Cinéma : Last Night

Hier soir, avec Gaumont, nous avons organisé une avant première, un peu sur le pouce, pour le film « Last Night ». Cette fois je n’avais pas vu le film avant, je l’ai donc découvert en même temps que tous les autres invités.

Le contexte était pas évident, je suis malade depuis deux jours, j’ai d’ailleurs du infecter une bonne partie de la blogosphère présente hier. Le film, « Last Night », m’avait l’air d’être de l’ordre de la comédie romantique, plutôt le genre de film qui plait aux filles genre, pour jouer dans le cliché facile.
Bref, tout était là pour me faire passer un moment pénible, le nez pris.

Et puis voilà, le film s’est lancé, et 5mn après il était terminé, et moi j’étais le sourire aux lèvres.
Alors non évidement le film n’a pas vraiment duré 5mn, je n’ai d’ailleurs aucune idée de sa longueur, mais je suis tellement entré dedans que je m’y suis un peu noyé (dans le bon sens du terme).
Je vais en faire hurler certains, mais sur la forme comme sur le fond, tout ceci a eu pour moi l’effet d’un « Lost in Translation » mélangé à un essai de réflexion sur l’adultère. L’adultère est d’ailleurs la seule et unique thématique du film, qui se déroule sur seulement quelques heures.
Cette temporalité très courte est portée par une photographie et des décors millimétrés, presque neutres. On écoute ces couples parler, discuter, se mélanger, se démélanger, et on pense, on pense tout le long du film. Qu’est ce qui est normal ? Qu’est ce qui est bien, mal, anormal ?

Je crois vraiment que la question de la tentation et de l’adultère est un des sujets les plus présents et les plus violents dans la cervelle de chacun d’entre nous. Que l’on soit l’amant, le cocu, le tenté, le tricheur. En quelques scènes, ce film pose les bases de tous les cas possibles. De celle ou celui qui craque, qui résiste, qui est ampli d’un désir latent et frustré, qui regrette, qui est au delà du regret.

En sortant du film certains m’ont confié avoir été retourné par la chose, probablement par identification, parce que oui, pour peu qu’on ai eu une vie amoureuse un peu laborieuse, à un moment ou à un autre, on s’est posé tous ces cas de conscience, on a vécu ces douleurs ou ces soulagements.

BREF.

Même s’il y’a plein de petits détails qu’on pourrait juger peu justes dans ce film -probablement parce qu’ils ne collent pas à 100% de nos vécus-, ce film est vraiment un très joli film, que j’ai trouvé très dense, pour peu qu’on entre vraiment dedans.
Ce dernier point est indispensable, mais c’est souvent le cas au cinéma, si vous vous laisser couler dans les personnages et les situations, alors ça ne peut que vous toucher.

Au casting, les deux magnifiques Keira Knightley et Eva Mendes, et pour les garçons, Sam Worthington et Guillaume Canet.
Guillaume Canet en général, je suis pas fan, mais là je l’ai trouvé bien. De même pour  Sam Worthington que je n’avais vu que dans Avatar (film insupportable pour moi).

Voilà, j’ai pris du plaisir à voir ce film, qui m’inspirera je pense d’autres articles, le temps que je le digère un peu. Je vous invite à aller le voir, que vous soyez une nana ou un mec d’ailleurs, ça n’est pas du tout qu’un film de nana selon moi.

Réalisé par Massy Tadjedin, il sort le 16 février à venir.

9 commentaires
  1. Euh

    Mieux que le déclin de l’empire américain? C’était sur ce thème et cela se déroulait sur quelques heures aussi.

  2. Rod

    ah bah deja vu les pics, Eva Mendez et son charisme d’huitre, et Keira la prognate anorexique monoexpressive …. je peux meme pas tenter d’essayer d’aller le voir, ca ne passera pas.

  3. Fahay

    Ton point de vue sur le sujet m’intéresse.

  4. Gérard

    C’est bien de se poser les vraies questions. J’aime ma copine ou non ? je la trompe ou non ? C’est normal ou non ?…..Mais de là à aller voir ce genre de film ???? On paye nos places…NOUS.

  5. burp

    Mon Pingoo, ma critique de ta crique va commencer comme ta critique…je t’aime bien tout ça mais j’ai un petit souci avec tes commentaires ciné, en général ils commencent un peu de la même manière, je résume…
    ouais, bon…j’ai eu des places de la part de la Gaumont, j’avais pas trop envie d’y aller…tout ça…le titre…fais chier…tout ça…et puis ça se termine toujours par…ben,en fait! le film il est super! c’est bon, mangez-en!…miam-miam. Les invits, c’est toujours un peu délicat(tu es un garçon bien élevé) mais j’attends avec impatience une mauvaise critique de ta part après avoir été invité par la G! je te fais des bises, sans rancune…

    • Pingoo (Auteur)

      burp : Techniquement si je suis invité sur un truc, avec des gens que j’aime bien, et que je n’aime pas le produit, je n’en parle pas :).
      Quand j’en parle en bien, c’est que j’en pense du bien.

      (la plupart des gens dans mon cas font pareil d’ailleurs)

  6. burp

    evidemment il faut lire critique au lieu de crique même si il y a de trés jolis criques au cinéma…parfois!

  7. burp

    Je comprends, c’est ce que je me suis dit en écrivant ce petit commentaire.
    S’il aime pas, il en parle pas! cependant de temps en temps, histoire de te fâcher un peu avec tes amis de la G, balance sur un film dans le genre « rembourser nos invitations! »…ou pas. :) des bises!

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire