Livre de légende n°15 : Madame Bovary

Présent dans 58 listes avec une douzaine de citation comme numéro un ce roman prend le rang numéro 15 avec 186 points.

1245363845

Madame Bovary de Gustave Flaubert. (1857)

Une éternité s’est écoulée depuis la naissance de ce mythique roman, mais Madame Bovary a gardé toute son éclatante  fraîcheur ainsi que sa saveur si particulière. Les fervents lecteurs des romans du XIXe siècle pour qui ceux-ci évoquent des récits à l’intrigue chaotique, aux digressions abondantes, seront surpris de trouver ici une œuvre de ce siècle avec des digressions si généreuses et avec une intrigue si fascinante, le tout dans un écrit au style si pur que le roman dégage une fragilité et une grande solidité à la fois.

Flaubert banalise une histoire de coucherie en en faisant un élément prosaïque du monde petit-bourgeois et provincial tout aussi prosaïque dans lequel il évolue. Il en fait en même temps quelque chose de poétique, de sordide, de mélancolique et de gai, prenant plaisir aux émotions déchainées et à la confusion des sentiments que les clichés ne peuvent ni dissimuler ni contenir. Emma Bovary, est cette beauté dans la cage dorée que son mariage, qui l’ennuie, lui à construit, se languissant des émotions fulgurantes dont regorgent les romans qu’elle dévore.

Sa vie journalière, son amour officiel, son imagination ne lui suffisent pas, elle prend un amant, puis un autre, sans réussir à combler ses envies, elle fait des emplettes, essayant de s’épanouir à l’aide d’une multitude de biens matériels. Lorsque même ceux-ci ne parviennent pas  à satisfaire ses besoins, elle finit par mettre brutalement fin à ses jours, criblé de dette et torturé par le désespoir. Flaubert ne se moque pas d’Emma Bovary. Mais il ne tombe pas pour autant dans un sentimentalisme ou un moralisme à outrance; il ne traite ni son bonheur ni son désespoir comme des actes de bravoure. Juste comme un fait. Une constatation.

Le narrateur impersonnel et prosaïque, d’une précision d’horloger et de détachement mais néanmoins  très attachant, presque charmant, montre la dérision, tout en gardant ses distances en enrichissant le récit de son souci foisonnant du détail. Il en résulte un contexte dense non seulement pour Emma Bovary, mais aussi pour le roman, pour l’écriture elle-même.

Et si j’étais son cousin à cette brave dame, une enquête vite.

4 commentaires
  1. etienne

    Un bon début comme classement même si j’attendais ce titre un peu plus haut

  2. Fireworks

    L’idée du classement est super ! Continue !

  3. franck

    en effet superbe idée et je dois dire que je me suis reservé pour le top des chansons
    une promesse est une promesse

  4. carlitablog (Auteur)

    merci c’est sympatoche et en effet bientôt celui de la chason, du chanteur, groupe ou chanteuse après il y aura le tableau etc etc etc
    Mais merci de votre participation ça fait vraiment plaisir

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire