Exposition : Calder au Centre Pompidou

calder-766936
Jusqu’au 20 Juillet 2009 à Beaubourg-Pompidou à Paris.

Calder, ce génial américain, artiste créateur d’œuvres aériennes et de mobiles réjouissants, David Copperfield des formes et des couleurs, s’installe au Centre Pompidou où une exposition festive et colorée, exubérante et plein de poésie, est consacrée à sa période française.

Et entrer dans cette exposition c’est être au milieu de la farandole, tellement ça danse, ça virevolte. Une tranche de vie animée, joyeuse et surtout ludique. Rien d’étonnant alors à ce que nos petites têtes blondes adorent en masse. Des modèles arachnéens d’une délicieuse harmonie, de petits animaux de métal tordu d’une simplicité et d’une finesse tellement délicate. Et que dire de ces assemblages de matériaux de fortune et de ces bricolages plein de génie.

Ces 300 œuvres, nous font pénétrer dans un univers qui se révèle être un antidote parfait en ces temps de crise et de morosité. Les dessins, les photos et les films présentés sont de précieux documents qui permettent de comprendre la phase créative de l’artiste. Comment il faisait vivre ses œuvres.

Son arrivée dans notre belle capitale se produisit en 1926, et peu à peu il développa une technique et un style inédits en fabriquant avec des matériaux de recyclage de petites figurines animées de mécanismes rudimentaires qu’il actionne lui-même. C’est là qu’il confectionne son œuvre la plus illustre : Le Cirque.

A admirer dans l’expo évidemment.

Partie importante de l’expo, ces personnages de cirque et ces personnages inspirés par des célébrités tels que : Rockfeller, Joséphine Baker, Kiki… et aussi par Médusa sa propre femme.

Calder parvint aussi à réinventer la sculpture avec ses dessins en 3D et dans l’espace.

En 1930, suite à la visite de l’atelier de Mondrian, son œuvre évolue alors vers la non figuration. Ses constructions se parent de formes géométriques et simplifiées, animées de couleurs pures.

Et comme les génies ne meurent jamais, il imagine des mobiles motorisés, d’une ingéniosité folle.

Tellement léger, tellement malicieux, tellement fantaisiste, tellement jubilatoire. Un miracle

Une expo qui ne tient qu’à un fil mais que dire quand c’est un génie qui est à la baguette?

Et comme dirait Deleuze :

L’intérêt peut être trompé, méconnu ou trahi, mais pas le désir.

Allez-y HEIN.

6 commentaires
  1. Chrichris d'amour

    Pourquoi fait ont tout un plat de tous c’est gens qui fon des trucs complètement inutile et de plus qui vende sa une fortune. A mon sens l’art devient de plus en plus n’importe quoi et de plus en plus inaccessible. Franchement il y à plein d’artistes qui mériterais l’éloquence d’un journaliste et qu’on entend jamais parler.

  2. burp

    Ton commentaire n’appelle aucun commentaire mais je voudrais te rappeller que l’art n’a pas pour vocation d’etre utile , c’est justement ce qui fait son interet.

  3. Mister_A

    Bonne idée de parler de Monsieur Calder ici(quoi que…), par contre indiquer l’expo suffisait, le reste de l’article relève plus de l’anecdote et d’un article « Voici »tiens t’auras du boudin » que d’un réflexion poussée de son œuvre mais bon, c’est juste mon opinion et j’accepte que de mon opinion on s’en br**le…
    PS: »chrichir d’amour » c’est bien de commenter mais tu peux juste laisser ton pseudo ça suffit, pas la peine de t’épuiser pour argumenter…

  4. Mister_A

    1/20 pour mon orthographe, j’accepte les tomates dans la gu » »e :-)

  5. carlitablog (Auteur)

    Et puis bon l’art est quand même né de l’insastifaction mais c’est un débat qui irait trop loin si je le débutait maintenant. Et de deux ne confondons pas tout, ici on parle d’un artiste qui officiait dans un autre temps, où s’il y avait des escrocs ils étaient moins perfides qu’aujourd’hui et de trois prends tes pieds et va voir cette exposition et le bonheur des gamins devant ces fils de fer qui font des personnages, des animaux et tutti quantti et là c’est pour moi un signe qui ne trompe pas. Pour le reste c’est vrai qu’on s’en cogne et que ce n’est pas important.

    Bonne nuit

  6. Mister_A

    @carlitablog: Pourquoi? on est chez Macdo way of life ici? C’était une info cheeseburger? Parce qu’à part la « fausse légèreté » affichée des nibars et autres croupions affriolants de Pingoo, je trouve qu’un débat sur le travail de ce monsieur n’est pas forcement débile (surtout quand tu lis le commentaire « d’helene et les ragnanas ». Perso, le regard des mioches dans une expo ne valide pas automatiquement la valeur de l’expo ou de l’artiste exposé. Je suis un peu chelou, c’est juste que le sujet de base m’a donné des chaleurs et que son développement m’a fait l’effet d’un coitus interruptus du coup; je l’ai mauvaise..normal non? ;-) No souçaïe demain j’aurais tout oublié :-)

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire