UNKLE – War stories

war-stories.jpgÇa faisait longtemps qu’un album n’avait pas retourné son auditoire comme cela. Longtemps qu’il ne l’avait pas happé instantanément, dès la première écoute. Comme n’importe quelle ritournelle pop radiophonique, mais avec le sentiment supplémentaire qu’il va rester dans le temps, comme un grand album. C’est pourtant bel et bien ce qu’UNKLE vient de produire : un vrai grand album. D’autant plus grand, qu’on n’attendait plus rien du supergroupe de James Lavelle depuis son décevant second album Never, never land et le départ de DJ Shadow.

Comme quoi il faut toujours se méfier de ceux qui savent se réinventer. Au point même de prendre le micro pour la première fois et en plus avec talent. Le patron de Mo’Wax n’a toutefois pas renoncé à parfaire un incroyable casting : 3D de Massive Attack (qui signe aussi la pochette), Ian Astbury de The Cult, Josh Homme de Queens Of The Stone Age et leur excellent producteur Chris Goss. Autant dire que les guitares sont de sortie et viennent se greffer à une production tranchante et ciselée, nullement laissée au hasard. Le résultat pourrait même parfois faire penser à un certain Bow down to the exit sign d’un autre superproducteur David Holmes. Un troisième épisode de la péripétie UNKLE captivant, inventif, intense et incontournable.

Chronique également publiée sur Good Karma

2 commentaires
  1. RoboTux

    Et c’est même pas unkle qui écrit cette news ?

  2. Je suis fan.
    Cela dit, j’ai aussi aimé le précédent, donc bon…

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire