Photographie : Ces filtres qui changent tout

Horst Faas est mort ces jours-ci.
Vous voilà bien avancé hein ? Qui donc est ce monsieur ?
Et bien Horst Faas est considéré comme un des plus grands photojournalistes au monde. Surtout réputé pour sa couverture des conflits asiatiques, et évidement de la guerre du Vietnam.

Pourquoi je vous parle de ce monsieur, dont je m’apprête en partie à salir la mémoire en quelques lignes ? Et bien en me replongeant dans son travail, je me suis lourdement souvenu que la photographie, et en particulier la photo d’art et le photo journalisme, sont d’énormes saloperies mensongères. Et comme ça faisait quelques temps que je voulais évoquer le sujet des « filtres » photo ici, je me lance.

Pour changer, je vais taper à grands coups de marteau sur la pire saloperie que l’humanité ai pu générer dans le monde de l’art, à savoir la photo en noir et blanc. A titre personnel, je ne comprends pas le noir et blanc, je trouve ça laid, moche, pénible, ridicule. Ca m’agace.
Pourquoi ce blocage ? Je crois savoir d’où ça remonte… Ma vie, mon oeuvre :
Autour des années 2000, j’achète mon premier appareil photo numérique. Je suis content, je prends des photos de pigeons, d’églises et de gens moches avec le flash. Mes photos sont moches au possible mais je suis content. Je vide ma carte mémoire sur mon ordinateur, et LA C’EST LE DRAME. Je découvre la fonction « passer en noir et blanc » de Photoshop.
MAGIE. Mes photos de pigeons dégueulasses semblaient subitement magnifiques, on aurait dit du Doisneau, du plus bel effet.
PUTAIN DE MERDE JE SUIS UN PUTAIN DE PHOTOGRAPHE DE GENIE.

Grou ?

Ca aurait pu s’arrêter là, et tout ma vie j’aurais shooté des pigeons en noir et blanc, en pensant être le plus grand photographe de la galaxie.
Mais il s’est passé un truc, un éclair de lucidité, et un intérêt soudain pour la photographie, les livres de photo, les expos. Je me suis rendu compte que tout ces photos en noir blanc avaient toutes la même gueule. Que, bordel de merde, en retirant la couleur d’une photo, on en retirait tout un pan, toute une vérité. Tant qu’à virer la couleur, pourquoi ne pas virer la lumière ? Ou même le sujet ?
Ca se défend, et clairement si on part dans un délire contemporain, je pense que tout ceci peut se justifier. Mais voilà, pour moi c’était mort, noir et blanc = chiant, chiant, et chiant. C’était fini, pour toujours.

Cette impression, qui est très personnelle, s’est transformée en aversion. L’aspect dramatique, contrasté, rigide et froid du noir et blanc me sautait à la gueule à chaque expo, et l’impression était encore plus violente devant des photos de guerres, de personnalités, ou n’importe quel type de photo « journalisme« . Retirer la couleur d’une photo dans ce contexte est à mes yeux aussi pénible que retirer une information essentielle d’une actualité.

Je vais essayer de vous décrire mon ressenti, par l’exemple.
Pour revenir à Horst Faas, on va prendre un de ses célèbres clichés :

Qu’est ce qui est fort et beau dans cette photo ? Evidement c’est la composition, les visages, le cadrage, les corps en attente, et toute l’histoire que l’on peut coller dessus. MAIS. Imaginez un instant la même photo en couleur, sans retouche, sans saturation particulière, juste une photo de base, celle qui sort de la pellicule et que vous faites tirer par Photo Station. Et ben ce sera tout pourri, et clairement, les visages, le cadrage, les corps en attente, et toute l’histoire que l’on peut coller dessus, ça vous passera complètement à côté. Comme dans la vraie vie d’ailleurs.

Evidement il existe des photos de ce type, en couleur, qui ont le même impact. Mais je crois, très honnêtement, que réussir une photo en couleur, sans aucune retouche ou jeu sur les contrastes, relève du génie. Alors qu’en noir et blanc, bof bof. Facile.

Pour la démo, j’ai fait un truc très con…
J’ai cherché sur Google Images les termes « opération militaire », et j’ai pris une des premières photos qui sort, à savoir ceci :

Bon, c’est moche hein ? Vous imaginez ça dans votre salon ? C’est terne, on dirait vos photos de rando en Corse de l’année dernière. C’est tout pourri.
Maintenant on prend la même photo, on la balance sous photoshop, et on clique sur le bouton magique « vas-y transforme moi ça en noir et blanc biatch« , TADAAAA :

Je pense honnêtement que pour 95% de la population mondiale n’y verra que du feu si je colle cette photo au milieu des clichés de Horst Faas.

Entre cet article est celui que j’avais écrit précédemment, vous devez vous dire que j’ai vraiment une dent contre le photojournalisme.
C’est bien possible, et soyons clair, tout ceci n’a rien d’objectif. Ca relève purement et simplement de mon unique ressenti. Je comprends complètement que la plupart des gens soient émus et adorent la photographie en noir et blanc.

Et c’est même très bien en fait, à partir du moment où vous aimez quelque chose, quoi que ce soit, moi je suis content. Même si vous aimez le pédalo, même si vous aimez Jean François Copé, même si vous aimez la photo en noir et blanc.

Juste, moi, ça m’agace. Je trépigne, je râle, je suis pénible. Le noir et blanc est juste le filtre le plus pénible du monde de la photographie, et faut croire que je n’aime pas les filtres.

Tiens je vais vous donner un autre exemple qui n’a rien à voir. La photo d’art glamour-érotique-fine-art-ta-mere.
Ca me touche un peu, vu que je suis moi même dans le milieu des « mecs qui font des photos de filles à poil ».

Je vais pas vous redonner la démarche, on va sauter directement sur l’exemple. J’ai cherché sur Google Images « porno amateur« , j’ai pris un des premiers résultats, à savoir ceci :

C’est moche, c’est probablement shooté avec un téléphone, un flash un peu foireux, vraiment bas de gamme.
Passons la chose sous Photoshop. Sachant que je suis une quiche sous Photoshop, et que ça m’a pris 26 secondes :

THIS IS ART.
Voilà, y’a un joli grain, une couleur un peu délavée, des jolis contrastes, je connais tout plein de gens qui seront ok pour afficher cette photo dans leur salon, alors que la version précédente, à part 2-3 mecs chelou du Nord, non j’en connais pas.

Le filtre prend le dessus sur tout, autant dans le photo journalisme que dans la photo de cul. Et moi ça me saoule.

Et vous savez ce qui me saoule encore plus ? C’est que malgré tout ça, malgré mon regard critique et contrarié sur le sujet, je suis le premier à retoucher mes photos, à les recadrer, à les re-contraster, à les unifier, et ça m’agace. Il m’arrive même de coller des filtres sur mes photos Instagram parfois, bon sang, achevez-moi.

21 commentaires
  1. Beotora

    Sympa la photo twitter.

  2. Jorodan

    Tout ça sans évoquer Instragram ?
    Je dis chapeau l’artiste :D

  3. Le Flagada

    Cher(*) Pingoo,

    Tout d’abord, au nom de tous les photographes amateurs qui ont découvert la recette de la potion magique, je ne te remercie pas. :-)

    En effet, quiconque s’est penché un peu sur les réglages d’un appareil photo numérique digne de ce nom est tombé, plus ou moins par le fruit du hasard, sur le combo ultime : ISO à fond, et noir et blanc. Une fois ce réglage mis en place, c’est magique ! Avec un appareil qui monte un peu en ISO, genre vers 6400 ou plus, quasiment toutes les photos peuvent être prises sans flash, quelle que soit la lumière, l’endroit, intérieur comme extérieur, jour comme nuit. De plus, avec une focale a 35mm, ou à 50mm, et tout le reste en automatique, il devient quasi impossible de rater une photo.
    C’est la recette de la potion magique ! Faut pas le dire voyons !

    Maintenant, la question qui reste en suspend, c’est : pourquoi ?

    Oui, pourquoi ces photos en noir et blanc, à gros grain, souvent un peu floues et mal cadrées, nous « parlent » comme de l’art, alors que RIEN, ni dans la démarche, ni dans la technique, ne justifie cette appellation ?

    J’ose ici tenter d’apporter une réponse, et son corollaire : cela ne va pas durer !

    La réponse tout d’abord. Schématiquement, un premier point : dans l’imaginaire collectif, noir et blanc=vieux, couleur=récent ; gros grain=très vieux, technologie ancienne, « ça ressemble à du Nadar ». Ce qui est paradoxal, vu que les gars en question, à l’époque, cherchaient surtout à virer ce côté granuleux, quitte à y aller joyeusement au pinceau pour retoucher les négatifs…

    Second point : toujours dans l’imaginaire collectif, vieux cliché = art, tout simplement parce qu’on expose pas les tirages pourris N/B de Tatie Monique, mais ceux de Faas, justement.

    C’est l’effet Madeleine de Proust : ces clichés avant même de les détailler, nous renvoient à ces vieux clichés, et la nostalgie s’installe immédiatement.

    Donc : N/B+grain=vieux=art, et hop, le tour est joué, le cerveau fait immédiatement l’association « ce que je vois est vieux, donc de l’art », avant même de regarder vraiment la photo, un coup d’oeil suffit.

    À noter : le pire reste pour moi le filtre « noir et blanc pour toute la photo sauf un truc ou deux, genre les chaussures et le rouge à lèvres, d’un rouge super vif », tellement vu, tellement abusé, qui surfe toujours sur la vague « ancienne » du temps où, seul le noir et blanc étant disponible, on colorisait joyeusement au pinceau les tirages…

    Par contre, voici le corollaire : pour les « jeunes » (en gros, ceux qui n’ont connu que la photo couleur et numérique) on peut avoir l’effet inverse : N/B = vieux = naze.

    Du coup, je vois bien venir la mode du flou joyeusement entretenu par un bon coup de gras sur l’objectif, « Hamilton style » :-)

    Sur ce, je te souhaite de continuer à faire de belles photos couleur, avec de chouettes modèles, et de nous les faire partager.

    Gros poutous,

    Le Flagada

    * Évidemment, pour illustrer ce phénomène de l’ancien forcément meilleur, quoi de mieux que de commencer un commentaire numérique par l’introduction « old school » des lettres papier d’antan :-)

    • Pingoo (Auteur)

      Le Flagada : Merci pour ton commentaire, qui est bourré de machins que j’aurais aimé évoqué, et que j’ai passé outre par flemmardise :)

  4. Je ne suis d’accord avec toi qu’en partie. En effet, le filtre noir et blanc est souvent utilisé pour mettre en valeur une photo sans grand intérêt. Cependant, la photo avant d’être numérique était argentique avec un tirage papier qui nécessitait une pratique et une retouche du photographe en contrôlant certains points notamment le contraste de la photo ce qui peut s’apparenter aux filtres toshop. Je pense qu’une photo n’est pas simplement une prise de vue mais un tout d’une image que l’on veut montrer.

  5. iknog

    Le N&B rend une photo + immersive. On s’y plonge plus facilement, imagine + le hors champ…mais c’est une recette facile. Un peu comme le MacDo, c’est pas dégueulasse mais ça a toujours le même goût.

  6. Paprika

    C’est quoi ce racisme anti-Nord ?
    Des mecs chelou du Nord :
    Jean Piat
    Henri Matisse
    Carpeaux
    Bruno Cocatrix
    Alain Decaux
    Charles de Gaulle, …..

  7. Raphael

    +1 Paprika !

    Ca me fait doucement rire les parisiens qui se moquent du Nord…Enfin, ça montre le niveau général..C’est toujours ça de pris !

  8. Sympa ce post. Je pense que ce débat est vieux et continuera encore et encore mais pour moi, l’Art photographique est atteint par celui qui ne retouche pas. Le Photographe est celui qui arrive à visionner ce qu’il veut faire, qui règle son appareil pour y arriver et qui du coup réussit et ne retouche pas ses clichés…
    Kevin Photographe animalier amateur.

  9. yo

    Pas sûr que le photojournalisme soit là pour faire beau, je croyais que c’était pour témoigner d’un évènement.
    Je ne connaissais pas ce M. Faas, mais en regardant quelques-unes de ses photos, je trouve qu’elles racontent quelque chose.

    Oui l’usage des filtres travestit la beauté des photos qui devraient, par la composition et la technique de prise de vue, (presque) se suffire à elles-mêmes.

    Concernant le Nord et ses mecs chelou, c’est une remarque qui ne vole pas bien haut… il faut juste se souvenir qu’on est souvent au Nord pour quelqu’un d’autre ;)

  10. Seb

    Il y a du vrai dans ce que tu dis. Néanmoins, le noir & blanc (et les filtres) ne servent pas simplement à donner un rendu plus ‘artistique’ et donc à mentir sur la qualité de la prise de vue et de la photo.
    Ca sert aussi (et surtout à mon sens) à modifier l’impact du sujet.

    L’exemple académique : tu prends un insecte sur une fleur. La couleur de la fleur risque d’attirer le regard probablement davantage que ton sujet. En passant en noir et blanc, tu peux davantage choisir là où tu veux que le regard se porte.

    Idem, un ciel trop bleu, un fond trop coloré, etc… peuvent détourner le regard de ton sujet…

    Et puis, la photo, c’est aussi une interprétation du photographe. La retouche est la finalité de son travail. N&B ou filtre, ou brut, peut importe, c’est son choix. Cela peut être ennuyeux, passionnant, maladroit ou (trop) calculé, c’est son choix. Libre à celui qui regarde d’apprécier ensuite. Ou pas

  11. Seb

    et pour répondre à tous, je pense que l’art n’est pas de ne pas retoucher. Modifier la balance des blancs, les iso, l’ouverture et donc la profondeur de champs, c’est déjà tricher avec la vérité. A l’époque de l’argentique, c’était pareille. Le papier, le choix de la pélicule, la retouche pinceau, etc… permettait déjà de redéfinir la réalité.

    Bref, il n’y a rien de noble à ne shooter que du brut à mon sens

  12. Elcoprino

    Il ne faut pas oublier que la photographie était uniquement en noir et blanc, à l’origine. Pour ce qui est de Horst Faas, je pense que comme beaucoup de journalistes de son temps il utilisait les films argentiques noir et blanc avant tout pour des raisons techniques. Tout d’abord, la photo couleur n’était pas, ou assez rarement utilisée dans les quotidiens de l’époque (de la guerre du Vietnam). Ou en tout cas les procédés de reproduction de l’époque ne rendaient pas justice à de bons clichés couleur, dès lors pourquoi se casser le cul avec des films couleur ? Le film noir et blanc permettait un développement rapide, facile et peu onéreux. Il était peut-être aussi moins sensible aux conditions climatiques. Et enfin, oui sans doute il permettait d’obtenir des photos acceptables dans des conditions difficiles de prise de vue, comme on peut l’imaginer en temps de guerre.
    Maintenant, en numérique c’est tout autre chose. C’est avant tout un parti-pris « artistique ». Il m’arrive souvent de faire des photos de concert, et j’ai remarqué que le noir et blanc fonctionne mieux avec des lumières « difficiles », et puis cela donne un côté rock’n’roll que j’aime bien.

  13. R.A.PT

    Gimp vaincra !

  14. MathieuVd

    Pingoo toujours dans la provoc…et dans ce fameux délire: je post pas pendant des jours et des jours mais quand je le fais c’est pour faire parler…Bon sur le fond pourquoi pas. Sur le forme, il n’y va pas avec le dos de la cuillère et tape un peu sur tous les sujets politiquement corrects ou non: les présidents, les juifs, les gays, ses problèmes avec France Telecom, les filles, les putes, bref…ça ratisse à tout va. Manquait plus que les Nordistes et la ! Pouf c’est fait ! Ce qui est regrettable c’est que sur chacun des sujets qu’il a abordés c’était un minimum argumenté (de manière valable ou pas) et la quedal…Cette petite phrase traduit juste l’état d’esprit de certains parisiens qui pensent qu’au Nord de Paris nous sommes tous : débiles, incultes. Donc merci pour les clichés, si tu es en manque j’en ai des autres pour d’éventuels autres articles: consanguins, chômeurs et pédophiles. Ne me remercie pas, c’est cadeau…
    Pour une fois, je suis relativement déçu par les raccourcis un peu trop faciles que tu prends de temps en temps. « Si ça ne te plait pas, tu n’es pas obligé de lire les articles de ce blog » pourrait être ta réponse. C’est vrai.
    Cependant, je reviendrais régulièrement, pour la simple raison que je trouve que tu vaux bien mieux que ce commentaire lamentable.

  15. Matth

    Bon juste 2/3 trucs à la volée :

    1) Je suis pas un génie niveau photographie mais si les photos de horst sont en noir et banc ça serait pas juste technique? Je sais pas trop qu’elle était la diffusion des appareils photos couleurs à cette époque, ni leur coût pour ceux qui existaient, ni leur longivité dans un conflit au Vietnam (poussière, humidité, etc…).

    – +1 pour les filtres. Mais plus que le noir et blanc moi c’est instagram qui me fait gerber…

    – -1 pour la photo des militaires. Sur cette photo il y a déjà un cadrage du coup le passage au filtre donne bien. En plus le ciel donne un effet sympa. Par contre la photo de porn mal cadrée même passée au filtre est moche.

    C’est que mon humble avis mais je me suis posé récemment la question suite à toutes les photos que je vois sortir de instagram sur les réseaux sociaux.

  16. gu

    peut etre que ce que Pingoo dit est vrai, en tout cas, les exemples sont horriblement mal choisis, le pigeon, meme en N&B et absolument sans interet, la photo de miches retouchees sur totoshop est horrible (avant comme apres). Quant aux bidasses en vadrouille, elle est mieux en N&B, pas formidable, mais mieux, plus de contrastes, le sujet ressort mieux, ou comment montrer l’inverse de ce qu’on veut montrer…
    Sinon moi, je suis contre le filtre totoshop « bonnasse qui montre son cul/ses seins » qui fait que tout le monde trouve que la photo elle est super reussie.

  17. Mittoune

    Les nordistes manquent d’humour, les temps changent, décidément.

    Ton billet me plait bien, j’aime bien entendre ou lire un avis sur la photographie. Et comme je te lis et te suis depuis des lustres, je réagis.

    Aujourd’hui c’est devenu facile de faire de belles photos. On est assisté et on a une multitude de filtres. Je trouve ça bien. Après c’est sûr ça perd en élitisme et ça déplait fortement aux « vrais ». Mais tout de même, le noir et blanc est un style bien particulier et je ne le limite pas à un filtre. Pour un portrait, si à la base tu décides de faire du n&b, tu ne choisies pas la même lumière. La technique est différente. Après faut apprécier le n&b pour être sensible à cette technique plus ou moins réussie.

    Allez, bonne continuation.

  18. javouejenaibavépasvous

    Je suis scandalisé… Déçu par ce post..
    Critiquer est toujours nécessaire, avoir du recul sur les choses aussi. La démarche de mettre des filtres « pour faire joli » qu’il soit n&b ou les filtres lomo type qu’on trouve sur IG est ridicule. Une photo réussie est une photo réussie.. c’est une question d’équilibre de composition de lumière parfois d’un instant magique.. Quand tu vois les photos d’Helmut Newton, si elles sont en couleurs elles fonctionnent pas.. Donc c’edst pas pour faire le bobo que je dis ça mais j’ai trouvé ton analyse un peu rapide et vraiment hautaine. Tu prends des jolies photos, tes couleurs et lumières sont souvent interessantes (merci le matos,aussi) mais tu ne peux critiquer aussi facilement avec des arguments aussi foireux. Il n’y a pas un Art qui seul toi te toucherait et si tu tournais un peu différemment le truc je pourrais accepter, surtout que ta photo de pigeon est vraiment très pourrie, et que celle de l’armée que tu passe en noir et blanc est vraiment très pourrie. Un jour je l’espère tu verras des photos en netb qui te toucheront. Heureusement qu’il y a des femmes nues ici, sinon je ne serai plus revenu après ce post très mauvais

  19. Je n’ai pas lu tous les commentaires par manque de temps donc j’irai droit au but : je suis ENTIÈREMENT d’accord avec toi, je vomis le noir et blanc !

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire