La mégère à peu près apprivoisée

Je suis tombé hier soir dans un piège. Il y’a pas si longtemps que ça, pendant ma phase végétarien, j’avais eu la joie de voir Klaims et Pénélope se goinfrer de viandes diverses et variées dans un barbecue coreen, pendant que moi je me coltinais une vague soupe aux nouille éthiquement responsable. Ce jour là j’ai beaucoup souffert, les voir faire griller ces tranches de beaufs et de porcs luisantes de gras et de douces protéines.

Je ne suis plus végétarien, alors du coup, j’ai eu ma revanche hier, je suis retourné à ce coréen quelque peu accompagné, et là, je me la suis torchée la vache grillée. Sauf que tout ceci était un piège, un piège pour m’emmener ensuite aller voir la pièce « La mégère à peu près apprivoise ». Accompagné de Klaims, Petite Cervoise, Nama, et surtout Clyne qui avait déjà vu la pièce, mais qui voulait absolument nous la montrer.

photo2

Là vous vous dites que mon intro sur mon végétarisme et le restaurant coréen était pas franchement utile, voir un peu longue. Et j’ai envie de dire que oui, c’est vrai. Mais c’est à dire que je ne sais pas franchement quoi vous dire sur la pièce.

Ca se passe au Vingtième Théâtre, c’est une adaptation loufoque de « La mégère apprivoisée » de Sheakspeare. Et heu, bon. C’était très chouette.

Vous ne sentez pas l’entrain en moi hein ? Mais pourtant c’était vraiment très très chouette, la troupe est très sympathique, très efficace, ils sont tous très mignons, sexy, multi tâches, ils chantent, ils dansent, ils font des claquettes, tous très jeunes visiblement, mais complètement efficaces.

Il m’a manqué un truc pour tomber complètement dedans, je ne sais, le fait que je n’aime pas du tout Shakespeare ne devrait pas jouer a priori étant donné l’adaptation dont il est question. Peut être une question d’ambiance ou une mauvaise prédisposition. C’est complètement con de se dire  qu’on a vu une pièce, qu’on l’a trouvée très bien, sans le moindre défaut, drôle, mais qu’on est pas rentré dedans. C’est gaché.

Il parrait que l’ambiance dans la salle n’était pas au rendez-vous, c’est peut être ça, peut être qu’un mauvais public (dont je faisais partie) flingue le relâchement et le plaisir qu’on peut prendre sur un spectacle. Dieu merci Clyne était là pour hurler à tue tête à chaque fois qu’un des acteurs mâles montrait son slip. Oui, on voit des slips, mais aussi des culottes, je vous ai dit, ils sont tous super sexy, rien que pour ça allez-y.

Et puis en vrai allez-y, parce que c’est objectivement bien mené et rigolo (et en vrai, je me suis bien marré par moments (« I belieeeeeve i can flyyyy »).

Je vous invite à aller voir le billet de Clyne qui a pondu un truc plus complet que ça l’autre jour.

Vous avez des places et des détails sur Billetreduc, les critiques sont d’ailleurs excellentes, au Vingtième Théâtre donc, jusqu’au 3 janvier.

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : , ,

2 Réponses à La mégère à peu près apprivoisée

  1. Clyne

    Ça c’est sûr que l’ambiance n’était vraiment pas la même que quand j’y étais allée un vendredi soir. Ça criait, riait et applaudissait à tout va !

    Allez-y le week-end ! :)

  2. steeller

    c’est ce qui fait tout le charme des arts de représentation… l’incertitude sur la réaction du public, sur la capacité des acteurs/musiciens/autres à faire passer l’énergie au sens large du spectacle…
    c’est sans doute pour ca la petite boule au ventre que tout le monde a forcément avant de monter sur scène !

Ajouter un commentaire