Tais toi quand tu parles

assemblee_nationale1

Vous avez suivi – ou pas –  le boycott de l’assemblée nationale par le PS.

Au passage, soulignons que des députés UMP dénoncent aussi cette nouvelle idée et la dérive autoritaire du gouvernement Sarkozy.

Un blog permet de mieux comprendre.

On comprend ici, comme le souligne le blog, que ce n’est pas une histoire droite/gauche. On l’a d’ailleurs vu lors de l’histoire des dimanches travaillés, ca s’est engueulé -et c’est évidemment nécessaire -dans la majorité.

17 commentaires
  1. Edwige, manifestants incarcérés, épiciers accusés de terrorisme pour possession de bouquins, pass navigo, caméra partout, provocation policière lors des manifs, europe économique mais pas sociale, rétention de sûreté, bientôt plus de juge d’instruction, dilution des responsabilités dans la finance, de la com, de la com et encore de la com… bien tristes sont les clowns qui animent le cirque du pouvoir. Pour ma part…gauche/droite…j’y crois plus.

  2. ok

    Ca fait vomir un peu ces réformes méprisantes envers toutes les oppositions à Sarkozy, y’a pas de choses plus urgentes a faire que d’essayer de réduire les libertés ?

  3. Antoine

    Pour moi s’amuser à proposer des dizaines de milliers d’amendements à un seul texte de loi pour le bloquer est juste absurde (vive les imprimantes laser au passage), mais certains semblent penser le contraire…

    Les députés de gauche aimeraient bien continuer ce petit jeu puéril (inventé par la droite d’ailleurs, sous miterrand), pourquoi les laisser continuer ? Ah oui je sais, parce que Sarkozy.

  4. girafon

    bowlingmann a envie que nous gardions tout plein de juges d’Outreau; moi pas.Mais le mieux, c’est encore que ok y voit une atteinte aux libertés. Inconcevable!

  5. Le juge d’instruction est le seul du pouvoir judiciaire à pouvoir s’attaquer aux politiques et à « mener une instruction ». Déjà que beaucoup se brident car ils ont peur (et/ou submergés de travail), maintenant même les rares courageux ne pourront plus s’attaquer à ceux qui nous gouvernent. Quant à Outreau, je ne connais pas assez l’affaire pour en parler…tout ce que je sais c’est qu’on ne peut pas demander à un état d’être infaillible, c’est impossible et pour le coup réellement utopique. Un système aura toujours des failles. Pour corriger ces failles faut-il simplement supprimer le poste de juge d’instruction… je ne pense pas.

  6. Antoine

    Le problème du juge d’instruction est qu’ils est à la fois le responsable de l’enquête et le juge chargé de prononcer le jugement… Conséquence directe de cet « abus de pouvoir » : ils jugent 99% du temps à charge (ceux qui sont passés devant un juge d’instruction comprendront ce que je veux dire). On a vu ce que ca donnait à Outreau…

  7. Oui tu as raison sur ce point. Une modification de leur fonction serait la meilleure solution.

  8. Non Antoine. Une partie de l’UMP commence à sérieusement tiquer. Une partie de la droite traditionnelle également (les électeurs de droite non encartés).

    Amener c’est exprimer une opposition ; il n’y a pas 50 moyens de le faire.

    Quant à ton propos sur Sarkozy. Oui il m’irrite. Même plus pour ce qu’il décide ; je ne m’attendais pas à être en accord avec lui mais pour sa personnalité qui transparait de plus en plus. Il est instable, incohérent.
    Prends le limogeage des flics. Il est rare qu’un gvt de droite se mette autant à dos la police.
    Et le dernier a été limogé pour quoi ? A cause d’une manif d’opposition (qui n’était PAS violente et qui n’a PAS mis en danger sa vie ?).
    C’est maintenant connu qu’il hait qu’on s’oppose à lui (voir Yade) mais faire taire toutes les voix discordantes,de toutes les manières possibles, c’est inquiétant.

    girafon : non ce qu’on condamne c’est le mépris. Qu’il veuille réformer, ok. On a le droit d’être contre ; ca c’est en péril.
    Là tu vois, tu procèdes comme le ferait sarkozy. Tu décrédibilises la parole de ok. « ah il veut des innocents en taule ». a t il dit ca ?
    Beaucoup de corps de métier commencent à vraiment dénoncer cette dérive autoritaire ; tous ne sont pas gauchistes :)

  9. bowlingman, quel beau tas de clichés tiens. La justice maintient donc Coupat en détention pour possession de bouquin, ha bon ?

    Ou peut être parce que la police l’a vu trainer à l’endroit du sabotage. Mais oui, peut être était il là par hasard. Et donc le juge des libertés, la cour d’appel, ont confirmé son maintien en détention parce que ? Tous manipulés par Sarkozy ?
    Donc un juge n’est indépendant que quand il est en désaccord avec l’exécutif ?

    Comme tu dis « de la com, de la com et encore de la com », com que tu as manifestement bien avalé. Il faut sauver les juges d’instructions, sauf ceux qui ne vont pas dans le sens de l’opposition, ceux là sont forcément « aux ordres ».

    Lis donc l’intervention du juge d’instruction que Sarko-veut-tuer-mais-qui-obéit-quand-même sur le monde: http://www.lemonde.fr/web/impr.....909,0.html

  10. Valérie (Auteur)

    z : je ne comprends pas pourquoi mais dés que tu mets un lien tu es mis en attente et je dois aller valider ton com (moi mes liens passent).
    tu es inscrit sur pingoo ?

    Juste un com sur ton article (pas d’opinion sur l’affaire, perso).
    l’allusion à la fin, à l’appartenance au PS de Vallini, décrédibilise tout.
    Tout le reste est instructif mais laisser entendre qu’il s’oppose juste parce qu’il est au PS, c’est minable (c’est peut être vrai là n’est pas le problème ; l’argument est juste débile). L’argu était intéressante jusqu’à ces dernières phrases.

  11. Valérie, oui je suis inscrit sur Pingoo, je ne sais pas pourquoi ça bugue.

    J’ai mis ce lien parce que je trouve « amusant » ce discours scyzophrène et très récurrent actuellement qui consiste à accuser Sarkozy de vouloir supprimer ce qui serait le dernier rempart contre la main mise de l’état sur la justice, tout en conspuant les juges d’instruction qui ne vont pas dans le sens du discours de ceux qui prétendent vouloir leurs survies. Il faudrait savoir, ce n’est pas juste le parquet (la main de l’état dans le discours ambiant) tout seul qui a décidé de sa maintenue en détention.

    Je n’ai pas d’avis arrêté sur l’affaire elle même. La qualification de l’acte de « terroriste » me parait peut être abusive, mais les textes de loi permettent d’appeler à peu près n’importe quoi « terrorisme ». Je souligne juste que l’on ne peut pas avoir un soutien de l’institution judiciaire à géométrie variable, « indépendante » quand elle va contre le pouvoir « à la botte » quand elle a le malheur de ne pas aller à contre courant.

    Bref, l’article en lui même m’a laissé sur ma faim, ceci est du en partie au fait que le juge n’a pas le droit de parler du fond de l’affaire, il ne peut donc pas dire « pourquoi » le sieur Coupat est encore en détention.

    Quand au commentaire sur Vallini, je ne sais pas trop, Eolas a fait un billet sur le sujet. Hypothèses, le Juge souligne implicitement que qd il était dans la majorité il n’a pas fait grand chose pour promouvoir les convictions qu’il défend maintenant. Eloas y voit aussi l’allusion que peut être l’indignation très médiatique du monsieur ne serait peut être pas la même s’il s’agissait d’un activiste d’extrême droite qui avait passé 3 semaines au trou. (il faut lire ses réponses aux commentaires des lecteurs)
    http://www.lemonde.fr/web/impr.....909,0.html

    Oups, un lien, bon j’essaye de m’autovalider.

  12. valérie, mon commentaire est encore bloqué et je ne puis point m’autovalider

  13. Barbudo Joe

    « Il faut se garder d’avoir des propos péremptoires sur un dossier dont on ignore exactement la teneur. »

    Ca c’est vrai. Pour le reste, le juge d’instruction pose effectivement quelques problèmes mais la comission parlementaire MIXTE, évoquée dans cet article, proposait des solutions qui apparaissaient satisfaisantes pour tout le monde comme l’idée de collégialité pour éviter de placer trop de pouvoirs dans les mains d’un seul juge. Ces propositions ont étés balayés… en échange on nous propose de tout simplement supprimer le juge.

    On ne résoud pas un problème en l’aggravant, désolé. Si l’instruction est aux mains du parquet (procureurs nommés par le Garde des Sceaux rappelons le) il n’y a clairement plus d’indépendance… si déjà un préfet se fait virer car il n’a pu empêcher une manifestation, comment imaginer que ces procureurs osent soulever une affaire un peu chaude impliquant le pouvoir ou des personnes proches de lui ?

    Ca laisse la porte ouverte à toutes les magouilles politico-financières possibles. Sans tomber dans la caricature, on image que la « mafia des Hauts de Seine », les Balkani et quelques autres copains de Sarkozy qui se sont déjà bien illustrés dans le domaine, se réjouissent…

    Cette décision est clairement pas bonne et elle s’additionne à tout un tas d’autres signaux assez alarmants. Je n’ai jamais été un gauchiste qui criait Sarko Facho dans des manifs lycéennes et j’avais même tendance à me battre contre ce genre de raccourcis foireux… mais là faut avouer que ce climat est tout de même inquiétant. Faut au moins en parler. Plus que du bébé de Rachida, si possible.

  14. max

    Le sujet c’était pas les modalités d’intervention à l’Assemblée nationale?rien à voir avec le juge d’instruction.Donc sur le sujet, antoine a tres bien résumé la situation, parler d’atteinte à la démocratie parce qu’on va désormais empecher de présenter 50 amendements identiques avec seulement une virgule qui varie ou que 10 mecs interviennent pour dire exactement la même chose, enfin dire que la démocratie est en jeu c’est du foutage de gueule.Il s’agit simplement de mettre fin à des pratiques puériles pas très dignes pour des parlementaires(de droite comme de gauche).Mais bon ça vient s’ajouter au bruit de fond ambiant et c’est facilement audible pour tous ceux qui méconnaissent le fonctionnement des institutions.Valérie,stp, si tu veux que ton discours soit un minimum crédible, évite de nous coller des liens de partis politiques et de reprendre sans aucune distance des textes émanants de professionnels de la propagande politique.

  15. Barbudo Joe

    C’est pas si anecdotique que ça, surtout dans le contexte, et ce n’est pas le premier affront fait au Parlement (censé être renforcé par la modif constitutionnelle) ce qui commence à énerver aussi dans les rangs de la majorité.

    C’est la philosophie Sarkozy de tout faire passer en vitesse, souvent au mépris de tous, sous prétexte d’un besoin urgent besoin de réformes. Ca donne quoi ? Des lois mal foutues et parfois largement inapplicables. (voir le service minimum à l’école)
    Y’a certainement des abus mais là encore la solution est disproportionnée.

  16. Valérie (Auteur)

    max ; le souci est que j’ai peu trouvé de sources. Admets que je mets svt un lien d’un canard de droite et de gauche (imagine je vais sur le fig quoi ! souffrance, douleur).

    Pour moi ca n’est pas anecdotique. Ce sont des lois qu’on devra respecter ensuite. Il est normal de les discuter longtemps et qu’elles correspondent tant que faire se peut au paysage politique francais.

    Barbudo le souligne ; en plus c’est fait à la va vite donc inapplicable.
    je me rappelerai tjs de cette anecdote. Après les sifflets dans les stades « oui on va arreter le match ». sauf que legalement ben c’etait pas possible.

    « C’est la philosophie Sarkozy de tout faire passer en vitesse »
    je crois que c’est sa personnalité qui veut ca. je le crois parfaitement instable. et pire que tout, il n’a aucune conviction. J’entends par là que des Lepen, des De Villiers,des Aubry, des Besancenot sont des personnes de conviction (qu’on apprécie ou non). Lui n’en a pas. Il va la où le mouvement le porte. en bon populiste.

  17. max

    ah mais la presse y a pas de pb que ce soit libé, charlie ou »minute », en revanche un lien sur un parti politique qq soit la couleur, j’ai un peu de mal.S’agissant du sujet, il ne s’agit pas comme tu dis de « discuter » ou d’enrichir un texte mais de faire obstruction le plus longtemps possible.Rien de positif là dedans.En revanche, c’est qd même cette majorité qui a pour la 1ere fois étendu les droits de l’opposition à l’Assemblée nationale en faisant que la présidence de la commission des finances soit allouée à un député PS.Quant on sait que c’est en commission que tout le travail est fait à L’Assemblée, on mesure l’importance de cette avancée pour les droits de l’opposition.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire