Quand j’srai grande je veux être grand-mère

Un vieux commentaire m’a donné la bonne idée de parler de ma grand-mère…

Dieu et le monde dans son ensemble savent que je ne suis pas très « famille » (quel doux euphémisme !). Mais sans déconner, ma mère-grand, c’était trop de la balle !!!

J’ai vécu avec elle de ma naissance à l’âge de 5 ans. On pourrait penser qu’on ne garde que peu de souvenirs de cette époque de la vie. Moi, j’en ai tellement qu’ils pourraient combler le trou de la sécu si on les convertissait en euros !

Je dois être un éléphant ou un truc du genre. Je sais pas. Bref. Je me souviens donc très bien de « grand-mère Charlotte ». Elle n’était vraiment plus très jeune quand on s’est rencontrées elle et moi. Née au siècle précédent, en 1897 exactement, elle s’est tapé les 2 guerres, De Gaulle, Mai 68, un divorce, le tout en restant une bonne « bourgeoise » de son temps. Elle a toujours travaillé, mais dans le secteur du luxe. Ses filles devaient la vouvoyer et elle ne les embrassait jamais car cela était indécent, elle vivait entourée de domestiques en tout genre, bref, pas hyper funky la dame.

Mais le grand âge venant, et la sagesse avec, elle s’est métamorphosée. Ma grand-mère à moi ne ressemblait en aucun cas à ce portrait qu’en dressaient mes tantes. D’abord, elle kiffait le catch. Ouais. Le catch. À tel point qu’on a dû lui offrir des écouteurs pour qu’elle arrête d’emmerder toute la maisonnée. Elle mettait le son à donf et hurlait devant l’écran, sautillait autant que son arthrite le lui permettait, beuglait des « vas-y, bouffe-le, tu vas l’avoir, tu vas le tuerrrr ! ». On a jamais su d’où lui venait cette étrange lubie.

En plus de cette âme d’amazone, elle avait aussi gardé son âme d’enfant : elle passait des journées à jouer avec moi, à inventer des personnages imaginaires, à me raconter des histoires démentes, à crapahuter dans le jardin… On riait tellement elle et moi, que parfois on faisait pipi dans nos couches respectives !

Et puis, elle savait chanter et lever la gambette la vieille ! Elle adorait l’opéra, et les opérettes. Alors on écoutait du Offenbach et elle faisait des démos de french cancan en me racontant sa jeunesse.
Non seulement elle était fun, mais en plus, elle n’était pas conne ! Elle a été mon professeur particulier toutes ces années. Du coup, je suis entrée au CP avec un an d’avance, je savais lire, écrire, compter, additionner même (bon, ça, j’ai oublié, j’avoue), une bonne partie de l’histoire de France, tout ça grâce à grand-mère Charlotte qui avait fait de tous ces enseignements des jeux super in !

Quand on ne faisait pas tout ça, avec grand-mère, on mangeait. Tous les gamins qui ont été proches de leurs grands-parents doivent avoir des souvenirs de bouffe… C’est très freudien en même temps. Elle, elle se fadait des litres de crème glacée rhum-raisins avant le dîner (du coup, elle ne mangeait rien à table), elle me faisait engloutir des œufs à la coque pour le goûter, boire du café… Le tout en cachette bien sûr. J’étais sa plus fidèle complice.

Malgré tout ça, grand-mère savait se tenir et rester toujours chic. Elle adorait la mode, elle avait des dizaines de chapeaux, de tailleurs, et elle était toujours super belle pour sortir. Elle m’avait expliqué à quel point le droit de vote était précieux et comment les femmes avaient lutté pour l’obtenir. Jusqu’à la fin de sa vie, elle est allée voter, même malade, toujours hyper fière… et pour célébrer cette victoire de la république, elle nous traînait à la crêperie une fois son devoir accompli !

Ma grand-mère, c’était un peu une punk du 19e siècle. Elle m’a offert le premier poupon noir, elle a lutté pour les droits de la femme toute sa vie, elle a forcé mon oncle à planter un sapin dans le jardin parce que les arbres ne devaient pas être coupés sans raison pour noël (du coup on se caillaient les miches dehors pour ouvrir les cadeaux !) elle trippait sur toutes les inventions technologiques et m’a offert un walkman pour mes 5 ans.

Ma mère-grand, elle était complètement excentrique, et absolument fascinante…
C’est décidé, quand j’srai grande, je veux être grand-mère !

23 commentaires
  1. le_butch

    c’est tres touchant comme post :-) et tres rigolo :-)
    ca me rappelle ma grand mere :-) elle etait tres differente de la tienne mais comme toi j’en garde de tres beaux souvenirs :-)

  2. Sim

    moi la mienne me fesais a mangé sur une petite table mickel, toujours des frites avec des saucisses ^^ c’etait super bon. Un monde sens grand mère ne peut pas exister. Tien je crois que je tiens un nouveau sujet au bac lol.

  3. MrManchot

    Touchant c’est le mot ! Super poste, c’est rafraichissant :)

  4. ma grand mère elle était pied noir et elle a été l’une des premières femmes a passer son permis de conduire en algérie a cette époque. Et même si elle était au foyer, elle faisait ses propres choix sans l’avis de personne et elle était courageuse et aventurière. Toujours dans le plus total respect des autres. Elle était bien ma mamie aussi. :)

  5. bah moi mes deux grand-mère c’est des connasses ça fait plaisir de voir qu’elles sont pas toutes comme ça ! lol

  6. silas

    n’est pas écrivaine qui veut. plat, attendu : 2.5/10

  7. Nab

    Ma mamie à moi, elle m’a appris l’Internationale. Pour ça, elle roxe, et pour sa cuisine au beurre, aussi.
    Vive les mamies.

  8. Ghana

    @ Silas : est critique qui veut. Cassant, gratuit. Trouduc :)

    Une de mes grand-mère avait un maladie au cerveau, donc bon, ça fausse un peu les souvenirs.
    L’autre était une bretonne courageuse qui jurait en breton, me faisait des crêpes fabuleuses en bas de la maison pendant que j’essayais d’attraper des sauterelles, et qui nous offrait une boîte de Quality Street à chaque fois que nous prenions la route pour repartir.

  9. Pénélope (Auteur)

    silas : qui, sur ce blog, se prétend écrivain ? C’est gallimard.com ici ? Et tu es éditeur/rice ? Non parce que comme ça on pourra aller à des salons ensemble hein, je te présenterai des gens :)

  10. rotten

    Bah j’espère que je serais ce type la de grand père. Vive mémé et pépé !!!

  11. C’est de la merde ton texte Pénélope, tu écris comme une vache et ta grand mère elle vendait des juifs pendant la guerre, je le sais… Tout ça pendant que les grands parents de Ghana jouaient dans la répugnante consanguinité qui a généré des milliers de neo-brettons débiles.

    Voilà.
    Et je vous fiste vous et vos familles merveilleuses :p

  12. (ah penelope est apparentée à siné ?)

    ouais, ouais je sors.

  13. Pénélope c’est la pire, elle et juive et antisémite. Elle cumule.

  14. alex

    Les grands-mères vivent dans notre bulle savent ce dont on a besoin et ont les yeux emplis d’amour et de savoir. Elles nous connaissent mieux que nous-même. Je parle pour les mamies sympas bien sûr!

  15. Pénélope (Auteur)

    Une grand-mère juive. Un grand-père collabo. Une mère alcoolo. Un père incestueux. A l’heure qu’il est, je suis en train de dépecer un noir homosexuel afin de faire revenir son pénis au gril pour le dîner :)

  16. Tu passes la soirée avec Osmany ?

  17. Pénélope (Auteur)

    Yep, et il est consentant le bougre. Il est SM… Tu savais pas ? Lui non plus…

  18. Émouvant
    Partent en couilles les commentaires…

    Je n’ai qu’une grand-mère, qui vis a des centaines de Km, et pas de grand-père.
    Je l’ai très peu vu, et ce n’est pas une mamie gateau, ni cool, ni fun, juste une vieille chiante qui regarde TF1 avec le son et le chauffage à fond…

  19. Mouais

    Mes grands mère sont chiantes, comme toutes les grand mères qui restent trop longtemps en vie.

    Heureusement, elles ont une esperance de vie de grand mère assez courte. <8o)

  20. Pénélope (Auteur)

    Non, partent en bite les commentaires. Nuance.

    Oui, je sais, je sors.

  21. QUELLE BANDE DE CHACALS !!

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire