L’or des Incas à la Pinacothèque : la blague

Jeunes gens,

Jusqu’au 6 février de l’année prochaine, la Pinacothèque de Paris propose une sorte d’expo évènement sur la thématique de « L’or des Incas ».
L’autre jour, j’y ai fait un saut. Et bien je me suis bien bidonné.

Le choix de cette expo n’est pas de moi, pas franchement mon truc les expo historiques, mais j’y allais quand même avec un certain intérêt, vu le grand bruit autour, et ce malgré la réalisation de l’affiche la plus moche du monde, probablement réalisée par des gens de chez Créapole.

Bref. En route, nous sommes samedi après midi, temps pluvieux, long week-end, poudoum poudoum.
Nous voilà devant Madeleine, la queue à l’entrée est assez classique pour une expo parisienne événementielle, mais je ne m’en inquiète pas plus que ça. Je mise sur 1h de queue, bonne surprise, on attendra seulement 45mn, sous la pluie. Il était environs 14/15h.

Doux instant où je paye ma place, le prix rond de 10 euros, bon, c’est cher, mais pourquoi pas, pour une expo évènement.
Nous montons les marches de la Pinacothèque, et là, le LOL :

Constat sans appel, il était strictement impossible de profiter de la dite exposition.

Pourquoi ?
La Pinacothèque est un lieu pas bien grand,  l’espace y est vraiment limité… Et pourtant les génies qui organisent cette expo se sont dit « on va ouvrir les vannes, à 10 euros l’entrée, faut que tout le monde rentre« . Devant chaque œuvre, une queue, impossible de déambuler, juste faire la queue en file indienne pour espérer voir un bout de quelque chose. La photo que vous voyez ci-dessus est plutôt le cas « là y’a pas trop de monde« , devant les panneaux explicatifs (foireux) de l’expo. Imaginez « fois 10 « devant chaque œuvre.

Je suis grand (de taille), j’ai l’habitude des expos et du monde, mais là franchement, ça n’avait aucun sens… Je me suis donc barré tout de suite, en riant.
Outre la problématique de fluidité dans le musée pour profiter des pièces présentes, il y a clairement selon moi un vrai problème d’un point de vue de la sécurité. Il est strictement impensable qu’un tel lieu puisse tolérer de compresser des centaines de gens dans des couloirs exigus, à l’étage. En cas d’incendie je vous imagine pas le méchoui.

La mormone qui était présente a tenté l’expo jusqu’au bout, elle a pondu un petit compte rendu ici, pas glorieux non plus.

C’est le moment ou je balance quelques banalités concernant les expositions parisiennes.

On le sait, toute expo « événementielle » à Paris fonctionne, les gens viennent, font la queue, ça cartonne systématiquement. Devant ce constant là y a deux attitudes à avoir. La première, digne, est de ne pas faire entrer plus de gens que de raison. C’est certes frustrant pour les gens qui arrivent trop tard pour faire la queue, mais au moins c’est honnête.
Je préfère vraiment qu’on me dise, alors que j’arrive à 15h « désolé mais on préfère vous dire de revenir, quand il y aura moins de monde« , plutôt que de me laisser entrer dans un truc irrespirable. C’est d’ailleurs assez classique, je l’ai vécu il y a peu pour l’expo Basquiat au MAM, ou pour l’expo « Crime et Châtiment » au musée d’Orsay. Dans ces lieux sérieux, il y a tout simplement un compteur, raisonnable, et s’il y a trop de monde, vous n’entrez pas.
Ce compteur existe aussi peut être à la Pinacothèque, mais j’invite alors les organisateurs à le régler à la baisse.
Mais non, ça n’arrivera pas, parce que régler le compteur à la baisse, c’est limiter les entrées à 10 euros, ce serait dommage de se priver d’un seul petit billet non ?

C’est comme si dans un cinéma de 200 places, on laissait entrer 500 personnes. Oui ils vont bien rentrer dans la salle et pourront voir le film, mais dans quelles conditions bordel ?

Depuis quelques années, devant ces problématiques récurrentes dans les musées parisiens, des horaires élargis sont réclamés à corps et à cri. Je suis complètement pour. Certains musées ouvrent tard tous les jours (comme le Palais de Tokyo par exemple), cette pratique devrait être généralisée. De même je suis totalement favorable à une ouverture nocturne 24/24 de certains musées, quand c’est justifiable en terme d’intérêt du public, ou pour certaines expos. Certes ça peut avoir un coût, mais largement compensé par les entrées supplémentaires engrangées, de plus ça ravirait les noctambules et redonnerait un peu de vie aux nuits parisiennes.

Voilà, c’était ma petite remarque du jour. Et tant pis pour l’Or des Incas, que je n’aurais même pas aperçu…

6 commentaires
  1. Je suis carrément pour les nocturnes et les ouvertures 24/24 aussi !:)

    J’aimerais tellement qu’ils ouvrent l’expo Monet au Grand Palais 24/24…

  2. Je m’étais jamais vraiment posé cette question, mais maintenant que vous soulevez le problème, c’est vrai que c’est trop. J’avais plutôt tendance à me dire « Pfiou c’est fou ce que cette expo a comme succès ». Au final c’est assez décourageant. Le pire que j’avais fait dans le genre c’était Cézanne. Pire que la ligne 13 à Paris à 8h30 du mat. Une espèce de marée humaine naviguait de toile en toile. Inhumain.

  3. Otolia

    Une ouverture pendant n’est réaliste que jusqu’à minuit. Ensuite premièrement, les transports en communs ne fonctionnent plus totalement (mis à part les bus de nuits) et deuxièmement qui irais dans un musée en sortant d’un bar.

     » Et les cas, ils étaient sympas ces cocktails, ça vous dit une expo sur l’or des Incas ? « 

  4. Bob

    La pinacothèque n’est pas une bonne salle d’expo.

    J’y étais allé en 2008 pour voir l’expo avec les soldats de l’armée de terre cuite (en provenance de Xi’An). Les objets étaient extrêmement mal mis en valeur, trop peu d’explications également alors que certaines pièces étaient vraiment épatantes (épées avec traitement surface chrome ! Cloches avec des proto-sinogrammes)

    J’eus la sérieuse impression de m’être fait entubé pour.

  5. qu’est-ce que tu as contre ces idiots de Créapole, d’abord? :)

  6. claveline

    Eh bien moi, dimanche dernier, loin de la vie trépidante parisienne, pour 5 euros l’entrée je me suis fais l’expos sur le chocolat, simple, du monde, plein de trucs a voir mais surtout on pouvait déguster, vous pouvez me croire le chocolat cela vaut tout l’or du monde.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire