Alouette

On a fait la fête la nuit dernière. Des taureaux sont entrés dans l’arène. Du sang a coulé. On a crié et dansé. On a vu le monde tourner et vaciller. Les oreilles et la queue. Gentille alouette. Le torero dormira sur ces 2 oreilles.

4h du matin. Réveil en sueur. Cauchemar. Dehors, tout est calme. Le souffle suspendu de la nuit. On dirait que tout est arrêté. Attend le jour. Mais le monde continue de tourner. Alors bon. Autant se recoucher. Laissons-le tourner, ce monde.

9h du matin. Un portable sonne. Il répond. « Oui, je le rebranche ». Il raccorde les câbles du téléphone. Le monde ne s’arrête donc t-il pas de tourner le samedi matin ? Je ne dormirai donc pas sur mes 2 oreilles. Ça resonne. « C’est pour toi. » Pour moi ? À cette heure ? Des têtes vont tomber dans l’arène ! Je décroche. Ensommeillée.

« Quoi ? Comment ? À quelle heure ? 4h ? Dis-moi comment ça s’est passé. »

Les larmes montent. Malgré moi. Elles envahissent mon visage. Mon champ de vision. La pièce. Les visages autour. Mon monde s’est arrêté de tourner l’espace d’un instant. Comment vont les autres ? Quand aura lieu la cérémonie ? Je dois venir. Oui. Je sais que je dois venir.

Je devrais être soulagée. Je le suis. La seule bonne chose qu’elle aie faite pour moi en 18 ans. Et je pleure. Beaucoup. Se construire contre. S’opposer à. Ne pas être comme. Se battre contre. Se lever face. Ne pas faire comme. Se révolter contre. Affronter. Ne pas vivre comme. Être contre. Contre. Contre. Contre. Tout contre finalement. Un pilier de mon monde s’écroule. Elle m’a laissé la place. Elle me cède sa place. Je peux enfin n’être que moi. C’est un peu vertigineux de n’être que soi quand on a été « l’autre » pendant tant d’années.

Se laver. S’immerger dans l’eau. Nettoyer. Elle ne sera pas là. Au mariage. Aux naissances. Elle ne pourra plus venir. Faire du mal. C’est fini. Je vais pouvoir dormir sur mes 2 oreilles maintenant. Le monde peut recommencer à tourner.

4h du matin. La nuit d’après. Et encore d’après. Et toutes celles d’après. 10 ans déjà. Et le monde ? Il tourne le monde. Pas bien rond, comme toujours.

10 ans déjà. Le sang a coulé. Et je ne dors toujours pas sur mes 2 oreilles. Il m’en faudra plus. La tête peut-être. Oui, la tête, alouette.

4 commentaires
  1. wouaf

    Respect

  2. RoboTux

    Un de ces billets de Pénélope comme on les adore. Celui-ci est envoutant, et angoissant. On retient sa respiration et finalement on est juste ému et on ne sait trop quoi dire.

    En fait oui, respect.

  3. J’ai pas eu ce rapport là, mais je connais le reste.
    Pen :)

  4. Mag

    Que dire après ça, dix ans oui déjà…ton texte est émotion, souvenirs et larmes pour moi en quelques instants je me suis retrouvée là près de toi il y a dix ans. Je suis toujours présente même loin…

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire