Expo : Laurent Grasso à Beaubourg

lg

Laurent Grasso, prix Marcel Duchamp 2008 « The Horn Perspective »

Du 17 juin au 14 Septembre.

Ce jeune artiste, né en 1972, vit et travaille à Paris a su donner naissance à une œuvre très complexe. Mixant différentes techniques et se servant du support de plusieurs médias, il a parfaitement réussit à faire de ce mélange une savante réussite. Deuxième point très intéressant, c’est de réussir à nous faire nous interroger sur notre perception au temps et à l’image. Nous faire penser autrement ce que nous vivons.

Les 3 thèmes qui se dégagent :

– Fossile sonore : une œuvre monumentale

– Collision temporelle : composé d’objets d’époques et d’univers différents, une sorte de carrefour de plusieurs temporalités

– Ouverture des possibles : une sorte de mise à jour d’autres réalités.

Pour la petite histoire :

En 1964, deux radio-astronomes américains utilisent l’antenne Horn, dans le New Jersey, afin de mesurer la puissance des ondes radio émises par notre galaxie. Ils capteront un bruit de fond qu’ils ne savent pas expliquer et qui s’avérera finalement être le fossile sonore du Big Bang qui a donné naissance à l’univers, il y a dix milliards d’années. De cette antenne, Laurent Grasso a fait une sculpture. Tout comme il a disposé, à l’autre bout de l’Espace 315, une réplique d’une antenne de Tesla, grand maître du transport de l’électricité, inventeur de la radio, premier théoricien des armes à énergie dirigée et préfigurateur des recherches sur l’énergie ionosphérique. En 1899, l’antenne qu’il avait installée à Colorado Springs fut peut-être la première à capter des ondes radio venues de l’espace. Au fond de l’Espace 315, un écran sur lequel est projeté un étrange travelling que semble affoler la présence voisine des deux antennes. Sur les murs, des enceintes acoustiques, au design intrigant, archaïque et moderne, diffusent un bruit de fond qui serait presque aussi énigmatique que celui capté par la Horn Antenna. De quel(s) phénomène(s) est-il l’obscur témoignage ? De quel scénario entendons-nous la bande-son ?

Une façon superbe de nous montrer que la science, la réalité et la fiction pouvaient se mélanger et vivre dans un monde de parfaite harmonie. Et surtout quelle sensation de se mélanger à ses installations, à ses vidéos. Un monde parallèle nous attend et une fois dedans on sait qu’on y est.

A voir pour l’expérience intense que cela nous fait vivre.

Laissez un commentaire