça ne l’est pas.

          • ludivine

            Pardon, le mot vice était mal choisit. Parlons donc de fétichisme. Mais ça ne change pas grand chose à la reflexion.

  25. Oli

    Perso, j’aime ce blog pour le coté poil à gratter, énervements et coups de gueule. Qu’il le reste !
    Quand les posts et prises de position sont sincères, comme c’est le cas ici, j’ai la naïveté de penser que cela contribue à faire avancer le débat et progresser le monde (même si ce n’est parfois pas visible immédiatement !)

  26. Ramya

    En fait, tu es féministe/soutient ces mouvements uniquement quand il s’agit d’autres personnes ou de pratiques qui ne sont pas les tiennes, non?
    L’accusation d’agressivité c’est surtout de la part de personnes très, très vexées que l’on puisse sous-entendre qu’ils ne sont pas aussi progressistes qu’ils le pensent. En soi, ce n’est pas grave, personne n’est parfait mais c’est bien aussi d’avancer.

    Je vais passer sur l’argument « il y a pire » parce que dans ce cas tu peux bien accepter de travailler pour un salaire bien moindre vu qu’il y a des travailleurs forcés donc dans une situation pire que la tienne. Pas de quoi se plaindre en effet.

    Sinon, ce que l’on te reproche c’est de photographier des parties de l’anatomie d’inconnues, de les sexualiser et de partager ces photos sans leur consentement. Et ce que l’on te demande c’est d’arrêter, pas de réduire en volume mais de cesser ce genre d’activité. Ou bien de demander à la personne en question son autorisation.
    Et non, ce n’est pas une question de puritanisme, le harcèlement de rue, c’est l’enfer et ça arrive tous les jours à plein de femmes. Du mec qui commente les fringues/le physique de manière totalement inopinée, qui décrit ce qu’il voudrait te faire au lit, les insultes sexistes/sexuelles, les mains au cul, les « je me frotte ou branle sur toi » et les mecs qui prennent en photo un bout de ton corps sans ton autorisation parce qu’il te trouve jolie et que, bon, tu es dans l’espace public donc c’est d’accord.
    Au passage, dans les commentaires, félicitation à la personne qui pense que les nanas pratiquant le topless le font dans l’unique but de se montrer. Notre vie ne tourne pas autour de vous et même que nous ne sommes pas toutes hétéro.

    La culture du viol, c’est penser que le corps des femmes est à la disposition des hommes, que l’on peut se passer de leur consentement et que si elles s’habillent de telle façon c’est qu’elles l’ont bien cherché. Entre autres.
    Alors non, tu n’es pas comparable à un violeur mais tu participes aussi à cette culture en faisant primer ton désir sur celui des femmes que tu photographies. Il faut en finir avec cette idée que la culture du viol est entretenue par des machistes qui s’assument mais potentiellement par tout le monde, même de manière innocente.

    C’est injuste que la shitstorm soit tombée sur toi alors qu’il y a un paquet d’hommes faisant la même chose et se pensant dans leur bon droit mais c’est comme ça.

    • Paingout

      Je crois en effet qu’on peut soutenir le féminisme, tout en ayant parfois un comportement qui l’est moins.
      Ca marche avec tous les sujets. Après on peut aussi débattre de pourquoi mon comportement n’est pas féministe, et à côté de ça, quels sont les sujets féministes sur lesquels je peux avoir des positions plus tranchées, mais franchement, j’en ai pas le courage là. Peut être une autre fois (en cherchant bien sur ce blog, j’ai déjà du aborder ce sujet).

      L’argument « il y’a pire » n’est pas de moi, ou alors tu l’as mal compris. Mes exemples sont une fois encore là pour stigmatiser l’indignation sélective. Pas pour dire « il y’a pire », je ne considère pas qu’il y’a « pire ». Ou alors, si je le considère, je n’en fais pas un argument de défense.

      Je n’ai pas parlé de puritanisme, à aucun moment. Eventuellement de conditionnement judeo-chrétien, mais ça ne s’applique au sujet précis, et je ne m’attends pas à ce que le monde entier se sorte de ce pétrin là, du jour au lendemain. D’autant plus qu’on est plutôt sur une pente contraire. Peu importe.

      Pour le reste, je risque de me répéter encore, et ce que j’explique dans l’article est suffisamment explicite :)

      • Ramya

        « Je crois en effet qu’on peut soutenir le féminisme, tout en ayant parfois un comportement qui l’est moins. » ==>

        Personne ne dit le contraire et à la limite ce n’est ps ce qui est reproché. Quand on peut arranger un problème simple, pourquoi ne pas le faire? Surtout quand ça touche directement des personnes.

        « Vous savez quoi ? Ca ne vous a jamais vraiment choqué. Et pourtant la seule différence entre ces plans là, et les miens, c’est que moi, en général, je masque les visages (une fois encore, pas toujours, et c’est mal). » ==>
        (C’est faux) Dans ton article, tu te demandes si les personnes qui s’indignent pour tes photos le sont aussi dans le cas des magazines people (qui sont régulièrement attaqués pour cette raison, ils ont même un budget pour ça) qui sont pires parce qu’ils ne masquent pas le visage alors que toi si, même si parfois c’est mal fait.

        « Et si je devais débattre sereinement avec des féministes sur cette question, je mettrai en opposition le conditionnement machiste qui génère et entretien cette culture du viol, aux conditionnements judéo-chrétien qui ont eux aussi ravagé la cervelle de nos cultures, et de leurs rapport aux corps et à l’intimité. » ==>

        Je serai très curieuse de savoir pourquoi tu introduis cette notion de conditionnement judéo-chrétien dans le débat et dans un paragraphe concernant les féministes. J’ose m’avancer que c’est pour sous-entendre que l’on devrait arrêter de faire un fromage des types qui photographie des femmes sans leur consentement. Mais j’imagine que j’ai mal compris.

        • Paingout

          L’article dans son intégralité répond au « pourquoi ne pas le faire ? », mais j’en ferai un autre qui traitera du rapport à l’interdit, probablement, ça éclairera peut être.
          Le conditionnement judéo-chrétien fait qu’une paire de seins féminins est un problème, au nom de la moralité. Qu’un corps nu est un problème, là aussi au nom de la morale. Ca ne répond absolument pas au sujet de droit à l’image, c’est un hors sujet, je ne lie pas les deux sur le fond. Je le lie de loin.
          Si je postais des corps habillés, avec des visages visibles, la majorité des personnes outrées, l’auraient été beaucoup moins. Et je trouve ça curieux.

          C’est souvent arrivé que des gens me prennent en photo ou racontent qu’ils m’ont croisé à tel endroit, à telle heure, et donne l’information publiquement, personne ne s’en offusquera, jamais.
          Par contre, un sein, une fesse, et là oui, l’indignation est immédiate.

          C’est mal résumé, mais dans l’idée, c’est ça. On ne pas pas s’étendre sur ça là dessus, et je ne considère pas que ça sous entende qu’il fasse cesser de faire un formage. Chacun fait du fromage s’il l’entend, je n’ai aucun souci avec ça :)

          • Ramya

            D’accord, je vois où tu veux en venir avec le conditionnement judéo-chrétien. Mais en fait, les féministes sont déjà au courant et se battent pour qu’une femme ait le droit au respect de sa personne, peu importe sa tenue. Je ne comprend pourquoi leur renvoyer cette notion.

            Sinon, j’ai le droit de m’offusquer que l’on me prenne en photo sans mon avis? Et que ça soit le cas de plein de femmes? Parce que, que ça ne te fasse rien, pour ta personne, n’est pas vraiment le sujet.

            « Si je postais des corps habillés, avec des visages visibles, la majorité des personnes outrées, l’auraient été beaucoup moins. Et je trouve ça curieux. » ==>

            En fait, c’est faux vu qu’un photographe qui s’amusait à prendre en photo les chaussures d’inconnues sans leur permission s’est aussi pris une shitstorm sur Twitter.
            Il faut bien savoir que l’on parle d’un problème sexo-spécifique où une grosse majorité d’hommes photographie une grosse majorité de femmes pour leur bon plaisir et/ou les sexualiser sans leur consentement.
            Après, le consentement du sujet photographié est un problème souvent balayé dans le milieu de la photographie (à tord) mais ici on parle d’une action qui s’inscrit dans un contexte, ce contexte étant le sexisme.
            Ça ne fait pas de toi un ignoble machiste-violeur mais tu contribues quand même à la chose.

          • Paingout

            Je ne renvoie personne à aucune notion. Je fais une simple digression, parce que le sujet m’intéresse. Ton résumé du combat féministe à ce niveau est un peu rapide, non toutes les féministes ne se battent pas dans ce sens, en tous cas pas aussi simplement. Mais une fois encore c’est pas le sujet.

            Tu as parfaitement le droit de t’offusquer, tout le monde a le droit de s’offusquer, aucun problème avec ça :)

            Je ne suis pas au courant du cas que tu évoques, mais je doute que ça ai été d’une telle ampleur, si ça l’a été, ok.
            Pour le reste, bon. J’entends bien ce que tu dis. Je ne considère pas que mon contexte soit sexiste, mais je peux entendre qu’il contribue à entretenir un.

            Faut savoir que c’est une question et une ambivalence sur laquelle je travaille depuis plus de 15 ans, donc globalement je vais pas te lâcher, au détour d’une phrase « ah mais ouais t’as raison ». Mon rapport à ceci est complexe, et effectivement, très contradictoire, j’en ai parfaitement conscience. Ma réflexion se portera plus sur le fait de savoir si, dans mon existence, mon rapport à tout ceci aura été plus positif que néfaste. Je ne parle pas uniquement de sexisme là dedans, mais au sens large. Je ne sais pas répondre à cette question encore.

  27. Merytsia

    Bonjour,

    Je suis féministe, j’ai lu le billet de Daria Max, et je vous soutiens.
    Vous présentez un argumentaire rationnel, elle répond sur le registre de l’émotion, de l’identification et de la peur, et ses arguments sont invalides.

    La photographie objectifie les corps et les individus, qu’il s’agisse d’une femme nue ou de n’importe qui dans quelque tenue que ce soit. Le sexisme n’est pas dans le fait de prendre des photo de corps peu vêtues, mais dans le fait de considérer que l’image de ces corps dénudés est quelque chose de plus privé que l’image de corps habillés, quand les deux sont visibles dans des lieux publiques. Cette pudibonderie participe beaucoup plus à la culture du viol que quelques photos.

    Il y a par ailleurs la question de la propriété de l’image. L’image n’est pas une propriété inaliénable au même sens que le corps, sinon il faudrait interdire tout appareil photo, et même crever les yeux de tout le monde tant qu’on y est, puisque sur la rétine et dans les souvenirs ce sont des images aussi. Si l’on considère comme acceptable qu’on puisse photographier des inconnus dans des lieux publiques sans leur demander leur avis comme le font tous les jours journalistes, touristes et amateurs, il n’y a aucune raison rationnelle de considérer que la tenue vestimentaire portée a une quelconque importance, à moins de recourir à des arguments relevant de la morale religieuse.

    Pour ma part je trouve beaucoup plus gênant les journalistes qui illustrent la situation économique et politique de pays étrangers avec des photos de gosses faméliques, ou encore les touristes qui demandent aux autochtones de poser en tenue traditionnelle, objets de patrimoine au même titre qu’un tas de pierre.

    • Anaïs

      Vous arrivez à faire la différence entre le revenge porn / des leaks de sextapes et des films de touristes en vacances ou pas du tout ?

  28. Petit Suisse

    Bien que n’ayant strictement rien compris au sujet du debat a supposer qu’il y ait eu raison de debattre je dirais que vos masturbations intellectuelle n’interessent pas beaucoup de mecs !!! Moi je continnurais a soutenir pingoo tant qu’ils nous fera rever avec des photos volées ou pas de belles filles quasi nue ! bien plus interessant que les divagations du microcosme bobo parisien! pas de quoi se taper une pignolle fusse t’elle intelectuelle ici donc! vive pingoo et vivent les photos de filles nues !

  29. Ramya

    J’aimerai bien que tu me cites quelle(s) féministe(s) ne pense(nt) pas qu’une femme a le droit au respect quelle que soit sa tenue. Autant elles ne sont pas d’accord entre elles au sujet de la pornographie ou de la prostitution, autant cette question-là est juste le B-ABA de ces mouvements.

    Bref, j’ai l’impression que tu as conscience de certaines choses mais qu’au fond tu ne veux pas bousculer ton petit confort. Ce que tu fais participe au sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public mais pour toi c’est juste une question ambivalente.
    Je vais m’arrêter-là. Bonne continuation

    • Paingout

      Je ne connais pas les noms de ces féministes. J’essaye de suivre notre échange en me basant sur mes quelque vieux souvenirs sur le sujet, mais ça reste assez merdique, je te le concède.
      Mais oui, clairement, je ne veux en effet pas basculer ce que tu appelles « mon petit confort », c’est exact. Je ne crois pas participer autant que ça au sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public. Même si je comprends bien le rapprochement.

      Bonne continuation à toi aussi :)

  30. Valentine

    Salut,
    Moi je viens juste dire pour info que je suis profondément féministe, que je vomis sur les mecs qui me regardent avec une insistance porcine, que je mets ma main dans la gueule de celui me dit que « t’es bonne, tu suces » et que je suis outrée au quotidien par l’image de la femme lorsqu’elle est avilie. ET que je suis aussi un modèle de paingout (sous le pseudo Colombe) parce que justement je considère que je fais ce que je veux de mon corps, que ses photos sont belles, qe celles qu’il a prise de moi ne sont absolument pas sexy, juste belles. Alors bien sur la problématique du « photo publiée à mon insu » ne me touche pas mais pour revenir sur ce fait là : les photos sont anonymes et ces photos sont du matage, certes mais pas du matage de gros porc c’est du matage comme on en fait tous, filles et garçons, un truc furtif, un petit check parce que le beau ça attire le regard et que merde si on a plus le droit de regarder (sans le faire ostensiblement comme un gros dégueulasse et comme souvent nous les filles en faisont l’expérience) alors on a qu’à tous se crever les yeux, hommes et femmes (parce que nous aussi on mate) confondus. Bonne idée non?

    • Joce

      Je viens de découvrir la polémique autour de Paingout, donc les photos, l’article, et les commentaires, dont le vôtre qui me donne l’occasion d rebondir.
      Vous avez choisie d’être prise en photo, d’être publiée (anonymement ou pas, je ne l’ai pas déterminé mais peu importe). Oui les photos sont, de mon point de vue personnel (le mien à moi), globalement jolies et non avilissantes ou dégradantes…Oui le regard porté est similaire à celui qu’on porte dans la rue les un(e)s et les autres, sans forcément une arrière-pensée sexuelle, juste parce que notre regard est attiré pour une raison ou une autre…Mais peu importe, là n’est pas la question, le problème est dans le non-consentement de la personne à être photographiée et dans son non-consentement à ce que son image (fût elle partielle, tronquée, et je dirais même non identifiable) soit figée, reproduite, diffusée publiquement et vue par des inconnus. Le non-consentement, ce n’est pas seulement faire bien qu’on ait dit non, c’est aussi faire sans demander. C’est en ça que cela s’apparente à un viol. Le terme de viol va bien au-delà d’un viol sexuel, il est d’ailleurs utilisé dans une expression qui a mon sens est un pléonasme, le « viol du consentement ». Le viol c’est le non-consentement. Je n’aime pas ces mots de « culture du viol », parce que le viol est tout sauf une culture, je parlerais plutôt de « banalisation du non-consentement » et là Vincent alias Paingout est en plein de dedans, par son choix de faire passer ses envies avant le fait de demander ou non aux personnes leur consentement (à être photographier, que leur image soit publiée, etc.). Vous allez sans doute alors me rétorquer que regarder c’est pareil, on ne demande pas, et que, vous l’avez dit, on ne va pas se crever les yeux…Oui mais que je sache, l’être humain est (sauf exception) basiquement équipé d’yeux, pas d’un appareil photo (ou autre appareil remplissant la fonction)…Et même en ce qui concerne les regards, toute personne un tant soit peu évoluée veillera à regarder l’autre de manière à ne pas l’importuner. En ce qui concerne cette banalisation du non-consentement, ce formidable outil qu’est le web n’arrange pas les choses, parce qu’il donne l’illusion que tout est anonyme, noyé dans une masse, parce que c’est anonymat permet aussi de se sentir protégé, de se laisser plus facilement aller à des choses qu’on ne ferait pas « dans la vraie vie », sauf qu’Internet, c’est aussi la « vraie vie » quand ce sont de vraies images de vraies personnes. Je ne souhaite vous tomber dessus individuellement mais je pense qu’il n’y a réellement rien de malveillant dans votre commentaire et c’est pour ça qu’il m’a donné envie de réagir là, parce que justement cela montre que cette banalisation du non-consentement peut se nicher même chez les meilleures (Ceci dit j’espère bien que Vincent le lira aussi… ;)… Alors imaginez l’effet de cette banalisation du non-consentement chez des personnes peu équilibrées, mal éduquées, irrespectueuses, imbibées de culture machiste…Il y a des graines qu’il ne vaut mieux pas semer.

  31. Jean

    Je te trouve courageux de répondre à tous ces gens bien pensants…
    Je trouve ça étrange comme tout ça monte en mélodrame pour pas grand chose.
    Bon courage.

  32. tim

    C’est marrant toute cette histoire, je dois suivre Pingoo en dilettante quasiment depuis ses débuts et jamais je ne me suis imaginé que quelques photos volées puissent générer autant d’indignation (en tout cas tant qu’elles le sont dans un endroit public – par opposition au mec malsain qui irait planquer une cam dans des toilettes ou photographier sa voisine dans sa chambre au téléobjectif).

    Sans y avoir songé réellement avant d’avoir lu ce post, j’aurais plutôt pensé que la nana qui réalise s’être fait prendre en candid shot le prendrait comme un compliment (un vrai hein, un compliment poli et bien placé qui fait plaisir et ne met pas mal à l’aise). En y réfléchissant, c’est probablement parce que, quand je vois une photo d’une meuf qui me plaît sur l’IG de Paingout, je me dis plutôt « ouah elle est belle » que « cool, je vais me tailler une latte ». Par extension, si je croise une fille qui me fait le même effet en vrai, genre dans la file d’attente du MacDo, éventuellement ma réaction se situe quelque part entre « rougir quand je croise son regard » et « lui faire un gentil compliment (si vraiment le courage me vient) » en passant par « lui sourire », mais en aucun cas je ne lui mets la main au cul, ne l’insulte ou pars me masturber en cachette. No way.

    Et puis en ce qui me concerne, si je choppe une fille qui me prend en photo sur la plage, ça aura plutôt tendance à me flatter l’égo et à me faire rire. Mais ça, c’est peut-être aussi parce que ça ne m’arrive pas très souvent. J’imagine que la répétition peut s’avérer pénible à la longue.

    En fin de compte, même si je suis le blog de Paingout depuis de nombreuses années, le mec lui-même, je ne le connais absolument pas… Si ça se trouve c’est vraiment un mec malsain qui va gratter dans le sable pour trouver les cheveux abandonnés par les filles qui prend en photo pour s’en construire de petits totems et toute cette virulence est plus que justifiée. Par contre si son post est honnête et qu’il est grosso modo sain dans sa tête, tout ça me semble un peu hors de proportion.

    Et en ce qui concerne les personnes qui ont réagi avec beaucoup de virulence, j’espère qu’elles distinguent perversion, commentaires mal placés, culture du viol etc. d’un intérêt ou d’une attirance normal(e) et sain(e) que peut porter une personne à une autre (qu’on place la démarche de Paingout dans l’une ou l’autre catégorie).

    • Paingout

      Je suis assez d’accord sur le « hors de proportion », mais c’est le jeu de l’internet, faut faire avec.

  33. Ortie

    J’ai honnêtement pas mal réfléchi à ce sujet car ça m’a questionné (et m’a fait me remettre en question sur mon propre comportement), et je me suis rendue compte qu’en dehors de la question de « ce qui est permis par l’art » (qui contient un nombre incroyable de photos volées) et le reportage, en dehors de ce que ça soulève au niveau de l’image de la femme, y’a un problème profondément hypocrite. Tes photos appartiennent pour moi à une autre catégorie : la photo d’un touriste, en Australie, sur la plage, qui prend en photo les meufs en maillot. De la même manière que n’importe quel touriste dans n’importe quel pays qu’on visite, et du nombre incalculables de portraits qu’on fait de gens, plus ou moins discrètement, sans leur consentement. Des photos pas très artistiques, prise au zoom, juste pour partager avec ses potes, dans un album FB (avec 300 photos de vacances non triées). Quelqu’un s’est déjà posé la question de tous ces gens qui allaient finir sur FB ? De s’ils en avaient envie ?
    Non, ce n’est pas un discours qui dit « eh les gens font de la merde, donc on va faire pareil », mais plutôt « remettez-vous en question et soyez logique un peu avant de tout mélanger et d’être agressif ». Des bisous <3

    • Paingout

      J’aime bien cette approche.
      Après, on pourra toujours se poser la question de l’irrespect d’une photo, même d’une photo de tourisme. Une photo d’une nana en mini-jupe dans une mosquée se fera aussi trasher, et la responsabilité de l’auteur de la photo sera aussi pointée du doigt.
      Enfin je peux pas me dédouaner de ma responsabilité, parce que ça ne serait qu’une photo de tourisme :).
      (là où je ne dirais pas la même chose, pour un artiste, mais je n’entre pas dans cette catégorie non plus)

      • Ortie

        Ah mais je maintiens ce que j’ai dit plus tôt, tu crains un peu à faire ça (et moi aussi, à nouveau).
        C’était plus sur la question du droit à l’image, et de la photo volée, et du fait que certains avaient l’air très occupé à te pointer du doigt et pas à regarder s’ils n’avaient pas eux aussi les pieds dans la merde. Bref, l’hypocrisie ambiante quoi.

        • Paingout

          Je prévois vraiment un article entier sur ça. Mais j’attends un peu que tout le monde se détende :p

  34. Dudulle

    Je te soutien.
    je suit ton site depuis plus de 3 ans maintenant… et je ne comprend pas tout ce bruit pour rien.
    Bravo pour tes articles.

  35. LaVitreCassée

    Oh Là !!! Fais gaffe pingoo… Tu es en passe de devenir le « Dieudonné » de la photo volée !

    ;D

  36. marianne des iles

    Bonsoir

    on va écarter le problèmes des photos en Australie. C’est en Australie. Cela ne nous regarde pas ( ;-) ) Le droit à l’image en France est assez simple:

    http://www.cnil.fr/documentati.....personnes/

    Bref. Vous photographiez une inconnue habillée dans la rue et vous diffusez sa photo sur votre site: priez pour qu’elle ne tombe pas sur votre site et qu’elle ne soit pas méchante. Vous êtes certains de perdre… D’autant plus si cette diffusion a pu lui nuire en termes d’images auprès de ses proches ou de son employeur (par exemple…) je ne vous parle même pas du fait de photographier sous sa jupe. On passe d’un délit à un crime…
    Vous êtes TF1 et vous filmez une plage remplis de filles aux seins nus. Sauf gros plans c’est de l’information et vous ne risquez rien. Ce n’est pas moral et c’est stupide de réduire les vacances aux filles aux seins nus se prélassant sur la plage mais c’est légal.

    • Paingout

      Oui alors dans tous ces reportages, il y’a toujours de gros plans.
      Mais très franchement, dans toute cette histoire, je vais pas bloquer sur l’aspect légal, ne serait que parce qu’une fois encore, il est quasi impossible qu’une nana se reconnaisse sur mes photos, et quand bien même ça arriverait, au pire des cas, elle me demanderait de virer la photo. Je ne crois pas que beaucoup jugeraient que ces publications sont graves -au point de- porter plainte.
      Mais je peux me tromper, évidement.

  37. Wyoh

    Je ne suis pas ton blog .com, ni ton Instagr.am, mais ton Tumblr (et honnêtement je ne connais rien à ta supposée « popularité » dans ce pays). Je ne sais pas si ce sont les mêmes qui sont discutées ici, mais tu as posté des « photos de plage » là-bas: *visage visible* et topless.
    Ton argumentaire est franchement faible: les « autres » font pire, « c’est compulsif », « c’est ma ligne éditoriale »… je contrefiche des lubies féministes sur la « culture du viol » (terme utilisé à la base pour décrire le viol en prison je le rappelle, et qui est utilisé à tort et à travers, trivialisant ce qu’est un viol), ou de la légalité de la chose. Moralement c’est de la merde: si tu avais une once d’empathie pour ces personnes, tu ne les publierais pas, tu n’accepterais sans doute pas qu’on le fasse à toi ou à tes proches.
    Et arrête de mettre des smileys partout, on dirait un ado qui ne prend rien au sérieux.

    • Paingout

      Je n’ai jamais dit « les autres font pire ». Tu n’as pas bien lu mon billet.
      Pour le reste, tout est dit plus haut. :) (houps)

  38. levons la tête

    Soutiens à toi l’ami. Beaucoup de gens ne comprennent pas ton oeuvre à travers ce site, et ce que les gens comprennent pas, ils le mettent au bûcher. C’est une bande de mouton qui suivent le premier crétin qui critique pour le plaisir de critiquer.

  39. Auréoline

    Hm. Je ne connaissais pas tes/vos photos avant « l’histoire ».
    Je serais du même avis qu’Ortie. Moi aussi je matte les filles (surtout les filles) et j’ai pris des clichés sauvages pour moi, pour un regard, pour une allure. Et ouais, ce malaise, quand même.
    Parce qu’au fond, savoir que sa paire de fesse est sur le net sans notre accord, ça fait mal. On se sent démunie, et en insécurité totale. Mais bon, soit. Tu vas continuer, de toute manière. A quoi bon.

    Bref. Astucieux de ne pas publier les visages. Aucune retombée juridique, c’est pratique dis-donc. Comme ça on a à la fois le malaise et l’impuissance juridique.

    • Paingout

      Considérer que je cache les visages pour éviter des « retombées juridiques » est franchement poussif honnêtement.
      Ca m’arrive d’en poster, et si globalement, je n’en poste pas, c’est tout simplement pour éviter que des gens puissent reconnaitre d’autres gens. Je sais bien que tout le monde n’a pas envie que ses collègues/amis vous voient en maillot sur une plage, ou qu’ils sachent qu’à 11h34 ce matin vous étiez en train de prendre le métro sur la ligne 3.

  40. Maud

    Moi aussi je trouve tes photos belles, ce qui me dérange et je te l ai dit, c est quand quelqu’un te demande d enlever sa photo tu ne le fais pas. Pourquoi je dis cela? Car moi je suis maman d’une gamine de 17 ans et je t ai demandé d enlever la photo des jambes de ma fille et tu n as pas voulu . Sur ce plan là je te trouve un peu dégueu. Oui je te suivais car j’aimais tes photos mais naïve comme je suis je pensais que c était des photos consenties…. Eh ouais…. grosse bécassine que je suis. Alors oui ça me fait chier de penser qu’un mec (pas toi puisque tu ne dis pas le faire mais d autres surement) se paluche en regardant les jambes de ma fille. Que tu fasses des photos ok, qu’on te demande de les retirer quand on reconnait quelqu’un et que tu ne veuilles pas oui clairement je trouve ça merdique. Et le droit à l image de ma fille c est moi qui l’ai pas elle (elle n avait que 16 ans 1/2 le 2/10 si tu vois pas qui je suis et ni de quelle photo je parle) voilà voilà….. A toi de voir mais mets toi à la place d un père de famille ça te plairait qu’un mec se paluche sur les photos de ta fille sans avoir un mot à dire? je crois pas……

    • Paingout

      Toi c’est encore autre chose. Tu as eu un comportement chelou vis à vis de cette photo, on en a beaucoup parlé sur Twitter.
      Pour ceux qui n’ont pas suivi cette histoire, et qui liront ton commentaire, je résume ici :
      Mes photos tu les suis depuis toujours, elles te font marrer, et quand tu as vu les photos de ta fille, ça a plutôt été un truc rigolo, on en a ri sur Twitter, ta fille (qui poste des millions de photos d’elle sur Internet) est venu commenter aussi, ses potes aussi, et au final tout ceci était plutôt bon esprit.
      Parce que visiblement tu as plein de soucis dans ta vie (et j’en suis très désolé), tu as fini par devenir agressive du jour au lendemain. La seule chose que je t’ai demandé à ce moment, c’est :
      1) de te détendre
      2) que si ta fille voulait vraiment qu’on retire cette photo de ses jambes, elle pouvait me le demander, je le faisais dans la seconde.
      Que tu ai le droit à l’image de ta fille de 17 ans, admettons, je considère simplement que si cette photo, qui vous faisait tous marrer, lui posait un problème, elle pouvait me demander elle de la retirer. Ce qui aurait été bien plus simple.
      Etant donné la visibilité qu’elle a sur le Web, je pense que ça aurait été largement possible qu’elle puisse choisir elle du retrait de cette photo.

      Ensuite, pour être très honnete, je ne crois pas qu’il y’ai grand monde qui se paluche sur des photos de jambes dans la rue. Et quand bien même il y’aurait 2-3 tordus pour le faire, ils n’ont pas besoin de mon compte Instagram pour le faire.

      • Maud

        je t ai dit tout de suite que ça me gênait d avoir les jambes de ma fille…. Arrête d être de mauvaise foi. Comme c est simple…. bref… en attendant les jambes de ma fille sont retirées oui c est ce que je voulais je suis abonnée à toi depuis le début? mais tu rigoles ou bien? j étais abonnée depuis quelques mois seulement….. le champion de la mauvaise foi c est toi….. Et je ne te suis plus depuis quelques semaines quand j ai vu que tu continuais à faire quasiment que ça.

        • Paingout

          J’ai bien compris ton propos. Je te le redis simplement, j’aurais préféré que ce soit elle qui demande à ce qu’on retire une photo d’elle, plutôt que toi, de cette manière. Il n’est pas question de bonne ou de mauvaise foi.
          Après tu peux nier si tu veux que tout ceci a été tourné en LOL dès le début, entre toi, moi, elle, et ses potes, mais c’est bien ce qui est arrivé.

          • Maud

            Elle ne veut pas faire de vagues sur twitter et elle a raison…. Son droit à l image pour une mineur c est ses parents qui l’ont… Et comme je suis son seul parent officiel c est moi donc voilà la discussion est close. MERCI

          • Paingout

            J’entends bien, et tu as raison. J’ai simplement eu tendance à penser qu’à 17 ans, et avec la visibilité, elle pouvait me le dire elle même. Je trouvais ça mieux, plutôt que de la manière dont ça s’est passé. Mais oui tu as raison.

          • Maud

            je trouve cela dommageable de ne pas avoir accédé à ma demande quand je te l ai demandé et que tu le fasses quand tu es dans cette position là….Je te dis et redis tes photos sont belles et je le reconnais mais voilà comment peux tu faire la différence entre mineur et majeur..??? Et oui les mecs n ont peut être pas besoin de ton site pour se palucher mais si on peut éviter que ce soit sur les jambes de ma fille (car j en suis persuadée que des mecs le font) ça m’arrange…. Voilà ne prend pas mal mes commentaires , je suis une mère de famille et peu importe ce que tu penses de moi (oui j’ai des soucis et alors? t étais obligé de l étaler là alors que moi je n’en parle plus?) ben je ne suis pas pour autant une personne non respectable si?

          • Paingout

            Ah mais tu es tout à fait respectable.
            Pour répondre sur la majorité, publier des photos sans consentement est le même problème, qu’une nana ai 16, 17, ou 18 ans. On parle de jambes, pas de pornographie ou de détournement de mineur. Le problème sur le droit à l’image non respecté est à peu près le même. Et je ne le nie pas :)

          • Maud

            je savais que tu étais une personne un peu censée et qu’à un moment donné nous allions tomber ok…. Merci

          • Maud

            Et puis j arrête de te répondre je suis en train de faire exploser tes stats hein…. ^^

  41. Marl

    Bon bref, tu fais de la merde, c’est inintéressant, tu es incapable d’avoir un seul argument valable et tous ceux qui te le disent te laissent indifférent parce que c’est ton privilège de petit mâle que tu appliques au quotidien au mépris de tout le reste. C’est bon, on peut s’arrêter la et passer à autre chose puisque tu t’assumes dans ta stupidité? Parce que tous les gens qui t’opposent le simple bon sens récoltent tes simples « oui, sympathique approche en effet » sans plus de développement ou de chauffe neuronale de ta part, ni même de discussion au delà de l’hypocrisie. Y’a un moment c’est lassant et on peut plus rien faire pour toi, pourquoi même encore répondre aux commentaires?

    • Paingout

      J’ai du mal à comprendre les gens qui viennent relancer le sujet en disant « on peut s’arrêter et passer à autre chose ». C’est très bizarre.
      S’il n’y a rien à dire ou si c’est lassant, ben tais toi. Genre.

  42. Baptiste

    Fait comme bon te semble Paingout, tu as mon support pour exercer ta liberté, artistique ou non.

  43. Crebillon

    Houlalala ! Hystériques, débiles, comminatoires, définitifs, inquisitoriaux, stupides, indignés ……j’ai pas tout lu, c’est un peu chiant, mais le niveau des commentaires, eu égard à la gravité du sujet, ( du délit même et à en croire certains, le bagne ne semble pas de trop) est consternant. Les Torquemada et Fouquier-tinville ne sort pas morts, ils portent des jupes c’est tout ;)
    Allez Pingoo, continue c’est sympa ces photos, pas de quoi fouetter un chat. Pour moi c’est juste des jaloux. Jaloux de ne pas pouvoir en faire. Jaloux de ne pas y être.

  44. ella

    Je viens de lire tout l’article, dis moi si jme trompe mais si on résume tes arguments:

    1- « …que j’ai cette vision (visible par tous) »
    à lier avec: « ce sont des photos d’une scène publique, dans des lieux publics. »

    En gros, tout le monde peut voir ce que tu as pris. Ce n’était pas secret ou volé dans les données personnelles de quelqu’un. Ok.

    Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est que tu soulignes ensuite dans cette même veine le « culte du corps » qui existe à Sydney. C’est vraiment ambigu, c’est comme si c’était implicitement utilisé comme argument. (ou bien comme si tu cherchais à nous dire que le souci c’est pas toi, mais bien la « pudeur »/ »pudibonderie » dans l’oeil des gens, cf le laïus ensuite sur la religion). Est-ce que parce que les gens sont à l’aise avec leur corps on a « plus » le droit d’en voler l’image? Est-ce qu’il y a moins de respect à avoir de quelqu’un qui se « dénude » publiquement? Est-ce que, parce qu’une meuf s’est mise topless de sa propre initiative, c’est open bar, ou « moins grave » de la prendre en photo sans son accord? Puisque de toute façon elle le montrait publiquement?

    Y a un gros soucis avec ce type d’argumentaire, on pourrait en le suivant à la lettre arriver à défendre des trucs vraiment, vraiment sales, pour ne pas donner d’exemples.

    3 – « Je ne gagne pas d’argent avec ces photos »

    Nan, mais quand ton truc c’est pas l’argent, mais une sorte de « popularité » à l’échelle bloguesque j’imagine, on peut dire que tu utilises clairement des images volées de seins et de cul de meufs dont on n’a pas demandé l’avis pour racoler sur les réseaux sociaux. Si on considère qu’une bonne partie des gens te suit pour voir des maillots rentrés dans les fesses sur des plages, ta popularité grimpe sur le dos de filles même pas au courant. Je sais pas si c’est si différent. C’est en tout cas très différent que de racoler avec ton propre cul, ou avec le boulot de modèles consentantes voire rémunérées/gratifiées. Et c’est aussi très différent des photos dénudées que ces filles publient peut être par ailleurs sur leur propre compte, parce qu’elles sont libres de le faire et que c’est leur cul, nan?

    4 – « Je me le permets parce que je m’impose des limites »
    « Par exemple, dans 99% des cas, je ne publie pas les visages. »

    J’ai vu plutôt pas mal de visages sur ton compte, mais enfin.

    5 – Les autres le font aussi / les autres font pire : « …exactement comme le ferait un journal people en publiant une photo volée ou une photo topless sur la plage. C’est EXACTEMENT la même chose. »

    Bon.

    5 bis – « Des trucs « pas bien » dans la vie, on en fait tous. »

    heu.

    Publier des photos volées de jeunes femmes ou de mineures dénudées, sans leur consentement n’est pas « pas bien » comme on dirait d’un enfant qui a volé du chocolat, comme tu essayes de le faire paraitre :/… C’est juste un acte de sexisme basique, que tu peux te permettre dans ta situation (dans le confort d’une société qui se met en général le consentement des femmes au cul, donc), et que donc tu te permets. C’est très bien que tu assumes, mais tu as aussi l’air de vouloir minimiser. Genre je suis un gros vilain j’aime les jolies fille *clin d’oeil*. C’est très bien d’aimer les filles à poil, on parlait pas de ça.

    6 – Plus un « move » qu’un argument ça: « Et si je devais débattre sereinement avec des féministes sur cette question, je mettrai en opposition le conditionnement machiste qui génère et entretien cette culture du viol, aux conditionnements judéo-chrétien qui ont eux aussi ravagé la cervelle de nos cultures, et de leurs rapport aux corps et à l’intimité. Et je considère clairement que ces complexes religieux sont tout aussi dramatiques que le machisme rampant qui gangrène effectivement l’humanité. »

    blouubiiiboullgaaa violonnn. En fait, je trouve ça très très éculé : tenter de faire passer les autres pour des pudibonds, détourner totalement la question en dénonçant out of the blue un problème de « rapport au corps » et de « complexes », quand il s’agissait en fait de consentement. Car personne ne s’est offusqué de la nudité en soi malheureusement (ç’aurait effectivement été plus facile à contredire, et plus commode pour se draper dans un « vous ne comprenez rien à mon Art »), les gens se sont à l’origine offusqués, encore une fois, du non consentement, et de ce que ça représente dans un contexte de culture du viol et de harcèlement des femmes dans les lieux publics, que tu peux pas dépolitiser d’un revers de main.

    Mais en fait, ce que je ne comprends vraiment pas, c’est pourquoi tu veux absolument te protéger des critiques féministes, ou qui lient ce que tu fais à la culture du viol? Pourquoi c’est si important pour toi? Parce sans polémiquer ou se chauffer les nerfs du tout, je vois bien un lien clair entre les deux, il est même plutôt évident pour qui est exercé à ce genre d’observation (c’est dommage que des tas de gens dans les commentaires se ruent en pensant que « culture du viol » = viol…). Mais pourquoi tu n’assumes pas simplement ce sexisme? Tu as l’air d’assumer tout le reste très bien. Après tout je crois qu’il n’y a aucun obstacle légal à ce que tu fais.

    • Paingout

      1- Je vois pas en quoi un argumentaire sur un sujet, devrait être appliqué à la lettre à un autre sujet, plus grave ou plus engageant. Mais oui en effet, je considère que poster une photo d’une babe à Bondi Beach est moins problématique que de poster une photo volée d’une nana dans sa salle de bain.
      2- Y’a pas de 2 visiblement.
      3- Alors oui, je peux concéder que ma « popularité » est aussi générée par ce type de photos, en effet. Et donc ?
      4- Oui il y’en a, parfois. Quand ce ne sont pas des ami(e)s à moi, c’est effectivement pas génial.
      5- Il n’y a pas de notion de « pire » en réalité. Je montre simplement que l’indignation est sélective, toujours.
      5bis – Je viens de publier un article dédié à ce sujet tiens.
      6- Bien sur que si les gens s’offusquent de la nudité. Je ne suis pas idiot, et je sais lire les commentaires. Tu parles toi même de « seins et de culs de meufs », alors que 99% des photos sont des jambes. Ce qui te gène, c’est la notion de seins, et de cul. Pas de « droit à l’image ». Si je postais des photos de nanas en pull, tu n’aurais pas pris le temps de poster ce commentaire.

      Je n’ai pas nié le lien qu’il y’a avec la culture du viol, je minimise simplement sa gravité. Et je peux tout à fait assumer cette part de sexisme, sans problème, tout comme je peux assumer la part de racisme qu’il peut y avoir en moi.
      Je t’invite à lire cet article de moi tiens :
      http://www.pingoo.com/2012/04/.....-gros-con/

  45. Maludi

    Bonjour, bonjour !

    Alors, une petite question d’après bataille, comment et pourquoi ça a commencé tout ce ramdam ? Moi, je n’ai pas Twitter, je ne suis que le blog et Instagram. Et j’aimerai juste comprendre comme le feu a pris, parce que ça a l’air violent, d’un coup, alors que tout cela est loin d’être nouveau. C’est un peu comme si on s’insurgeait en 2014, que les jours sont plus courts en hiver qu’en été (« absolument scandaleux ! »).

    Bref, perso, si je suis le blog et Instagram, c’est que j’aime bien. Quand j’aime moins, je passe. J’avoue que les 12000 photos de nana en Australie, j’ai passé… par contre je me suis attardée, sur les photos de mecs (ça changeait un peu ;)), parce qu’il y a eu aussi des quelques photos de mecs (un appel au viol ?).

    Si on aime pas, si on trouve ça choquant ou gênant, on passe sa route… sur un compte Instagram, comme sur un magazine, un livre ou à la TV, on en a le choix… Il y a vraiment des gens qui n’ont que ça à faire de perdre du temps sur quelque chose qu’ils n’aiment pas…
    Oui, si on ferme les yeux pour tout, les gens feront des choses horribles en toute impunité… ou pas, parce que les gens cherchent à être vu, et s’il ne sont pas vu, si on ne leur accorde pas d’intérêt, ils arrêtent… et ceux qui font des choses vraiment horribles, ils ne cherchent pas à être vu…

    Moi aussi je fais et diffuse « plein » de photos de mon quotidien (il y a plus de paysages et de gâteaux). Pleins de gens font et diffusent pleins de photos de leurs quotidiens, voire parfois d’eux-même… C’est l’ère des smartphones et d’Instagram, mais personne n’oblige personne à a suivre.

    J’espère que je ne vais pas contre la ligne éditorial de Paingout en postant ce lien (sinon, il est toujours possible de supprimer cette partie là) :http://odieuxconnard.wordpress.....ed-au-cul/
    ou comment la bêtise des gens contribue à diffuser une information contre laquelle il s’indigne.

    • Paingout

      Je confirme que j’ai gagné beaucoup de followers, sur Twitter et Instagram, et la photo « voyeur » qui a posé le plus de problème, qui n’avait été postée que sur mon compte Instagram, s’est maintenant retrouvé sur tout le Web, Twitter et Facebook, à cause de ce mouvement d’indignation.
      C’est ballot. Je pense qu’on pouvait me tacler sans faire tourner à ce point là ou les photos problématiques.

  46. Pingback: Qu’est ce qui est grave ? - Pingoo.com

  47. Nawak

    « Par exemple, dans 99% des cas, je ne publie pas les visages. »
    Par exemple, dans 99% des cas, les actes sexuels sont consentis.
    Par exemple, dans 99% des cas, les viols ne concernent pas les enfants.

    Tu as de ces arguments des fois!
    Comme toi je suis fétichiste des jambes et en ça je ne peux m’empêcher d’aimer tes shootings avec tes amies consentantes.
    Par contre pour les instants « volés », je les zappe et ne cherche même à savoir si la victime (sans abuser sur le terme) possède ou non de jolies jambes.

    Il y a des lois et il y a la morale.
    Ce qui tu fais n’est ni pire, ni mieux que closer ou le 13h en été, c’est juste un v(i)ol.

    Une fille met une jupe parce que c’est la mode, parce qu’elle est à l’aise pas pour qu’on lui reluque le cul.
    Une fille cesse de porter des jupes ou cesse peut être d’aller a la plage parce qu’elle en a marre des mecs chelou comme toi. Soit dit en passant tu as quand même une bonne tête de pervers même si tu nies en être un. Ca doit choquer les filles qui te captent en flag de shoot clandestin.

    Au japon, le shoot sous la jupe est devenu tellement important que des quais du métro sont désormais réservés aux femmes et que celles ci n’hesitent plus a bastouner les mecs qui s’y aventurent. Pour un peuple connu pour sa réserve (et ses fetichismes aussi mais ce n’est pas le sujet), ça prouve tout.

    Heureusement que tu ne représentes qu’une minorité! Dis toi juste que sans réaction face à ton outre passement de droit (la liberté en l’occurrence d’assumer ton gros melon et ton égo), les individus comme toi se multiplieraient, n’auraient plus aucun scrupule et la vie deviendrait encore plus stressante pour ces demoiselles en jupe et maillot de bain.

  48. Lisa

    C’est marrant parce que moi ce qui me dérange dans ces histoires de photos, c’est plutôt les pingouines (bon j’avoue je te suis pas sur IG, donc je suis passée à coté)

    Les pingouines, ce sont des photos sexy de filles parfaitement identifiables que tu a récupéré à droite à gauche, sans leur consentement, sans les créditer, et que tu t’approprie encore plus en leur donnant un surnom lié à ton pseudo, comme les Claudettes de Claude François.

    Oui, la majorité de ces clichés ont probablement été postée par ses filles sur internet, mais ont-elle pour autant envie d’être collectée comme des images panini sur un blog d’un parfait inconnu?

    En fait, globalement j’ai un problème avec la majorité du contenu érotique que tu poste, à l’exception des séances photos que tu fais toi-même (qui sont d’ailleurs d’une bien meilleure qualité, et que je préfère d’un point de vue esthétique), parce que ces filles sont consentantes, elle ont choisi ce qu’elle veulent te montrer et sont consciente que le shooting va finir sur ton site.

    Pour TOUT le reste, les personnes des photos n’ont pas eu son mot à dire.
    Et qu’elles soient habillées ou non, je trouve ça sale.

    Ma belle-mère a un blog. Elle poste ses photo de vacances et ses photos de famille quand on se réuni. Et bah moi ça me choque. J’ai rouspété pendant longtemps pour ne pas qu’elle publie de photo avec moi dessus parce que je n’étais pas d’accord. Qu’elle prenne la photo si elle veut ! Mais qu’elle ne la publie pas sur internet.

    Alors putain, j’imagine même pas la tronche que je ferais si c’était des photos dénudées prises en travers sur la plage.

    On SAIT que tu ne veut pas faire du mal, et que tu ne veux pas participer à cette culture du viol. Mais, que tu le veuille ou non, tu participe, grain de sable parmis tant d’autre, à l’objectivisation féminine. Et si tu t’en prend plein la gueule, c’est que tu es un grain de sable que beaucoup de gens suivent sur les réseaux sociaux.
    Tu ne dois pas être plus ou moins engueulé pour tes actes que les autres, mais gueuler sur tout le monde, ça prend du temps et c’est fatiguant.

    Mais voila, peu importe les intentions, ce que tu fais « valide » la femme objet.
    Il faut que tout le monde arrête. T’es celui de la liste du jour. Le prend pas personnellement. Mais bon voila, faut arrêter. :/

    • Paingout

      Je suis d’accord, les photos de pingouines, ou en général de meufs, diffusées sans crédits, c’est moche.
      J’ai un peu relativisé ça, en me rendant compte que mes photos étaient aussi diffusée assez massivement et de manière anarchiques, et pour en avoir parlé à des modèles à moi, au final ça ne semble pas traumatiser grand monde. Mais en effet ça reste gênant, et je n’ai pas à généraliser ça à tout le monde.

      Après pour l’objectivisation féminine, oui, j’y participe massivement. Même à travers mes shootings d’ailleurs. Je le pense vraiment.

  49. Yop

    « C’est mal. Je le sais. J’ai pas d’excuse. Je sais que je ne devrais pas. Et je reconnais tout à fait que c’est mal. Je n’ai vraiment pas d’excuse. Vraiment, je cherche, mais je ne trouve pas.

    Mais y en a d’autres aussi qui font du mal, alors je ne suis pas le seul !
    Et puis je pourrais faire encore plus de mal que ça, considérez-vous comme chanceuses !

    Et puis, bah, euh, c’est pas de ma faute, c’est compulsif, et si j’arrêterais je mourrirais, et puis mes mains n’obéissent pas à mon cerveau, et j’ai une maladie mentale qui m’interdit d’accepter ma responsabilité morale et d’agir en conséquence pour améliorer mon comportement. »

    Très éloquent, merci.

    • Paingout

      Quel est l’intérêt de ré-écrire mes propos au juste ? J’ai pas ASSEZ écrit sur le sujet c’est ça, alors faut chercher d’autres trucs à me faire dire ?
      Chelou.

  50. jipe

    Je viens régulièrement sur ton instagram et je m’étais posé aussi la question sur le droit a l’image lors de ton voyage en Australie, aussi, je suis moyennement étonné de ce débat, en fait, la seule qui m’avait vraiment heurté(et que tu as retiré je pense) c’est ce shoot en dessous d’une jupe dans un escalier qui était limite (mais tu dis que c’est une copine).
    De là a lire les commentaires plus que violents a ton instar, de plus par des gens qui ne te suivent pas, c’est un peu gros..
    Moi, ce qui me choque le plus, c’est que tu fasses un reportage sur l’Islande l’année dernière, sur la Chine et l’Australie cette année, jusqu’où s’arrêtera t’on ? moi qui n’ai pas été plus loin que Noeux les mines (très chouette au demeurant), tu comptes aller ou l’année prochaine ? Miami Beach ? :-)
    Plus sérieux, pourquoi tu cherches a te justifier ?

    • Paingout

      Je n’ai pas retiré la photo en question, je l’adore :).
      Pour le reste, je sais pas si c’est de la justification, mais à partir du moment ou je m’exprime quand même beaucoup, partout, j’aime bien l’idée d’essayer d’expliquer un peu. Tout le monde n’est pas insultant, et j’imagine que certains ont pu aussi comprendre que tout ceci n’était pas si grave.

  51. jipe

    Ah oui, je voulais aussi dire que Richardson (de tête) qui se fait photographier en se faisant faire un handjob et qui lui, se revendique artiste, je trouve ça bien plus glauque que tes photos..

  52. juliachou

    j’ai envie de sexe maintenant…

  53. pr

    Juste en passant, et sans avoir eu le temps de lire ce que disaient les autres commentaires : l’argument des féministes « énervées » est un classique éculé, et de très mauvaise foi. Cf: http://cafaitgenre.org/2013/08.....n-message/
    Plus globalement, sur le fond de l’article, rien que de la misogynie classique et du sexisme primaire, sans l’ombre d’une justification sérieuse.

    • Paingout

      J’ai parlé de féministes énervées ?
      Pas vraiment de justification non plus d’ailleurs, mais je comprends qu’on puisse comprendre tout ceci comme étant en effet une tentative de se justifier.

  54. Cha

    Non mais Paingout. Je ne connaissais pas tout ce tintouin. En tant que personne qui semble publier sur Internet tu devrais te renseigner. Je pense qu’une bonne lecture de l’article 9 du code civil te fera comprendre que ce n’est même pas une question de féminisme. Mais la réalité suivante : les filles prises en photos peuvent porter plaintes contre toi au civil voire au pénal si je ne m’abuse.

    • Paingout

      Tu t’abuses.
      Le droit à l’image s’applique si les personnes sont identifiables.
      Il y’a quelques photos avec visages et/ou tatouages concernées sur mon compte, mais vraiment peu. Dans 99% du cas, mes photos ne posent pas de problème de droit à l’image.

  55. D.

    J’ai bien tout lu Freud.. tu devrais tout renommer en cochonoo.com

  56. L.

    C’est très marrant de lire tes contradicteurs, merci de m’avoir amuser.
    Depuis que le web est accessible à tous, on se rend compte que dans « tous » il y a surtout des moutons qui ne comprennent rien au web. Ni aux espaces publics. Regarder une jolie femme topless ce n’est pas pervers, c’est normal. Une jolie femme topless qui se plaindrait d’un inconnu qui la regarde, c’est juste de l’hypocrisie, un peu comme toutes ces personnes qui se plaignent de ce que tu fais. Bref, un jour comme un autre sur la toile.
    Et merci encore pour ce que tu fais, les réactions sont très divertissantes.

    • xenomorf

      Une femme qui se met topless le fait parce qu’elle a envie de le faire, pas forcément pour qu’on la regarde. Ce que vous dites est exactement ce qu’on appelle la « culture du viol ». et bientôt vous allez nous dire qu’une femme violée en minijupe l’a bien cherché c’est ça ?

      • Paingout

        Tu as tout à fait raison, quand le lundi je prends une paire de collants en photo dans le métro, le mardi je viole des femmes.
        Ce qu’il faudra intégrer à un moment donné, c’est que tout raccourci n’est pas bon à faire pour faire avancer la cause féministe. Expliquer qu’on contribue de manière insidieuse à la culture du viol, pourquoi pas, mettre dans la même phrase « nana regardée en topless » et « celle voilée en minijupe la bien cherché », et d’une bêtise crasse, et est donc profondément contre-productif.

  57. michhhel

    Bonjour, je vous suis régulièrement, à la fois sur Pingoo et sur Oognip, et je reste effaré des raccourcis que certains « indignés » se permettent. Quand je lis que vos photos font partie intégrante d’une certaine « culture du viol », cela me laisse pantois. Si une jeune femme insiste sur le fait que ce n’est pas parce qu’elle porte une jupette qu’elle a envie de coucher avec tout le monde, je lui donne raison à 300%. Le gars qui va penser le contraire est un malade mental, dont l’internement serait nécessaire d’avril à septembre, pour cause de tenues féminines légères. Mais dans ce cas, sacrebleu, que l’on comprenne aussi que faire une photo d’une femme, fût-elle en bikini, ne signifie pas pour autant que l’on ait envie de lui faire subir les derniers outrages! Cela ne signifie pas que l’on soit un dangereux obsédé doublé de quelqu’un d’irrespectueux envers les femmes. Par quel dérèglement de la pensée en arrive-t-on à ce raccourci « je te photographie, donc j’ai envie de te faire ta fête »?? Et quoi dans ces conditions? On photographie des gosses et l’on est pédophile? Des animaux et l’on est zoophile? Cela vient-il encore à l’esprit des gens que, depuis la nuit des temps, il s’est trouvé des gens qui ont eu envie d’immortaliser, sur papier, dans la pierre, sur une toile ou une pellicule la beauté de la femme? Pourquoi y rajouter d’office une connotation sexuelle aggravée d’une composante « viol »?? Et en cela, je vous donne entièrement raison: notre culture latine a malheureusement inculqué à la majorité des gens l’équation suivante: corps +/- dénudé = sexe = malsain. Moi qui suis à la croisée de la culture latine et germanique (je suis belge) je vois les choses de manière complètement différente: nous avons, par chez nous, de grands centres thermaux, avec saunas etc: tout le monde y est nu et ce n’est pas pour cela que cela dégénère en partouze générale. Mon épouse ne s’y sent pas menacée de viol à tout bout-de-champ non plus. Comme vous le dites vous même: si quelqu’un a envie de trouver des photos à caractère « sexuel », le net regorge de choses bien plus explicites que vos photos. Et quant à vous traiter de pervers parce que vous photographiez des filles dénudées, et bien, dans ce cas, il faut mettre dans le même sac que vous des gens aussi célèbres que Peter Lindbergh. Je pense quand même que si autant de vos connaissances acceptent de poser nues pour vous, c’est qu’elles en se sentent pas en présence du pervers que certains dépeignent ici. Continuez de faire des photos, d’autant plus que la grande majorité d’entre’elles ne représentent pas des atteintes au droit à l’image.

    • Clyne

      Je suis complètement d’accord avec ce commentaire :)

    • zapator

      Ce commentaire est de loin le plus raisonnable de tous.
      J’avoue que le raccourcis évoqué : « je te photographie, donc j’ai envie de te faire ta fête » qui transpire dans chaque commentaire « féministe » est ultra flippant…
      Quant aux féministes : j’ai fait lire tout ce thread a ma belle mère qui avortait par militantisme dans les années 70 (old school et autrement plus engagé comme action que de venir flammer ce site), elle en revenait pas du niveau et des « arguments » vomis par les intervenants. C’étais marrant de la voir se foutre en colère sur la démesure des réactions.
      Je suis rassuré sur mon cas, je n’ai jamais trouvé quoi que ce soit à redire sur la démarche de Paingout. Bon, ma femme me souffle que c’est juste nimp les commentaires outragés. ça va, on est raccord en famille. ^^

  58. hugo

    Au non du père, du fils et du « sein » esprit… Et pour les siècles des siècles…

    Bon dieu c’est long, c’est long et chiant, quelle branlette intellectuelle…

    Que les culs bénits s’insurgent et que les féministes s’indignent… La mort du petit Jésus est bien trop atroce pour perdre son temps à vouloir faire la chasse aux grands bruns ténébreux…

    Morale, éthique, vertu mais Pingoo n’as tu aucune limite dans cette débauche de perversité…

    Mouais bon l’unanimité est un doux mirage fantasmé par le peuple, donc bon tu fais comme tu as envie…

    Et Bon dieu que c’est beau une femme…

    Indignés : Oui mais … bla bla bla…. bla…bla

  59. Nitram

    Quand je lis tous les propos avec des cris d’orfraies de ces demoiselles/dames (et quelques messieurs) qui invoquent une culture du viol au sujet des photos de Paingoo je me dis que les psychanalystes ne sont pas près d’être au chomage!

  60. xenomorf

    Une majorité de filles qui disent que c’est glauque, et une majorité de mecs qui n’y voit rien de problématique (rappelons que ce sont des photos de filles), ça devrait t’interpeller… et je ne serai pas fier à ta place. L’avis des mecs sur ce qui est sexiste ou pas pour des filles, on s’en fout en fait, ce n’est pas à eux de le dire. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas la bave aux lèvres que le regard n’est pas sexué et les femmes considérées comme objet.

    • michhhel

      …ben oui, mais dans ce cas on ne peut plus prendre personne en photo, si la personne en question est d’office considérée, à vos yeux, comme « objet ». C’est ridicule comme règle générale: à ce moment là, un homme a-t-il encore le droit de photographier un autre homme ou va-t-il être considéré comme un sale photographe homo qui photographie des hommes objets? Si vous êtes incapable, dans la vie de tous les jours, de fréquenter des gens du sexe opposé au votre sans avoir en permanence à l’esprit que vos rapports sont sexués, je ne sais pas où cela s’arrête…

      • Paingout

        Je connais des nanas qui prennent régulièrement des garçons en photo dans le métro, en publiant leurs visages, ça n’a jamais choqué personne en effet.

    • Paingout

      Une majorité de filles ne disent pas que c’est glauque. Accessoirement, les photos en question sont même likées à 50% par des filles, elles sont même plus nombreuses à y laisser des commentaires.
      Je me suis rendu d’ailleurs compte que deux des demoiselles qui avaient lancé la fronde à mon encontre, ont liké des dizaines de photos en question, pendant des mois.

  61. Walter Deuxmille

    Moi j’aime bien ce blog.

    Et je m’insurg(èle) contre l’intellectualisation permanente de démarches primaires, telle qu’un petit clic de photo, sur un ensemble qui demeure bien gentil et surtout bien joli.

    Longue vie à Pingoo, Paingout, Oognip et consorts !

  62. Pingback: Ce pingouin est un porc | Chroniques lustrales

  63. xenomorf

    En tout cas une incapacité à te remettre en question qui est impressionnante… Que des filles et des garçons transmettent les stéréotypes genrés et participent de la culture du viol, quelle découverte ! L’argument du « des filles ont liké mes photos » ne tient pas vraiment = Il y a même des filles qui traitent d’autres filles de salopes… les filles sont donc des salopes. Ouais, terrible.

    • Paingout

      Qu’est ce que tu sais de ma capacité à me remettre en question, on se connait ?
      Globalement, quand un individu ne partage pas la vision d’un autre, ça ne veut pas forcément dire qu’il n’est pas capable de se remettre en question.
      Quand a l’argument en question, ça n’en est pas un, je relève simplement que les personnes qui ont lancé cette polémique n’avait au final pas de souci avec ces photos dans un contexte donné. Tout simplement parce que le sujet n’est pas si binaire qu’il a été présenté par quelques couillons.
      Cela étant dit, oui en effet, je transmets et relaye en effet un bon gros paquet de stéréotypes genrés, je confirme.

  64. Johnslip

    Je crois comprendre pourquoi j’ai quitté twitter… Moi je veux des photos encore et toujours pour satisfaire mon esprit pervers et sale. Puis des articles comme celui-ci aussi parce que c’est cool.
    Je t’aime Paingout, bisous.

  65. Olivier

    Beaucoup de bruit pour rien.
    Je trouve le travail photographique de Pingoo intéressant et je ne trouve pas que cela valait autant de haine et du coup autant d’explications.
    Que les gens qui critiquent essayent de construire plutôt.
    Bonne continuation et longue vie à Pingoo !

  66. Pingback: Paingout et Instagram - Pingoo.com

  67. Pheeloo

    Bon ben moi – garçon – j’aime bien ce que fait Pingoo, j’aime bien sa façon de commenter, je ne suis pas d’accord avec tous ses avis mais en général il est assez équilibré, et les photo volées, ben c’est des photos volées. Volées. Pas violées.
    Alors Vincent continue, les jambes sont belles, les filles sont belles, evidemment que ça fait naître du désir, mais alors, vraiment, hein, pour de bon, alors : C’est un problème ?

    Keep up the good work !

  68. Pingback: De PD à gros porc. - Pingoo.com

  69. Pingback: Paingout, "De PD à gros porc" Vraiment ? | Entre rêveries et réalité

  70. Vanessa

    J’adore ce petit côté humble et auto-flagellé « oui c’est mal, non je ne devrais pas, oui je suis un con » mais qui continue, avec toute la clique de justification « y en a d’autres qui le font » et sa hierarchie « et moi c’est moins grave », sans compter des mea culpa en mode « des fois j’ai montré des visages mais j’aurais pas du »

    Cette stratégie (inconsciente cela s’entend) argumentative, c’est pire que de la mauvaise foi en barre. Ca donne envie de défoncer un ptit Point Godwin genre mais putain, combien de fois ils l’ont sorti nos petits témoins passifs « oui mais non moi j’ai rien fait hein et puis j’ai dénoncé personne d’abord » en 42
    (et hop un point Godwin, ça me fait plaisir, c’est cadeau, juste pour troller)

    Et humainement, est ce que ça te rend plus fort, ce côté « j’assume » (ah l’ère virtuelle, où on se met à assumer et à oser en likant, le courage des temps modernes, le pouce en l’air) ? Est ce que t’es meilleur artistiquement, est ce que ça te valorise, ça te rend plus beau, plus riche ?

    Au-delà d’une éventuelle démarche artistique (que je peux comprendre), finalement, c’est ça qui me semble un peu naze. Ce côté constant « ce n’est pas si grave ». La perte totale de réelles valeurs.

    Mais non, rien n’est « grave ». On peut tout accepter, tout tolérer.

    Mais des fois, de l’éthique, JUSTE de l’éthique, ça fait du bien.

    Des fois, les limites, ça peut faire du bien, aussi.

    Qu’on foute la paix à des corps qui n’ont rien demandé.

    Y a bien assez de filles qui sont prêtes à n’importe quoi pour 2 mn de gloire à la téloche pour qu’on laisse les autres (même si ce sont peut-être les mêmes) tranquilles.

    Un peu de valeur, ça nous rendrait plus noble.

    Ouais, c’est gratuit, ça rend pas plus riche mais ça nous élève.

    Chacun ses buts.

  71. Tassathe

    tl;dr pour cet article : « Oui c’est mal, oui je ne devrais pas le faire. Mais je le fais quand même et je refuse qu’on m’en fasse le reproche »

    La cohérence incarnée !

  72. C'est illégal

    J’espère vraiment qu’un jour une fille portera plainte contre vous. Ce que vous faites et gerbant et répréhensible par la loi, le fait que vous en ayez conscience n’y change rien et n’est pas une excuse.

  73. Tuxedo

    « La finalité de tout ça et que la plupart de mes lecteurs, qui sont de fait des soutiens, comprennent que mes photos sont simplement des appels aux viols, »

    euh…, c’est un lapsus ?
    Cette phrase est particulièrement alambiquée alors que le reste est relativement clair du coup j’ai pas compris, mais ça fait un peu tâche…

    Mon avis est que ce que vous faîtes n’est pas correct, je n’aimerai pas être en photo sur votre site quand bien même je puisse apprécier de mettre des tenues qui me « mettent en valeur »

    Et il n’est pas normal que vous fassiez passer votre plaisir égoïste et votre besoin de reconnaissance (partage si vous voulez) avant le droit au respect des personnes concernées. Au moins, demandez leur leur permission pour prendre une photo, il y en a surement qui seront d’accord et/ou flattée, mais c’est un minimum de correction.

    Il est difficile de nier que cela perpétue la norme qui veut que le corps des femmes soit le bien public des hommes, qu’ils puissent ouvertement faire des commentaires positifs ou négatifs sur le physique des femmes, se sentent autorisés de prendre des photos sans permission, puis de les partager sur internet…

    Je trouve pour ma part que vous avez l’air d’être tout à fait intelligent et tout à fait conscient de ce que vous faîtes, c’est je suis désolée, encore pire !

    Bref, même si je trouve que vous ne méritez pas de telles injures, le fait est que ce que vous faîtes n’est pas correct, et vous même le savez et l’admettez, pourquoi en ce cas continuer ?

    Vous répondez, « parce que ça me plaît ». Franchement, honte sur vous :(
    Lorsqu’on donne priorité à ses envies alors même que l’on sait que cela aura des conséquences négatives et que l’on participe de quelque chose de plus global et qui est terriblement toxique, oui la culture du viol est appropriée pour rendre compte de vos photos partagées sur internet, on est vraiment pas quelqu’un de bien.

  74. Dextarian

    M’enfin, je sais même pas pourquoi ça s’enflamme sur pleins de trucs.

    Si tu demandes pas le consentement à la personne que tu photographies, tu te prend un procès sur la gueule. Ca s’appelle le droit à l’image. Et c’est très protégé dans ce pays.

    Donc si on vole des images qui ne nous appartiennent pas, on prend cher. La seule chose qui sauve le « photographe » ici, c’est qu’il est difficile d’identifier la personne sur la photo pour porter plainte contre lui.

    Donc oué, le consentement, en droit, c’est pas une notion philosophique qu’on doit débattre pendant des heures en web 2.0.

    C’est codifié et appliqué quand on a pas des petits malins qui ont surtout pas envie de se prendre des procès au cul en faisant tout un max de choses pour truquer et tromper.

    Putain, cette culture du net me fait chier des fois. Ca fait quoi, 14 ans que tu dois etre ici. Comment tu peux nous sortir de la merde en barre comme tu sors ici alors que tu sais très bien, parce que t’es né avec le oueb, que le droit à l’image existe.

    Si jamais tu me prends en photo sans mon consentement, t’as vraiment intérêt à ce que je sois totalement méconnaissable parce que tu vas le prendre ton procès.

    Et faut bosser son droit à l’image quand tu parles de voici et de TF1. Il y a un consentement et si ce n’est pas le cas, c’est procès. Et c’est gagné. y a que M6 qui des fois y déroge et des fois, elle perd aussi. et encore ça reste à prouver pour son cas, histoire que j’évite de me prendre une diff sur la gueule. En clair, prendre l’exemple de Voici, c’est totalement méconnaitre la réalité du truc. Faut vraiment prendre quelques cours de droit à la fac là, au lieu de faire du remplissage à deux balles. Chaque fois qu’un « people » a voulu protéger son droit à l’image, il a gagné (hormis l’exception du mec qui d’un coup, après moults publications de ses photos, s’est dit du jour au lendemain qu’il fallait protéger sa vie privée).

    C’est juste là la frontière. Pas sur le coté moral que t’a envie de justifier.
    Et paye toi des modèles aussi, dont c’est le métier et qui souhaitent donc en vivre plutôt que de justifier ton taux de visites.

    Incroyable d’écrire des tartines dans ce billet pour éviter de filer du pognon.

    Bref, j’ai l’impression de lire un petit gars de 20 ans qui apprend la vie. Sauf que tu n’es pas un petit gars de 20 ans qui apprend la vie. Ou alors, tu es grand naïf. Mais j’ai bien du mal à le croire vu la teneur de tes sites.

    • Paingout

      Ben en fait, tout ce que tu dis es faux :)
      C’est dommage d’écrire un si long truc, pour répéter finalement le poncif habituel sur le droit à l’image.
      Donc je t’invite à te renseigner, pour de vrai, sur le concept juridique de droit à l’image, dans son ensemble, puis d’aller voir mes photos (elles sont toujours toutes en ligne), et tu verras qu’il n’y en a en fait aucune qui est « illégale » :)

Ajouter un commentaire