La Route est Longue

Parigotes, parigots,

J’ai envie de faire un petit coup de promo pour un garçon qui n’en veut (élevé en plein air et nourri au gibolin, c’est de la qualité). Il s’appelle Alexis Magand, son métier c’est de faire des films et sa passion c’est la musique, et miracle de la création, à l’aide de son fidèle sidekick Grégory Gomez, il a tourné un documentaire (ou plutôt un rockumentaire, comme il aime à le préciser) qui se nomme La Route est Longue.

la_route_est_longue


Il est question dans ce film de trois groupes clermontois et de leur difficultés à concilier leur passion (fabriquer de la musique pour le plaisir de tous) et les aléas de la vie contemporaine, à savoir gagner des sous pour en vivre et manger autre chose que des racines d’herbe et des écorces d’arbre.

Il se trouve, heureux hasard, que l’un des trois groupe est celui que j’ai fabriqué de mes petites mains voici déjà 10 ans tout pile, ce qui ne nous rajeunit pas, mais qui fait bien plaisir quand même, j’ai nommé The Big Royal Kunamaka Orchestra.

Vous verrez également Géraud et Kafka, deux pointures de la très riche et très décomplexée scène clermontoise (c’est le Monde qui le dit).

Donc, parigotes, parigots, je m’adresse à vous car le film sera projeté le samedi 18 avril à 16h au Centre Fleury Goutte d’Or à Paris, capitale de la France.

Pour les plus curieux, il s’agit d’un week-end dédié aux fanzines et aux cultures alternatives avec des stands, des ateliers, des trocs… L’entrée est libre et la projection sera suivie d’un débat avec différents acteurs du film, qui auront à n’en point douter des choses intéressantes à raconter, et seront en mesure de répondre à toutes les questions que vous vous posez quant à la vie de ces groupes pros ou semi-pros à la vie bien compliquée, oh oui alors…

En essayant d’être objectif, j’ai trouvé le documentaire vraiment touchant, puisqu’il s’attarde énormément sur le côté humain du métier de musicien, il ne tombe jamais dans le misérabilisme, il montre simplement une réalité crue et sans fard, avec beaucoup de moments difficiles mais aussi, et heureusement, beaucoup de moment qui me rappellent pourquoi je me souviendrai toujours avec nostalgie de cette époque où ma vie tournait autour de la musique.

Côté critiques, j’aurais aimé voir le film aller un poil plus loin dans l’investigation, notamment au niveau des majors.

Le mieux, c’est d’aller vous faire une idée par vous-même, non ?

2 commentaires
  1. Ghana

    Ah, Clermont… Ils se bougent quand même bien tous ces petits groupes.
    Kunamaka, tu les suis toujours ? Si oui, tu dois connaître Delphine, une amie à moi, qui avant de se barrer à Nyons s’en est un peu occupé (elle s’occupait aussi des Kissinmas).

  2. Elienai (Auteur)

    Oui quand kunamaka est là je ne suis jamais loin…
    Delphine oui vaguement mais c’est à l’époque où j’étais loin du groupe.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire