Jeans et chasteté

La cour de cassation italienne a réaffirmé que le jeans, bien qu’épousant étroitement le corps d’une femme, ne constituait pas une barrière infranchissable pour un agresseur sexuel déterminé.

Faut savoir que là-bas, il était de notoriété publique que ce type de pantalon ne pouvait être enlevé sans la collaboration active de qui le portait.

Cassée donc par les jurés, la notoriété publique. Ils ont argumenté en trois points:

– Si on ajoute la température de la femme ( 37,2° le matin ) à celle du jeans qui sort du sèche-linge ( admettons 60° quand on est pressé ), on arrive pas aux 100° qui brûleraient les pattes du pervers pèpère.

– Les jeans vintage ont des trous ( c’est très con, mais c’est pas moi, c’est les jurés )

– Les jeans pattes d’ef peuvent créer un appel d’air, qui au contact avec l’air plus chaud de l’atmosphère féminine, crée les conditions du cyclone tropical. Et Mitch l’ouragan n’a jamais perdu son souffle devant un futal.

5 commentaires
  1. DikK

    Excellent commentaire d’arrêt !

  2. riri

    Excellent !

  3. bien vu. c’était pas gagné que je ris sur un tel sujet pourtant.

  4. Raminagrobis

    Il y a des jurés à la cour de cassation italienne ? Voilà qui est orginal, non ?

  5. romu (Auteur)

    L’italique est le texte rapporté. Considère dans cette bouffonerie que les jurés fictifs ne sont que toutes ces victimes des premiers jugements, jugements réels mais surréalistes qui allaient dans le sens de cette « notoriété publique ». Faut bien des gens qui usent de l’absurde pour faire piger le bon sens.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire