Pelleas et Melisande, Le Chant des Aveugles

Le pitch :

Moscou, juin 2007. Olivier Py, Marc Minkowski, chanteurs et musiciens de Pelléas et Mélisande, sont tous confrontés à l’étrangeté de l’opéra de Claude Debussy, représenté pour la première fois en Russie. Le film de Philippe Béziat témoigne de leur travail et de leur fascination pour cette œuvre.

Un peu différent des films que je vois d’habitude, et ce n’était pas pour me déplaire même si j’avais des craintes car l’opéra filmé est un pari très risqué. Le résultat final est sans appel, ce film est exceptionnel. Ce mélange mi documentaire, mi opéra film, mi film pédagogique est une idée délicieuse. Même s’il est vrai que le début du film est plus que poussif. Pour le reste on est dans le divin, c’est super beau, superbement bien présenté, d’une pédagogie parfaite. La musique s’encastre aussi parfaitement au milieu du reste, ni trop envahissante, ni pas assez.

L’autre bonne idée est d’avoir concentré le fil conducteur du film, non pas sur l’opéra lui-même mais sur ses acteurs de celui ci.

Et la présentation est superbe car le sujet est totalement inconnu.

C’est dommage tout de même que les parties russes ne sont pas sous titrées, le russe n’est pas forcément la langue la plus parlée en France, et si le truc est fait exprès je ne saisis pas forcément.

Néanmoins cette analyse de la compréhension par des russes de cet opéra strictement français est très instructif.

Un très bon film-documentaire même si on pourra regretter son trop grand conformisme.

4 commentaires
  1. Rod

     » mi documentaire, mi opéra film, mi film pédagogique » : mi voulant dire moitié, tu m’expliques comment tu arrives à 3 moitiés ? :)

  2. wouah

    Rod, tu coupes les cheveux en quatre (tiers)

  3. ltcolonel

    Sur le coup, je me ferais bien un quatre quart…

    Qui dit mieux ?? ;-)

  4. carlitablog (Auteur)

    Ros dehors :)

    et sinon à l’intérieur des mi y a des mis de l’autre et encore de l’autre ce qui fait un mélange de mis qui font que trois mi égale un entier

    ça va là ?

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire