Référendum: ici c’est plutôt « Oui »

A quelques jours du vote, les sondages concernant le traité de constitution pour l’Europe tendent très largement pour le « Non ».
Je me suis donc permis de poser la question aux participants du blog, et avec leur autorisation, je vous livre le résultat :).

Pour moi (Pingoo), c’est oui, pour Busta, c’est oui, pour Alkpone, c’est « OUI », pour Pénélope, c’est oui, pour Poulpe, c’est « plutôt oui », pour Tatum, c’est « on vote pas pour ça nous en belgique, par contre dimanche on a un vote au sujet de la piscine communale, et je vote non« , pour uToPi c’est « utopiquement oui ».
Pour les autres rares participants, ils n’étaient pas en ligne au moment ou je rédigeais cette news.
Bref, pour le moment c’est très largement oui ici.
Et vous, vous comptez voter quoi ? :)

49 commentaires
  1. flap

    moi c’est oui !
    envers et contre tout

  2. fredinho

    c’est non

  3. Stab

    C’est oui, la France surtout n’avancera pas en tournant le dos au reste de l’Europe…

  4. jipe

    oui contraint et forçé :-/

  5. Pingoo (Auteur)

    Par qui ? :)

  6. gervais ananas

    NOOON !

  7. Thorn

    Pour moi se seras NON et on ne tourne pas le dos a l’europe car les néerlandais on un non très majoritaire dans les sondage (un sondage reste un sondage certe).
    meme s’il nous attend des mois difficile apres le passage du non. mais maintenant la france pris pour que le non soit majoritaire car si elle se retrouverais seule quel serais l’avenir ???

  8. Rod

    Non. La France a un avantage énorme : etre le fondateur de l’Europe avec l’Allemagne. Un pays comme la ROumanie dirait non, y aurait aucune incidence : mais sans la France, pas d’Europe. Et rien qu’à savoir que la BEC sera 100% independante … ca me fout les boules.

  9. J

    Oui de raison, bref sans passion.

  10. Nuks

    J’ai pas l’âge. :S

  11. JeanGlode

    ça se dit pas.

  12. jipe

    Tu sais bien que je vote toujours comme toi pingoo chou ! :)

  13. EmpereurZorg

    Non de raison… (et Oui sans la partie 3…)

  14. Kyfran

    C’est direct NINE , fo arreter de nous prendres pour des Crevettes

  15. 9 ?
    Oui pour moi, je dois etre une crevette

  16. sensei

    non non et non !!!
    mais oui pr une constitution revue aux avantages humains et pas patronale. ^_^

  17. bordel, mais vous rendez compte que l’europe ne se limite pas a une partie de la gauche francaise ? qu il s agit de compromis, de longues negociations. Que nombre d europeens le trouve TROP social ce putain de texte.
    Il n y aura jamais de constitution "revue", plus sociale. L’Europe ne va pas proposer une constitution speciale "gauche utopiste francaise".
    Rhaa, ca m’enerve

    Wake up. Be aware comme dirait jean claude

  18. jipe

    Zlurg qui sort de sa psychorigidité, ça fait peur o_O

    d’ou mon oui contraint et forcé zlurg :)

  19. Le morse

    ouais (je fait une saturation de ‘oui’, alors ca sera ‘ouais’).

  20. Stab

    /agree zlurg

  21. oui of course car sinon vla la merde fo pa rever y vont pas renegocier! a nous d elir nos representant le plus justement au prochaines elections ;)

  22. unkle

    ce sera non. (evidemment).
    Je me demande neanmoins pkoi on nous demande notre avis étant donné que l oui a l’air d’etre la seule opinin envisageable et fera des nonistes des paria idiots, utopistes, anti europe, lepeniste (selon les charmants amalgames de sarkosy entre le pc et le fn).

    ce sera non parce que ce n’est parce qu’on nous trouve trop social (je ne savais pas qu’on pouvait trop l’etre), que je trouve qu’on l’est trop, pour ma part.

  23. EmpereurZorg

    Peut-être qu’il s’agit de compromis, mais une constitution n’a pas à régir l’économie de pays, en donnant les pleins pouvoirs à une banque centrale. La partie 3 est une énorme connerie, et beaucoup de questions ne se poseraient même sans elle.
    Et puis après tout, les anglais ont refusés l’euro (quand est-ce qu’ils adoptent le dollar ?), les français pourraient bien refuser une constitution s’ils la trouvent inadaptée que le monde ne s’arreterait pas de tourner ! Mais rassurez vous, le oui passera… la campagne "terroriste" (basée sur la peur) va porter ses fruits.

  24. unkle

    + un texte
    Gisèle Halimi : « Un piège encore plus énorme et redoutable pour les femmes »
    La militante féministe dénonce les silences dangereux d?un texte qui n?apporte aucun droit nouveau pour les femmes et ne renforce pas leurs droits existants. Contraignant certaines à la clandestinité de l?avortement.

    À la suite de ses déclarations assimilant les partisans du « non » à l?extrême droite, vous avez annulé un débat avec Sylviane Agacinski– Jospin. Que pensez-vous de la violence de – certaines – attaques au cours de cette campagne ?

    Gisèle Halimi. Je suis un peu abasourdie. J?ai toujours pensé que les féministes, plus que les autres, étaient attachées au principe du respect de l?autre. Surtout quand il ou elle ne pense pas comme elles. D?après les sondages, 53 % à 54 % des Français sont pour le « non ». Dire que la France est constituée d?une majorité de gens d?extrême droite est inacceptable et un peu irresponsable. C?est pourquoi j?ai annulé ce débat.

    Les partisans du « oui » affirment que le projet de traité constitutionnel comporte des avancées pour les femmes. Ils mettent en avant la question de l?égalité…

    Gisèle Halimi. Cette constitution en ses 448 articles n?apporte aucun droit nouveau pour les femmes. Je l?affirme et j?attends d?être démentie. Peut-on dire pour autant que les droits existants sont renforcés ? Les partisans du « oui » estiment que, pour la première fois, dans un texte important, l?égalité entre les femmes et les hommes est affirmée comme valeur. Rappelons que cette égalité a d?abord été inscrite comme un objectif. Il a fallu la mobilisation des mouvements féministes pour obliger la Convention à changer de cap. Il semblait que ce fût complètement accepté. Or, dans la première phrase de l?article I-2 qui énumère les valeurs de l?Union, on ne trouve pas trace de l?égalité entre les femmes et les hommes. Celle-ci apparaît uniquement dans la deuxième phrase, comme une caractéristique. La différence est fondamentale. La valeur fondatrice conditionne le caractère européen du pays, elle est le roc auquel doit s?arrimer le paquebot Europe. La caractéristique est un constat, une donnée de sociologie – extrêmement mouvante. En fait l?égalité hommes-femmes a de nouveau été ravalée au rang d?objectif.

  25. unkle

    Ensuite on nous dit que la charte des droits fondamentaux comporte l?interdiction d?une série de discriminations, y compris celle entre les sexes, mais quelle est la force contraignante de cette charte ? Les articles II-111 et II-112 répondent : celle-ci ne peut créer aucune compétence, aucune tâche nouvelle. Il est donc difficile de faire de cette constitution une merveille sacralisant l?égalité des droits. Au contraire elle relativise cette égalité, par rapport à notre propre constitution qui, elle, l?affirme dans son préambule.

    Y voyez-vous une menace pour le droit des femmes à la contraception et à l?avortement ?

    Gisèle Halimi. Le droit pour les femmes de choisir de donner la vie n?est pas reconnu. Je m?insurge contre les affirmations de certaines féministes, et non des moindres, selon lesquelles on n?y touchera pas. Le texte fait le silence sur ce droit. Et ce silence est dangereux à cause de l?environnement dans lequel il se trouve. Ainsi l?article II-62-1 : « Toute personne a droit à la vie. » Il a été dit qu?il servait à expliquer le suivant – que je salue puisqu?il interdit la peine de mort. Cela a l?air très innocent, mais on se moque de nous. Jamais dans une constitution un article ne sert d?exposé des motifs au suivant. Il se trouve que les ennemis acharnés de ce que j?appelle « la liberté des libertés » pour les femmes ont déjà utilisé cet article, qui existe à peu près dans les mêmes termes dans la convention européenne des droits de l?homme.

    Quand la loi sur l?IVG a été votée, en 1974, l?ancien garde des Sceaux Jean Foyer l?a brandi. La Cour européenne des droits de l?homme ne l?a pas suivi, ce qui ne veut pas dire que le danger soit définitivement écarté : les juges passent, la société évolue, le régime politique peut changer. Récemment, il y a eu la tentative d?insuffler la vie au foetus. C?était l?amendement du député Garraud (UMP). On leur a opposé la jurisprudence de la Cour de cassation. Mais toute jurisprudence, par définition, évolue. Aux États- Unis, depuis que des juges républicains sont en place, les associations qui défendent le droit à l?avortement n?ont plus de crédits, des États remettent ce droit en question. Autre sujet d?inquiétude : l?article I-52-3 instaure un dialogue privilégié avec les Églises, alors que dans l?ensemble du texte le mot « laïcité » n?est pas cité une seule fois. La laïcité est un pilier de la République. Depuis la nuit des temps les Églises ont infériorisé les femmes, les ont confinées dans le privé, l?éducation, la procréation. Et c?est Benoît XVI qui disait encore récemment que « l?avortement c?est la liberté de tuer ».

  26. unkle

    Qu?auriez-vous souhaité trouver dans le texte ?

    Gisèle Halimi. « Choisir la cause des femmes », propose d?ajouter, à l?article qui stipule que « toute personne a droit à la vie », l?article suivant : « Toute femme a le droit de choisir de donner la vie. » Faisons l?analogie avec la peine de mort : aucun pays la pratiquant ne pourra être européen, et aucun ne pourra la rétablir à moins de sortir de l?Europe. Nous voulons plus d?Europe pour les femmes. Et nous militons pour une « clause de l?Européenne la plus favorisée ». Cela consiste à prendre pour les femmes, dans chaque pays, le niveau de droit le plus élevé, à en faire une espèce de bouquet qui deviendrait le statut de chaque femme en Europe. Mais cette constitution interdit cette espérance puisque l?article III-207 précise que la loi « ne comporte pas d?harmonisation des dispositions législatives et réglementaires des États membres ». Elle empêche la solidarité entre les femmes et condamne certaines au désespoir en les enfermant dans la répression et la clandestinité de l?avortement. Actuellement l?IVG est interdite dans cinq pays (Pologne, Portugal, – Irlande, Chypre, Malte). Malte a même obtenu un protocole additionnel (page 139) pour ne pas être concerné, quoi qu?il arrive, par une libéralisation en Europe de l?avortement.

    Y a-t-il d?autres raisons pour les femmes de – s?opposer à ce texte ?

    Gisèle Halimi. Elles ont aussi toutes les raisons qu?ont les hommes de dire « non » : celles relatives au travail, aux délocalisations… Quand un homme est exploité, une femme est surexploitée. Ainsi le temps partiel est très spécifique des femmes, 81 % des travailleurs concernés sont des travailleuses. Ce n?est pas un temps choisi, c?est l?esclavage, le chômage à temps partiel. Cette constitution parle d?« économie sociale de marché hautement compétitive ». Mais comment a-t-on pu mettre ces mots les uns à la suite des autres ? Si l?économie doit être de plus en plus compétitive, elle portera atteinte au social et si elle est de plus en plus sociale, il faudra que les bénéfices des patrons diminuent : la contradiction éclate. Quant au chômage, qui est de 10 % pour l?ensemble de la population et qui grimpe à 13 % pour les femmes, le mot n?existe pas dans cette constitution. Cela fait beaucoup de raisons qui font qu?elle est un piège pour tous ceux qui se battent, qui ont du mal à vivre. Et un piège encore plus énorme et redoutable pour les femmes. Je souhaite que les femmes rejettent ce projet. Massivement. Un « non » de fierté et d?espérance en une autre Europe. Tous les combats de femmes ont changé la société tout entière dans le sens du progrès.

  27. Bon, je me dois d’intervenir.

    Je ne comprends cette vision du texte à travers le prisme du féminisme.

    D’apres les féministes il s’agit donc d’un droit "fondamental", je trouve que c’est anti démocratique que de forcer la main aux polonaises si elle souhaite majoritairement dans leurs pays du fait de leur croyance ou coutume que de dire que l’IVG n’est pas légale.

    Sans doute, dans le futur, ces polonaises (toujours elle), s’émanciperont et décideront de faire passer une loi pour l’IVG. Très bien, aujourd’hui cela ne semble pas etre le cas.

    De plus, en terme de loi "sociale", il ne sera plus necessaire au conseil d’avoir l’unanimité, 66% de la population sera suffisant pour qu’on accepte une loi. Et donc la pologne et ses polonaises "rétrograde" ne pourront pas y mettre de véto.

    Au lobbit féministe de faire pression sur les députés europpéens lors des prochaines élections (sic)…

    Pour sortir de ce prisme féministe, et parler du coté social de ce traité. Encore une fois j’y vois une avancée… On parle d’économie compétitive (soumis a la concurrence) et "hautement " qui signifie que l’état n’aura pas le droit d’intervenir… Et meme si mon interprétation est fausse, ce sera les lois des députés qui feront que l’europe sera ultra libérale ou pas.

    Rien a voir avec ce cadre d’économie de marché (apres on peut etre communiste et ne pas accepté l’économie de marché …) qui est mis en avant dans cette constitution. Certain pays ultralibéral trouverons beaucoup plus suspect qu’on y est adossé le concept "social" étant donné que le libéralisme estime que c’est l’économie qui régule tout. Alors qu’en parlant d’économie social de marché, on a tres bien les cadres nécessaires à la réalisation de loi protectrice. Chaque mot a son importance et mettre en colération le social et le hautement compétitif a meme hauteur est pour moi une superbe avancée, la ou le traité de nice n’y faisait aucun cas…

    Il s’agira aux partis politiques progressistes de faire entendre leur voix dans le futur parlement européén.

    Pour conclure, un exemple utilisé par le non pour dire au électeur de voter NON. l’exemple des reclassments à 100?.. Si Raffarin n’avait pas assoupli le licensiement il n’y aurait pas eu ce genre de chose. Vouloir empécher cela, il faudra voter PS en 2007. Et grace au nouveau mécanisme des 2/3 des représentant il sera plus facile a la commission de faire passer des lois protectionnistes pour les femmes et les employes…

  28. unkle

    J’aurais, je crois, tout entendu.

    Je te rappelle alkone, que personne ne compte forcer les femmes polonaises à aller avorter ; nous voudrions juste qu’elles aient ce choix.
    Mais j’ose espérer que lors de l’entrée de la Turquie ;o) tu évoqueras avec la meme conviction qu’il est antidemocratique de vouloir faire abolir chez eux les exactions policières, la torture. "apres tout quand ils seront prêts hein". idem pour le genocide arménien.

    Je te signale aussi que pour discuter sereinement de l’avortement, on ne peut le faire dans un pays ou tu es excommunié si tu avoues prendre un contraceptif. Figure toi, que beaucoup de femmes, de par le monde, n’ont meme pas idée des droits qu’elles pourraient réclamer tant elles sont soumises et embrigadées.

    Ce ne sont pas les femmes polonaises que nous qualifions de rétrogrades pour la bonne et simple raison qu’elles ont peu voix au chapitre.
    figure toi aussi que, s’il y a des lois sexistes dans tous les pays du monde, il ne nous suffit pas de nous lever et de dire "merde changez ca" pour que cela soit fait.

    Sans t’en rendre compte tu viens à peu pres de dire que si en France on est moins payée que les hommes, c’est qu’en fait on ne le souhaite pas vraiment sinon on ferait appliquer la loi.

    quelques faits :
    "Un membre provenant de Pologne a déclaré qui lors de la Conférence de Beijing sur la Femme, de nombreuses femmes étaient présentes et ont traité des problèmes spécifiques aux
    femmes, mais après la fin de cette Conférence il n?y eût que peu de changement dans la structure politique de la Pologne. En effet, depuis l’arrivée au pouvoir , en 1997, d’un gouvernement conservateur, l?attention accordée aux problèmes de la femme a baissé et le Bureau Central Plénipotentiaire chargé de la condition de la femme a été
    supprimé."
    – 1 femme sur 18 membres au parlement

    deuxièmement je n’apprecie pas ta phrase "Pour sortir de ce prisme féministe, et parler du coté social de ce traité", tu es bien gentil mais le prisme féministe comme tu l’appelles concerne 50 % de la population européenne voire un peu plus. et oui au cas ou tu l’aurais oublié on se bat pour les droits des femmes. je ne vais pas te les rappeler, nul doute que tu les connais.
    et entre autres quand on se preoccupe du sort des salariés, on se preoccupe du sort des femmes qui dans toute l’europe occupent majoritairement des postes sous qualifiés, sont au chomage, des postes à mi temps.

  29. "Or, dans la première phrase de l?article I-2 qui énumère les valeurs de l?Union, on ne trouve pas trace de l?égalité entre les femmes et les hommes. Celle-ci apparaît uniquement dans la deuxième phrase, comme une caractéristique"

    Ho mon dieu, dans la 2eme phrase ! Allez relancons 15 ans de negociations pour faire passer ca dans la 1ere ….

  30. « L?Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d?égalité, de l?État de droit, « L?Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d?égalité, de l?État de droit, ainsi que de respect des droits de l?homme y compris des personnes appartenant à des minorités.

    Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l?égalité entre les femmes et les hommes. »

  31. unkle

    Puisque, zlurg tu es apparemment diplomé de droit tout comme Gisele Halimi, je te conseille de lui écrire pour lui indiquer la non pertinence de ses arguments. Nul doute qu’elle tiendra compte de ton avis éclairé.

  32. Fatia

    s il faut forcemen etre diplomé de droit pour donner son avis sur le texte, alors coupons tous les débats et ne faisons pas de referendum
    a l’inverse si on devait gober tout ce que dit qui que ce soit juste parce quil a des diplomes, autant tout gober.
    les arguments de halimi refletent simplement dune certaine lecture du texte, comletement respectable
    tout comme celle de simone veil, qui milite pour le oui avec virulence, mais qui a une lecture completement differente aussi

    désolé unkle (c deja bien un mec qui releve la cause feministe), mais en prenant de haut ceux qui votent oui, t’es contre productif
    et pareil zlurg, a linverse, s enerver est tout aussi idiot

    moi je ne voterais pas car je ne suis pas inscrite, mais jai lu le texte, et je ne vois aucune raison de voter contre en tant que proche du mouvement feministe, si ce nest de dire que le texte ne va pas assez loin (cest vrai).
    mais dans ma vie, si on me propose une augmentation, même si elle est faible, je ne la refuserais pas. et pour moi le texte offre "un peu plus". lire une remise en question de lavortement ou un manque d egalite entre les sexes releve d une parano pour moi, ou d un ertremisme ideologique auquel je n’adhere pas
    a cote de ca, que le oui ou le non passe, je ne crois pas que ca changera enormement de chose

  33. Benoit, un pote de lyc

    Rien n’est joué. Et ces trois derniers jours seront décisifs. Tout peut encore basculer avec 20% d’indécis. ALors chacun d’entre nous convaincu par le OUI doit appeler tous ses amis indécis, et les convaincre de voter OUI. Organisez des apéros du OUI dans votre immeuble, avec vos amis, allez sur les marchés distribuer des tracts, coller des affiches…
    Chaque voix comptera dimanche et la victoire dépend désormais de l’énergie que chacun déploie dans cette dernière ligne droite.

    Et juste un argument:
    La charte des droits fondamentaux, contenu dans la partie 2, ne pourrions pas l’offrir aux pays de l’Est?

  34. EmpereurZorg

    Parodie super argumentée aussi :
    Rien n’est joué. Et ces trois derniers jours seront décisifs. Tout peut encore basculer avec 20% d’indécis. ALors chacun d’entre nous convaincu par le NON doit appeler tous ses amis indécis, et les convaincre de voter NON. Organisez des apéros du NON dans votre immeuble, avec vos amis, allez sur les marchés distribuer des tracts, coller des affiches… Chaque voix comptera dimanche et la victoire dépend désormais de l’énergie que chacun déploie dans cette dernière ligne droite.

    Je ne comprends vraiment pas comment "le OUI" peut arriver à convaincre qui que ce soit avec ces phrases à l’emporte pièce…

    —-

    Une question si y’en a qui suivent toujours : il me semble (google me confirme http://bellaciao.org/fr/art…) que les Pays Bas se prononceront par referundum également, avec un non "pour le moment" à plus de 60%… si jamais ils confirment aux urnes, cela voudraient dire que "de toute façon" la constitution sera rejetée.

    Quand on voit que 2 peuples de "L’ancienne Europe" sont plutôt contre (50-50), et que ceux qui n’ont pas pu voter sont a priori contre (les italiens et allemands au moins d’après d’autres sondages), pourquoi vouloir absolument adopter cette constitution si litigieuse. Mieux vaux voter non et prendre son temps pour avoir quelque chose de correct, plutôt que d’avoir une constition bancale qui ne pourra "sauter" que par une révolution des peuples une fois qu’ils seront à genoux (vision exagérément négative :-P )

  35. unkle

    Fatia : de 1 je ne suis pas un mec. de deux je prends de haut zlurg pour la bonne et simple raison qu’il caricature la pensée de gisele halimi.

    empereurzorg ; j’ai oui dire, en revanche que les PB voteront non uniquement par protectionnisme, peurs xenophobes etc. c’est un oui dire, attention.

    sinon dans ta parodie tu as oublié "barrons le front aux anti européens" "voter non comme le pen je ne pourrais pas" "allez y faites reculer l’europe de 50 ans" "ah les utopistes !"

  36. EmpereurZorg

    C’était une parodie du "votez oui" de Benoit (en remplaçant un seul mot…), pas de l’argumentaire du oui en général !
    Pour les PB, c’est effectivement un problème de protectionnisme causé – entre autre – par le meurtre du cinéaste qui dénonçait la religion islamique dans un film. Il reste quand même un non qui, 15 jours après le résultat Français, va de toute façon annuler la mise en place du traité (si j’ai bien compris le procsessus dans son ensemble).
    Dans la mesure où nous ne "serions" plus seul à rejeter ce projet, il apparaît que des points sont réellement à renégocier (et que ce n’est pas seulement un coup d’éclat) : quand un cinéaste se fait assassiner par des islamistes, mettre dans la constitution que les pratiques religieuses peuvent (approximation) se pratiquer dans des lieux publiques est assez difficile à faire avaler à une population…
    S’il y a beaucoup de raisons de voter oui, il faut arrêter de prendre "les non pour des cons" (comme je l’ai entendu souvent à la radio…) : il y a beaucoup de points que "je" considère inacceptable, et je préfère donc un "non mais" négociable qu’un "moouais" irrevesible.

  37. unkle

    (j’avais bien compris mais en meme temps ca me demangeait de rappeler aux "oui" ce que nous pouvons entendre à longueur de temps) :o)

    "quand un cinéaste se fait assassiner par des islamistes, mettre dans la constitution que les pratiques religieuses peuvent (approximation) se pratiquer dans des lieux publiques est assez difficile à faire avaler à une population…"
    et oui et c’est entre autres ce point qui m’enerve. le conseil constitutionnel nous dit que non la laicité restera une prerogative nationale, les "non" disent qu’ils n’en sont pas du tout persuadés. Or ils ne sont pas idiots, s’ils pensaient qu’il n’y avait aucun pb avec ce passage ils n’en parleraient pas.

    je suis donc absolument d’accord avce la phrase " il y a beaucoup de points que "je" considère inacceptable, et je préfère donc un "non mais" négociable qu’un "moouais" irrevesible. "

  38. unkle, je me fous un peu qu’elle soit professeur de droit. Je pourrais m’amuser a trouver des argumentations d’autres docteurs pour le oui, on avancerait beaucoup …

    « L?Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d?égalité, de l?État de droit, « L?Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d?égalité, de l?État de droit, ainsi que de respect des droits de l?homme y compris des personnes appartenant à des minorités"

    Tout est dit ici, on parle de l’homme en general, l’homme au sens humain. On a pas "oublié" la femme. Il n y aucune raison d’en parler a cet endroit la, on enonce un principe fondamental englobant le reste.

    Arpes on explicite avec : "Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l?égalité entre les femmes et les hommes. » pour preciser ce que l’on entend par "valeur de respect (….) et d’egalité". En aucun cas il s’agit de minimiser l’importance de l’egalité des genres.
    Docteur en droit ou pas, c’est une question de logique elementaire .

  39. Pour preciser ma pensée, je suis d’accord avec ce qu’enonce ton docteur sur les carences dans les pays de l’union au niveau de l’egalite des sexes, mais je ne vrois vraiment pas en quoi la constitution est coupable a ce niveau. Je vois dans son argumentation un gros tas d’amalgames entre des problemes, certes bien reels mais sans lien direct avec la constitution.

    Certes on aurait pu souhaiter "plus". Plus de social, plus d’egalite.
    Il s’agit de se mettre d’accord avec tous les etats de l’union. On fait des compromis.

    Je peux comprendre que tu trouves certains de ces compromis innacceptables. Cependantil n y a pas de "non mais". Il n y a pas un non uniforme, et surtout les nons s’opposent. Il n y aura pas de "prochaine mouture". On va rester sur le traité de Nice, et eventuellement dans 10 ans, on reparlera d’un traite constitutionnel …

    Je ne pense pas que quiquonque ici est accuse les "nonistes" de lepenisme, merci de ne pas tout rapporter au discours de quelques cretins mediatiques.

  40. RoboTux

    Concernant un éventuel plan B je conseille de n’être pas aussi sûr de son inexistance. Après tout, ce serait gênant qu’un pays comme la France vote non. Et puis d’autre pays aurait pu voter non, je doute que n’ai pas été prévu une solution de rechange. Tout le monde nous présente ce traité comme quelque chose d’important, il y a donc sûrement de prévu une alternative pour ne pas gacher tout cela. Le TCE provient d’une volonté d’avancer plus loin dans l’Europe, un non au TCE ne représente pas nécessairement un non à l’Europe et les pays membres voudront certainement continuer à construire l’Europe même si CETTE constitution est refusée.

    Pour se convaincre qu’il "pourrait" exister une constitution, voir l’article en première page du Canard Enchainé du mercredi 18 mai. Bon, c’est celui de la semaine dernière alors je vais le recopier. Si un modérateur pense que c’est une sorte de photocopillage qu’il n’hésite pas à effacer mon commentaire jusque "mercredi 18 mai".
    Le plan B existe, je l’ai rencontré

    CERTAINS l’ont vu. D’autres penchent pour l’hallucination. C’est le zombie de cette campagne. Ce plan alternatif, ce texte de rechange en cas de non français au traité, il existe, oui ou non ?

    Jacques Delors l’a aperçu. Mais peu de temps. Dans l’après-midi du 13 mai, l’ex-président de la Commission européenne, partisan du oui, déclarait au "Monde" que "le devoir de vérité impose de dire qu’il peut y en avoir un". Bien fouettés et montés en crème par le confrère, ces propos provoquaient immédiatement consternation chez les "ouistes" et jubilation chez les "nonistes". Sur l’air de "on vous l’avait bien dit", Jean-Luc Mélenchon, partisan du non, exultait : "Tout le monde sait qu’on travaille à Bruxelles sur un plan B." Dans des ateliers clandestins ?

    Réponse dès le lendemain de papy Delors sur France 2 : "Je ne me suis peut-être pas exprimé dans le bon style politique… Je suis obligé aujourd’hui de dire les choses d’une manière simple : vive le plan A, il n’y a pas de plan B." C’est l’abc de la politique. Mais par qui le vénérable Delors est-il donc "obligé" ?

    Par Dieu lui-même, c’est évident. Car ce débat est théologique. Le plan B, c’est comme le Ciel : il y a ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas. Villepin, par exemple, est un abéciste convaincu : "Je n’ai vu aucun plan alternatif d’aucune sorte", assure ce partisan du oui. Oui mais le dévoilement, la parousie sont toujours possibles selon "Libération" (14/5), qui titre : "Plan B : inexistant mais possible". Doctrine de repli : le plan B existe mais il ne s’occupe pas de nous. Variante dostoïevskienne : si le plan B n’existe pas, alors tout est permis.

    Finalement le message du révérend Delors s’éclaire. Il voulait dire : "Le plan B n’existe pas, d’ailleurs je l’ai rencontré."

    Comment savoir ?

    En passant tout de suite au plan C ! Ou en cherchant le point G de l’Europe ! A moins de comprendre que ceux qui votent oui au traité votent en fait non au plan B. Finalement la solution la plus simple quand on cherche le plan B, c’est d’appeler le plombier polonais.

  41. qu on m’explique ce que les partisans du non attendent d’un "plan B". ..

  42. Tao

    OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

  43. unkle

    z : je le dirais simplement. tu es de droite, libéral et sans grande considération pour le "social". je suis d’ultra gauche et anti libérale. ca signifie donc que tout dialogue entre nous est impossible.
    enfin, les termes dans lesquels tu parles de gisele halimi (et je conseille a chacun de relire son parcours) sont injurieux.
    fin de discussion, je n’ai pas de temps à perdre.

  44. je ne parle pas de gisele halimi, que je ne connais pas, je parle de son discours que tu a poste ici. A aucun moment je n’ai attaqué la personne.

    Tu es d’ultra gauche libre a toi. L’europe est fondée sur le principe de libre echange depuis le traité de Rome. dire etre pour l’europe mais contre la constitution parce que trop liberal est ridicule. Ou alors tu manifestes ton opposition a la construction europeene telle qu’elle a ete mene depuis le debut (ceci dit c’est peut etre ta position), mais on ne reviendra pas sur l economie de marché sans revenir sur la construction europeene depuis le debut, c’est un non sens absolu.

    Quant au social, il me semble que dans le cadre d’une economie de marché, il y a des avancées, le traite prevoyait nombre d’exeptions pour qu il n y ai pas d’uniformisation par le bas.

    De toute facon, le non a gagné. L europe ne va pas devenir moins libérale, mais on va rester sur le traité de Nice. Je vois mal ce que ca va ammener de positif, meme dans une optique ultra gauche.

    Et il est un peu facile de reduire a neant mon argumentation en se contentant de se refugier derriere des etiquettes politiques.

  45. Nuks

    Désolé de foutre mon grain de sel mais je pige rien à ce truc (bah oui je m’intéresse pas encore à tout ça, vu que je ne peux pas encore voter). Connaissez vous un site qui résume un peu tout d’une façon simple? ;) (Bah oui, ca m’intéresse tout de même)

  46. Tu te reveilles un peu tard mon grand, le referundum c’etait hier.
    T’as hiberné ou pendant les 3 dernieres semaines ?

  47. Nuks

    Je sais que c’était hier, j’ai même vu les résultats. Je cherche tout de même à comprendre ce que le non va engendré et ce qu’un oui aurait engendré. Merci aux pro-oui et aux pro-non de ne pas argumenter la dessus. Je cherche un point de vue neutre.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire