The Legend of Zelda Orchestra

Je trouve ça assez dingue le traumatisme provoqué par cette musique sur un nombre inconsidérable de trentenaires. C’est d’autant plus fou qu’à la base, il n’est ici question qu’un d’un shoundchip degeulasse pour illustrer un jeu qui n’était qu’une bouille de pixels.

Et qui sait que j’y ai passé des heures devant cette bouillie de pixels, comme plein d’entre vous d’ailleurs.
Allez hop, pour le contraste :

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : , ,

8 Réponses à The Legend of Zelda Orchestra

  1. AdminOfPlaygroup

    C’est clair, même moi qui n’ai jamais joué à un Zelda de ma vie, elle m’a traumatisé cette musique…

  2. Corvis

    En même temps, Zelda s’arrête pas à la NES hein…
    La musique était géniale dès le début, seulement le 8bit c’est pas top pour l’orchestration, depuis des versions du thème de Zelda y’en a eu des chiées sur les différentes plate-formes, de plus en plus orchestrales, c’est pas étonnant du tout qu’on finisse par enregistrer un CD en bon et due forme.

  3. walter

    En fait, je préfère en 8 bit, c’est vraiment très pompeux sinon, on dirait une musique de film chiant :)

  4. Kolvyr

    Raaah c’est beau! J’en ai chialé dis donc…

  5. birkenstock

    « musique de film chiant » pour moi ça vaut la musique de john williams.

  6. Rod

    et oui, a l’epoque, on savait composer de putains de themes meme avec les moyens du bord … que ce soit Mario, Zelda, Castlevania, Gynoug, Metal Gear premier du nom … ce sont plus que des themes, ce sont des hymnes. Aujourd’hui, y a AUCUN JEU qui ne possede le 1000eme de ces themes epiques …

  7. The Riddler

    @Rod : Jesper Kyd, Martin O’Donnell

  8. Anarkys

    @Rod : je n’irais pas jusqu’à être aussi drastique que toi dans ma pensée bien qu’elle aille dans le même sens. Mais force est de reconnaître, qu’à l’époque, avec le peu de moyens, il y avait quand même de sacrés génies du 8 bits…

Ajouter un commentaire