J’ai donc vu Inception (Cinéma)

Très franchement, je pense que je pourrais m’arrêter là au niveau de ce billet « J’ai donc vu Inception » c’est assez clair en soit non ? Non ? Bon ok… Je vais essayer de vous dire des choses.

Ce film, je l’ai vu un peu à la bourre, en comparaison avec l’intégralité des gens que le lis sur Internet, qui en avaient fait des critiques et des tweets dégoulinants de « c’est le meilleur film de la galaxie du monde de l’univers« . J’avoue que ça m’agaçait pas mal de ne lire QUE des choses positives sur ce film, mais je suis de bonne foi globalement niveau cinoche, et quand un film est bon, j’ai l’honnêteté de le dire, regardez pour Twilight par exemple.

Pour en finir avec cette introduction « vérité« , je dois bien avouer que je n’ai pas déboursé un centime pour voir ce film. Vous savez qu’en tant que blogueur méga-influent et respecté, je me fais inviter absolument partout, et c’est donc convié dans une très belle salle du quartier d’affaire de la Défense que je suis allé voir ce film en après-première, invité par le célèbre site Clyne.fr. (oui donc en résumé aucune agence n’a eu la présence d’esprit de m’inviter voir ce film, du coup la Mormone (fan de Leonardo Di Caprio) m’a forcé à aller le voir avec elle à l’UGC de la Défense, et elle m’a payé mon ticket).

Je vous préviens, si vous n’avez pas vu le film, comme d’hab je spoile pas mal, donc vous ne cliquez pas sur « Lire la suite » si vous comptez voir ce film.

La première chose, c’est que je n’ai rien compris à ce film. Enfin non, j’ai compris un certain nombre de choses, mais j’ai décidé que je ne voulais pas avoir compris. En ne comprenant pas, je donne une chance au produit, je lui dis « tout le monde t’a aimé, moi j’ai du rater une marche« , c’est parce que je suis gentil voyez-vous… Gentil avec le produit. Oui, produit, c’est probablement ça le problème.

Comment dire, au fond ce film, sur ses bases et son histoire, pourrait être un film fort, parce que la matière est dense et les niveaux de lecture et de scénarios sont plutôt intéressants en soit. On ne sait jamais ce qui est vrai ou pas, on ne sait dans quelle tête on traîne, on ne comprend rien, et pour cause, on ne nous explique pas, ou peu. Ça aurait pu être une force, pour moi ça fait un plat.

Un plat parce que toute la force psychologique du sujet est complètement foutue en l’air par :

– Un budget probablement trop conséquent…
Budget qu’il a fallu dépenser en foutant des milliards d’effets spéciaux, qui sont certes jolis, mais qui ne servent STRICTEMENT à rien. Et j’insiste sur ce point. L’affiche et la bande annonce reprennent l’image de ce « Paris retourné« ,  mais soyons clairs, cette scène ne sert absolument à rien dans le film, elle n’explique, ne donne rien, elle est juste là pour dire « hey regardez-moi je coûte des millions« . Et c’est d’ailleurs le cas de tous les effets spéciaux du film, de toutes les explosions, et de toutes les débauches de moyens qui n’apportent à mon sens qu’une surcouche d’incompréhension.

– Un manque d’explications non-assumé.
Ça c’est probablement un des points les plus pénibles, le film n’explique rien sur le fond, mais alors vraiment rien. C’est quoi ce métier à la con ? D’où il sort ? Qui a inventé cette machine à la con, d’où elle sort ? Le film décide de fait que tout ceci est normal, ça ne surprend personne, même pas la petite nana à qui on propose le taf d’architecte, qui ne sort de nulle part, mais qui arrive à créer des villes imaginaires sans aucun mal, sans explications, et surtout sans surprise.

Pourquoi je dis « non assumé » ? Parce que malgré l’absence d’explications sur le fond, on perd du temps sur des détails, comme cette histoire de « totems » pour te réveiller, ou de type qui meurt ou qui ne meurt pas selon le serum utilisé. Finalement à partir du moment où on ne sait rien, pourquoi s’encombrer de détails ? D’autant plus que les détails ne sont pas franchement solides. Pour revenir à cette histoire de Totem, la toupie de Leonardo là, pourquoi elle continue à tourner quand on est dans un rêve hein ? L’architecte préposé est assez fort pour reproduire tous les éléments gravitationnels de l’univers dans un rêve, mais pas une toupie qui s’épuise ? Ou alors c’est encore un truc qui m’a échappé, on va dire ça.

Bref, c’est un très beau film, mais à mon sens lourd et indigeste, voyez c’est un peu comme la chapelle sixtine, c’est magnifique mais c’est trop chargé, au final on comprend rien (mais on sort quand même en disant « C’ETAIT MA-GNI-FIQUE »). Les acteurs jouent plutôt bien, on regrettera juste que Leonardo a toujours le même jeu et le même genre de rôle dans 99% des films dans lequel il joue, moi je commence à me lasser (sérieusement, le coup du mec torturé qui a perdu sa femme sans qu’on en soit vraiment sûr, et qui s’amuse à tirer sur des gens, c’est EXACTEMENT Shutter Island…).

Enfin la musique bien lourde et monumentale aussi, ça en rajoute encore un peu au côté lourdingue de l’affaire.

Je sais pas quoi vous dire de plus, allez le voir, tout le monde a adoré, les critiques sont géniales, vous allez probablement grave kiffer vos mères. Y’a que moi qui suit un sale con.

42 commentaires
  1. Manque d’explications sur ce qui se passe ? Alors que chauqe membre de l’équipe passe son temps à bien expliquer tout bien comme il faut à chacun de ses copains ?

    Et au contraire, sur le fond de l’histoire, ce serait dramatique (et chiant comme la mort) de devoir tout le temps tout expliquer, non ? POurquoi il ya une clé bleue dans mulholland drive ? Pourquoi tout le monde comprend ce que dit chewbacca ? Pourquoi le colonel kurtz se planque au fond de la jungle ? On s’en fout non, ou plutôt non, on s’en fout pas, c’est au spectatuer de soit accepter le fait comme préexistant, soit faire un effort d’imagination pour s’en accomoder.

    Rajouter 1/2h au film pour expliquer que voilà, y’a des gens spécialisés dans l’inception, quelle horreur…

  2. Comme toujours j’aime beaucoup ta critique mais je ne suis pas d’accord sur un point : « On ne sait jamais ce qui est vrai ou pas, dans quelle tête on traîne »
    En fait si, on finit toujours par le savoir (au début) et ensuite, il est très bien expliqué que c’est machin qui fait un rêve dans le rêve de machin où un autre machin fait un rêve aussi. Mais il ne faut surtout pas lâcher pour se souvenir qui rêve de quoi.

    Sinon j’ai bien aimé ta comparaison avec la Chapelle Sixtine ^^

  3. Pingoo (Auteur)

    Elienai : Ah mais je suis ok avec toi, moi je suis pour qu’on explique rien. Sauf que là pour moi, ça n’est pas assumé. On perd un temps fou sur des détails douteux, alors que sur le fond rien est dit. C’est nouille.
    Mais je suis à fond pour ces postulats de départ du « ok laisse tomber, on t’expliquera pas ».

    Clyne : Le problème c’est que moi j’ai tendance à lâcher assez vite dès que je vois Lenonardo faire sa tronche de hamster battu.

  4. On va dire que le truc qui t’a échappé c’est que tout le film, absolument tout le film, se situe dans un rêve de Cobb. Ce qui explique les explications sur les choses qui l’intéressent et pas sur ce qu’il sait. Et que la toupie n’a en effet aucun sens, c’est sa manière à lui de rationnaliser qu’il n’est pas dans un rêve, alors que si.
    Et de toutes façons l’intérêt du film n’est pas dans la trame, mais dans le fait qu’il n’est qu’une analogie, une métaphore sur la manière dont Nolan travaille et compose un film (Cobb c’est Nolan, Saito ce sont les investisseurs, Arthur le producteur, Fischer c’est le public, etc.)

    Mais je te rejoins, c’est loin d’être le chef d’oeuvre d’onanisme intellectuel que le raz de marrée de critiques positives cherche à encenser. C’est un bon film, point.

  5. ((et les 5 dernières secondes sont de trop))

  6. EN fait j’ai juste du mal à cerner ce que tu entends par « sur le fond ». Il n’y a pas vraiment de fond, dans le sens où c’est juste une histoire genre SF/anticipation où ce qui compte ce n’est pas un éventuel fond mais au contraire la forme, autrement dit pas vraiment l’argument mais plutôt la manière de le raconter. Et cette narration est brillante comme rarement dans un blockbuster.

  7. Pingoo (Auteur)

    Ben alors c’est que je suis pas sensible à ce genre de chose. La manière de raconter c’est probablement pas le truc que je sais le mieux juger ou apprécier :).

  8. ToOn

    Quand tu parles de la musique, elle est juste sublime. Elle est de Hans Zimmer (j’adore ce compositeur) et encore une fois, il a fait une BO de toute beauté.

    Pour le reste du film, je dirai que c’est un bon film à voir. Nolan and co ont fait un bon boulot qui se laisse regarder facilement.

  9. ToOn

    NB : Zic du film dispo sur Deezer.

  10. lifeinblue

    Je vois de nombreux défauts aux films (reposer sur un potentiel twist final sauf que je ne suis pas d’accord avec l’interprétation de Paul de Senquisse).
    Mais je crois qu’effectivement beaucoup de choses t’ont échappées. Par exemple : « comme cette histoire de « totems » pour te réveiller » ben non le totem sert juste à vérifier si tu es bien réveillé, et l’architecte ne crée pas les détails du rêve mais seulement la structure géométrique, l’habillage est créé par le rêveur et en partie par les sujets.
    Pour revenir sur l’origine de l’extraction, je ne vois pas l’intérêt, tout film de SF est basé sur un Monde qu’il faut admettre et pas forcément expliciter. Et comme le Monde d’Inception est un bête Monde de cyberpunk (extensions cognitives cybernétiques, guerres industrielles mondiales faisant intervenir des zaibatsu), le manque d’explications a plutôt un intérêt marketing (il faut bien vendre le film) en impliquant le public geek.
    De plus, c’est un blockbuster d’été et pas un film d’auteur intimiste, et dans ce sens je trouve ça réussi (même si je trouve la partie dans les montagnes est trop premier degré).

  11. zappa

    Je veux pas faire de la leche, mais je pense comme Master Pingoo : l’histoire n’est qu’une mauvaise excuse pour une suite de grosses scenes (une explosion, du gros cgi, Leo qui pleure, c’est pareil).

    Une mise en abime de Christopher Nolan lui meme ? pas bête, mais alors il aurait fallu l’assumer !

  12. Morkem

    Je suis d’habitude plutôt discret et souvent d’accord avec toi mais la c’est juste pas possible. Déjà quand je lis qu’on ne comprend pas le film ça m’énerve mais quand je lis que les effets spéciaux c’est juste pour la frime là il ne faut pas abuser. J’ai l’impression de revivre les critiques sur Matrix à l’époque, trop compliqué pour rien, effets spéciaux qui ne servent à rien etc… C’est dingue !! A croire qu’il n’y a que les courts métrages d’auteurs en noir et blanc à petit budget en vo qui mérite d’être vu.
    Je pense que c’est surtout un principe pour les intellectuels, d’aller à contre courant. Nolan fait probablement des films trop grand public et ça ne plait pas. La preuve, la plupart des critiques négatives que j’ai pu lire ailleurs portent davantage sur Nolan que sur son film : les gens n’ayant pas aimé ses films précédents n’ont pas aimé ce dernier. Bref, voilà pour mon coup de gueule. Des critiques, il y en a mais celles que je lis sont souvent injustifiées. Les critiques à mon sens : l’histoire de l’espionnage industriel qui manque de panache, une marion cotillard dans un rôle qui ne l’avantage pas, d’ailleurs le rôle en entier est plutôt léger, et pourquoi pas aller je le conçois une histoire qui s’enchaîne un peu trop bien. Enfin merde… C’est du cinéma quoi !! On y va pour s’éclater !

  13. unreal

    J’ai trouvé inception très nul, passer d’un univers à l’autre, d’une couche à une autre, d’un rêve à l’autre sans cesse, on finit par se désintéresser de chaque scène. La musique est pesante, certains des personnages ont un jeu très arrogant dénué de sensibilité et donc sans intérêt. Les explications manquent et l’on reste dans le doute et l’incompréhension jusqu’à la fin. Il est peut être intéressant pour ceux qui ont les clés de déchiffrage des messages et des différentes couches de signification cinématographique, ce n’est pas mon cas.

  14. « On ne sait jamais ce qui est vrai ou pas, on ne sait dans quelle tête on traîne »
    Je pense que cette image t’intéressera : http://i.imgur.com/OkuAy.jpg

    « mais soyons clairs, cette scène ne sert absolument à rien dans le film »
    Moi je l’ai vue comme l’illustration de « quand tu rêves, tout te semble normal ». Rien de plus.

  15. sdfs

    Mais rentre chez toi… Ta vraiment besoin de faire une critique ?

  16. Ton billet me rappelle vaguement ma sensation lorsque j’étais sortie d’un film, alors que tout le monde avait dit que le film en question était LE must. Oui, je parle de Shutter Island et il semblerait que Leonardo di Caprio est en train de se prendre sérieusement la tête avec ses films réalité vs. imagination. Je te comprends que trop bien… (donc je n’irai pas voir ce film, quoiqu’on me dise)

  17. macfun

    J’avais déjà pas envie d’aller le voir … pauvre cerveau …

  18. Zorg

    J’ai un copain qui m’a dit qu’il était bien , ça me suffit , je le téléchargerai un de ces quatre …

    Une mormone nue , c’est pour quand ?

  19. J’ai lu en zig-zag les commentaires et je te suis sur certains trucs : musique lourdingue, Paris qui se plie, rigolo, mais n’apporte rien, ou plutôt pas assez décliné car précisément dans les rêves, tout peut arriver. L’intrigue peut sembler compliquée, mais beaucoup est expliqué dans les dialogues et en particulier la scène finale à la James Bond qui a un sens «freudien» si je peux employer des termes pompeux. Sinon, pourquoi vouloir tout expliquer, tout du moins l’origine ? C’est le propre du genre «fantastique» (cinéma, BD, littérature peu importe). L’auteur pose une hypothèse (un incipit, justement…) de départ et développe ses personnages et son intrigue en essayant d’être cohérent. C’est le cas de Nolan. Même si le chemin est parfois compliqué. Après ce n’est qu’une histoire de goût. Ainsi «Twilight» m’a prodigieusement emmerdé bien qu’il soit cohérent (je préfère un «Morse», 400 coudées au dessus, bien plus fin, intelligent et sensible alors qu’il s’agit presque de même la «histoire»), et «Avatar» ne présente de l’intérêt que dans la forme, car dans le fond, si Cameron pose une hypothèse de départ intéressante, il s’emmêle grave les pieds dans le tapis, pour arriver à un truc totalement incohérent…
    PS : sur le site d’Inception, on peut télécharger une BD qui raconte Cobol… ;-)

  20. Laast

    Allez juste un p’tit mot pour t’apporter un petit soutien Pingoo. Effectivement, dans Inception, soit tu acceptes d’emblée que le gars a fabriqué pendant ses RTT et dans son garage une espèce de machine à rêves magique, que même la CIA, le FBI, et la NASA n’en auraient jamais soupçonné l’existence, soit tu plisses les sourcils pendant 2 heures et demi.
    I’faut aussi accepter sans discuter qu’une nana en DEUG de Psycho puisse dompter cette technologie de l’espace en 2 heures chrono, juste parce’qu’elle est très douée pour dessiner des casse-têtes (TELE7JEUX rêvait de l’embaucher, c’est pour dire…)…
    Oui, Inception s’apprécie à partir du moment ou on en demande pas trop au background. Dans le cas contraire (c’est le mien), je trouve le concept sympa mais le scénar’ vraiment pas à la hauteur (c’est simple, pour moi il ne se passe RIEN dans ce film). Et par pitié, qu’on arrête de le comparer à MATRIX svp! La profondeur philosophique de l’oeuvre des Wachowski n’a rien à voir avec Inception (qui pour moi rime beaucoup avec DEception…OK c’est c’était facile^^)
    Shuss!

  21. Pingoo (Auteur)

    Entre nous soit dit, j’ai rien compris à Matrix non plus, à aucun des trois.

  22. lifeinblue

    @laast personne ne dit que c’est un petit gars qui a fabriqué la machine pendant ses RTT, au contraire ça a l’air d’être une technologie plutôt courante et aboutie dans le Monde d’Inception, même si elle est un peu Underground. Dans notre monde de 2010, tu serais surpris ce que de petits gars font : on trouve d’excellents Hackers, inventeurs et même des gars qui séquencent de l’ADN dans leur garage pendant leurs RTT.
    Enfin, si quelqu’un peut répondre à ma question : c’est une mode hype d’affirmer ne pas avoir compris le premier Matrix ? Parce que je ne vois pas ce qu’il y a à ne pas comprendre dans ce film.

  23. Laast

    @Lifeinblue dans notre monde de 2010, une telle technologie, potentiellement dangereuse pour l’intérêt des grandes superpuissances influentes de ce monde (USA, Chinois,…), serait immédiatement confisquée, et ses inventeurs soit achetés, soit liquidés. On ne laisserait pas une bande de types anonymes faire mumuse avec…

    Si cette bande de lascars avait été ouvertement affichée sous le label « CIA Inside », j’aurai dit « pourquoi pas », mais là…Le type utilise la plus grande invention de l’humanité après la roue non pas pour la revendre et s’en mettre plein les poches, mais juste pour se taper un trip « toi et moi, seuls au monde » avec sa douce. Non franchement, j’aime la Sci-Fi mais y a des limites à mon âme d’enfant.

    Je me le remâterai en blu-ray avec un peu de recul, voir si la pilule (rouge bien sûr ;) ) passe mieux.

    En attendant, ciao!

  24. Morkem

    Oui lifeinblue je ne comprends pas non plus que moi le petit padawan que je suis comprenne ces films et que de grands intellectuels les rejettent car « il n’y a rien à comprendre, philosophie à 2 balles, scénar à la noix » etc… (sans viser Pingoo hein les critiques de ce genre se trouvent sur tout les sites traitant de ciné).
    Je me pose une question : si des gens critiquent autant un tel film, je me demande ce qu’il disent lorsque Joséphine passe à la télé ^^

  25. lifeinblue

    Désolé j’ai limite l’impression de flooder :
    @laast tu as un point de vue « réalité »centré, déjà avec ce film on est dans un Monde dans la plus pure tradition SF cyberpunk, c’est-à-dire un Monde :
    -où les entreprises et autres conglomérats économiques sont devenus bien plus puissants que les Etats (je te laisse imaginer la puissance d’une entreprise comme celle de Fisher spécialisée dans l’énergie qui serait en monopole mondial par rapport aux gouvernements)et se tirent la bourre dans des guerres de renseignements
    -où la technologie est utilisée de façon ludique par une poignée d’outlaws organisés en sociétés de marges
    Ces deux points même si ils ne semblent pas réalistes à priori font partis d’un héritage SF (cf. William Gibson, Walter John Williams…) qui placent le film dans un certain genre de SF (au même titre qu’il existe des films de guerre ou des Westerns qui sont bien loin de toute réalité historique ou sociologique)
    Enfin rien ne dit que les organismes gouvernementaux n’interviennent pas dans les intrigues du film, perso. pour moi ça n’a aucune importance, je n’ai aucune tendance à vouloir voir la main de la CIA partout.

  26. Pour ma part, je suis assez déçu de cette critique. Avons-nous vu le même film ? Cobb explique l’origine de cette technologie quand il présente la machine à la nana architecte (j’ai oublié son nom). Il lui explique que les militaires s’en servaient comme entraînement et que, quand ils se faisaient tués dans le rêve, hop ils se réveillaient. C’est une sorte de GPS un peu plus sexy en somme. De plus, si certains ont reçus des formations de lutte contre les tentatives d’extraction, cette technologie n’est pas si obscure que cela, Cobb est juste un voleur et c’est pour cela qu’il est traqué par des chasseurs de prims (cf : scène du bar). A l’heure actuelle, certains ont des PC, une partie l’utilise légalement, une autre partie sont des hackers, pirates, etc, des sortes de Cobb avec la technologie actuelle. On pourrait résumer cela comme ça.

    Pour le coup de « plier Paris ça sert à rien », c’est tout le contraire ! On présente une nouvelle technologie à une nana, on prend alors le temps de l’expliquer (comme quoi il y a des explications assumées) tout en prenant des exemples. Alors sans doute que ça peut paraître ennuyant et qu’on a l’impression qu’il ne se passe rien, mais on prend le temps de poser un univers, d’expliquer, de montrer des exemples, mais surtout d’arriver à un point important : ne pas créer de modèles de rêves selon ses souvenirs ! Et hop, ça permet d’introduire le pourquoi Cobb ne conçoit plus de monde et sa relation tendue avec Mel. Cette séquence me paraît très importante, du début à la fin.

    Je ne suis pas non plus d’accord avec « Paul de Senquisse » quant à sa conclusion. Pour moi le film se passe dans la réalité, mais le héros tout comme le spectateur peut en venir à douter de cette réalité. D’où le coup de la toupie à la fin qui on ne sait pas si elle tombe ou pas (même s’il y a l’effet de la gravité dessus). Ce genre de plan permet juste de semer un doute, c’est classique mais imparable.

    Pour finir, j’ai bien aimé ce film, j’ai, me semble-t’il, compris l’histoire et ai passé un bon moment, c’est tout ce que je demandais et je suis donc content d’avoir payé ma place. Après que l’on aime ou non, ça rentre dans le débat des goûts et des couleurs…

  27. Kawo> Pourquoi Miles demande t’il sans cesse à Cobb de se réveiller ? Pourquoi lors de la poursuite Cobb est il écrasé entre deux murs, symbolique onirique de l’oppression ? Pourquoi et comment Saito se trouve au bon endroit, au bon moment, et même si l’on accepte qu’il a fait suivre son « investissement », comment se retrouve t’il en VOITURE, à la sortie d’une ruelle dans laquelle Cobb n’avait pas prévu d’entrer, si ce n’est dans une logique de rêve ? Pourquoi les enfants « réels » sont ils dans la même position et portent les mêmes vêtements que dans les fantasmes de Cobb ? Comment Mallorie est elle arrivée sur la fenêtre EN FACE de la chambre qu’elle a loué, de l’autre côté de la rue ? Etc.

    Le film est rempli de tels clins d’oeil, qui obéissent tous aux « règles » définies dans le film: dans le rêve, tout semble logique quand on est dedans, mais quand on en ressort (et donc quand on sort du film ou quand on va le revoir) on se rend compte des trous dans la logique narrative :)

  28. bob

    décevant!
    tout un vacarme pour ca!
    film n’ayant pas de sens, qui ne se laisse pas regarder facilement!
    Juste un film à gros budget qui doit rapporter un max aux investisseurs!

  29. Morkem

    Moi aussi je me suis posé la question comme beaucoup de monde…
    Plusieurs éléments tout de même qui montre que l’on ne se trouve pas dans un rêve :
    _ la toupie des dernière seconde commence à flageolet alors que celle dans les rêves reste droite ;
    _ il y a 4 acteurs pour les personnages des enfants ce qui fait qu’ils ont grandit ;
    _ les vêtements ne sont pas les mêmes ce sont juste les mêmes couleurs (à vérifier, je ne l’ai pas constaté moi même) ;
    _ lors des rêves l’ami cobb ne voit jamais les visages des gosses, mais à la fin oui ;
    _ au niveau de la présence des gens au endroit, je ne trouve pas ça très mystérieux : on ne sait pas soit disant comment cobb arrive a mombasa d’où le fait qu’il soit peut être dans un rêve, excusez moi mais si on devait suivre l’ami cobb durant tout ses voyages on aurait eu 5h de fil – on ne sait pas comment saito arrive, là encore dans tout les films il y a toujours la cavalerie au bon moment, n’y cherchons pas la petite bête ;
    _ au niveau de mal, c’est un chantage orchestré, donc je n’y voit rien de contradictoire, elle loue 2 chambres et prépare son coup.
    Nolan a fait exprès de nous couper le film à la fin et ca engendre du coup des tonnes de commentaires alors qu’il n’y a rien.

  30. J adore la photo du chat que t as poste.

  31. Mouais bof, n’empêche qu’en sortant du cinoche j’ai pris une claque de soleil et ça m’a fait plisser des yeux, il fait tout noir dans ces salles…
    Ce qui est bof ? Bah le film !
    c’est pas mauvais mais on a comme l’impression d’un truc inachevé dans chaque scène donc forcément je suis déçue…

  32. Rod

    pour ma part, on assiste à l’inception de Cobb …. orchestré soit par Saito (qui est peut etre Mall qui se deguise, car il faut mourir xxx fois pour sortir des limbes pour revenir au niveau 1), soit par le pere de Cobb (c’est lui qui met dans les pattes de Cobb la jeune architecte qui va lui servir de guide pendant tout le film sur ses problemes … donc une forte catharsis). Pour ma part … jusqu’au reveil final de l’avion, tout ce qu’on a vu avant est un reve (qu’on me demontre comment une ruelle peut se finir sans pouvoir laisser passer un mec relativement mince … et surtout une scene sortie de nulle part ou tous les protagonistes se retrouvent sans effort : on assiste bien la a un mecanisme de defense d’un reve du niveau du train qui sort de nulle part) … au reveil de l’avion, on ne voit AUCUNE MACHINE a sedatif … la fin est vraie.

    L’on voit que tout le monde regarde Cobb avec un air bienveillant … y compris Fischer – ce n’etait donc pas son inception, car l’idee est de faire germer une idee sans que le mec s’en apercoive … or le seul qui ne doit pas se rendre compte kil a subi une inception, c bien Cobb, qui se croit acteur de la situation à ce moment la) …

    La fin, à la limite on s’en fout que ce soit un reve ou pas : il a enfin trouvé surtout la paix, acceptant la mort présumée de sa femme … ou plutot la culpabilité qui rongeait son ame.

    Rien de bien difficile – meme si je ne suis pas convaincu que ma vision soit la meilleure ou la vérité … juste que quand on a vu ExistenZ, certains episodes de Freddy, voire d’autres trucs du genre … bah c’est difficile de ne pas cerner le truc d’une certaine maniere.

    Quant à la BO, j’ai acheté le titre TIME, qui finit le film … mais c’est tout. Zimmer est devenu un GROS LOURDINGUE en BO … on est tres tres tres tres tres loin du niveau de The Rock, a l’époque il savait composer des trucs épiques capables de dépasser 4 accords.

  33. Plouf

    Moi j’ai beaucoup aimé le film (qui ne me semble en rien difficile à suivre, même s’il est complexe et retors) mais ce que j’adore par dessus tout, c’est voir des gars comme Bob débarquer comme en prince après plusieurs paragraphes riches en éléments et construits dans leur idée, pour décréter sur deux lignes que ça n’a pas de sens, sans aucun argument, et bien sûr en agitant le sempiternel cliché du vilain gros budget pompe à fric… *soupir*
    Pire que le conformiste, le conformiste qui croit qu’il est anticonformiste en adoptant systématiquement la position anticonformiste non réfléchie…

  34. Plouf

    comme un*

  35. ThomDuham

    Ce film est surtout un énormé plagiat d’un roman de Philippe K. Dick : « l’oeil dans le ciel ».

    synopsis : Hamilton et se femme visitent le bévatron lorsqu’un accident se produit. Aves 6 autres personnes, ils sont précipités à travers le champ et perdent connaissance. Lorsqu’ils reviennent à eux quelques minutes plus tard, le monde a changé, des règles différentes le régissent. Hamilton s’apercevra que c’est le monde imaginaire, la réalité subjective de l’un des autres. Comment en sortir et retourner à la réalité « vraie » ?

  36. Rod

    oui donc Thomas … ca n’a juste rien à voir. Bravo :)

    A la limite, ca se rapproche de Vanilla Sky ton truc. Mais pas d’Inception.

    La source principale d’Inception est un film d’animation asiatique bien sur passé inapercu (je suis LOL, du coup, parce qu’en gros, tant ke ca vient pas d’Hollywood, ca ne peut pas etre genial, pourtant Matrix a bien tout repompé de Ghost in the Shell) qui s’appelle Paprika (sorti y a pas tres longtemps).

    Faut dire que les films d’animation japonaise / coreenne en general ont pas un vrai public en France (dessin anime = pour les gamins)

  37. Rod > j’avais même pas fait le rapporchement avec Paprika ! (que j’ai pourtant adoré). Ton analyse est pas mal vue, même si ce n’est pas « la version » de l’histoire que je me suis faite en regardant le film. Je me dis cependant que j’ai du manquer des trucs (notamment le prénom « Ariane » de la nana qui aide le héros a sortir du labyrinthe de sa psyché… y’a forcement un truc la dessous !)

    Le principe de la narration dans 4 strates temporels empilées mais distinctes était une sacrée idée qui n’a malheureusement pas été poussé très loin. La faute sans doute a un début un peu mou qui m’a fait craindre le pire.

    Décut par rapport a ce que j’attendais mais bon film au final.

  38. Arti

    Quelqu’un m’explique comment Dicaprio est accuser du meurtre de sa femme puisqu’elle saute d’un autre immeuble et que le corps ne peut être a la même place que si elle avait sauté de l’hotel ou était Dicaprio ?

  39. J’adhère à la critique que tu présentes.

    Ce film restera une grande déception. Un scénario se servant de l’improbabilité du rêve comme credo dans le mauvais sens du terme. Toutes les lacunes scénaristiques sont « assumées » de cette manière.
    Au final, à mon goût, une idée intéressante, mais il n’y a que très peu d’explications quant au pourquoi (exemple, l’histoire de la gravité nécessaire au réveil (au alors juste nécessaire à rajouter un ascenseur qui explose et des gens qui flottent).

    Une vague impression de voir un film du type « Eternal Sunshine of a spotless mind » passée à la sauce « Transformers ».

  40. Birobidjan

    ThomDuham, merci d’évoquer Philip K. Dick à propos d’Inception. On ne compte plus les emprunts non déclarésà l’oeuvre de cet immense écrivain (Matrix, ExistenZ, The Truman Show, etc.), et c’est bien dans son univers que puise l’essentiel d’Inception. Pour revenir à Inception, c’est pour moi un excellent film – même si je me suis un peu ennuyé pendant la séquence « sports d’hiver » qui m’a rappelé un vieux James Bond. Je voudrais battre la flanc d’une critique à mon sens injuste de Pingoo quant au budget supposé millionaire du film : l’une des scènes les plus spectaculaires – l’affrontement en apesanteur dans le couloir de l’hôtel – exploite un procédé déjà utilisé en 1968 pour 2001 l’Odyssée de l’espace !
    Bref j’ai passsé un bon moment avec ce film, qui n’a pas fini, et c’est tant mieux, de faire réfléchir.

  41. Capi

    Pour moi, la plus grande réussite de ce film c’est l’impression qu’il nous donne d’être nous même dans un rêve :o.
    Un départ qu’on ne connais pas vraiment, es scenes avec des morceaux manquants, des détails dicéminés par ci par là, une fin brusque, et j’en passe.
    Pour moi c’est un tres bon film. Original même avec beaucoup de références, interessant, prenant…

  42. Dominique

    Commentaire tardif, j’ai attendu de voir le film en BR avant de lire ta critique.
    Je ne suis pas d’accord, mais on s’en fout, je réagit juste à un truc vu dans les commentaires :
    C’est vrai que t’as rien compris à Matrix ? ou c’était juste pour faire ton agitateur farceur et provocateur ?

    Car ok, le 2 et le 3 sont partis dans des strates volontairement compliquées, et m’a fallut pas mal de bonne volonté pour accepter une explication valable.

    Mais le 1 ?
    Y’a quoi de compliqué dans le 1 ?
    Y’a même pas de twist final, tout commence à être expliqué dès le vrai début du film, aka la première fois que néo bouffe la pilule réveil, de mémoire à peine 20mn de film.
    Et t’as tout le reste du film pour piger le reste…

    Franchement ?

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire