Cinéma : Soeur Sourire

Le pitch :

Jeannine Deckers, alias Sœur Sourire, est devenue un mythe international avec ses deux millions d’albums vendus en 1963 et cette chanson Dominique, qui a plané au-dessus des Beatles ou d’Elvis Presley dans les hit-parades du monde entier. Mais qui était réellement Sœur Sourire ? Le récit bouleversant d’une femme touchante, pleine de doutes et d’enthousiasme, en quête de l’amour…

Avant d’aller voir ce genre de film on sait qu’on va être soit du côté « Champagne » soit côté « La Villageoise ». La présence au casting de Cécile de France comme héroïne et de Sœur Sourire à la chansonnette était quand même un bon indice pour pencher vers du Roederer. Et c’est bien de ce nectar dont il s’agit ici, tellement ce film est pétillant, rafraichissant et savoureux.

Et Cécile de France, actrice si exquise dans ce rôle superbe. Et cette chanson si entrainante que du bonheur. Le saupoudrage de tragique sur le film est aussi un grand ingrédient de sa très bonne qualité.
Que dire aussi, et même si parfois c’est assez fragile, de cette façon d’envisager les choses, de ce sens du combat pour arriver à s’en sortir, pour arriver à vaincre ses démons malgré cette croyance si fragile. Le côté punchy du film et de cette sœur est aussi une franche réussite. Les personnages secondaires sont aussi une délectation. L’absence de pathos est aussi une bonne note à mettre car c’était facile de tomber dedans.  Pour le reste un petit manque de profondeur, le personnage aurait largement mérité un voyage plus en profondeur. Et aussi un peu de longueur de temps en temps.
Comme toujours dans ce genre de film, c’est son interprète principal qui fait que c’est un succès ou une catastrophe.
Ici on est largement du côté du bien.

A voir sauf si vous êtes allergique à cette chanson.

Laisser un commentaire