Un film avec Sasha Grey dedans

 Sasha Grey, Steven Soderbergh dans Girlfriend Experience (Affiche)

Bon, après moults hésitations, je me décide à vous parler de mon expérience avec la petite amie, c’est sur qu’en version française ça rend moins bien, forcément!
Il s’agit donc du film de Steven Soderbergh avec ladite Sasha Grey, ( en vrai, c’est pas son nom) vous savez la demoiselle, souvent nue, dont Pingoo nous rabat la rétine à la moindre occasion…
Parce qu’il faut que je vous dise, braves gens,que moi, la donzelle, me laisse indifférent, je m’en fous un peu, les actrices pornos portées au rang d’icone, ça me gonfle et plus le pingouin insiste ( dans la vente forcée) plus je me contracte, voyez! j’aime pas tout ce qui est hype, enfin tout ce que les médias essaie de nous vendre comme quelque chose de Hype…la plupart du temps c’est…navrant!

Bref, je n’ai rien contre la jeune fille, c’est plutot son positionnement média qui m’exaspère, certains magazines branchouilles veulent nous faire croire qu’en fait cette brave Sasha Grey et ben elle fait pas du porno, non…non, elle fait de l’art et pourquoi elle fait de l’art? hein? ben parce qu’elle lit des livres, oui parfaitement… meme que ce sont des livres d’ auteurs existentialistes, alors si c’est  pas une bonne raison ça!…c’est un p’tit peu la meme chose avec les footballeurs qui portent des lunettes, on a vite fait de les qualifier d’intellectuels…c’est normal…y portent des lunettes ! j’vous dis! j’le sais, je porte des lunettes moi-meme…

J’avoue que ça fait un p’tit moment que je n’ai pas vu de pornos et donc que je ne connais pas vraiment la filmographie de la miss, peut etre tourne t-elle certaines prises, lunettes sur le nez qui gigote en lisant du Sartre ou du Camus tout en dissertant avec son ou ses partenaires de thème comme l’alénation de l’individu ou  l’absurde…(mmh, dis! tu le sens mon etre dans ton néant…dis!)

C’est la raison  pour laquelle on retrouve cette jeune fille en couverture de magazines, shootés par des photographes à la mode ( ahhh, le porno chic! quelle merveilleuse trouvaille!), faire le buzz sur le net et tourner des films « textiles » ou classiques…

Tout cela dans le but de plaire aux plus grands nombres, d’amadouer le chasseur de tendance qui  revendra le produit avec une forte valeur ajoutée aux bobos en mal de sensations…on utilise l’image de Shasha , actrice porno mais qui lit des livres , personnage sulfureux avec caution intellectuelle et tout le monde est content! et puis c’est pratique parce que, comme ça , on peut se  choisir un porno tout en ayant un bon alibi ! ( « chéri, puisque j’te dis que c’est pas un porno! y’a Sasha Grey dedans!…voyons!)

Tout ça pour vous dire ( la digression est mon amie) que j’étais rempli, repus d’à-prioris négatifs avant d’aller voir le film mais devant l’acharnement pingouiesque, pour lui faire plaisir et parce que  je suis faible et dépourvu de volonté, que le film était de soderbergh, que j’aime les nouvelles expériences, que je suis curieux, que le film dure un peu plus d’une heure, que chuis un vrai guedin et que je suis surtout trés con! j’y suis allé!

Et ben…mes doutes étaients fondés! le film est épouvantablement mauvais,bavard dans le mauvais sens du terme c’est pas la faute de Shasha, c’est tout simplement emmerdant, une vraie escroquerie cinématographique d’une vacuité sans nom, un néant  tel,  que  les auteurs préférés de notre actrice aux yeux de biche n’auraient pas renié!

Il aime bien les expériences, le Steven, entre deux gros films, il  revient parfois à ses premières amours, le film intimiste, (sexe,mensonges et vidéo, palme d’or au festival de cannes 1989 qui l’a fait découvrir aux grands publics,  le film d’auteur ( Bubble), le film d’auteur expérimental ( Kafka, Schizopolis), le film d’auteur de science -fiction (Solaris, le remake du film de Tarkovsky)et j’laime bien le Steven, quand il tourne Traffic, Out of Sight, The limey, la série des Ocean’s, un vrai bon touche à tout,quoi!

Le film, n’est donc pas une surprise mais cette fois, il devait s’emmerder entre deux tournages ( The Informant va sortir également cette année!), il a décidé de nous balancer cette bouse en forme de film d’auteur!

L’histoire, ben c’est l’histoire d’une call-girl…quoi? c’est tout? vous vous dites! ben ouais c’est tout…attention c’est pas la pute qui fait le trottoir! hein! …non c’est THE escort-girl de qualité qui ne sort qu’avec des clients remplis d’oseilles! ben ouais… attendez faut pas déconner!

Donc, on la suit…à l’arriére des taxis, limousines, avec ses clients, son petit copain, aux restaurants, dans les décors froids de chambres d’hotels de luxe, dans son magnifique appartement new-yorkais, devant sa cuisine, à l’américaine!, cela va sans dire!  (à propos, je n’ai jamais vraiment compris l’utilité de ces magnifiques cuisines, ultra- équipées, de la taille d’un appartement car les américains ne cuisinent que trés rarement, elle servent la plupart du temps à se servir un grand verre de vin Californien sur le plan de travail) ouais ça va! je reviens au film…on la suit et…on se fait chier, Soderbergh a réussi à faire un film d’une heure aussi ennuyeux et chiant qu’un film de deux heures et demi de Michael Bay, la qualité visuelle et cinématographique en plus, quand meme! c’est peut-etre ça l’audace du film, faire chier son spectateur pendant une petite heure!

les dialogues sont affligeants, on parle de pognons tout le temps, de business, de la crise financière, des éléctions ( le film a été tourner pendant les éléctions présidentielles).

Et Sasha, dans tout ça? ben on peut pas dire que ce soit une actrice, pour l’instant tout du moins, il ne suffit pas d’avoir des sourcils bien dessinés en accents circonflexes et de faire quelques oeillades pour donner l’impression que l’on est une actrice de talent! elle manque un peu d’étoffe, de profondeur cependant,  j’ai bien envie de dire, que c’est pas vraiment de sa faute car elle est livrée à elle-meme, pendant toute la durée du film, il n’y a quasiment pas de directions d’acteurs, Steven Soderbergh ayant eu la merveilleuse idée de compter sur la « magie » de l’improvisation et de faire appel à des acteurs non- professionnels et cela se sent! ils rament pour nous sortir des dialogues passionnants ( la séquence de l’enguelade entre Sasha et son petit ami, coach sportif de son état, est dès plus ridicule!), une seule scène, la  dernière, à la fois touchante et drole, entre le personnage de Sasha et un commerçant juif,  a retenu mon attention! quant au reste c’est une succession de trés belles images, bien léchées ( Soderbergh connaissant son métier), sans aucun intéret!

Pour ceux qui réussissent à rester jusqu’ au bout, il ya un p’tit cadeau bonus a la fin du générique, Steven a du se dire, je me suis foutu de leur gueule j’vais quand meme les remercier en mettant Sasha à poil dans une scène clin d’oeil !

Alors, vous allez voir que certains journaux  , les inrocks…Libé , p’tet meme Télérama et d’autres, pour ne pas les citer,  vont vous dire que c’est un petit chef -d’oeuvre, que justement, c’est cette vacuité que Steven Soderbergh a su capter et mettre en scène, que c’est une peinture réaliste de notre époque (l’argent au centre de tout), que meme l’amour est tarifé, que c’est pas facile la vie de call-girl, que les traders- clients sont chiants et déprimés ( oui c’est vrai, ils sont chiants  mais beaucoup moins déprimés que les ouvriers, salariés mis à la porte de leurs entreprises)…ect…ect. Résistez à tous ces arguments et faites vous votre propre opinion!

Vous remarquerez, s’il vous plait, que j’ai quand meme réussi à ne faire aucune allusion à caractère sexuelle! ou si peu…

Si tu as lu tout le billet, alors t’es trop fort et t’es mon ami!

Salut les djeun’s

12 commentaires
  1. Hibernatus

    « -ent » au pluriel

  2. j’ai lu jusqu’au bout , je peux être ton ami ?

  3. Je le téléchargerais en divx comme tous les films de Sacha Grey.

  4. Gyr

    Marrant ça, je l’ai maté hier.

    Alors bon, effectivement, certains moments m’ont carrément fait chier.
    Les dialogues, parfois ils étaient intéressants, mais vu que la miss Grey récitait sans donner d’intonation, ça cassait un peu le truc.

    Derrière, ce que j’ai aimé, ce sont des concepts. Tu retire les dialogues, le mauvais jeu, tu garde le principe d’une scène.
    Et là, parfois, tu réfléchis. A la relation à la femme, à ce qu’est une escort (mine de rien on sourcille quand un mec dit « hooker » à la place), aux relations en général.

    En bref, peut-être que Steven, il ne voulait que poser des questionsen l’air.

  5. J’ai une question fondamentale : pourquoi le gars ds la bande-annonce porte une couche ?

  6. burp (Auteur)

    Hibernatus: Kamoulox!…
    Brad: Bon…d’accord…
    (Je savais que j’aurais pas du mettre cette phrase à la fin!)
    Mike: C’est pas joli…joli…
    Gyr: Mouais…
    Loutre: C’est tout ce que tu as retenue du billet!…un mec avec des couches!
    ( C’était bien la peine! tiens!)

  7. El Gringo

    Interéssant ce petit billet (comme tous les autres traitant des oeuvres cinématographique). Je n’irai peut-etre pas le voir mais peut-être le louer lorsque sera en dvd qui sait ?

  8. Nonon j’ai lu tout le billet mais vu que globalement on a le même avis sur ce film, du coup ce qui m’interpelle c’est la couche.
    Mais j’ai pas vraiment envie de le regarder pour savoir…

  9. burp (Auteur)

    El Gringo: Sage décision!
    Loutre: L’image est aussi fugace dans le film que dans la bande-annonce,il n’y a pas vraiment d’explication mais comme je suis quelqu’un d’extremement charitable,je vais te révéler le secret…L’homme de pouvoir,demande parfois, dans le secret de l’alcove, ce genre de service! c’est presque devenu un « classique »…il veut redevenir un bébé pour échapper au joug des résponsabilités qutidiennes du à sa fonction! la call-girl est donc en charge de jouer les meres dominatrices voire castratrices avec parfois changement de couche et application de talc…comme les bébés,quoi! cette forme de sexualité doit avoir un nom mais je ne le connais pas!
    voilà!

  10. burp (Auteur)

    Hibernatus: autant pour moi…essaient,au pluriel,bien evidemment!

  11. burp (Auteur)

    Mais y’en a d’autres! à toi de les retrouver…

  12. Elcoprino

    @Burp – En effet : AU TEMPS pour toi ;o)

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire