Cabaret Desire, film d’Erika Lust

Erika Lust, j’en ai déjà parlé quelques fois ici, c’est une réalisatrice suédoise, installée à Barcelone. Son créneau, on va dire que c’est plus ou moins le porno féministe. Sachant que le terme est un peu compliqué à coller à telle ou telle thématique, mais bon on va faire avec :).

Le film dont je vais vous parler là, c’est Cabaret Desire, qui est sorti il y’a peu, et qui m’a été envoyé par Erika (merci d’ailleurs). J’ai donc regardé la chose, et je vais vous dire ce que j’en pense.

Petite introduction importante, malgré les apparences, je ne suis pas du tout fan de porno. Loin de là, en fait je n’y connais pas grand chose, si ça n’est imagerie porno habituelle des gonzos et autres productions françaises et californiennes un peu bourrins. Pourquoi j’aime pas ça ? Probablement parce que ça ne ressemble pas à la vraie vie, et que c’est souvent assez moche, autant au niveau des pornstars (j’ai un vrai gros problème avec les seins refaits par exemple, ou l’épilation intégrale), que de l’imagerie globale du porno. Le gros plan sur la pénétration anale qui suinte de partout, ça me gonfle, si on y ajoute les acteurs qui hurlent comme des gorets, ça m’ennuie.

Et c’est là ou Cabaret Desire est vraiment très bon je trouve. Ce film casse toutes ces problématiques là :

- L’image est vraiment très belle, c’est bien filmé, c’est lumineux, c’est esthétique, vraiment on prend du plaisir à regarder la chose.
– Les modèles sont, à mon sens, superbes. Dans le sens où elles ressemblent à de vrais meufs, on se fiche de la cellulite, des marques sur la peau, même si ce sont des actrices, elles ressemblent à de vrais belles nanas. C’est moins vrai pour les mecs qui restent des beaux gosses, mais quand même, y’a un effort.
– Les scènes de cul. Bon, ben c’est du cul, mais c’est varié, et franchement, je trouve que ça ressemble vraiment à la vraie vie. On prend du temps ici et là, des fois c’est un peu trash, des fois un peu tendre, non rien à redire, c’est chouette. Et les actrices/acteurs ne hurlent pas dès qu’on leur frôle le téton. Pas des gros plans chirurgicaux non plus, même si ça reste complètement porno.

Après bon, un peu regretter les scénarios qui ne sont pas tous passionnants, mais ça reste au dessus ce qui se fait habituellement dans le porno, avec un peu de d’originalité ici et là. Donc pour moi, ça passe.

Voilà pour mon commentaire. Pour tout vous dire j’ai regardé ça le soir de mon anniversaire, pour la blague, et on était une dizaine, aux profils très différents, à mater et juger le truc. Les avis étaient très divergents, mais il est clair qu’on est un certain nombre à avoir exprimé avec plus ou moins de virulence que tout ceci n’avait rien de féministe. Je pense moi aussi que non, ça n’est pas un porno féministe, c’est juste un porno « globalement moins con que les autres », et qui dans son ensemble, est franchement très complet et très agréable.

Vous pouvez mater le truc sur Lust Cinema, et aussi le trouver en DVD sur le site officiel du film.
Ne vous fiez pas au trailer présent tout en haut de cet article pour juger de truc, honnêtement il reflète pas des masses la réalité de ce film.

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : , ,

Réponse à Cabaret Desire, film d’Erika Lust

  1. Pingback: Quand je mate du porno ou Cabaret Desire d’Erika Lust | Crêpe Georgette

Ajouter un commentaire