Ou alors demain.

Mort à l’immédiateté.
Dans la journée. Maintenant. Tout de suite. Sur le champ. Et dans la ville aussi. Sur la toile, et dans nos draps.
Vive la procrastination, ce penchant à remettre les choses au lendemain, en passant par le lit. Atermoyons. Différons. Ajournons. La nuit porte conseil et la femme des jarretelles. Alors dormons dessus.

Ca permettra de ne pas parloter d’un président dans un langage noir et blanc, mais d’attendre la couleur de ses actes.
Ca permettra de savoir que de retour de Chine, Pierre de Coubertin est gêné de revenir bredouille vers le Dalaï Lama.
Ca permettra de comprendre que Medvedev n’était pas la marionnette de Vladimir, mais la poutain dé Poutine.
Ca permettra surtout de dire moins de trucs cons ,ou de les dire à tête reposée.
Une chose indispensable à faire aujourd’hui: procrastiner.
Là-dessus, ma chute, c’est con, tombera demain.

2 commentaires
  1. Draghos

    Monsieur l’expert en procrastination, comment on fait quand on doit remettre un article pour le lendemain matin à 8 heures précises, qu’on vient d’y passer la journée, qu’il est bientôt 4 heures du mat’, qu’on n’en a pas fait la moitié et qu’on s’emmerde au point d’aller regarder la pingouine bondage du dimanche matin ? On procrastine ou pas ?

  2. On vois que tu n’es pas dans une boite où quand on est en avance, c’est à rendre la veille.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire