Toute première fois

Toute première fois

La semaine prochaine sort « Toute première fois », premier film de Maxime Govare et Noémie Saglio, avec les excellents Pio Marmaï, Franck Gastambide et Camille Cottin. Le film a d’ailleurs remporté le grand prix du  Festival de L’Alpe d’Huez, et on en est drôlement fier chez Gaumont.
Du coup, à cette occasion, on a lancé un petit jeu, l’idée est de raconter ses propres premières fois, alors je m’y colle. OUAIS.

– Ta première pelle.
Je considère qu’il y en a eu deux. La première, j’étais enfant, dans la maison de ma grand-mère, en vacances. Elle louait une partie de la maison à un couple de touristes, du nord de la France il me semble. Ils avaient une fille, qui avait quelques années de moins que moi. Elle avait peut être 8 ou 9 ans, et moi 10 ou 11.
Le souvenir est simple, c’était une peste, et avait menacé de raconter à ses parents et à ma grand mère que j’avais fait je ne sais plus quelle bêtise si je ne l’embrassais pas sur la bouche (ce qui était un mensonge). Terrifié devant ce chantage, je me suis exécuté, contraint et forcé, elle a mis la langue, j’ai cru mourir. Vraiment. Gros trauma.

Du coup je préfère la seconde, je pense que j’avais 12 ou 13 ans, collège, j’avais une petite copine, du genre « on se tenait à la main », elle a fini par m’embrasser un jour, sans que je vois le truc venir. Pour le coup j’avais bien aimé. Par contre elle a fini par me larguer parce que je n’étais pas assez entreprenant. J’étais drôlement triste, mais elle m’avait envoyé une lettre de rupture, avec un timbre et tout, la classe.

– Ta première déclaration d’amour.
Je crois clairement que je l’avais faite à Pénélope, avec qui j’ai vécu plus de 15, à partir de mes 14 ans, mes plus anciens lecteurs la connaissent bien. Par contre je ne sais plus vraiment sous quelle forme.

– Ta première baise.
Bon. On se dit toujours tout alors ? Je pense qu’on peut toujours considérer que c’était avec Pénélope, je venais donc d’avoir 15 ans, elle en avait 14. Elle n’habitait pas en ville, et pour pouvoir aller au concert de Cabrel (oui oui), elle avait demandé si elle pouvait dormir chez moi après vu que j’habitais près du Zenith. Et donc, après son concert, hop. Et c’était plutôt chouette. Merci Francis.

– Ta première cuite.
Mon rapport à l’alcool étant ce qu’il est, jamais. Puis de toutes manières je les préfère crues.

– Ta première vraie connerie.
Je sais pas trop ce que c’est une « vrai » connerie. Je sais qu’à une époque, ado, je piquais des sigles de bagnoles pour en faire une vague collection, un vrai loubard. Alors je trainais dans les rues, et paf j’arrachais les logos Mercedes, Renault, Lancia, etc. Tout ce qui venait en fait. Je sais toujours faire d’ailleurs, ci-besoin. Mes préférés étaient ceux des Lancia, que je trouvais jolis.
J’ai pas décidé ça tout seul hein, j’avais un camarade à l’époque qui n’en avait un peu rien à foutre de tout ça, et avec qui je faisais beaucoup de conneries. J’ai même sauté du haut d’un barrage EDF un jour pour faire comme lui (plus grande peur de ma vie).

Bon, et vous alors ? Allez donc raconter ça sur vos blogs les amis, faites moi rire, et balancez moi les URL de vos articles en commentaire. Vous avez aussi le droit de jouer sur Facebook :).

Laissez un commentaire