Villa Médicis : Quand les politiques se mêlent d’Art

Villa Médicis à RomePour ceux qui me connaissent un chouilla, vous savez que je suis une fervente adepte du relativisme, ou comment éviter de s’enflammer dans une discussion pour prendre le sacro-saint recul. Pourtant, il y a des sujets sur lequel je n’arrive pas, mais alors pas du tout ! A être objective.

Certains d’entre vous ont peut-être suivi l’affaire de la Villa Médicis : Si Benamou a jeté l’éponge, ce n’est malheureusement pas pour autant que notre bastion de l’art et de la culture française à Rome est sauvé. En cause ? Son utilité, tout simplement.

Or, pour quelqu’un qui aime tout ce qui a trait à l’art sous toutes ces formes, cette « commission » nommée pour « débattre » de l’utilité de la Villa Médicis a de quoi faire pousser une colonie de boutons du front aux doigts de pieds. Et c’est mon cas

Je vous invite donc (honteusement) à me donner votre avis, qu’il soit subjectif ou non, sur cette affaire politico-culturelle qui ne sent pas très bon. Tous vos avis sont les bienvenus, j’aimerais pouvoir prendre, grâce à vous, ce fameux recul qui me manque cette fois.

Premier commentaire (anonyme) sur l’affaire :

C’est très « réactif »…!!! Mais c’est une histoire « politique » qui consiste à faire nommer par une commission collective tout directeur qui jusqu’ici était choisi par le »prince »… C’est un accès de fièvre « républicain », mené dans les dîners mondains parisiens (par ppda et frère entre autres), pour contester des nominations « personnelles »… Fais attention à ceux que tu nommerais car tout ce petit monde s’agite autour d’une ministre de la culture il est vrai un peu nulle… Peut être ne s’agit il que de trouver une meilleure formule pour faire mieux fonctionner une « Maison »… Qui bien sûr ne disparaîtra pas…

C’est à lire et à commenter sur Acqua Tofana.

Lousia, la fille qui assumait son sang chaud.

3 commentaires
  1. blh

    On reconnaît là le principe archi-connu de nos républiques consécutives : quant un problème surgit, on crée une commission consultative formée de tout le monde et n’importe qui (démocratie oblige) pour noyer le dit-problème dans les beaux discours… Le temps ne fait rien à l’affaire.
    Lousia, ton relativisme trouve là un beau son de cloche…
    Je me permets de laisser ici deux liens qui devraient permettre de mieux saisir cette affaire :)
    http://www.lemonde.fr/web/impr.....560,0.html
    http://www.villamedici.it/home.cfm

    Il y a d’autres liens c’est certain, le lecteur intéressé trouvera assez facilement.

  2. jipe

    Je connaissais juste un peu de nom cette villa Medicis et je ne pensais pas qu’il fallait un politique pour pouvoir le gérer.
    Je ne connaissais pas plus jibrill cissé (c’est pas lui ?), notre poète Martiniquais qui est beaucoup moins anonyme mort que vivant, ah non, on me murmure Aimé Césaire dans l’oreillette

  3. T1T1

    Il y avait déjà eu un rapport sur l’Académie française à Rome par la commission Gaillard :

    http://www.senat.fr/rap/r00-274/r00-2740.html

    Mais j’imagine qu’en sept ans les choses ont considérablement évolué et qu’un nouveau rapport est indispensable.
    Tu es très pessimiste, ce n’est pas parce qu’une commission de députés est mise en place pour débattre de l’utilité de la Villa Médicis que forcément la conclusion sera la vente de la Villa (ce ne serait pas terrible en termes de « politique de civilisation ».) Il y’ a peut être des choses à améliorer dans le fonctionnement de la Villa Médicis.

    PS : Tu devrais poster plus souvent.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire