En concert avec Coeur de Pirate

sp_a0106

On l’a entendue il y a quelques semaines sur Pingoo, son single tourne en boucle sur les ondes, Béatrice Martin, plus connue sous le nom de Cœur de Pirate, se lance à la conquête de la France. Son album homonyme à peine sorti, elle entame 4 concerts à la Boule Noire, à Paris, après avoir fait la première partie de Julien Doré. Quatre concerts donc, qui affichaient tous complet.
Et c’est avec un immense plaisir que j’ai eu l’occasion d’assister au dernier concert de la demoiselle, ce samedi 16 mai.

L’intimité de la salle et la fumée artificielle de la scène, le tout sous des lumières bleutées commencent à nous entraîner dans une ambiance calme et rêveuse.
L’ouverture du concert était assurée par la française Mélanie Pain, la première agréable surprise de la soirée. Sa douce voix, mélangeant KT Tunstall et Norah Jones, n’est pas dans déplaire. Un léger problème technique avec la guitare nous ravis alors, obligeant Mélanie à laisser son micro sur scène, et à s’assoir au bord de la scène pour une chanson a capella.

sp_a0112

Après quelques petits réglages des balances, les lumières s’éteignent et la québécoise arrive sur scène, éblouissant alors la salle. Impossible de détacher le regard de son charme ravageur.
On redoute le pire car, sans un regard ni un mot au public, elle s’installe au piano pour entamer la chanson qui ouvre son album, « le long du large ».
Et le ton du concert est donné. Du haut de ses 19 ans, la petite a déjà tout d’une grande. Très à l’aise sur la scène, Cœur de Pirate et son guitariste essayent de se détacher des versions studio des chansons en nous offrant de véritables petits bijoux, les arrangements diffèrent, les morceaux sont plus longs, plus travaillés, taillés pour la scène. Béatrice se fait plaisir, nous fait plaisir, et ça se voit.

Nos craintes se dissipent lorsqu’au deuxième morceau, elle s’arrête, nous regarde et commence à raconter ses chansons, sa vie, nous faisant participer, une véritable conversation s’installe alors entre l’artiste et son public, le tout agrémenté de son très joli accent du Québec.
Elle commence alors sa « trilogie amoureuse » comme elle dit (« Ensemble », « Berceuse », « Corbeau ») et la canadienne s’ouvre à nous et déballe ses sentiments et son (court) vécu.
De passage à Paris, une autre chanteuse québécoise (dont j’ai oublié le nom) s’invite sur scène et nous offre un morceau plus qu’anecdotique.

sp_a0115

Béatrice le dit elle-même, son album ne fait qu’une demi-heure. Apparaît alors la deuxième surprise de la soirée, comme soi-disant la « dernière chanson » (elle explique, non sans humour, le principe du rappel). Cette chanson donc, « Loin d’ici », rappelle « The other side of the world » de KT Tunstall, la très jolie histoire d’un couple séparé par l’océan.
Elle revient alors pour 4 chansons dont encore une nouvelle, « Place de la République » (écrite après sa première visite de Paris) et enchaîne en reprenant une chanson de son groupe préféré, Malajube, un groupe québécois. On regrettera l’absence de Julien Doré pour « Pour un infidèle ». Elle finit justement par une reprise de celui-ci, « Les bords de mer ».
Le deuxième et dernier rappel s’enchaîne avec « C’était salement romantique » et une douce reprise de « Umbrella » de Rihanna, où Cœur de Pirate vient s’assoir elle aussi au bord de la scène, et finit son concert sur une note d’intimité avec le public.

sp_a0119

Elle fera ensuite une séance de dédicace/photo improvisée.

Un concert marqué par l’intimité de la salle et la proximité de la chanteuse, et c’est avec bonheur que j’irai la revoir à la Cigale le 6 octobre prochain.

PS : vous m’excuserez pour la qualité médiocre de mes photos qui ont été prise avec mon téléphone portable

7 commentaires
  1. ltcolonel

    Quelle femme…

    Que du bonheur, tant lyrique que physique !

  2. lo

    j’étais au concert Vendredi
    un moment inoubliable !
    umbrella en version acoustique/micro off est juste superbe
    vivement son retour en france en octobre
    si quelqu’un à relevé le nom de son instrument étrange, je suis preneur

  3. Un anonyme

    (ne trouvant pas ce mail, mais pensant que ça peut t’intéresser, surtout que le sujet a un rapport :) tu as cette url…
    http://www.video-mix.org/article-31566059.html
    A grabber rapidement car ça restera pas bien longtemps je pense…

  4. burp

    Trop meugnonne!j’aime bien comme des enfants!

  5. Val

    Pas grave pour la qualité des photos. Elles sont aussi médiocre que la qualité des chansons.
    Sérieusement, qu’est-ce qui justifie cet engouement ? C’est gnan-gnan à n’en plus pouvoir.

  6. Marie

    A lire ce billet enthousiaste et enflammé, on pourrait aisément imaginer qu’il s’agit d’une chanteuse en devenir. Il n’en est rien, il s’agit plutôt d’une adolescente victime du syndrome de Peter Pan, pur produit marketing (photos dénudées suggestives, rebelle juste un petit peu, avec un look de suicide girl,sincérité douteuse quant à son chagrin d’amour à l’origine de son oeuvre) mais qui plaira j’en suis sûre à tous les adolescents prépubères

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire