Allons faucher chez Fauchon

supermarche

Dans l’édition en ligne du JDD, je suis tombé sur un article qui m’a particulièrement interpellé. Il s’agissait d’un groupe d’intermittents du spectacle, de chômeurs et de sans papiers qui grosso modo étaient sorties d’un Monoprix sans payer leurs achats en argumentant que c’était de la justice sociale etc. (lisez l’article pour plus de détails, je ne vais pas réinventer l’eau chaude).

Comme souvent dans ces cas là, je lis un peu les commentaires. Et c’est là, au vu des divers avis extrêmement tranchés que j’ai commencé à me poser plein de questions : est ce qu’un vol est toujours un vol lorsqu’il s’agit pour une personne de nourrir les siens (ou ne serait ce que lui même) ? Est-ce que c’est normal qu’un individu s’octroie le droit d’outrepasser la loi parce qu’il considère que ce qu’il fait est juste étant donnée les circonstances ?

C’est le genre de débat éthique qui m’aurait foutu la trouille durant le bac philo.

Je ne cautionne pas le vol, même si il est à l’encontre d’une grande enseigne (crédo du « crime sans victime ») car au bout de la chaine se sont toujours des « petites gens » qui en pâtissent (vous pensez bien que les patrons de Monoprix ne seront pas privés de grand-chose suite à cela).

La précarité est un gros problème, et il ne faut pas minimiser le drame que vivent des millions de personnes pour qui ce qui nous semble anodin (« allez ce soir on se fait un resto ? ») n’est qu’un doux rêve. Cette action est présentée comme une sorte d’électrochoc pour que les problèmes des précaires soient pris en considération, il n’empêche que ce genre de messages me restent un peu en travers de la gorge.

La précarité, aussi pénible soit elle ne devrait pas être une excuse à tout, surtout quant on voit la récupération politique qui en découle (on ne me fera pas croire que ce genre d’action est le fait d’individus isolés). Il faut aider les gens qui en ont besoin, et c’est important d’attirer l’attention sur eux, mais pas via le misérabilisme (« oh le malheureux, il est tellement fauché qu’il doit voler pour survivre »)

J’aime à croire que le respect des institutions et des grands principes de la vie en société (honnêteté, bienveillance, tolérance) peuvent nous permettre de résoudre tous ces maux.

On aidera les gens en situation précaire en leur donnant les moyens de consommer, pas en leur donnant cette alternative qui ne marche qu’un temps.

« Donne un poisson à un homme, et tu le nourriras une journée, apprend lui à pécher, et tu le nourriras toute sa vie »

(Si quelqu’un connaît l’auteur de cette citation, merci de le cité dans les commentaires : je déteste faire croire que des paroles aussi profondes puissent être de moi ^^)

Et vous : pour ou contre le non payement pour ceux qui ont pas de sioux ?

edit : d’après mon ami Wikipédia, la citation serait de Moïse Maïmonide, un rabbin du début du 12eme siècle

46 commentaires
  1. Dans le même esprit, j’ai été très surpris par le film « Yamakasi », je vous fait le pitch : Afin de payer l’opération d’un gamin, 7 jeunes de banlieue décident d’aller voler chez les riches …
    Voilà une bien belle image qu’on donne à la France (Les jeunes de banlieue ne sont bons qu’à voler) et aux jeunes de banlieue (Tu veux de la thune ? Tu la voles !)

    Je pense qu’il n’y a pas grand chose qui puisse justifier le vol, et cette façon de faire illustre bien que c’est un acte politique plus que de simple survie.

    Perso, tant qu’il y aura d’autres moyens de subsistance (resto du coeur et autres soupes populaires voire cultiver un coin de terre quelque part), personne ne devrait être obligé de voler.

    Je suis un peu réac non ?

  2. Cette « citation » est également un passage d’un des 4 évangiles. Un enseignement de Jésus à ses disciples…

  3. Lucas

    Comme tu le dis dans ton post, en fait ça ne se résume pas à une phrase.
    En soi le délit, quel qu’il soit, reste un délit. Si on veut jouer au citation, l’expression « qui vole un oeuf vole un boeuf » ne fait pas de distingo entre qui vole. Elle explique également qu’il n’y a pas de distingo entre quoi est volé.
    Ceci dit, la précarité est dramatique en ce sens que des gens sont dans des situations sociales terribles ET qu’il n’y a pas grand chose de fait pour eux.
    Maintenant, en Hiver, quelqu’un qui n’a pas de sous pour se payer à manger peut se rabatre sur quelques officines de dons. personne ne meurt de faim (ou ne peut mourrir de faim) en france aujourd’hui.
    La présence d’intermitents dans le groupe est encore un autre problème, il s’agit quand meme du dernier statut artistocratique des caisse d’assurance chomage. En soi, cela ne me dérange absolument pas (vu qu’étant libéral je ne cotise pas aux assedics) mais je les trouve un peu gonflés de venir se plaindre.
    Donc au final, moi je vote non à l’excuse de pauvreté pour le vol.
    Mais je vote oui aux actions menés par les précaires.
    Et je vote pas pour les intermitents (abstention)

  4. « il s’agit quand meme du dernier statut artistocratique  » pauvre buse.

  5. « La précarité, aussi pénible soit elle ne devrait pas être une excuse à tout, surtout quant on voit la récupération politique qui en découle »
    ta phrase ne veut rien dire. heureusement que le politique s’occupe et pas récupère les pb de précarité.

    ton histoire de poisson c’est super joli hein mais figure toi que ces gens savent pecher. sauf qu’un boulot précaire ne rapporte pas assez pour vivre, se loger et manger.

  6. benji

    à ce sujet, un article de Eolas sur le côté « extorsion » de la chose
    http://www.maitre-eolas.fr/200.....-extorsion

  7. max

    Ces notions sont très en vogue en ce moment:la désobéissance civile, le vol « légitime » l’application « sélective » de la loi.Tout cela introduit le relativisme.Mais qui fixe le curseur de ce qui est légitime ou pas?Il serait donc admissible que chacun d’entre nous fasse le tri de ce qui est « transgressable » ou pas.Une société ne peut évidemment pas fonctionner sur ces bases et tout discours qui justifie de telles pratiques est condamnable.Eh oui, le mythe de robin des bois a la peau dure.Quant aux intermittents du spectacle, mon dieu!!!Au nom de quel principe la société devrait garantir que l’on puisse vivre d’un métier déterminé(et librement choisit)alors que les conditions économiques ne le permettent pas?.C’est à dire au nom de quoi garantir des revenus sur 12 mois alors que l’activité ne porte que sur 6 mois?.Au nom de quoi quelqu’un qui se déclare artiste alors même qu’il ne dispose pas du talent necessaire pour en vivre, doit -il être pris en charge par la collectivité pour lui permettre de se maintenir dans cette voie?Que de questions

  8. flashou (Auteur)

    Valérie > pour moi la récupération c’est l’utilisation médiadique par des groupes politisés de ce genre d’evenements afin de servir leur cause au lieu de s’occuper de la situation. C’est vieux comme le monde et tu ne me contredira pas lorsque j’affirme que les politiques sont pour beaucoup des opportunistes.

    Autrement ma citation était la pour illustré le fait que les solutions à court terme qu’on nous balance a longueur de temps pour calmer l’opinion devrait laisser la place a des solutions au long terme qui sont peut etre plus dur a mettre en place, mais tellement plus payante (en terme de résultat hein ! j’ai l’impression que tu as pris ce que j’ai écrit au 1er degré ^^).

  9. max : comment tu détermines le talent ? Tu penses que c’est le talent qui rend le truc rentable ? la culture – tu peux lire n’importe quel bouquin d’économie sur le sujet – n’est pas rentable et ne peut l’être.
    versaille n’est PAS rentable ; tu veux qu’on le détruise ? ou c’est pas pareil ?

    ce qui m’amuse dans vos coms, c’est qu’on est dans une ère d’hyper com’. On a un président qui est doué dans le domaine et fonde ses discours là dessus. PKoi les autres agiraient ils differemment ? ils savent que ca marche. on parle des SDF sans legrand ? non.

    flashou : m’enfin la politique c’est médiatique. tu fais pas de la politique dans ton coin en fait. « servir leur cause » bah oui heureusement tiens. tu veux qu’ils ne la servent pas ?

    « des solutions au long terme qui sont peut etre plus dur a mettre en place, mais tellement plus payante (en terme de résultat hein ! j’ai l’impression que tu as pris ce que j’ai écrit au 1er degré ^^). »
    oui et la pluie ca mouille. sauf que là ya pas de solution sur le long terme. là le constat c’est que des gens n’ont pas assez à bouffer, que le gvt fait n’importe quoi (c’est pas le 1er). ce genre d’actions permet de dénoncer des trucs.

    c’est du spectacle oui… comme sarkozy.

  10. max

    valérie, je ne comprend pas bien où tu veux en venir.Je n’ai jamais lié talent(d’un artiste) et rentabilité d’un spectacle ou d’un lieu.Les deux ne sont pas sur le même plan.D’ailleurs tu sais très bien que la culture (et donc les spectacles) est largement subventionnée.Quant je parle de talent, je fais référence à une de mes connaissances qui s’est autoproclamée artiste et qui revendique d’en vivre, elle trouve des petites prestations(de rue etc…)et rien ne vient sanctionner son talent ou son absence de talent.Je suis désolé mais des artistes arrivent à vivre de leur art et d’autres pas et comme sur tout marché du travail, il n’y a pas necessairement de la place pour tout le monde d’ou sélection(terme affreux!!!).Mais je sais que tu va me répondre que la CULTURE est à part, que ce n’est pas un marché, que c’est supérieur à la basse rentabilité économique…Peut être.Mais les intermittents regroupent pas mal de monde et notamment des electriciens, des agents techniques.. tout ça sous statut.

  11. deja bis repetita, le talent est une notion fort subjective. s’il arrive à remplir son quota d’heures pour etre intermittent, c’est qu’il plait et a un public. Puisque oui il y a un minimum d’heures à faire et non ca n’est pas peu.

    « D’ailleurs tu sais très bien que la culture (et donc les spectacles) est largement subventionnée. »
    non des choses sont subventionnées, tjs les memes.

    « il n’y a pas necessairement de la place pour tout le monde d’ou sélection » y’en a une. tu fais pas ton quota d’heures, tu es dégagé.

  12. max

    je crois que ce midi, je vais aller voir mon boss et lui dire, vous savez monsieur, « le talent est une notion subjective », pensez-y ;)
    Pour le reste, on en revient au curseur….

  13. Je te rajoute un truc. on ne peut pas prévoir à l’avance qu’un spectacle va marcher sauf à parier sur du bankable donc à avoir un truc super formaté qui oscillera entre les chtits et les choristes.
    si demain je fais une pièce, je ne peux pas prévoir que les gens vont venir. en plus je te rappelle que ce systeme permet d’avoir une vie locale active et pas que parisienne.

    le souci en revanche est le non plafond ; et là on a fait l’inverse. on a tué les troupes locales et laissé perdurer un systeme ou les gros sont favorisés. par exemple un eclairagiste de besson aura un bon cachet (j’en sais rien c’est un exemple), l’année d’après il peut toucher via l’unedic la meme somme… sans rien faire.

    lorsqu’il y a eu la réforme du statut, ca n’est pas aux gros qu’on a touché mais aux petits. or il est important d’avoir des prods locales.
    enfin je le repete, la sanction c’est le nb d’heures. tu ne les fais pas, tu degages.

    Ca n’est pas parce qu’un gars a monté une pièce qu’il devient intermittent hein :o) ; ya un nb d’heures à faire.

  14. flashou (Auteur)

    J’ai un couple d’ami qui sont intermitent du spectacle, ils n’ont pas la chance de travailler sur de grosse production ou bien de monter des spectacles de qualité parce que les subventions c’est toujours pour les mêmes (et sur ce je rejoint Valérie dans ce qu’elle dit). Le monde du spectacle a trouver une mane providentiel et un petit groupe c’est accaparé le magot. C’est un peu la même histoire qu’avec les quotas de chanson francaise a la radio, ça a pousser les majors a prendre toutes les merdes possibles a pas cher au lieu de mettre en avant des artistes méconnu ou moins bankable.

    Pour en revenir aux gens en précarité, je sais que je « bisounoursise » un peu et que j’enfonce des portes ouvertes, cependant je reste convaincu que moralement ça n’est pas comme ça que sa devrait être. Après, j’ai aussi conscience (travaillant dans une grosse boite à taille inhumaine) que c’est ce genre de procédé qui permettent a des gens d’arriver à leur fin. Je vous fait rapidos un p’tit instant « my life » : mon pere est décédé sur son lieu de travail, a cause des conditions de merdes qui régnaient a son taff, et ben je peut te dire qu’on l’avait pas encore mit en terre que déjà un syndicat a récuperer l’histoire. Cette bande d’ENCULER l’avait envoyer se faire voir quant il était venu se plaindre de ce qui n’allait pas, et ils ont été les premiers a jouer les vierges effarouchée a son decés. Le jeu politique de ces gens est hypocrite et cynique, et que ça soit Sarko, la gauche ou bien les syndicats, je trouve leur attitude a chier. La médiatisation est necessaire parce que nous sommes en partie des moutons qui prenons le JT pour la vérité crue.

  15. Armateur

    « Donne un poisson à un homme, et tu le nourriras une journée, apprend lui à pécher, et tu le nourriras toute sa vie »
    je pense que cette citation est de Yvette Horner

  16. flashou : ah mais dans le fond tu as raison et oui il faut des solutions sur le long terme. Simplement ces mecs en ont un peu marre d’attendre les fameuses solutions, savent que s’ils demandent à un journaliste de raconter leur histoire, ca sera un refus. via cette action, ils peuvent s’exprimer.

    dommage ? oui. mais l’homme aux 53% a été élu sur le meme fonctionnement.

  17. flashou (Auteur)

    comble du narcissime, je voudrais m’autocité lorsque je disais à Rod « Les politiques ils nous disent tous le temps qu’ils vont travailler a de nouvelles solutions… sauf que nous c’est des vieux problème qu’on à »

  18. max

    je crois qu’on se comprend mal sur cette discussion.Par ailleurs, il n’y a pas que les financements Ministère de la culture et localement les troupes sont soutenues par les collectivités territoriales, ce qui permets quand meme à un certain nombre de survivre

  19. en même temps tu es de droite et moi de gauche. Moi je veux que personne ne bosse,qu’on tue les patrons et qu’on parte tous aux Bahamas avec et toi t’es pour rétablir l’esclavage :o)
    (nb ceci est une blague pour ceux qui n’auraient pas compris).

  20. max

    tu troll grave;)

  21. max

    bon sinon le fait qu’Eric Besson soit pressenti pour remplacer Hortefeux suffit à emplir de joie ma journée!

  22. jipe

    « Donne un poisson a un homme, tu le nourriras une journée, donne lui des tonnes de poissons, tu le nourriras toute sa vie », c’est de Bernard Madoff.

  23. « bon sinon le fait qu’Eric Besson soit pressenti pour remplacer Hortefeux suffit à emplir de joie ma journée! » haha je te boude tiens.

    jipe : madoff il recommande pas plutot le don de corde aux gens ?

  24. Antoine

    Je suis d’accord avec Valérie, encore la faute de Sarkozy tout ca…

    Salops de riches….

  25. Merlin

    Je me contenterai de répondre à la question finale: « Et vous : pour ou contre le non payement pour ceux qui ont pas de sioux ? »

    Je lisais qu’un vendeur de sapins de noël faisait semblant de rien quand la carte d’un client était refusée et le laissait partir avec son sapin gratuitement.

    Une personne qui vole des aliments de base pour se nourrir ou nourrir sa famille aura rarement de vrais problèmes. En général, les marchands donnent même des produits aux restos du coeur ou à des nécessiteux. Mais il y a une énorme différence entre voler du foie gras à 25€ et des pâtes à 2€.

    D’ailleurs, même la loi est du côté des nécessiteux (je cite Me Eolas dans l’article référencé plus haut):

    Selon le Code pénal :
    N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace (article 122-7 du code pénal).

    L’état de nécessité consiste donc à commettre un acte illicite pour prévenir un mal plus grand et imminent, que ce soit une autre infraction ou un danger quelconque.

  26. jipe

    ‘tain! j’avais lu Luc Besson! je comprenais plus!
    (Valerie, en fait Madoff, il applique cette devise surtout a lui même hein)

  27. Guh

    « Donne un poisson à un homme, et tu le nourriras une journée, parle de pêche à un homme qui meurt de faim et tu es de droite »

  28. Guh, on aime comme ça à droite, on aime bien regarder crever les pauvres en riant.Moi je leur jette des cailloux aussi.

    Valérie,
    Qu’on justifie son action par la poursuite de l’effet médiatique, parce que c’est ce qui marche ok pourquoi pas. Une société ne peux cependant pas fonctionner avec une justice qui tolererai l’extorsion.

    Voler saumon et foi gras et se réfugier derrière la loi, c’est juste pathétique, qu’ils assument leur démarche (pathétique elle aussi, mais c’est un autre débat).

    En aucun cas la loi ne saurait reconnaître le vol (ou l’extorsion en l’occurence) de denrées de luxe comme poussées par la nécéssité

  29. Tant qu’on est dans les citations,je m’en souviens d’une de MAO : »Les choses appartiennent à celui qui en fait le meilleur usage »
    Question: parmi les intervenants sur ce fil combien ont payé le windows avec lequel il viennent faire leur leçon de morale(et je ne parle pas de photoshop,Office,téléchargements de Divx..etc)..?

  30. @Estrellus : S’il est question de la phrase « Donne un poisson à un homme… », je crois pas que ça vienne d’un évangile. Tu confonds peut-être avec la pêche miraculeuse (Luc 5, 1-11) ou encore le repas après la résurrection (Luc 24, 42). Ce genre de phrase n’est pas le genre de discours de Jésus.
    Ou alors, tu as une Bible collector, avec des bonus…

  31. « Piquer des trucs chers, c’est du vol ! » (Michel Blanc dans « Marche à l’ombre »)

  32. « Piquer des trucs pas chers »,c’est con(moi)

  33. Babelkot, quand on joue on peux perdre.
    Ca vaut pour le vol de foi gras comme pour windows.

  34. Flashou (Auteur)

    Babelkot > Windows Vista officel acheter on ne peut plus légalement avec license.

  35. antoine : tu as oublié « qu’on les pende ».

    z ; ou as tu vu que je cautionnais cette action ? J’ai parlé des accusations de récup politique et de la médiatisation. Pour l’action en elle même.. pas d’avis tranché.
    Il me semble clair qu’ils n’ont pas voler pour voler mais pour être interviewés et parler de la précarité de manière générale (sinon on ne fait pas ca de manière organisée et visible). Comme je le disais au dessus, je comprends car ca fonctionne ; on en parle même ici alors que les morts de sdf ne font pas que peu parler.
    Et de l’autre, vu que je dénonce ca chez Sarkozy, tu te doutes bien que je ne vais pas trouver ca génial parce que c’est fait par un collectif de gauche.

  36. Valérie, Ok, pardonne ma sur-interprétation de ton propos :)

  37. oé, fezon la pai !

  38. Je ne m’en mêle plus ,lorsque je lis « quand on joue on peut perdre »je me demande ce que je fous à discuter avec des adolescents attardés(si pas ,c’est encore plus grave)

  39. Flashou (Auteur)

    Babelkot > quelle plus belle preuve de maturité que de balancer ce genre de vindicte sans donner aucun arguement. Confirmerais tu ainsi l’adage qui veut que quant on a rien a dire il ne reste plus qu’a dénigrer son interloctueur ? les « ados » de ce site son peut être attardés mais au moins ils se laissent juger sur leurs propos. Ne critique pas les auteurs, mais plutot leur propos, tu sera beaucoup plus constructif (tu ne vas pas laisser des attardés être plus pertinent que toi quant même ??)

  40. max

    oui enfin faut arreter de raconter des conneries, même si indéniablement la précarité est réelle pour de nombreuses personnes, personne aujourd’hui n’est obligé de voler pour manger.De nombreux réseaux existent les CCAS, les assistantes sociales des Conseils généraux, les restos du coeur.Donc soit c’est clairement politique, soit c’est du vol caractérisé, sans état réel de necessité, avec une pseudo justication politique.Si j’en crois les éléments rapportés dans la presse, les intimidations et bousculades ne visaient pas uniquement à faire parler d’eux.En revanche, ce qui est interressant, c’est ce que ça révèle sur la société actuelle c’est à dire, sans vouloir jouer les frederic lefevre, une citoyenneté de type 2.0 où l’individu n’est plus sujet de la norme,ne la subit plus passivement mais revendique d’inter-agir avec elle et de lui imposer son propre système de valeur.C’est la société de l’individu dans toute sa splendeur, qui dans une démarche de consommation de droits, s’affranchit de toute contrainte collective au nom de sa subjectivité.Bon ça y est tout le monde s’est barré, moi aussi alors!!!

  41. Babelkot, et bien ne t’en mèle donc pas et abstient toi de nous gratifier de tes insultes. J’ai rien contre les attaques personnelles, mais ça passe mieux avec un semblant d’argument. Les citations de Mao c’est un peu léger.

  42. Lucas

    Valérie > Tu me traites de pauvre buse mais visiblement l’intermitence tu n’y connais pas grand chose. L’intermitence du spectacle concerne TOUS les acteurs de la vie artistique, résumer la réussite ou non d’un intermitent à son succès est bidon car comment parler du succès d’un électricien ? D’un roady ? D’un maquilleur de cinéma ?
    Mon père et mon frère sont intermittents (l’un comédien et l’autre manager de groupes de musiques), et j’en suis très content pour eux parce que de leur propre aveu, quand on se démerde bien attendre le « minimum » n’est pas si dur que ça et s’ils ne roulent pas sur l’or au moins ont-ils de quoi payer le loyer en bossant une semaine par mois. Et, nous sommes d’accord, c’est parfois compliqué de travailler plus.

  43. Professeur

    * La Révolution est comme une Bicyclette: Quand elle n’avance pas, Elle Tombe… *

    Eddie Merkcx?
    *non, Che Guevara…

  44. Professeur

    On peut dire que nécessité fait loi, je n’aurait aucun remord ni scrupule à voler dans les magasins s’il s’agissait de nourrir les miens, vu les bénéfices colossaux que font les grands groupes, c’est une goute d’eau dans un océan de billets…

    *Pire: Chaque jour sont jetés des 100aines de produits dont la DLUO ou DLC arrivent à terme, (alors que tout à fait consommables…) pourquoi ne pas les donner aux œuvres caritatives, mais non; il vaut mieux ignorer la souffrance des gens dans le besoin, et continuer à faire du profit… On n’va pas nourrir les pauvres et les Clodos quand même…

  45. trollfan

    Joli troll

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire