Ceci n’est pas une…avocate.

Une avocate française de 57 ans a été jugée ce 25 septembre, accusée d’avoir pratiqué une fellation à un détenu de 24 ans en octobre dernier dans un parloir de la prison d’Ecrouves.
L’avocate et son client sont poursuivis pour exhibition sexuelle. Le procureur d’Epinal a requis trois mois d’interdiction d’exercer, 3000 euros d’amende et un mois de prison avec sursis contre la juriste.  Il a précisé que « les gens de robe doivent garder leur robe propre ».
Le détenu devrait, lui, faire un mois en plus derrière les barreaux. Suite du procès le 28 octobre.

J’aime bien les faits divers.
Ou plutôt, je trouve intéressant de se pencher sur ce qu’ils sont censés engendrer comme réactions chez les lecteurs, quand l’édition d’une gazette choisit de les publier. Etonnement, dégoût, rire, indignation… tous ces sentiments que l’on peut si facilement attiser chez ceux qui lisent avec des besicles « premier degré ».
Là, je me sens profondément comme le mouton noir, toujours à l’écart du troupeau. Pas du tout par prétention, que l’on me flagelle à la première effluve d’outrecuidance, mais parce que ces petits faits divers ne font jamais chez moi l’effet escompté ou l’effet ressenti par la majorité. Quand c’est censé donner chaud ou froid, moi ça me rend tiède. Mes neurones, lors de leur développement, ont dû être fabriquées avec du matos en promotion.
Sur cette histoire de flûte enchantée jouée par cette avocate qui tenait en même temps la baguette, ce sont deux trois petits points qui m’interpellent.
La différence d’âge entre celle qui avait la bouche pleine et celui qui devait l’avoir bée est de 33 ans. Et 33ans, c’est l’âge du Christ, surtout vers sa fin. Outre la petite gâterie divinement mortelle que ce petit veinard de taulard a dû avoir, on peut en déduire que c’était pas un plaisir par contre pour la juriste, mais un chemin de croix.
Lors du procès, le procureur aura-t-il un sourire en coin lorsqu’il appelera l’avocate à la barre?
Quand ce procureur précise que les gens de robe doivent garder leur robe propre, ne jette-t-il pas l’opprobre sur le savoir-faire de la gent féminine française des métiers de Loi, de loin supérieur à celui des secrétaires de la Maison Blanche? Attention, ce n’est pas ce que vous croyez. Je ne me permettrais pas.

Je veux juste mettre en exergue le professionnalisme extrême des avocates françaises, qui défendent leur client jusqu’au…bout, quitte à boire le calice jusqu’à la lie pour ne pas faire tâche au tribunal.

2 commentaires
  1. Rod

    la vache, je sais pas ce que tu prends … mais fais tourner ! :)

  2. romu (Auteur)

    hahaha ;)

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire