ecosse

C’est quoi ton métier ?

ecosse

Plus jeune, j’avais ce problème de tous les gens qui bossent dans le Web, je ne savais pas expliquer mon métier, en particulier auprès des adultes.
J’ai toujours été vaguement « community manager », mais je disais plutôt « animateur internet », pour faire simple.
Et puis non, ça n’était pas simple, je pense que ma mère m’imaginait en slip de bain en train de faire faire des chorégraphies à des ordinateurs sur de la musique Dance.

Aujourd’hui, la plupart des gens savent très bien ce qu’est Internet, passent leurs journées sur Facebook, et comprennent assez bien quand je réponds que je suis « animateur Internet ». Ils voient bien qu’il y’a des gens qui répondent sur les sites ou les Facebook des marques, ou que leurs compte Twitter et Instagram sont alimentés.
Sauf que voilà, les gens m’imaginent plutôt devant un ordinateur à répondre poliment à des gens pas contents, alors qu’au final, je fais des trucs bien plus rigolos.

Ces dernières années j’ai vécu un immense drame accompagné d’un bonheur intense, les deux étant réunis dans un seul événement : j’ai monté ma boite.

Un drame parce que monter sa boite est un nid à stress et à angoisses permanents, parce que vous n’avez plus d’horaires, plus de sécurité financière, pas forcément de clients, et surtout parce que vous avez l’administration française à supporter.
La plupart des gens qui entendent « je n’ai plus d’horaire imposées ! » se disent que c’est le pied, qu’on peut se lever à 11h tous les matins, et passer des journées entières à ne rien foutre. Dans les faits, pour peu que vous ayez trois types de clients, ceux qui se lèvent tôt, ceux qui se couchent tard, ceux qui bossent le week-end, et bien vous devez être dispo en permanence, tous les jours, et croyez moi, c’est crevant.

Mais c’est aussi un immense bonheur, parce que malgré tout, quand on a sa boite, on peut effectivement choisir l’évolution de son métier, et surtout, faire des millions de trucs complètements différents d’un jour sur l’autre.
Alors certes, il y’a toujours une grosse base quotidienne où je dois passer quelques heures en slip de bain à répondre à des gens sur mon ordinateur avec de la musique Dance. Mais en dehors de ça, c’est globalement un peu fou.

Je vais vous décrire quelques moments un peu improbables qui font que j’aime bien mon métier. Beaucoup de peoples dans ces moments improbables, mais c’est mon côté midinette.

– Passer quelques heures sur un bateau, sur un loch écossais, à prendre le soleil, et me dire « tiens là je suis en train de bosser ».
– Parler de mes slips avec Marc Lavoine sur la terrasse du Publicis, et me dire une fois encore « ah ben oui je bosse toujours ».
– Bouffer avec Edika et se faire faire un dessin comme ça à l’arrache, sur un coin de table.
– Faire un tour dans Paris, et me faire déposer devant la tour Microsoft en Audi R8 en mode voiture de course de l’espace, et être encore au boulot.
– Taper la discussion avec Jean Reno, dans un Mas provençal sous le chant des cigales.
– Se faire raconter des petites anecdotes sur la F1 par Jean-Louis Moncet, sur le paddock du grand prix de Melbourne, après avoir croisé Schumacher.
– Dormir dans un Bus Tour et me réveiller le matin pour dédicacer des dessins tout moches pendant le festival d’Angoulème.

Alors oui, c’est chiant d’avoir sa boîte, c’est chiant les RSI, les URSSAF, c’est chiant de bosser tous les jours, même pendant les vacances et week-ends.
Mais oui, des fois c’est super mega cool aussi.

Et globalement, j’adore le fait de ne pas savoir quoi répondre quand on me demande « c’est quoi ton métier ? »

7 commentaires
  1. May

    Bien, bien, hier soir, je disais à mon copain « mais en fait, il fait quoi Paingout dans la vie ? Il vit de son blog ? »(oui, voilà, il y a des inconnus qui parlent de toi parfois le dimanche soir)(et tu nous fais bien rire aussi)(sinon, tout va bien, merci)(coucou la folle).

    Et ce matin, il me dit que tu as écrit cet article. Voilà, tu crois que je peux changer le monde en posant des questions existentielles chaque dimanche soir ?

  2. symon

    c’est le choix de la liberté! bravo.
    pour les problèmes de RSI/URSSAF c’est simple, suffit de ne plus payer et de se faire épauler par liberte-sociale :)
    bonne continuation!

  3. Philippe

    …et donc, photographier des jolies filles nues, ça ne fait même pas partie de ton métier ? C’est juste du bonus ?

  4. bibousiq

    Merci pour cet article !

    Mais au final, être animateur internet, ça consiste en quoi ? Et que faut-il comme compétences pour faire ce métier ?

  5. cortx

    Bonjour;

    Tu nous parle de ce que tu fais, de tes rencontres, tes stress pas contre on ne vois pas d’article sur tout ça.
    Est-ce qu’il y a quelque chose que je rate (Je ne te suis que sur pingoo.com et un peu sur Twitter quand j’y vais le weekend.
    Qu’est-ce qui fait que tu gagne ta vie? car je suppose qu’en allant taper la causette avec Jean Reno tu ne touche pas d’argent.
    Pas que ça m’intéresse de savoir combien tu gagne etc mais je me dis qu’il faut bien manger, payer ses factures et hormis les retombées de ton site, je ne te vois pas travailler pour une rémunération. Passer « quelques heures en slip de bain à répondre à des gens » ça veux dire quoi concrètement. De quelle structure t’occupe tu ?

    Peux tu nous en dire un peu plus sur tes activités et tes actions aux quotidiens ?

  6. Petit Suisse

    passionnant! On pourrait pas plutot avoir des photos de seduisantes jeunes femmes nues? lol!

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire