Cinéma : Welcome.

Ce film ayant fait parlé de lui, bien avant sa sortie, le sujet des passeurs étant particulièrement sensible en ce moment, il était attendu au tournant. Surtout que les protagonistes du débat n’étaient autres que Besson le ministre du sujet et Philippe Lioret, le réalisateur du film. Je ne vous relate pas le débat en entier, juste le point qui a fait polémique, le réalisateur comparant la situation des « passés » avec celle vécue par les juifs victimes des Nazis. Voilà pour la situation autour de ce film sensible.

Pour la partie artistique c’est un peu plus calme, le sujet est traité d’une assez bonne façon, sans voyeurisme et autre pathos excessif. Le côté pamphlétaire de la narration est aussi une forte indication de la direction dans laquelle on va être conduit. Néanmoins, notre liberté de penser est respectée tant c’est fin et délicat. La beauté des images, l’émotion des paroles et des situations rend l’ensemble plus que crédible. Ce n’est plus un film mais un morceau de vie. Une sorte de différence entre un film où les spectateurs sont bien plus que ça. Le côté pro du truc est aussi quelque chose qui nous saute dessus, on sent l’énorme boulot de documentation, d’analyse, d’expertise pour faire de ce film, une œuvre aussi précise que possible. Et le reste, car oui dans un film, il y a aussi les acteurs, ceux qui font qu’un film est du bon ou du mauvais côté. Et dans le film qui nous concerne, l’ensemble des acteurs est d’un bon niveau, tiré au firmament par son principal élément, ce Vincent Lindon génial qui ne doit pas jouer d’ailleurs mais tout simplement être. Si on devait trouver un défaut à ce film, on pourrait y trouver un léger essoufflement après les 45 premières minutes et surtout on pourrait en vouloir à l’auteur d’avoir rejoint la route du classicisme à la française du genre.

Rien de grave néanmoins.

Le plus beau film du moment assurément. Il va s’en dire qu’il est indispensable de d’aller le voir, et ceci à double titre, en tant que cinéphile et surtout citoyen.

Un chef d’œuvre.

12 commentaires
  1. Blueberry

    « Vincent Lindon génial qui ne doit pas jouer d’ailleurs mais tout simplement être »

    Oui. C’est ça bien jouer. Rien de naturel. Pas question de simplement être. Mais donner cette impression.

    Parce que bon, s’il ne jouait pas, ce serait un peu comme si on vous mettait demain sur les planches d’un théâtre en tant que premier rôle dans une pièce qui n’aurait pas été écrite par Laurent Ruquier.

    Le résultat serait encore plus catastrophique que cette critique.

  2. carlitablog (Auteur)

    Merci en tous cas de réagir à un truc si catastrophique. Pour le reste rien n’est pire que celui qui ne veut pas comprendre. Et même si je n’adore pas Laurent Ruquier, le talent de ce type est indéniable donc l’insulter alors qu’à priori tu ne dois pas savooir faire beaucoup mieux c’est d’un goût douteux. Mais merci quand même d’avoir gaché du temps pour me faire connaitre ton avis.

    Et pour ta gouverne, le jeu devant une caméra et devant un public en live n’est pas du tout la même chose donc …

  3. wouah

    ça sert à quoi de vous chamailler?

  4. carlitablog (Auteur)

    Ben à rien du tout je suis d’accord
    Juste que…

  5. zapator

    « le talent de ce type est indéniable »
    Et si on est pas d’accord, on se fait pourrir ?

    C’est sur que ça donne envie de réagir a la critique…

    Tiens d’ailleurs, j’espère que le réal a eu son point Godwin pour avoir réussi en si peu de temps et en live a venir mettre de l’Allemagne nazie dans son intervention…

  6. carlitablog (Auteur)

    Zapator tu as le droit d’avoir cet avis sans aucun problème, la critique est bonne juste si elle est censée et si elle est positive. Réagir en prenant les gens de haut surtout en ayant rien compris aux propos j’ai un peu plus de mal c’est tout.
    Mais bon rien de grave.
    Et pour le talent de Ruquier chacun son avis

  7. Bôôh

    Je suis allé le voir hier après-midi. La salle (à moitié pleine, ce qui n’est pas si mal un dimanche après-midi de très beau temps à Toulouse) a spontanément applaudi à l’issue du film (c’est con, on n’a pas eu de rappel quand-même). Voilà l’état d’esprit dans lequel met ce film.
    Par contre une précision sur le raccourci fait par M. le ministre Besson sur le propos du réalisateur : Le réalisateur a dit qu’il aurait pu situer la même histoire en 1942, ce que Besson a traduit par il a traité la police de gestapo.

  8. Alexandre

    inintéressant.

  9. Antoine

    Mouais, ca fait quand même vachement propagande bien pensante tout cela…

  10. zapator

    On en reviens au fameux « les pauvres c’est les gentils et les riches c’est les méchants : et tout le monde aimerait bien être méchant » de Coluche.

    Ce film est un condensé d’angélisme. Son interpélation est légitime, mais il ne montre pas l’envers de la médaille et l’impact socio-économique qu’on les candidats a l’exil parqués comme des moutons sur les Côtes normandes… C’est une fiction qui, sous couvert de romantisme (a l’amour !) simplifie le problème et donne l’illusion qu’il suffit d’être « généreux » et de « s’ouvrir aux autres » pour s’accomplir et résoudre tous leurs problèmes. On est loin du compte et terme de réalité de terrain…

  11. Bôôh

    Zapator : tu es sur d’avoir regardé Welcome ? Les « gentils » ne gagnent pas à la fin, le personnage joué par Lindon prend conscience de ses échecs passés, mais ils ne résoud pas ses problèmes et ne « s’accomplit » pas. Et puis c’est une fiction, pas un documentaire. Ca n’en a ni les objectifs ni les contraintes. Ca a juste un peu l’intérêt d’illustrer ce que vivent certains sur le même territoire que nous. La dureté qui s’impose à eux (la nécessité de se cacher, les difficultés pour se nourrir, se laver, etc., les vols, les violences). Les migrants ne sont pas montrés comme des anges, les calaisiens ne sont pas montrés comme des monstres sans coeur. Il n’y a pas de gagnant, ou de forts-méchants dans tout ça.

  12. zapator

    D’accord. Je souligne juste que l’utilisation d’un contexte « réaliste » qui pose un problème de société pour bâtir une fiction me gène toujours un peu… Je sais c’est pas clair mais bon… ^^

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire