Mes névroses : le matin

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle sur mes paupières endolories de mes insomnies, le matin est mon pire ennemi, l’une de mes pires névroses. Le matin est source d’angoisse depuis ma plus tendre enfance.

Déjà, je ne comprendrais jamais pourquoi on torture ainsi les enfants en les tirant du monde des rêves alors qu’il fait froid et noir dehors et qu’en plus on va les obliger à ingurgiter des tables de multiplications dès l’aube ! J’appelle ça de la maltraitance ! Petite, on m’extrayait de la couette, on m’habillait alors que je somnolais encore, on me calait dans la voiture et je continuais obstinément à roupiller, genre « non, vous ne m’aurez pas, je suis une rebelle, je dors si je veux ! », tel un zombie je m’écroulais sur ma chaise d’écolière et le reste n’a été qu’un long brouillard de siestes sur des tables trop dures et dénuées d’oreillers jusqu’à la fac

MON matin commence généralement vers midi.

Avant, je hais viscéralement le monde dans son entier. Je rampe jusqu’à la salle de bains pour tenter de me faire une tronche présentable, je ne prononce pas un mot pendant au moins 2h (un record que toutes les personnes qui me connaissent trouveront digne du Guiness book !).

Et si par malheur quelqu’un ose m’adresser la parole malgré mon regard putride, il se fait copieusement insulter par des borborygmes laissant supposer que je grille 3 paquets de clopes par jour alors que je n’ai jamais allumé un patch.

Après une cafetière, 4 albums à fond dans mon Ipod, une séance de métro les lunettes de soleil vissées sur les yeux (même en plein hiver quand il fait nuit tellement j’abhorre le genre humain à ce moment de la journée), un nouveau né ingurgité pour le petit déj et quelques anxiolytiques, je suis éventuellement en mesure de communiquer avec autrui.

Difficilement. Très difficilement.

Mais là, nous abordons une autre névrose… !!!

9 commentaires
  1. Broz

    Rien que pour avoir l’idée d’allumer un patch, faut que le matin commence très tard… ;-)

  2. Pénélope (Auteur)

    Tu sais quoi Broz, je pourrai sniffer du café si on me disait que ça fait passer la caféine plus vite dans le sang ! :))

  3. evil-brequin

    Moi, il me faut une douche, 5 cafés, un câlin de mes chats, 3 clopes et 1/2h du net pour faire semblant de daigner m’intéresser à ce qui se passe autour de moi.

  4. Le matin je ne m’exprime que par grognements…
    le reste de la journée, je daigne ajouter des mots, de préférence de gros, style « Pourquoi tu n’éteint pas cette putain de machine de merde le soir ? » (et je pense « connasse »)…
    .
    Comment as-tu fais pour arriver en fac en dormant pendant la moitié de ta scolarité ?

  5. evil-brequin

    Lorsque je bossais, sur mon bureau, il y avait une petite pancarte où il était inscrit « NON ». Lorsqu’un collaborateur osait venir me gonfler, le matin, pour me poser une question, de préférence, alakon, il me suffisait de lui montrer la pancarte. Easy, non ?

  6. Broz

    A priori, sniffer le café fait bel et bien passer la caféine plus vite dans le sang, surtout si le café est moulu très fin. A essayer ?

  7. Pour moi, c’est non, j’aime aussi le gout du café !

  8. Pénélope (Auteur)

    AdminOfPlaygroup : je demandais à ma copine de me filer ses cours.

    J’étais dans ce qu’on appelle pudiquement une « classe de niveaux » (classe pour enfants « précoces ») et j’ai moins dormi à la fac parce que les cours m’intéressaient, mais quand même un peu, jusqu’à bac +5 (cumulé avec une licence d’italien).

    En fait, c’est surtout que quand je m’y mets, je bosse très vite. Mais quand j’aime vraiment mon boulot, je bosse comme une tarée.

    SAUF… le matin !

  9. Arf, à mon avis, le matin, c’est pas le regard qui est putride : c’est l’haleine !

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire