R.I.P. Michael Crichton

L’écrivain, réalisateur et scénariste américain Michael Crichton, est décédé ce lundi d’un cancer. Romancier à succès (je vais y revenir), médecin de formation à l’affût des dernières explorations scientifiques, c’est indéniablement un auteur majeur des littératures de l’imaginaire qui disparaît.
Considéré comme le père du techno-thriller, il a écrit un certain nombre de romans considérés comme des must. Le plus connu d’entre eux est bien évidemment Jurassic Park (1990), qui évoquait la possibilité de faire revivre les dinosaures à notre époque à partir d’un échantillon d’ADN.

On connaît le destin de cette histoire, avec à la clé un record historique pour son adaptation cinématographique par Steven Spielberg en 1993. Mais il a écrit aussi d’autres histoires, tout aussi passionnantes : je citerai Le 13ème guerrier, Sphère, Les Prisonniers du temps, Etat d’urgence ou encore La Proie, les quatre derniers appartenant à ce sous-genre du techno-thriller où la science est une toile de fond, mais aussi une finalité pour nous raconter une histoire toujours nerveuse, enlevée, dunamique. Le 13ème guerrier est une sorte de relecture du mythe de Beowulf, au coeur des mythes nordiques. en-dehors de ce sous-genre de prédilection, il fait des incursions dans le thriller tout court, ou du moins avec une part moins importante de la science : Harcèlement, Soleil levant, Un Train d’or pour la Crimée, tous adaptés avec plus ou moins de bonheur sur grand écran. Vous avez certainement vu l’un ou l’autre de ces films. J’oubliais aussi Congo, où une expédition scientifique part au coeur de l’Afrique pour explorer une cité mythique sur laquelle régneraient de grands singes… Je pourrais vous parler aussi de L’Homme terminal, de La Variété Andromède, excellents romans eux aussi. Crichton a également créé et produit la série télévisée Urgences, et s’est essayé à plusieurs reprises à la réalisation : on citera Mondwest, un western science-fictionnesque avec Yul Brynner, ou Runaway, l’évadé du futur, deux longs-métrages où les robots tiennent une grande part…  Il a aussi scénarisé Twister, intéressant thriller climatique réalisé par Jan de Bont en 1996.
Crichton était un écrivain populaire : il a vendu plus de 100 millions d’exemplaires de ses romans, écrits sur une période de 40 ans, traduits en 30 langues et parmi lesquels on trouve une dizaine de best-sellers. Aussi bien par ce volume de livres vendus que par la taille (il culminait à 2m06), il constituait avec Stephen King l’un des plus gros vendeurs de best-sellers au monde.

Diplômé de médecine d’Harvard, Crichton s’intéresse très tôt à notre environnement. Il fait d’ailleurs partie des sceptiques du réchauffement climatique, et surtout de son origine humaine. Il fut interrogé sur le sujet par une commission du Sénat américain, s’attirant les foudres des vrais spécialistes du sujet. Son roman Etat d’urgence témoigne d’ailleurs de ses convictions sur le sujet. Il est membre du Conseil d’administration de The Gorilla Foundation, fondation pour la protection des gorilles.

Crichton avait le souci d’écrire des intrigues carrées, impitoyables, qui vous rendaient incapable de lâcher ses bouquins, avec toujours des fondements scientifiques incompressibles, et même parfois d’imaginer des prospectives sur ces bases. Lisez La Proie, un thriller haletant sur les nano-technologies et vous comprendrez. On y retrouve le thème de la boîte de Pandore ouverte par des scientifiques sans scrupules, très vite dépassés par les conséquences de leur geste. Crichton restera sans doute comme un auteur majeur de ce tournant entre deux siècles, où les frontières de la science, notamment en matière de génétique, sont en train d’être repoussées de façon incroyable. Il aura inspiré beaucoup d’étudiants dans ses champs d’investigation, et aussi fait frissonner des centaines de millions de personnes avec ses velociraptors gambadant à notre époque.

3 commentaires
  1. jojo

    le crabe nous les prendra tous… et pas si vieux en plus :(

  2. chris

    /s’incline

    un des meilleurs écrivains viens de disparaitre…

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire