Cinéma : Looking for Eric

Le pitch :

Eric Bishop, postier à Manchester, traverse une mauvaise passe.
Sous son nez, ses deux beaux fils excellent dans des petits trafics en tous genres, sa fille lui reproche de ne pas être à la hauteur et sa vie sentimentale est un désert.
Malgré la joyeuse amitié et la bonne humeur de ses collègues postiers qui font tout pour lui redonner le sourire, rien n’y fait…
Un soir, Eric s’adresse à son idole qui, du poster sur le mur de sa chambre semble l’observer d’un œil malicieux. Que ferait à sa place le plus grand joueur de Manchester United ?
Eric en est persuadé, le King Cantona peut l’aider à reprendre sa vie en mains…

Un moment délicieux m’avait été proposé et je n’avais aucune doute sur le sujet. Le sieur Pingoo étant un type délicat il ne pouvait en être autrement et ceci malgré la tonne de créatures dénudées qui se ballade à longueur d’année sur son site torturé. La réunion des ingrédients était aussi un bel second indice, de la pluie, le contenu du film, le Pingoo poli s’assurant de ma venue, son angélique accompagnatrice et ce joyeux cinéma légèrement différent de ceux de nos amis d’Ugc. Il manquait juste du Ruinart et quelques sucreries mais bon ne faisons pas trop la fine bouche quand même.
Merci aussi aux amis de Diaphana Distribution sans qui cette projection bla bla bla. Surtout que ce n’était pas n’importe quel film, une sélection pour le festival de Cannes n’est pas proposée à n’importe qui.

Et le film alors? Une liste d’ingrédients ne faisant pas forcément un plat exquis, il fallait donc goûter au plat pour en connaître sa plus fine saveur. Ken Loach, ses méthodes (débusquer un parfait inconnu pour en faire un sublime acteur, promener sa caméra autour de nous pour qu’on rentre subtilement dans l’univers qu’il a crée…), Eric Cantona, footeux de génie, homme divin et acteur pas mal, des dialogues exquis et ce qui fait qu’il n’y a aucun doute sur le fait qu’ici c’est un grand plat qui est dans nos assiettes c’est l’humour apporté tout au long du film sans que l’univers du cinéaste ne soit altéré.
Que dire de plus si ce n’est que c’est délicat, l’atmosphère est d’une douceur rassurante, les situations sont à mourir de rire et en même temps d’une tendresse folle, la dérision dont fait preuve notre Canto national est rafraichissante, l’univers proposé est une ballade d’un romantisme divin, les personnages sont une réussite totale et tutti quanti, quanti tutti.

Il faut y aller sans aucune retenue, en famille, seul ou seule, avec votre ami, votre amie, votre chien, votre chienne, votre grand mère, votre mère, votre frère ou n’importe qui tellement il n’y a aucune chance que ce film ne plaise à qui que ce soit.

Une merveille de soirée en voyant des films de la sorte.

Une nécessité quoi doit être noté en place haute dans les choses à faire de cette semaine et si vous n’allez jamais au cinéma, foncez-y car c’est le genre de film qui vous donne l’envie d’y retourner.

Merci Ken, Merci Eric, Merci la pluie et Merci Pingoo et Merci à son accompagnatrice dont j’ai oublié qui elle était mais l’erreur sera vite réparée j’en suis certain.

Douce nuit à tous et n’oubliez pas dés mercredi.

2 commentaires
  1. J’ai trouvé ça très sympa, malgré quelques longueurs. Mais sinon c’était un bon moment cinéma.

    Et j’ai évidement était ravi de revoir tout plein de milliards de blogueurs, que je ne citerai pas vu que tout Wikio était là.

    Mais j’ai enfin rencontré Pokanel :).
    Et puis Carlita il est trop cool en fait. Une chouette rencontre.

    Je place donc discrètement mon « merci à tout le monde » aussi :)

  2. Lo

    Presque rien à voir (mais c’est pour la bonne cause)
    http://www.rbfc.fr/argeles.php

    Famille Cantona vs Famille Lievremont, une fratie de footballeurs contre une famille de rugbymen, une mi temps rugby, une mi temps football

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire