Interview de blog : Bap* nu

Le concept ? Un blogueur ou une blogueuse, des questions, posées par n’importe quel rédacteur ou rédactrice de Pingoo.com, des photos nues, et voilà.
Si vous et votre blog voulez participer, contactez-nous sur redac@pingoo.com.
Toutes les interviews publiées ici sont accessibles sur ce tag :
Interviews.

Interview du 2 Juin 2009 : Bap* du blog « Anecdotik« .

pingooitw_bap01pingooitw_bap02pingooitw_bap03

Pingoo :
-  Bonjour Bap ! Les gens t’appellent vraiment « Bap » dans la vraie vie ?

Bap* :
Oui, on écrit même Bap* (avec une étoile) mais Baptiste ça marche bien également !

Pingoo :
- Tu es une sorte d’hyperactif compulsif, on va essayer de prendre les choses dans le désordre. Tu fais de la musique c’est ça ?

Bap* :
En fait j’ai fait de la musique à temps plein pendant presque 10 ans (j’ai même des disques « Top 50 style » à mon actif, même pas honte) avant de me jeter avec passion dans le web. Je suis un peu touche-à-tout et comme je n’ai jamais arrêté la musique, que ce soit l’écriture ou la composition, ça a été un plaisir d’en refaire plus activement depuis un an avec mon groupe, les Deux Gars.
On s’amuse bien avec Rémi (dantonchat.com), on fait de la chanson française acoustique, guitare et voix, bien déjantée.

Pingoo :
- Vous vous produisez souvent sur scène ? C’est un truc que tu aimes ça ?

Bap* :
On essaye de se produire régulièrement c’est à dire au moins une fois par mois. D’abord parce que ça permet de garder contact avec le public et ensuite parce que ça nous permet de présenter nos nouvelles chansons et de s’améliorer !
La scène c’est un truc de fou, la raison pour laquelle chaque artiste n’a jamais envie de s’arrêter ; Cet échange, cette communion et cette adrénaline c’est du pur bonheur, une sorte de produit dopant sans contre-indication.
J’invite d’ailleurs tous les lecteurs à venir nous voir ! C’est presque toujours gratuit et même si ils peuvent avoir une idée de ce que l’on fait sur notre site (www.deuxgars.fr, notre album est en téléchargement gratuit), ça ne peut pas remplacer la scène car on est un duo plutôt visuel et énergique :-)

Pingoo :
- Et à part la musique, je crois savoir qu’il t’arrive de vendre des teeshirts avec des choses écrites dessus, tu peux nous en dire plus sur Comboutique ?

Bap* :
Comboutique c’est une belle aventure ! Après 5 ans environ dans des boites Internet diverses, c’est un site que nous avons monté avec mon associé, Vincent Mady, en 2004. L’idée : proposer à des particuliers, des graphistes, des créatifs  comme à des entreprises de créer leur boutique de produits personnalisés (t-shirts, sacs, mugs, …) sans avoir à débourser un centime et sans connaissance technique.
Cela m’a permis de rencontrer plein de monde, de travailler avec beaucoup de gens très intéressants et d’améliorer un service dont l’utilité ne se dément pas aujourd’hui.
Ce qui m’amuse c’est que Comboutique est aujourd’hui souvent imaginé à tort, par les gens qui ne me connaissent pas, comme une grosse boite genre « world company » alors qu’on est plus que jamais des artisans : tout est fait à la main, nous sommes une dizaine seulement et nous travaillons au plus près de nos clients et de nos partenaires ! Il m’arrive même encore de faire moi-même la hotline…

Pingoo :
- Rien à voir… Tu as fait l’acteur aussi si je ne m’abuse, raconte.

Bap* :
Oula oui :-) Lorsque je ne faisais « que » l’artiste, je faisais aussi du théâtre et du cinéma. Du coup, j’ai à mon actif pas mal de petits rôles à gauche à droite… C’est un grand plaisir de pouvoir avoir plusieurs vies, d’avoir expérimenté des choses aussi enrichissantes que diverses. Bon OK, je sais que tu veux que je lache du scoop mais je ne m’étendrais pas sur mes rôles poignants dans Hélène et les Garçons, Les Années FAC ou sur ma prestation à la Robert DeNiro dans les pubs pour la fédération française des auberges de jeunesse, non, non.

Pingoo :
- Ok on en parlera pas alors… Et du coup c’est quoi ton rapport au net ?

Bap* :
Comme je le disais : de la passion.
J’ai commencé très jeune avec la télématique (minitel) et c’est très naturellement que j’ai enchaîné avec le net. Les nouvelles technologies m’ont toujours excité et j’ai l’impression de pouvoir exprimer ma créativité avec le hi-tech. J’ai commencé ma petite carrière chez C-FOOT qui allait bientôt devenir Football365 avant d’avoir la chance de connaître ma première expérience de patron avec Maxichat.com. J’ai ensuite bourlingué dans l’univers de la télévision pour apporter une convergence « nouvelles technologies » chez Expand puis CALT avant de monter Comboutique.com.

Pingoo :
- Tu racontes quoi sur ton blog ?

Bap* :
La vie. J’ai toujours voulu un blog prolongement de mes pensées. Il s’agit donc d’anecdotes, de réflexions, de poésies même, souvent des instants de vie.

Pingoo :
- Concrètement pourquoi tu blogues en fait ? Ça t’apporte quoi ?

Bap* :
L’écriture a une part majeure dans ma vie. J’ai besoin d’écrire, d’exprimer ce que je ressens, de raconter des histoires. Bloguer, pour moi, est quelque chose de naturel, je ne cherche pas à me donner une contenance ou un style. J’ai une ligne éditoriale que je respecte par cohérence, le reste c’est de l’instinct.

Pingoo :
-  Je vois, et du coup tu aimes lire quoi d’autre comme blogs ?

Bap* :
Je suis très éclectique mais j’aime lire les plumes que je peux admirer. C’est une base.
J’aime aussi suivre et lire les aventures des gens que j’aime. Difficile de citer des gens car c’est très réducteur mais je peux nommer Maïa avec Sexactu.com, Klaims ou encore Nora voire Manu manu sauvage. Il n’y a pas ou quasiment pas d’influenceurs dans mon lecteur RSS personnel… Les blogs conçus comme des vitrines marketing ne m’intéressent pas, il n’y a pas assez d’humain là-dedans.

Pingoo :
- Pour te connaître de mieux en mieux, tu incarnes le geek absolu pour moi, je me trompe ?

Bap* :
Difficile de définir précisément ce qu’est un geek, non ? Aujourd’hui le terme est quand même bien galvaudé, on le met à toutes les (mauvaises) sauces et il se vide de son sens mais je me sens furieusement imprégné de sous-culture « geek », ça oui, en effet. Peut-être plus technophile que nolife tout de même… J’aime les comics, les jeux de rôles, je vis avec mon ordinateur ou mon téléphone connecté en permanence mais je n’ai jamais porté de lunettes, ni regardé compulsivement de séries TV.

Pingoo :
- Jamais tu l’éteins ton putain de Nabastag ?

Bap* :
Mais t’es fou ! La plupart des gens l’ont planqué dans leur armoire ou l’ont jeté par la fenêtre au bout de 3 mois. Chez moi mon Nabaztag il balance l’heure, des phrases qui ne servent à rien, des messages débiles que l’on m’envoie via mon blog : c’est l’essence même de l’outil inutile donc indispensable. En plus il est mignon avec ses oreilles qui tournent.

Pingoo :
- Tu es quand même le seul type a avoir réussi à me faire « jouer à un jeu de plateau », depuis ma naissance genre. Tu adores ce genre de truc il me semble ?

Bap* :
Tu as cité le maître-mot : JEU. J’adore jouer tout court.
Jeux de plateaux, vidéo, de rôle, jouer dans la vie, jouer au lit. La vie est trop courte il faut se réveiller ! Si par convenance sociale, on décide de laisser le jeu aux enfants, d’abandonner notre part d’émerveillement, d’amusement, de défi. Si on décide de reléguer à notre enfance le temps béni où nous jouions, que nous reste-t-il ?
Je dis que nous devons nous amuser tous les jours. D’un rien, d’une bêtise. Pour faire passer la pilule d’un monde déprimant et gouverné par la mathématique, le jeu est salutaire.
Et pour ceux qui vont me répondre que c’est un beau syndrome de Peter Pan, bien classique des adulescents modernes, je leur répondrai qu’être responsable et adulte n’implique pas renoncer à ses rêves de gosses et à vouloir les vivre. J’accorde une place énorme à la liberté, au droit à chacun de sortir du rang et j’emmerde les petites vies jalouses.
Les gens ont oublié que la vie n’est pas sérieuse. On vit, on meurt, allons, tout cela est une farce, cela se voit.

Pingoo :
- Je crois savoir que tu as des parents du genre « connus », on t’en parle souvent ? Tu t’en fous ? Ça t’amuse ? Tu es le fils caché de Rachida Dati c’est ça ? Ou alors je confonds ?

Bap* :
Je suis le fils caché de Rachida Dati et de  Bernard Laporte. Voila c’est dit.
A part ça, ça m’amuse oui, ou je m’en fous, ça dépend des fois. Avoir comme parents Stone & Charden, c’est du bonheur. Soit on se fout de ta gueule pour les chansons, la coupe au bol et les pattes d’éph, soit on te félicite indirectement pour leur carrière incroyable et l’amour que le public leur porte encore aujourd’hui. Dans tous les cas, c’est toujours chouette.

Pingoo :
- On te dit souvent que tu ressembles vachement à ta mère ? (non parce que tu lui ressembles vraiment quoi).

Bap* :
Ah oui ? A vrai dire, les gens qui connaissent mieux mon père me parlent avant tout de ma ressemblance avec mon papa, et les amis de ma mère m’affirment que je suis son portrait craché, je suis pense donc que les deux doivent être vrai. Et finalement c’est assez logique (rires).

Pingoo :
- Qu’est ce que tu penses de pingoo.com ?

Bap* :
Pingoo.com j’adore et j’assume. C’est la culture populaire sans la beauferie.
Des jolies filles (sans aucun doute mon talon d’achille), des news, des critiques culturels. C’est Guts sans le gros Cauet, le calendrier des routiers mais imprimé sur papier de soie.

Pingoo :
- Une chanson pour illustrer ton interview !

Bap* :
Kevin Rowland and the Dexys Midnight Runners qui chante Come on Eileen, c’est pas un nom de groupe qui dé-poutre ça ?

Pingoo :
- Tu veux voir qui à poil dans les prochains interviews ?

Bap* :
Nora en a sûrement autant à dire qu’à montrer, Pénélope est mignonne comme un (joli)coeur, et quelle plume !

pingooitw_bap04pingooitw_bap05pingooitw_bap06

Merci à Bap pour sa participation à cette interview, et à Alecska pour les photos.

publié le par Paingout

A propos de Paingout

Je suis Paingout, mais aussi Pingoo ou Vincent, c'est comme vous voulez. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (@Paingout), j'y dis des choses folles. Je vous aime. Fort.

Mots-clés : ,

11 Réponses à Interview de blog : Bap* nu

  1. Lo

    Sympa cette interview, surtout la description de pingoo.com, trés bien vu :)

    Sinon y a une version sympa de Come On Eileen par Save Ferris (Ferris Bueller tout le monde connait non? ;) )

  2. Alexiane

    C’est-à-dire que j’ai un flash AB Productions là.

    C’est une expérience intéressante …

  3. Rod

    j’aimerais bien avoir ton ventre. mais je crois que c’est plus possible à mon age.

  4. Bap

    Alexiane, ne fais pas ça…

  5. Bulléine

    Ils sont où les extraits vidéo? Hum?

  6. Bap

    Nu ? :)

  7. Klaims

    Moi je sais, moi je sais :p

  8. Bulléine

    je veux les numéros des épisodes :p
    Bon, sinon je matte AB1 24h/24..

  9. K@rine

    Klaims, balance ! (on peut négocier, tu veux quoi en échange ? ^^)

    Bap* nu, ça vaut le détour :)
    mais il faut aller voir les Deux Gars en concert !!

  10. Pingback: Journal of a Storyteller » Showing the outside to hide the inside #2

  11. Pingback: Deux Gars qui déchirent vraiment

Ajouter un commentaire