Livre de légende n°13 : 1984

orwell-1984

Dans la série vos livres historiques, on arrive à celui qui possède la place, la plus superstitieuse du classement. Et comme le hasard fait plutôt bien les choses en général, il n’est rien d’étonnant à ce que cette place échoue à notre auteur du jour : George Orwell avec son roman 1984. (192 points)

La première parution de cette œuvre est de 1949 juste un an avant la disparition définitive de son auteur.

1984 est l’un des romans les plus politiques d’Orwell, c’est une remarquable ode servant à attirer la mise en garde contre les dangers de l’utopie et de la société totalitaire. Winston Smith, le héros du livre, et tous les habitants sont mis sous surveillance permanente par des caméras de surveillance. Notre héros est pourtant membre et leader du parti au pouvoir à Londres.  Malgré ça, où qu’il se rendre Big Brother l’épie. Le parti essaie d’éradiquer toute velléité de rébellion politique en éliminant du langage tous les mots qui s’y réfèrent en créant un nouveau langage : la « novlangue ».

« Le crime-pensée » (acte infâme commis par des pensées rebelles) est illégal.

Winston, qui travaille pour le ministère de la Vérité, en modifiant les archives pour le bénéfice du pouvoir en place, est en état de frustration, opprimé par les interdits en matière de libre expression, de sexe et surtout d’individualité. Il achète donc illégalement un journal afin d’y noter, de façon clandestine, ses réflexions et passe ses soirées à déambuler dans les quartiers pauvres où vivent les prolos, ces gens là étant relativement libres de toute surveillance trop présente.  C’est là que notre journaliste improvisé entame une liaison avec Julia, une autre employée du parti, mais il était évident que ce secret allait être vite découvert et se fût chose facilement faite par un espion.

Winston se voyant contraint alors de se confronter à ses peurs les plus terribles dans la pièce 101.

Terrorisé, il renonce à cet amour pour Julia, puis est libéré, homme brisé qui accepte désormais d’être soumis totalement au parti.

En 1949, l’époque est à l’avènement du nucléaire et alors que la télévision n’était pas encore en masse dans les foyers, l’invention d’un univers surveillé par des écrans dans un futur proche était une idée terrifiante. Ce roman occupe une place importante non seulement pour sa sombre mise en garde contre les abus d’autorité (et son regard critique à l’égard des programmes télévisés modernes), mais aussi pour sa clairvoyance dans les domaines de la manipulation du langage et de l’histoire, de la psychologie de la peur et du contrôle.

Ces aspects sont une preuve de la clairvoyance de notre auteur si on rapporte cette histoire à note époque actuelle.

Terrifiant et d’une fraîcheur inégalée.

8 commentaires
  1. Un indispensable !
    Vraiment sympa ce classement.

  2. Broz

    J’espère que, dans la même veine d’anticipation flippante et malheureusement semi-prédictrice, le Meilleur des Mondes aura sa place. Il contient des éléments (en particulier l’utilisation d’une dévoyance de la sexualité comme le lénifiant ultime) que 1984 ne contient pas.

  3. Gyr

    J’adore ce bouquin, j’avoue.
    Il est absolument nécessaire à connaître pour comprendre toute pop culture d’anticipation (éventuellement aussi les dangers de certaines réformes).

    J’adore le fait que tu aies parlé du novlangue, c’est souvent mis de côté.
    Ce que j’adore c’est la Double-Pensée aussi.

    Hier on était en guerre contre X.
    Aujourd’hui on annonce qu’on a toujours été en guerre contre Y, les X ont toujours été nos alliés.
    Et les deux choses sont vraies (puisque Big Brother ne peut pas avoir tort).

  4. elastoc

    Ce mec était un génie visionnaire, et dans tous ses livres. Sinon, pour l’instant, j’adhère à 100% à ce classement.

  5. carlitablog (Auteur)

    mais c’est bon ça merci encore je suis un peu sur le popotin devant tant d’enthousiasme

    le reste arrive ce soir le numéro 12

  6. Xenodis

    Visionnaire et malgré tout assez flippant.

    Un livre profondément pessimiste et (c’est peut-être le pire) assez réaliste sur le fonctionnement du système que nous voyons se mettre en place.

  7. Son livre sur les animaux de la ferme aurait mérité d’être présent sur la liste aussi.

    Mais bon cette liste est celle des enseignants de lycée et de collège, à laquelle serait retranchés les bouquins que personne n’a pu supportés.

  8. tu oublies de préciser qu’il a écrit ça en début de guerre froide, et que l’histoire qu’il met en place s’adresse un peu à ses camarades de gauche qui trouvait le communisme stalinien sympathique. (les nazis l’ont aussi sans doute inspiré)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire