On m’a dit « du cul »

Alors, je m’exécute. Il me semble que Pingoo de retour de London (genre il fait le mec hype), l’avait évoquée : Francesca Woodman. Une immense photographe des années 60/70. Que j’ai découverte grâce à Mu d’ailleurs. Et de façon plus substantielle grâce à ce livre paru chez Phaïdon.

Ce que je préfère chez elle, c’est sa façon de mettre en scène ses modèles, de capter la lumière, de jouer sur le trouble, la violence et la souffrance parfois. Je trouve ces photos très érotiques. Du cul quoi. Mais du beau cul.

3 commentaires
  1. Très bon choix.
    Dommage pour la base def.

  2. La deuxième est vraiment jolie j’aime moins les 2 autres …

  3. mue

    Très émouvante et troublante photographe. Je brûle de voir ce livre…

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire