Le jour où je me suis fait tirer dessus

En réalité je me suis fait tirer dessus plusieurs fois dans ma vie. Un jour je vous raconterai mes folles aventures de fugitif… Mais l’histoire du jour est moins rocambolesque, puisque je me suis fait tirer dessus, à peu près volontairement…

Le contexte ? Une invitation, là, comme ça, par des amis et par la Mormone, à aller faire un Paintball. Oui, un Paintball.
Ceux qui me connaissent un peu n’auront pas de mal à imaginer à quel point l’idée même de me mettre dans un lieu avec un fusil pour courir et tirer sur des gens, est a priori complètement improbable.

Initié par un pote très spécialiste de la chose, nous étions donc une petite dizaine de novices à nous rendre sur le lieu des crimes à venir, à savoir une très grande usine désaffectée, sur plusieurs niveaux, à une heure de Paris. Une fois sur place, nous étions donc mélangés avec quelques grands malades, à savoir des pros de la question, avec des équipements de dingues et des yeux de lynx. On y reviendra.

Je vais donc essayer de vous dire le plus honnêtement possible ce que j’ai pensé de toute cette journée (oui ça a duré une grosse partie de la journée). Pour se faire on va faire une petite liste des points notables (les listes c’est d’un pratique…), sous forme de questions/réponses.

- Est-ce que c’est rigolo ?
Oui c’est rigolo. Vraiment. On rentre tout de suite dans le jeu. L’adrénaline monte assez vite, et on se met vraiment à flipper pour sa vie. Surtout quand c’est la première fois…

- Est-ce que ça fait mal ?
C’est là que tout se joue. C’est un peu comme le tatouage, on se demande toujours la première fois « est-ce que ça fait mal ?« , sachant  évidement qu’on en a pas vraiment idée avant de se prendre sa première boule. Alors certes on a un casque, mais c’est tout, pas de combi ou de protections particulières. La boule de peinture qui vous shoote est très rigide et va à une vitesse assez affolante. Quand en plus on flippe et qu’on a aucune idée de ce que ça fait, je vous dis pas l’horreur. Et donc pour répondre, oui putain ça fait mal, mais vraiment quoi. Même une boule tirée de loin c’est la mort. Allez donc voir les photos de la Mormone pour vous rendre compte des marques que ça peut laisser.

Les pros ont tendance à être un peu choqués quand on dit le mot « arme » au lieu de « lanceur« . C’est de la connerie pour se donner bonne conscience, évidement que ce sont des putain d’armes, qui font mal, qui ressemblent à des vraies armes. Quand en plus le mec qui la porte à l’uniforme complet du militaire (ce qui est le cas de la plupart des pros), avec grenades, fumigènes, flingues, et autres. C’est ni un jouet ni un « lanceur de boules » croyez moi. Mais ça fait aussi partie du charme du truc.

- Est-ce que faire ça en intérieur c’est cool ?
Je n’en ai jamais fait en extérieur, mais il semblerait que ce soit la norme. Là pour le coup on était totalement enfermés, et j’ai envie de dire que c’était chouette, ultra aménagé, avec des grandes pièces, des plus petites, des escaliers, des étages, et une musique bien stressante pendant les parties (le genre de musique qu’on entendrait pendant n’importe quel jeu vidéo FPS d’ailleurs). Du coup on se sent plus comme « dans une prise d’otage » ou dans des unités spéciales, que comme de simples fantassins. Inconvénient, on se retrouve fréquemment à quelques mètres du vilain d’en face, et une boule tirée à 2 mètres, ça déchire sa mère.

- Et être mélangé à des pros c’est pas chiant ?
La plupart des novices ont eu cette impression d’être de la chair à canon. Effectivement avoir des pros en face fait qu’on a tendance à pas oser trop se déplacer, et à se faire sortir assez facilement. Mais en même temps, on aurait juste été entre noobs, l’adrénaline n’aurait absolument pas eu le même effet. Entre être jeté dans une arène au milieu de poulets, ou au milieu de zombies assoiffés de sang, ça fait une grosse différence.
Et puis honnêtement les mecs étaient cools, à nous donner des conseils de placement, à nous motiver, nous faire nous déplacer avec eux. J’ai le souvenir d’une charge un peu épique ou novices et pros de mon équipe sont partis charger l’équipe adversaire tous ensemble en traversant toute l’usine, assez génial.
J’ai même eu la chance de tester une arme (un lanceur donc) un peu plus « pro », de type « electro », qui envoie donc des rafales de bouboules. Impressionnant à utiliser.

- Est-ce que c’est crevant ?
Oui. Et dans mon cas c’est pas vraiment parce que j’ai trop couru, d’ailleurs on court assez peu. C’est plus les phases où il faut tenir une position qui m’ont épuisé. Etre un genoux à terre en étant à l’affut pendant 20mn, sans bouger, c’est clairement épuisant, étrangement.

-Est-ce que je le referai ?
Oui, ça me plairait bien, mais pas avec le même équipement. Le fait d’avoir un machin qui envoie péniblement ces petites boules une par une, alors que les mecs en face ont de véritables mitraillettes, ça fait chier. Moi aussi je veux dépenser 500 billes par parties, qu’au moins j’ai une chance de shooter un des pros :p. (ou alors, je veux qu’en face ils étaient le même équipement que moi, peu importe qu’ils soient très très bon).

Voilà voilà pour mes impressions. Et vous le paintball, vous avez testé ? Ca vous plait ?

J’ai pas franchement de détails à vous donner sur le très cool lieu où on était,  mais Florent, qui était un peu notre mentor pour le coup, a écrit un article très complet sur l’endroit, avec plein de photos, ça devrait donner envie à ceux qui sont déjà tentés :).

(avoir l’air digne en toutes circonstances)

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : ,

14 Réponses à Le jour où je me suis fait tirer dessus

  1. Clyne

    La comparaison poulets/zombies est brillante ^^

  2. hugo

    Lol…Moi je connais bien le paint-ball pour avoir joué quelques parties de déglingos avec des pros équipés eux aussi de lanceurs à débit non modérés, de tenus de camouflage et autres équipements en tout genre complètement flippant…
    Depuis J’ai arrêté, mais pourquoi ?

    L’adrénaline, la pétoche d’avoir mal, de prendre une bille à bout portant dans un endroit que tu aurais négligé de camoufler histoire que d’éventuels déplacements stratégiques ou phobiques soient encore possible …

    Après il y a le côté commandos refoulés : la bande de pros surentrainés qui font des échauffements comprenant petits pas chassés, pompes, abdos mais surtout qui jouent leur vie à chaque partie…

    A partir de là mon côté pacifiste et mon côté fillette que j’assume complètement ont commencé à se poser des questions sur le fond : mais pourquoi jouer à la guerre avec des mecs qui y croient vraiment ? Bah je n’ai pas de réponse ou si, mais mon raisonnement psychologique et scientifique prendrait un temps fou…

    Avec les bonnes personnes, tu t’éclates la nouille et tu t’en sort avec quelques bleus voir pas du tout si tu sais bien te planquer (comme moi…)

  3. valerie

    l’éventail d’un côté, le fusil de l’autre aurait été mieux.

  4. Spooky

    Moi j’en ai fait l’année dernière pour la première fois, et j’ai renouvelé l’expérience il y a quelques semaines. Comme toi je suis un pacifiste convaincu, et j’ai voulu en faire un, pour ne pas mourir idiot. Le groupe d’une vingtaine de personnes était sensiblement du même niveau, du coup on s’est bien amusés. cette année on s’est retrouvés avec des gens un peu plus aguerris que nous, et on a moins apprécié.
    Je n’ai jamais fait en intérieur par contre.

  5. Spooky

    Ah j’oubliais, j’en parle là : http://spooky-aux-pieds-velus......71076.html

  6. Nitram

    Je pense qu’il y a confusion entre la terminologie de pro et de gros boeuf! Un vrai pro n’inonde pas de boule pour te flinguer il n’utilisera qu’un nombre très restreint de balle. Vider des chargeurs complets cela s’appelle un tir de barrage pour en principe protéger le déplacement d’un membre de son équipe. Si c’est pour envoyer 30 pruneaux pour essayer de te descendre et que tu en reçoive un alors le mec est très très mauvais. Certainement pas un pro.

  7. hugo

    Toi t’es un pro…ça se sent ces choses là…

  8. Patrick

    J’en ai deja fait a de nombreuses reprises, toujours en exterieur, et j’aime assez. Une fois tout mes potes et moi on s’est ligué contre les gars qui nous louais le matos. Ils étaient 4 on était 16, on a gagné mais on a fini a 3.
    J’aimerai bien tenter en interieur, mais j’ai quelques mauvais souvenirs de billes prises d’un peu trop près.

  9. Rod

    non le palmipède, t’organises ca entre grosses tanches de blogueurs ? :)

  10. Pingback: Faites de l'art, pas la guerre ! | Chez Dehel ...

  11. burp

    Au fond, t’es un vrai killer!

  12. barbu

    il y a un autre sport qui permet de résoudre quelques détails que tu reproches au paintball, l’airsoft
    le principe est le meme, mais avec des petites billes de 0,25g en général, avec des puissances inférieures à 2 joules
    la balistique s’en toruve amélioré, et les douleurs sont la plupart du temps inexistante
    probleme, le jeu repose sur le fair play des joueurs, vu qu’il n’y a pas de peinture qui marque la touche, et la plus grande ressemblance de l’équipement avec le monde militaire poussent certains à devenir des intégristes du « faire comme en vrai »
    cependant, de nombreuses équipes jouent complètement décontract, et je pense que c’est un sport qui mérite à etre connu

  13. Mélissandre L.

    la prochaine fois je veux viendre avec vous!

  14. Pingback: Loisirs Prod: le jour où j’ai été un lapin. - Pingoo.com

Ajouter un commentaire