Pour ou contre les bordels ?

De fanturi : Une nouvelle question pour toi inspirée par le billet de Lousia sur le bordel du Texas qui rembourse l’essence à ses clients. Dis Tata Valérie pour ou contre les bordels ? En gros tu préfères les prostitués sur le trottoir dans le froid mais avec une « relative indépendance » et une « sécurité moindre » (J’aurais aimé pouvoir faire des guillemets plus grosse ^^). Ou alors les prostitués au chaud dans un bordel (bestiaire) avec une sécurité un peu plus importante mais aussi le sentiment d’être à l’usine dans des conditions d’hygiène pas toujours top.(quoique pour l’hygiène par rapport au trottoir je suis pas sur que ca change grand chose).

Tu fais chier là je ne vais pas être drôle. (enfin d’aucuns disent que ca sera comme d’habitude) .

Déjà chose amusante, tu ne me poses pas la question : « pour ou contre la prostitution ? » » ; beaucoup de féministes ne pourraient pas répondre à ta question tant elles sont contre une réglementation.
Bon ce n’est pas mon cas donc on s’en fout.

Je suis à 100% contre les bordels. Plusieurs raisons
1. L’inévitable main-mise par « quelqu’un » sur les dits établissements. Ca peut être un particulier, ca peut être l’état, ca finit toujours par des conditions de travail exécrables. les eros center allemands ont tous été rachetés en sous main par la mafia et les prostituées paient pour tout de la capote à la serviette de toilette. Manière habile et détournée de faire le maquereau.

2. Je ne connais pas de groupes militants de prostituées françaises qui veulent des bordels et c’est peut être le seul argument que je devrais te donner.

3. Elles sont grandes filles (et grand garçons) savent infiniment mieux que nous où sont les dangers et comment les éviter tant que faire ce peut. L’enfermement ne fait pas partie de cela. J’ai beaucoup de mal avec l’idée d’enfermer des gens « pour leur bien ».

4. Qui dit bordel dit patron de bordel. Qui est-ce ? Comment est il payé ? Il a tout intérêt à ce que le bordel marche bien pour qu’il ait un bon salaire. Pour cela il n’y a pas 50 solutions : les filles font plus de passes et/ou acceptent davantage de pratiques. On ne peut permettre cela dans le commerce du sexe. ce n’est pas un secteur qu’on peut considérer comme les autres. Faire ce qu’on ne veut pas n’a pas les mêmes conséquences psychiques et physiques ; le choix de faire plus de clients, plus de choses doit donc être un choix individuel.

5. Au 19eme les bordels ont aussi servi à vérifier l’hygiène des femmes. Je ne veux pas que ca recommence et qu’on restaure ce qui était appelé à l’epoque le viol par l’etat (où on t’examinait voir si tu n’avais pas la syphilis).

Donc je veux quoi ? Passer la prostitution en activité légale. Que surtout on abolisse la loi sur le racolage passif qui a mis en danger grave les prostituées
– obligé de s’éloigner des centres villes ==> risques accrus
– obligé d’aller chez le client ==> risques accrus
– amendes en continu qui empêche celles qui souhaitent arrêter de le faire, bloquées qu’elles sont par le règlement des amendes.

Réformer la loi sur le proxénétisme qui condamne tout compagnon de prostituée à être considéré comme un proxénète.

Former les flics ; lorsqu’une prostituée vient porter plainte pour viol et qu’on lui rit au nez c’est * un peu * violent.

Ecouter les personnes prostituées. ce ne sont pas des mineurs, ni des incapables, ni des abrutis, ils sont aptes à dire ce qu’ils souhaitent.

Je ne parle pas ici de la prostitution sous contrainte qui est pour moi un tout autre débat et nécessiterait une analyse bien plus complète.

47 commentaires
  1. Fanturi

    Interessant.
    Je ne vais pas commencer un débat ce n’est pas trop le but du site mais j’aimerais juste revenir sur ton point 4.
    Tu ne penses pas que pour gagner plus d’argent ils peuvent faire comme toutes les boites, de la pub ? Que si tout ceci est légal les prostituées auront le choix de changer de « boite » ? Comme n’importe quel employé du secteur privé. Et que donc justement ces boites devront séduire de potentiels employés ?

  2. Nick

    C’est marrant, ce petit exercice drolatique ressemble, le second degré en sus, à s’y méprendre aux exercices de débilité de notre ami commun le servile Eric Zemmour. Tu cherches un post dans la nouvelle émission de Courbet Tata Valérie ?

  3. Justement ca ne peut et ca ne doit pas devenir comme n’importe quel secteur. ce n’est pas une activité que tout un chacun peut exercer.
    Ensuite il faut bien comprendre que dans la majeure partie des cas, ce ne sont pas des cadres qu’on recrute à coups de CE, primes et autres.

    ce sont des gens pauvres et non qualifiés de manière générale. On n’a jamais vu des entreprises séduire des caissières ou des femmes de manage pour qu’elle viennent bosser chez eux. il en est de même ici.
    si une fille ne veut pas davantage bosser ou pratiquer des choses qui lui déplaisent il y en a 50 qui attendent.

    en clair ca n’est pas un marché qui peut être libéralisé de manière absolue.
    dans les faits, pour ce que ‘jai étudié des bordels du 19eme et lu des bordels actuels, si tu dégages c’est parce que tu es trop vieille, pas prête à certaines choses etc. c’est rarement parce que tu as trouvé un lieu avec de meilleures conditions de travail.

    Conditions dictées par un patron donc, si on avait des bordels. autant c’est evidemment admissible dans un secteur dit normal, autant ca ne peut l’être ici.

  4. complètement POUR, je m’explique,

    les mec qui arrivait pas à baiser à l’époque pouvait aller voir les putes, maintenant ils ne vont plus voir les putes pour la plupart il devienne violeur..

    les putes ont donc une utilité publique…

  5. studdywax

    c’est qu’elle se prendrait presque au sérieux ! bouh ça me fait froid dans le dos de lire un truc avec un ton aussi consensuelle sur pingoo..il est ou le coté blog-détente la ?

  6. Rod

    « les mec qui arrivait pas à baiser à l’époque pouvait aller voir les putes, maintenant ils ne vont plus voir les putes pour la plupart il devienne violeur.. »

    euh je baise pas, je baise plus, et je viole personne … ca me rappelle l’epoque ou le sida a ete pointé du doigt, et que des idées recues style serrer la main, boire dans le meme verre qu’un exposé au VIH etaient forcement des vecteurs de contamination …

    ni pour ni contre … de toute facon, entre temps, y a eu Internet, et tu baises à l’oeil, si t’en as ENVIE (meetic, donc)

  7. Nick : sauf que zemmour n’est pas pour cette libéralisation. Ou pas pour les mêmes arguments.
    et qu’il n’y a aucun second degré dans mon article.

    borkmadjai ; c’est faux et une idée reçue.
    1. le viol n’a rien à voir avec le sexe mais tout à voir avec la violence. ce n’est pas ce qui est recherché dans un rapport tarifé.
    2. les prostituées sont aussi violées ce qui, déjà, infirme ton argument.
    (et beaucoup plus depuis la loi sur le racolage passif d’ailleurs).

    Si tu crois à cela, ca signifie que tu es prêt à sacrifier un partie de la population pour préserver les autres.
    Etrange idée.

    studdywax ; ah ben y’en a pas. Mais j’ai prévenu du départ que sur ce sujet, je serai sérieuse. libre à toi de ne pas lire.

    pour celles et ceux que ca intéresse. lire Gail Pheterson Le prisme de la prostitution. Bouquin excellent, femme excellente bref voilà.

  8. (rod fais gaffe des fois tu deviens féministe).

  9. jipe

    Au moins si y a des bordels contrôlés par l’état et que les prostituées font grève, N.S. pourra plus dire que maintenant quand y a une grève personne n’en parle :-)

  10. Je dirais que tous les arguments que tu utilises peuvent aussi s’appliquer aux « maquereaux de rue » ( a contrario des maquereaux de bordel donc).
    Les hotels de passes ne seraient-ils pas un moyen justement d’ordonner un peu ce monde?
    Il y a des pays où c’est encore plus ou moins autorisé, et je ne connais pas de faits marquants sur les points que tu as abordé.
    Spécialement l’hygiène. Cela pouvait être vrai au 19ème, mais aujourd’hui, avec la loi de la concurrence, ce qui différenciera un bordel sympa d’un bordel mitteux sera sûrement l’hygiène (les tarifs dépendant des personnes pratiquant l’acte).

    En plus, avec les maisons, il pourrait avoir une prostitution masculine un peu mieux perçue, non?

  11. J’étais pour, mais au vue de tes arguments je suis contre !
    Avoir des bordels « bons » pour les putes seraient trop compliqués à mettre en place, et empêcherais la prostitution occasionnelle.
    Il n’empêche que c’est une profession dont il faut assainir tout ce qui gravite autour.
    .
    borkmadjai, je ne baise pas depuis un moment, et je ne suis pas (et ne serait jamais) un violeur.
    Et meetic, c’est pour les beaux gosses…

  12. jipe

    Quoique il pourra dire tout le monde s’en branle.. :)

  13. Valérie (Auteur)

    BdS : l’hotel de passe c’est le même pb. Tu auras tjs des marchands de sommeil.

    « En plus, avec les maisons, il pourrait avoir une prostitution masculine un peu mieux perçue, non? »
    pour femmes veux tu dire ou gay ?

    néanmoins je répète le seul argument valable ; ce n’est pas ce que veulent les prostituées.
    Celles et ceux que je connais ont aussi fait ce choix pour la liberté apportée (liberté qu’ils paient, cher on est d’accord). Ils n’ont aucune mais aucune envie de dépendre d’un patron.

  14. Rod

    Il faudra en quoi m’expliquer sucer des inconnus est un métier. Brouteur de minous de vache, si on est payé à le faire, c’est un métier ?

  15. Valérie (Auteur)

    Ca c’est un autre débat :). Tu peux en effet considérer que la prostitution ne peut être considérée comme un métier.

    le pb est que là les personnes prostituées vivent dans des conditions dangereuses. Il faut donc trouver une solution qui passe soit par l’interdiction de la prostitution, soit par une réglementation. je ne vois rien d’autre.

  16. Rod

    La prostitution est de l’esclavage sexuel. Et c’est pas sexuel le plus important, ici.

  17. Ice _Tea

    J’ai déjà lu beaucoup de conneries sur ce site(surtout écrites par Valérie)mais là on atteint des sommets.Occupe toi des sujets a ta portée,les vêtements,parfums et autres inutilités qui concernent la bobo que tu es…là tu radotes sur un sujet qui te dépasse et qui t’es visiblement inconnu…

  18. Fanturi

    houla. c’est quoi cette derive sur l’esclavage.
    La prostitution est un service. Il y a une demande dans un domaine et qqn y répond.
    Elles (ou ils) sont payés pour rendre un service.
    Après que tu considères ça comme n’étant pas « valable » c’est ton opinion.
    On peut aussi débattre de la réalité de la chose à notre époque mais c’est un autre débat.

    Pour l’argument « les prostituées ne le veulent pas ». Quelles sont exactement leurs réticences ?
    Je ne suis pas sur qu’elles voient les solutions dans l’ensemble mais plutot sur ce qu’elles pensent connaitre des maisons closes.
    Soit ce qui existaient avant, à une autre époques, ou les moeurs étaient différents (ne serait-ce que le statut des femmes par exemple) ou dans un autre pays mais qui n’a pas été jusqu’au bout du concept.
    Je ne m’y connais pas trop la dedans mais est-ce qu’il existe un pays démocratique qui a légalisé la prostitution, lui a donné un statut de travailleur/empoyé avec une couverture social et des congés payés ?
    Vu comment est perçu le sexe à notre époque j’en doute mais sait-on jamais…
    Je ne pense pas qu’on puisse réellement savoir ce que donnerait tel ou tel système sans l’avoir testé.

  19. Valérie (Auteur)

    Ice-tea : critiquer c’est bien. Donner son avis c’est mieux. Si je n’y connais rien et que toi si, je n’attends que toi pour m’instruire.
    Si par hasard tu es abolitionniste, en effet ca va être dur de s’entendre.
    Rod. Si par là tu veux dire que toutes sont sous la coupe d’un mac, c’est faux.
    Si tu sous-entends qu’elles ont été obligées par des contraintes économiques, c’est sans doute vrai. Néanmoins il est aussi bon d’écouter la parole des prostituées.
    On peut décider pour des raisons x ou y de vendre un service sexuel. Il y a une notion de choix la dedans dont il faut tenir compte. Un choix parfois réduit, on est d’accord. Mais un choix quand même.
    Voici un lien vers un groupe de prostituées : http://www.lesputes.org/
    Je ne partage pas toutes leurs positions ; mais une bonne partie.
    Fanturi : disons que je ne vois pas pourquoi toi et moi saurions mieux qu’elles ;). Leur réticence vient souvent – pour celles avec qui j’ai discutées évidemment – du fait de perdre une partie de liberté, tout simplement. Là ca serait un « non choix » ; soit tu bosses dans un bordel – et donc tu revers du fric au tenancier – soit tu ne bosses pas.
    La question de rod se pose evidemment. Certains considèrent par exemple que tu ne peux pas faire le choix conscient et délibéré de vendre du sexe , que ca vient d’une rupture psychologique à un moment de ta vie (viol, inceste etc) ou que si tu le fais c’est que tu n’a pas d’autre choix (économiques par exemple).

    (désolée j’essaie de faire court et pas mes pavés habituels).

  20. Val: quand je dis hotel, c’est bien un endroit ou tu arrives pour boire un coup et tu choisis avec qui tu vas le boire, et elle te montre la chambre ou tu vas le boire. Et forcément, oui, il y a un patron. Par contre là où je suis plus trop d’accord avec toi, c’est que, si je te comprends bien, tu sous-entends que dans la rue, les prostituées sont autonomes, sans mac… J’en doute. Il y aura toujours un connard pour mettre la main sur ces filles là.

    Pour femme oui, parce que, comme dans ton billet, on ne parle que des femmes prostituées, mais il existe aussi les hommes.

    Pour être allé une seule fois dans un bordel, l’expérience que j’en ai eu est foncièrement faussée puisque je n’y suis pas allé pour baiser. J’ai malgré tout tapé la discut avec une des filles, et bien sûr j’ai dit que c’était dommage qu’elle fasse ça blablabla, mais apparemment, comme tu le dis, de par la « facilité » de paiement, et le « salaire », il n’y avait pas photo.

    Je rejoins un peu Fanturi sur la deuxième partie de son commentaire. Et je vais même plus loin: si c’était légalisé, peut être que le support donné par les autorités ferait que ce travail ne soit plus considéré comme dégradant, mais bien comme un travail en tant que tel, avec une legislation sur les conditions de travail.

    Bon, j’ai assez dit de choses sérieuses pour aujourd’hui.
    Sinon, pour ceux qui ont déjà pratiqué, ça fait quoi de payer pour baiser?

  21. Débat super interessant. Valérie, si tu organise une soirée (dans un café, par ex) pour en débattre, j’en serais. J’étais pour avant de lire ton billet, mais c’est vrai qu’au vu de tes arguments, je vois ça différemment maintenant (ça me fais juste chier d’écrire un commentaire long).

    @Rod : Arguments crus mais intéressants aussi. J’aimerais beaucoup en discuter.

    Plusieurs arguments :
    1. Les call girls ne sont pas toutes mécontentes de leur sort (notamment parce que le côté « luxe » de leur métier fait qu’elles ont plus ou moins le choix d’accepter de coucher ou non).
    2. Pour ce qui est des bordels, avec le/la patron peut vouloir gagner plus en augmentant sa qualité de service (propreté, beauté des filles, beauté des chambres) sans forcément passer par plus de positions (et puis le patron peut aussi agrandir l’offre en se diversifiant : proposer des choses autres que l’acte sexuel : massages & co). Bref : en allant vers plus de qualité et de standing, les patrons peuvent gagner plus sans forcément devenir encore plus truands.

  22. Valérie (Auteur)

    « tu sous-entends que dans la rue, les prostituées sont autonomes, sans mac »
    non, du tout.
    Déjà je ne parle pas des prostituées sous contrainte qui est pour moi un autre sujet. je dis juste que les prostituées que je connais qui militent pour une legalisation de l’activité ne veulent pas du bordel. Rien de plus.

  23. aaaaaaaaaah, ben voilà.
    Ça y est, je comprends maintenant.
    J’avions point vu que tu ne parlais que des prostituées « non sous contraintes ». D’où la logique des propos.
    Certes, vu sous cet angle, c’est comme si je te disais: ton blog que tu fais tout seul, pour pas avoir de virus et de hacker qui viennent te le bousiller, ben tu me paies et je te protège et te garantis un flux de visites permanent. C’est pas ce que tu veux, puisque tu veux juste qu’on te laisse dire toutes les conneries que tu as envies sans risque.
    (je ne sais pas si ma métaphore est aussi compréhensible que je le crois)…
    M’enfin bon.

  24. Valérie (Auteur)

    « toutes les conneries que tu as envies sans risque. » ahah oui ca c’est moi :o)

    (sisi la métaphore me semble juste).

  25. Rod

    houla. c’est quoi cette derive sur l’esclavage.
    La prostitution est un service. Il y a une demande dans un domaine et qqn y répond.
    Elles (ou ils) sont payés pour rendre un service.
    Après que tu considères ça comme n’étant pas “valable” c’est ton opinion.

    C’est drole, on sortait la meme chose durant la traite des noirs. Apres tout, bosser dans des conditions honteuses, ils l’avaient bien mérités ces putains de noirs qui n’avaient rien demandé à personne et qu’on a exporté pour que les blancs profitent « DE LEURS SERVICES ».

    Mon dieu, mais y en a ici qui ne devraient plus poster. La prostitution un service … la vache.

  26. Rod

    « Pour ce qui est des bordels, avec le/la patron peut vouloir gagner plus en augmentant sa qualité de service »

    mais c’est bien connu : les putes sont syndiquées, et les macs sont des patrons qui déclarent leurs impots au fisc.

    Je suis en train de vivre un épisode Bisounours en fait :)

  27. Fanturi

    faut arreter de defoncer des portes ouvertes.
    tous le monde sait que les nazis sont les mechants etc etc.
    maintenant premièrement tout n’est pas blanc ou noir.
    Et deuxièmement ce n’était pas le sujet du débat ici. On parle d’un concept et de la validité de ce concept.

  28. Bisounours version hardcore.
    Grosjojo qui encule Groschéri, pendant Grosveinard récolte la tune.

  29. Valérie (Auteur)

    rod, zen :).

  30. Rod

    Non mais ca me fait marrer ceux qui theorisent sans etre touché par le probleme. Sa soeur sucerait des bites à longueur de journée pour 10 euros, quelque chose me dit qu’il ne prononcerait pas « c’est bien ma p’tite soeurette, tu leur rends service ».

  31. Soul'Sun

    ‘tain c’est long de tout lire.

    Mais je vais juste donner mon avis sur certain comentaire.

    Pas de Péripatéticienne = création de violeur = « Lol »

    Ce qui differenciera 2 bordel c’est pas l’hygienne mais les « plaisir » qu’on y trouvera, la nature humaine est de tel sorte que certain sont plus crades les uns que les autres…
    Alors Pour des « Bordels » dirigée par les prostitué elle même comme s’il s’agissait d’une profession libérale, avec une certaine « légalisation » de fait de la profession. Tout autre solution risque forcement une dérive … (déja que je ne suis pas sur que ma solution ne pose pas de problème :o )

  32. N’est il pas envisageable de monter des bordels autogérés, à savoir toutes les putes sont actionnaires à part égale, aucune personne extérieure ne peut être actionnaire, etc. ? C’est peut être une solution.

  33. ben double post du coup j’avais laissé la page ouverte avant de finir de lire les coms…

  34. Rod

    « N’est il pas envisageable de monter des bordels autogérés, à savoir toutes les putes sont actionnaires à part égale, aucune personne extérieure ne peut être actionnaire, etc. ? »

    la c du pur bisounours. Mais tellement la meilleure solution.

  35. Soul'Sun

    Non mais le Statut de « Profession libérale » ça vous plait pas au même titre que je vais voir une diététicienne, un médecin, un acuponcteur, on ira voir notre prostituée pour le bien de notre libido ? :o

  36. jipe

    Faut laisser faire N.S., a l’allure des licenciements, des maisons (entreprises) closes, y en aura des tonnes

  37. Valérie (Auteur)

    « Non mais le Statut de “Profession libérale” ==> si c’est ce que je souhaite.

    rod. il pense strictement la même chose que moi et tu ne m’as pas insultée donc zen. bis.

  38. Rod

    Si tu peux me notifier l’insulte, j’en serais fort aise.

  39. en même temps quand un mec qui écoute du cocoon me qualifie mes idées de bisounoursesques, je rigole doucement.

  40. Rod

    Ah j’ai oublié que les cérébrolésés avaient cette faculté propre à leur déficience d faire des raccourcis à 2 balles. C’est vrai que la comparaison tient pleinement la route. On va dire chut.

  41. T1T1

    C’est peut être moins drôle, mais c’est aussi intéressant. Je suis d’accord avec toi sur les bordels.
    Qu’est ce que tu entends exactement par contrainte ?
    Est ce qu’à partir du moment où l’on favorise la prostitution sans contrainte on ne va pas favoriser la prostitution sous contrainte avec des filles qui, bien que sous contrainte, auront intérêt à faire croire qu’elles ne le sont pas (toxicomanes, …). Je ne suis pas mafieux, mais j’imagine qu’ils sont malins et pourraient trouver des failles à de telles lois.
    Est ce qu’il y a un pays où ce que tu proposes est fait (et si oui connaît on les résultats en terme de sécurité des prostituées) ?
    Pourquoi n’es tu pas pour l’interdiction, c’est pas plus simple ?
    Désolé, ça fait plein de nouvelles questions (pas besoin de faire un post pour chaque).
    Sinon, l’histoire de Lousia c’était dans le Nevada pas au Texas.

  42. Soul'Sun

    l’interdiction ? sans intérêt la prostitution ne disparaitra pas pour autant elle sera juste moins visible, donc encore plus de risque pour les prostitués.

  43. J’ai demandé à une personne prostituée que je connais des infos en sus.
    L’angleterre vient de permettre les bordels autogérés : en gros tu travailles à 3 ou 4 dans un appart comme ca tu es tranquille. Bon il y a tjs un intermédiaire comme la personne qui distribue les tracts de pub. (ce que mon ami n’aime pas, ne voulant pas d’intermédiaire).
    Voici ce qu’il me dit « Surtout qu’ensuite la façon dont est définie le proxénétisme entrave en fait toute organisation du travail sexuel même pour soi même. Donc même si on devrait pouvoir faire notre pub nous mêmes par nos propres moyens, avoir notre propre studio, pouvoir migrer librement etc, dans les faits la loi nous pose des entraves et on est obligées de passer par des proxos. Et de 3 le droit commun n’est pas applique et le proxénétisme est juste un moyen de mettre les putes a part du droit commun en nous « protégeant » d’une façon particulière et non comme tous les citoyens. »
    T1t1 : contrainte = via un réseau, un mac. Oui ca peut favoriser. C’est aussi ma crainte – même si je ne vois pas d’autres solutions – tant le marché du sexe peut rapporter de l’argent. Mais ce qu’on teste – actuellement prohibitionnisme – a juste conduit les prostituées sans contrainte à être dans la merde (au niveau sécurité, financier etc). les files sous contrainte n’iront pas si elles en avaient le courage, dénoncer les proxos chez les flics qui les arrêtent déjà 50 fois par jour pour mettre des amendes.
    « Est ce qu’il y a un pays où ce que tu proposes est fait (et si oui connaît on les résultats en terme de sécurité des prostituées) ? »
    Je n’en vois pas. J’aurais dit belge et Pays bas mais si mes infos ne sont pas datées, en hollande, tu ne peux avoir de compte en banque, la majorité des filles en vitrine sont étrangères (donc louche) et tu surpaies ta pièce. En plus la vision de touristes hilares, qui font des blagues pourries devant les vitrines m’a traumatisé qq peu.
    « Pourquoi n’es tu pas pour l’interdiction, c’est pas plus simple ? » + 1 sur SS. C’est un peu le système actuel français. Ca a juste mis en danger les prostituées.

  44. rod ça te ferait du bien de réduire quelqu’un en esclavage sexuel de temps en temps, rapport à ta zenitude et à ta façon de me parler.

  45. Soul'Sun

    Le système Belge pour la prostitution est assez particulier et les vitrines sont souvent ( en tout cas a Liège,) des Bar ou travaille plusieurs protituées, il est d’ailleurs assez cocasse d’y voir des annonces « Recherche serveuse » sur la devanture, a coté de cela tu retrouve aussi quelques prostituées dans les rues prêtes a un peu n’importe quoi pour avoir le fric nécessaire a payer leur dose … :/

    @Valérie si tu ne veux pas m’appeler SS appelle moi le singe ;) ( bon OK c long à écrire mais bon :p )

  46. Bôôh

    « Ecouter les personnes prostituées. ce ne sont pas des mineurs, ni des incapables, ni des abrutis, ils sont aptes à dire ce qu’ils souhaitent. » Demander à des prostituées ce qui serait le mieux pour elle ?! Et après on irait demander aux profs comment ils voient l’éducation et ça finirait par vouloir faire voter les gens ! Mais quelles idées saugrenues !

  47. Valérie (Auteur)

    SS ; pkoi le singe ? (et je t’appelle SS parce que c’est court, donc là ca perd tout intérêt).
    Booh :))

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire