La mode, les enfants et Gap épinglé

Vous souvenez-vous de l’affaire Gap ? La compagnie de vêtements avait été accusée de faire travailler, en toute connaissance de cause, des enfants dans ses fabriques délocalisées dans des pays du tiers-monde. L’humour anglais s’en est emparé, et ça donne ce titre d’Onion News :

Question 1 (pour les intellectuels et les empatiques) : Jusqu’au pouvons-nous invoquer la culture et la misère de ces pays pour mieux faire passer le travail des enfants ? Est-ce que notre éthique occidentale étriquée est à ce point aveugle qu’on ne puisse pas imaginer qu’en attendant que ces pays se développent, par eux-même ou grâce à l’aide internationale, il faut que tous les membres d’une famille, même les enfants et les vieillards, travaillent pour subvenir à leurs propres (et seuls) besoins alimentaires ?

Question 2 (pour les flemmards) : Aimez-vous l’humour anglais ?

Lousi@, la fille qui aime enquiquiner vos neurones.

7 commentaires
  1. Rod

    l’humour anglais = le best. Quoique les pays nordiques, c pas mal non plus (cf Adam’s Apple)

  2. Lucie Béluga

    ce perroquet est mort.
    mais non, c’est un norvégien bleu, il fait la sieste.

  3. Happy_Wizard

    J’adooore l’humour anglais. Bien sûr il y a le perroquet mort, mais le bureau des engueulades/contradictions n’est pas mal non plus. :)

  4. i can’t get enough…

  5. je ne dois pas aimer l’humour anglais… car je n’ai vraiment pas vu où il y avait de l’humour dans le reportage !! :-(

  6. unkle16

    faut surtout leur expliquer que la prostitution ca rapporte plus.

  7. Lucie Béluga

    I cut down trees i wear high heels just like my deaaaaaaar papa

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire