Cinéma : Les noces rebelles

Le pitch :

Dans l’Amérique des années 50, Frank et April Wheeler se considèrent comme des êtres à part, des gens spéciaux, différents des autres. Ils ont toujours voulu fonder leur existence sur des idéaux élevés. Lorsqu’ils emménagent dans leur nouvelle maison sur Revolutionary Road, ils proclament fièrement leur indépendance. Jamais ils ne se conformeront à l’inertie banlieusarde qui les entoure, jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales.
Pourtant, malgré leur charme et leur insolence, les Wheeler deviennent exactement ce qu’ils ne voulaient pas : un homme coincé dans un emploi sans intérêt ; une ménagère qui rêve de passion et d’une existence trépidante. Une famille américaine ordinaire ayant perdu ses rêves et ses illusions.
Décidée à changer de vie, April imagine un plan audacieux pour tout recommencer, quitter leur petite routine confortable dans le Connecticut pour aller vivre à Paris…

Dans la série des films d’une longueur sans fin, un ajout dans ce vilain panier de crabe. Il est vrai que je ne vais pas me plaindre, car le duo avait déjà sévit dans le Titanic, et j’en avais réchappé.

Il fallait donc cette fois que je fasse un sacrifice de ma personne, sachant que la BA n’était pas mal du tout et que statistiquement les forces du bien était avec moi, car c’est pas comme si ces temps ci, mes yeux avaient regardés des films superbes. Et en effet, côté atmosphère et émotion, on est dans du lourd, cette ambiance, vieille Amérique est vachement bien en place. On ressent un décalage avec notre temps moderne et comme c’était ce qui voulait être fait. La cible est atteinte. L’autre gros point positif, est le décalage avec ce qui se fait en général dans ce cinéma là, Obama fait aussi changer le cinéma de son pays et en bien, quel bel homme.

Les décors, la photo, le jeu des acteurs, l’assemblage est aussi de très bonne facture. Et pour faire ressortir le talent, mention supra spéciale à la belle Kate W.

Pour le reste c’est un peu ennuyeux et pas forcément toujours d’une logique implacable mais rien à faire fuir, je vous rassure.

Un bon et long moment pour sortir des sentiers battus et prendre un certain plaisir à voir du différent et de la qualité.

Laissez un commentaire