De Rembrandt à Vermeer.

rembrandt_philosopher_in_meditation

Et c’est à la Pinacothèque que cela se passe jusqu’au 7 février 2010.

Comme vous le savez peut être, et même si c’est difficile de dire cela, mais s’il ne devait en rester qu’un, pour ma part cela serait clairement Rembrandt. Pourtant j’en aime probablement d’autres tout autant, mais je sais pas pourquoi, à la vue de ces peintures, il y a toujours ce truc inexplicable qui se passe en mon for intérieur.

Et comment dire c’est quand même un truc supra agréable.
Donc cette expo était une évidence.

Déjà il faut savoir que cette expo montre le résultat d’une jolie collaboration, entre la Pina et le Rijkmuseum d’Amsterdam. Et c’est heureux qu’il en soit ainsi, car ce dernier étant fermé pour travaux, les œuvres auraient été orphelines du moindre regard. Et cela aurait été bien dommageable.

Ces toiles des Rembrandt, Vermeer et autres maîtres flamands, une bonne centaine, nous montrent de façon esthétisante, l’ouverture d’esprit qui régnait dans l’ancien Pays-Bas, au XVIIe siècle.

Un voyage à travers les paysages, pour y croiser des monuments, des scènes domestiques, des sublimes visages à travers ces portraits, des vanités (ancêtre de la nature morte), des animaux…

Une variété qui s’explique par l’allégresse de l’époque où tout était permis aux artistes.

Et c’est probablement cette surenchère qui à portée ces œuvres à un tel niveau de pureté.

L’état d’esprit général de cette époque était probablement la folie.

La vision de ces crânes me hante encore. Mais heureusement, la vision bucolique de certaines œuvres adoucit clairement l’atmosphère.

Et puis, comment ne pas classer à part, l’unique, le maestro, le leader incontesté de son art, j’ai nommé Rembrandt. Tellement leader d’ailleurs, qu’il n’était pas forcément représentatif de son époque, car contrairement aux autres, il s’intéressait à moults sujets, et c’est un des intérêts majeurs de cette exposition, que de voir la diversité des travaux du maîtres.

Une sublime expo même si un peu trop de monde et qu’il n’est pas facile de tout voir facilement.

Un petit top 3 de mes tableaux favoris :
La bataille de Livourne de Reinier NOOMS
Incendie entre la Elandsstraat et la Elandsgracht à Amsterdam
Le moulin à eau de Meindert HOBBEMA de Jan van der Heyden
Le reniement de Saint-Pierre de Rembrandt

2 commentaires
  1. Gaelou san

    Merci pour ce billet , il donne envie d’y aller.

  2. Fred

    Habiter au bout du monde, des fois, ça fait chier.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire