Exposer ses photos, on en dit quoi ?

Hier après midi, j’ai eu avec LudoFJ un petit échange intéressant, sur l’intérêt ou non, d’exposer ses photos dans un « lieu » physique.
Genre dans la vraie vie quoi.

Et ben du coup, ça m’inspire un petit article, voilà.

D’une manière générale je trouve ça très difficile d’établir des critères pour justifier de la légitimité (ou non) d’exposer.
Quand je dis « exposer », je veux dire « accrocher dans un lieu d’exposition, sur un mur », pour que des vrais gens viennent voir tout ceci, avec le vernissage qui va bien, et la coupette de champagne (je caricature un peu hein).

Moi par exemple, par défaut j’aurais pu dire « je n’ai aucune technique, ça n’est pas mon métier, et je ne me sens pas assez important pour ça », et bien je crois qu’au final c’est une connerie. Exposer ses photos n’est qu’un support, comme un autre. Ni meilleur, ni moins bon.
En fait la vraie différence se situe au niveau de la gratification. Être édité dans un beau livre, dans un magazine, ou être exposé, ça flatte forcément beaucoup, parce que traditionnellement c’est associé à une certaine forme de reconnaissance. Faire de la page vue sur Internet (ce qui est mon cas), c’est tout de suite moins intéressant dans le milieu de la photo, surtout quand on photographie des filles nues.

Quoi qu’il en soit, j’aime l’idée que mes photos soient sur un site, visibles par tous, à tout moment.
C’est mon fétichisme de l’édition sur le Web comme je dis parfois, j’aime bien l’idée de créer du contenu pour l’Internet, et de ne pas en être qu’un spectateur compulsif. D’autres vont vouloir mettre leurs photos sur des réseaux sociaux, sur leurs murs dans leurs salons (je fais ça aussi), dans des musées, dans la nature, ou juste dans un coffre, fermé. Mais peu importe au final, ce qui compte c’est de faire ce qu’on en veut en faire. Qu’on y trouve son intérêt.

D’une manière générale, ce qui « est fait » d’une photo ne devrait avoir au final aucune importance, tant que ça génère quelque chose qui convient au photographe.
Que ce soit vendre, montrer, ou le simple faire de « faire » la photo, toutes les raisons sont valables. Et tous les envies aussi.

Bref, peut être qu’un jour je trouverai ça grisant d’exposer mes photos dans un lieu dédié à ça, ne serait-ce que pour voir « en vrai » les gens qui regardent mes photos. Ou alors juste pour l’expérience un peu grisante du « est-ce que des gens vont venir voir ? ». Mais je ne cours pas après ça, loin de là.

S’il y’a des photographes (même amateurs) dans le coin, je serais curieux de connaitre votre rapport à ça.
Est-ce que pour vous, être exposé est l’achievement ultime ?

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : , ,

11 Réponses à Exposer ses photos, on en dit quoi ?

  1. solisiter

    A la lecture de ce post, je me demande plutôt si ta réflexion ne peut s’appliquer qu’à la photo ? (Je suis musicienne.)

  2. Lousia

    Je ne suis pas photographe.
    L’expo c’est surtout l’occasion de voir ses propres photo en vrai, sur un support que l’on a choisit, et ça suppose une relation totalement différente.
    Sauf si tu les imprimes toi même sur tu papier brouillon.

  3. Simon

    Je suis photographe comme toi.
    L’aboutissement du travail du photographe est le papier.
    Une photo n’existe, qu’à partir du moment où tu l’as dans la main. Elle devient presque éternelle, le moment se fige à partir du support physique.

    J’ai fait ma première expo. Je ne voulais pas au début, mais on m’a poussé.
    L’expérience est vraiment incroyable.
    Pas du tout pour mon égo, mais pour l’accomplissement, l’achèvement du travail entrepris.
    Le choix du thème, le choix des photos, le choix du tireur, le choix du papier, le choix du cadre, le choix de l’emplacement, l’accrochage, le vernissage. Toutes ces étapes sont la finalité de la prise de vue.
    Et quel bonheur ! Quel plaisir de voir enfin ses clichés, choisis, triés, tirés, et mis en valeur.
    Cette expérience m’a vraiment conforté dans ma passion.
    J’ai envie de recommencer, juste pour avoir ce plaisir de voir mes tirages sur des murs.

    J’ai été vraiment très heureux d’avoir beaucoup de retours, positifs en plus, sur l’exposition. J’ai eu des acheteurs. Et… Ca fait vraiment plaisir !

    Faites l’expérience : offrez vous un beau tirage d’une de vos photos. Vous allez voir le bonheur que c’est…

  4. Arkel

    J’ai l’impression que je la connais…

  5. Toleg

    apres avoir exposé, je n’ai pas trouvé cà plus jouissif que ca, par contre c’est marrant de voir les gens critiquer ton travail juste a coté de toi sans savoir que c’est toi le photographe. Sinon voir son travail sur grand tirage de qualité, c’est effectivement bien.

  6. Pierre-Jean

    Je partage le même avis que Simon et j’ajouterai aussi qu’aujourd’hui pratiquement aucun support numérique n’est capable d’afficher à taille réelle les photos que nous pouvons prendre avec des réflex numériques. Comme en peinture la taille compte, un beau et grand tirage photographique cela reste bluffant ! Toi qui aimes bien les photos faites à la plage, il est évident que le travail de Massimo Vitali n’a pas du tout la même force sur un écran ou des tirages en petits formats. Sortir de l’écran c’est bien…

  7. Olivier

    Ha voilà une réflexion intéressante et qui peut rapidement partir dans tous les sens :)
    Assez d’accords avec ta notion de support, pour moi la photo existe autant sur un bout de papier, que sur un écran ou projeté sauvagement sur la maison des voisins. Alors oui, il y a ce rapport traditionnel au physique, probablement question d’habitude. Ceci dit j’ajouterais 2 arguments en faveur de ladite « expo » (pour info je n’ai jamais exposé de mon côté et j’ai une culture très web… enfin en même temps je ne fais pas de photo d’art, pas de raison de l’exposer).
    1/ Il y a d’abord une histoire de sélection. Sur le woueb, tu n’es qu’un poisson (ou un canard, c’est selon) dans la marre. N’importe qui peut mettre ses images en ligne, et je pense que les hébergeurs pourront témoigner de la quantité incroyable de JPG envoyés tous les jours sur leurs serveurs. Il n’y a pas de sélection en ligne pour le moment et ton image est noyée dans une masse incroyable d’autres images (certaines excellences et un paquet de duckface et autre). Un peu comme si à la grande époque de l’argentique, toutes les photos de l’album de famille de tata Catherine (celle un peu hippie-artie) étaient publiées dans Paris-Match. Forcément ça ferait perdre de la valeur aux autres « grands photographes » publiés dans le magazine.

    2/ Il y a aussi une histoire d’engagement du public. Dans ma journée sur internet, je dois voir 100 photos passer, puis à la fin de la semaine si je m’en souviens de 2, ce sera un miracle. On surconsomme du média en ligne façon Kebab. Au final on porte tellement peu d’attention que toutes les images finissent par avoir la même saveur, entre deux lolcat et un bon tweetclash.
    Dans une galerie physique, le spectateur doit lever ses fesses de sa chaise, prendre sa voiture, son vélo, le métro, braver les éléments, affronter la société, etc… pour aller voir 20 images. Même pas l’équivalent de 10% des images publiés par The Big Picture dans la journée !
    Bref, on pourrait d’une certaine manière dire que le spectateur est de meilleure qualité dans le monde physique que sur les interwebs… et au final, c’est le regard du public qui fait l’oeuvre. Tu peux sortir le meilleur truc du monde, si tu as un public de « merde », ça n’aura pas de valeur aux yeux de heuuuu… je sais pas mettons l’humanité ;-)

    Bref, au final, pour ma part je suis tout autant capable d’apprécier une image sur un écran que sur un bout de papier, temps que cette dernière fait du sens et me raconte une chouette histoire. L’idée est de réussir en ligne à valoriser correctement cette image et à atteindre le bon public… et à mon avis pour ça la solution passe par un engagement des grandes galeries et des grands médias traditionnels. Le public reste attaché à ces derniers et il reste les référents. S’ils se lancent réellement dans l’image en ligne, la photo sur le web pourrait être autant respecter que celle sur un bout de papier.

  8. Olivier

    Conclusion, je ne suis pas d’accord avec Simon ^^

  9. Arkel

    Son prénom commence par un « J » ?

  10. Fred

    A mon humble avis, quand on expose (en galerie) avec des inconnus qui viennent voir notre travail « en réel » alors on perd la possession, la maîtrise de nos photos.
    Elles ne nous appartiennent plus, elles ne sont plus « vierges ». Drôle de réflexion…

  11. Supernico

    Hello

    Je fais quelques photos en amateur. J’en publie certaine, après tri sur mon site ou sur Flickr. Mais je trouve qu’en éditer sur papier quand je les trouve réussi c’est la continuité d’une certaine recherche artistique. Même si je visionne énormément de photo sur internet que j’en trouve des très bien et des très nul, je préfère une expo. Les photos des expo ne sont pas forcement mieux mais il y a quand même un travail de sélection. Je publie sur le web mais je ne pense pas pouvoir trouver assez d’images correcte pour exposer.
    Paingout, continu a nous faire des photos de jolie filles. Si tu cherche quelqu’un pour tenir un réflecteur avec plaisir. ;-)

Ajouter un commentaire