Mes névroses : le lundi

Le lundi est une névrose en soit. Déjà parce que chaque lundi, je songe avec émotion à Claude François. Et je regarde par la fenêtre. Et je me dis « ah, le con, c’était un grand sage, le lundi au soleil, c’est une chose qu’on aura jamais. Chaque fois c’est pareil… »

Et vous savez quoi ? Ça me fout les boules de penser à Cloclo chaque semaine. Et surtout de penser que c’était un homme rudement intelligent le bougre !

Bref. Le lundi me pose un véritable problème. C’est le syndrome de début de semaine. Il y a le syndrome prémenstruel et celui du lundi. C’est d’une logique imparable dans mon esprit. Je me réveille, je te bouscule, tu ne te réveilles pas, et je me dis que j’ai 898 trucs très, très chiants à faire d’ici vendredi. Et que hier, quand j’étais peinarde à folâtrer dans le lit, c’était mille fois plus intéressant qu’aujourd’hui.

On pourrait penser que ce n’est que lié au « matin ». Non, le matin fera l’objet d’une autre chronique car il est lui-même l’objet d’une autre grave névrose personnelle.

Non. C’est le lundi entier. Parce que tout tourne mal ce jour-là. Les gens qui n’en branlaient pas une le vendredi et que vous n’arriviez pas à joindre ont fait une visioconférence à 9h du mat pour se dire « on va tous l’appeler aujourd’hui pour lui demander des trucs hyper urgents que si elle le fait pas, la bombe H va s’abattre sur le pays et son brushing va tomber ».

Non contents de vous foutre la pression dès le début de semaine, vous remarquerez que les autres non plus n’aiment pas le lundi. Et ils vous le font payer. Y pas de raison qu’ils soient les seuls de mauvaise humeur. Alors ils font la gueule, ils râlent et ne mettent pas de fond de teint. Bon. Moi aussi vous me direz. Mais c’est pas une raison.

Et puis il y a la flemme commerçante. Le lundi, tu peux toujours crever ta race dans le caniveau pour trouver une boutique ouverte. Au moins, une petite séance de shopping, ça pourrait me détendre. Mais non. Tout est fermé. Lundi ville morte. Rien à faire de funky de la journée et je vous parle même pas du soir… Y a qu’à mater le programme TV : sur TF1, Sœur Thérèse.com, bloggueuse influente devant l’éternel, sur France 2, Cold Case affaires classées, que la nénette tu m’étonnes qu’elle s’est pas chauffée depuis un bail tellement elle est expressive, sur France 3, Les stars chantent Edith Piaf pour plus de vie avec que des morts à l’antenne (Drucker, Liane Foly, Mauranne, Julie Zenatti, Tina Arena, Mireille Darc et Roch Voisine !!!), sur France 5, l’Enfer de Matignon que z’y va tire-toi une balle direct tellement c’est la crise, sur M6, les Bougons, une série humoristique que rien que le titre du premier épisode me tord les boyaux « Pétards et artifices », sur France 4 enfin, le Bon roi Dagobert qu’on espère qu’il aura enfin retrouver son falzar. Bon, je vous ai fait que le service public, je suis pas Télérama non plus…

Alors reste le ciné où Jugnot nous tire des larmes pathétiques, et le resto pour ceux qui n’ont pas perdu tout leur pouvoir d’achat.

Donc moi, le lundi, ça m’angoisse. Alors dès que je peux, je reste au lit avec un bon bouquin et j’attends le mardi. Ça ira mieux demain.

5 commentaires
  1. jipe

    Ah ben j’étais déjà pas jojo ce matin, mais là, tu m’as déprimé pour le reste de la journée..

  2. Poughkeepsie

    Et t’as essayé les musées ?

  3. Pénélope (Auteur)

    Bizarrement, le lundi n’est pas un jour à musées. Je sais qu’ils sont ouverts, mais je considère que le jeudi c’est mieux. J’adore aller au musée le jeudi. Le lundi c’est un jour pour détester le lundi. C’est comme ça :)

  4. jipe

    Superbe chanson pour hair les lundis :

  5. T1T1

    Pénélope, je t’aime le lundi (et les autres jours aussi :o)

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire