Cinéma : Les passagers

A la suite d’un effroyable accident d’avion, une jeune thérapeute, Claire
Summers, est chargée d’aider psychologiquement les survivants. Les difficultés qu’éprouve la jeune femme à remplir sa tâche sont encore plus grandes avec Eric, un passager qui refuse son aide et profite de la situation pour chercher à la séduire. Alors que Claire tente de maintenir une distance professionnelle avec Eric, ses autres patients s’efforcent de rassembler leurs souvenirs de la catastrophe, qui ne correspondent pas à la version officielle de la compagnie aérienne. Après avoir évoqué une mystérieuse explosion, les passagers disparaissent un à un, et Claire soupçonne la compagnie d’en être responsable. Résolue à percer le mystère, Claire mène son enquête sur ce qui ressemble de plus en plus à une conspiration, tout en essayant de comprendre qui est vraiment Eric…

Ce film, beau mélange des genres au demeurant, mi comédie romancée mi thriller est une bonne recette. Aussi touchant que flippant ce film nous emporte dans des sphères plutôt inexplorées pour un film du genre. Le grand charme et l’élégance de son actrice principale est évidemment en rien étranger à ce voyage. Le saupoudrage de surnaturel finissant de rendre l’ensemble attirant.

Malheureusement on est loin du grand film car l’approche parfois caricaturale de la chose nous énerve un peu. Et ne parlons même pas de la fin abracadabrantesque. Le scénario est quand même un bon n’importe quoi, sans hauteur, ni prestance. Question ambiance et atmosphère c’est température zéro. Côté technique, c’est rien de mieux qu’une bonne moyenne. Et enfin du côté du suspense, encore plus décevant tellement il est facile de deviner comment cela va se passer. Heureusement que le film ne dépasse pas 1H30 sinon c’était l’ennui assuré ou la sortie de salle avant l’heure.

Un film qui, malgré la grande qualité de ses interprètes, évitera de se faire taxer de navet même si on est clairement loin d’un grand film.

Très légèrement meilleur qu’un bon téléfilm du dimanche soir sur TF1 mais rien de plus.

Heureusement les tomates n’existent pas dans une salle de cinéma.

Laissez un commentaire