BD : Lo, de Lucie Durbiano

Rapidement, là, comme ça, en passant.
L’autre jour je vous ai pondu une chronique d’Aya, et dans la vraie vie, j’ai au moins 3-4 personnes de mon entourage qui s’y sont mis, avec visiblement beaucoup de plaisir. Aujourd’hui je vous fais un rapide retour sur un autre titre publié dans la collection Bayou chez Gallimard : « Lo », de Lucie Durbiano.

C’est joli « Lo », je me suis demandé si c’était un vrai prénom d’ailleurs, visiblement oui, du moins « Lô » qui est un prénom de garçon.
Là pour le coup, Lo est une jolie demoiselle, une jeune nymphe plus ou moins orpheline (on apprendra vite qui sont ses illustres parents), le tout pour un petit conte mythologique autour de divinités grecques et autres personnages traditionnels.

Ca c’est pour le pitch rapide. Sur le « pourquoi c’est bien ?« , hum. Disons que l’histoire est un joli mélange entre un conte inspiré de vrais textes, et une modernité et un humour complètement d’époque. Entre la sorcière qui fume des joints, un Zeus queutard et un Cupidon vulgos, ça ne pouvait que me plaire.
Une seule citation qui résume bien la chose et le ton, entre nymphes, satyres et esprits tordus :  »Attention, t’as un téton qui dépasse« .

Un dessin léger sous les doigts délicats de Lucie Durbiano, des jolies nymphes, un Bacchus sympatique, 100 pages que l’on dévore d’une traite et qui feront un très chouette cadeau de premier de l’an :). 16 euros, on clique un achète, hop hop.

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés :

2 Réponses à BD : Lo, de Lucie Durbiano

  1. -- s e b

    Lucie Durbiano a un talent immense : faire passer des histoires très intelligentes (et souvent coquines) sous un trait presque enfantin, innocent.
    Cet album est excellent et à ceux qui l’aimeront, je ne saurais trop conseiller ses autres titres chez Bayou/Gallimard que sont ‘Trésor’ et ‘Orage et Désespoir’.

  2. Nicolas

    Seb, tu as raison, ce sont de très bonnes bd, Angoulême 2011 : affaire à suivre.

Ajouter un commentaire