Maître Capello me manque !

Je sais. Je suis une psychorigide de la langue française. Je sais. Je suis une vieille enfermée dans un corps de jeune déesse :) Je sais. Maître Capello me manque.

Je n’y peux rien. C’est plus fort que moi. Dans le métro, la rue, au bureau, à la maison, chez des amis, à la radio, à la TV… Ca me rend dingue (déjà, que le C cédille en majuscule ne fonctionne pas sur l’admin de Pingoo me rend dingue, putain !). Je disais donc, ça me rend dingue. Je trépigne, je ronchonne, cela m’exaspère.

 » Je ne peux pas me payer les fringues que j’ai envie  »
 » Les choses à laquelle je pense  »
 » Le portable à ma soeur  »
 » Si j’aurais pu faire des études, j’aurais choisi linguistique française  »

RAAAAHHHHH (et pas  » Lovely « ).

DONT. AUXQUELLES. DE. SI J’AVAIS.

La pétasse du métro, le journaleux qui a eu son diplôme dans une pochette surprise, la mère de famille à la boulangerie du coin… Quand j’entends toutes ces fautes de français, récurrentes, passées dans le langage courant, acceptées par tous, je ressens l’envie irrépressible d’arracher lambeau par lambeau la peau de celui ou celle qui les commet.

Sans parler du syndrome Chirac. Mais siiiii ! Souvenez-vous ! Avant lui, personne ne s’obstinait à faire des liaisons qui n’avaient pas lieu d’être !

« Je faiz toute mon possible pour l’avenir de la corruption en France. Il deviente nécessaire que nous nous tirionz de là. »

À présent tous les journalistes ont repris ce tic verbal.

Partout, le français s’échappe, se déconstruit et pas forcément pour mieux se reconstruire, s’élude, s’oublie comme une vieille grand-mère poussièreuse qui aurait besoin de couches culottes.

L’un de mes proches m’oblige même à recourir au dictionnaire pour lui prouver que certains mots ou expressions que j’utilise existent réellement !! En vrac, j’ai été contrainte, ces dernières semaines, à me justifier à propos de : pousser des cris d’orfraie, gynécée, effarouché…

Voilà où l’on en est. Mise au ban de la société, montrée du doigt, être la risée de mes propres amis parce que je me paie le luxe de parler correctement ma langue maternelle :))

Victor Hugo disait :  » Car le mot, qu’on le sache, est un être vivant. »

Ce pauvre homme serait mort d’une crise cardiaque à la vue de tous ces assassinats verbaux quotidiens !

36 commentaires
  1. Bien dis ma poulle !
    C’est vrai qu’a la lecture de certains journals, on peut ce posé pas mal de question !

    (Wesh wesh)

  2. Broz

    Ah non. Autant je comprends l’irre de Pénélope en ce qui concerne les fautes ("DONT. AUXQUELLES. DE. SI J’AVAIS.") (tiens, c’est joli comme expression, "dont auxquelles que si j’avais"), autant je trouve formidable, Pénélope (vous permettez que je vous appelle Pénélope ?) que vous ayiez eu à ouvrir un dictionnaire pour enseigner des tournures verbales, des expressions, des mots, à Papy Gérard (ou tout autre heureux destinataire).

    La langue s’apprend ; la négliger est vil (et non sans conséquences), l’enseigner est noble.

    Et croyez-moi, je suis sensible au problème : j’habite en Alsace, où la faute de grammaire ou de syntaxe est considérée comme un aimable particularisme local auquel il est de bon ton de sacrifier.

  3. Sarou

    A qui le dites-vous ma bonne dame…
    Il y a peu de temps de cela, j’ai décliné une invitation lancée par quelqu’un qui ne connaissait pas le sens du mot "onanisme".
    Où va-ton?

  4. xartas

    euh pingoo un journal des journaux sa la fou mal sur ce topic lol

  5. Sarou

    Diable, un faute d’orthographe :

    Où va-t-on?

    Je m’auto-flagellerai 15 fois avec une branche d’ortie!

  6. Sarou

    UNE faute d’orthographe.
    ‘tain, ça se voit qu’on est vendredi!

  7. xartas: Non non, on dit bien "des journals".
    Tu confonds je pense. Vérifie, tu vas voir.

  8. Beeennn

    Alors là, merci ! merci de tout mon coeur pour ce coup de gueule que j’essaie difficilement voire vainement de relayer !!
    Je croyais qu’il n’y avait plus qu’un ancien pote de promo’, ma grand-mère (et à cela s’arrêtera leur unique point commun) et moi-même qui tenions ce genre de discours.
    D’accord également avec "Donzelle Penelope" (ndb : non là, ‘faut p’t’être pas pousser tout de même!) pour trouver plus qu’anormal d’être obligé de se réduire à apporter aux incultes un dictionnaire pour leurs montrer l’étendue de leurs bassesses. Et encore, quand le dictionnaire suffit…Croiser ce genre de "bête" plus souvent dans leur vie leur aurait fait plus de bien que de mal, j’en suis sûr.
    Bon, je vais m’arrêter là parceque plus j’en écris, et plus j’augmente mes chances de faire des fautes…;-)

  9. Julien

    On dirait Claude Allègre en fait.

  10. Ca m’est arrivé plusieurs fois de rencontrer des filles charmantes jusqu’à me rendre compte qu’elles parlaient/écrivaient en SMS dans la vie courante. Il va sans dire que ça jette un froid. Un blizzard même, quand on défend ardemment la maîtrise de sa propre langue. Si seulement les jeunes arrêtaient d’étudier des bouquins vieux de 500 ans et se remettaient à apprendre à lire et écrire d’abord..

  11. lechil

    Je déteste le langage SMS et je suis plutôt favorable à une "certaine protection" de la langue française MAIS je tiens à préciser que c’est une langue VIVANTE, et comment peut-elle vivre cette langue sans certaines "erreurs" ?
    Le problème avec les exemples d’erreurs mentionnés par Penelope est qu’ils ne perturbent pas le moins du monde la définition du mot « langue » : « système d?expression et de communication commun à un groupe social » (Le Petit Robert). Tout est là ! La langue française, comme toutes les langues, est avant tout un OUTIL DE COMMUNICATION. Ainsi, je considère que toute lé éreure ki ne perturbe pa le sens du méssage ne sont pas vraimant inportante (là j?abuse un peu peut-être ? ; excusez-moi, mais j?aime bien parfois m?amuser avec les mots?bein oui, ça reste des mots, épatant, non?!). La preuve est que je suis sûr que vous pouvez corriger les fautes de ma phrase précédente… donc vous l’avez compris… et le message est passé !
    Bref, faire des fautes c’est plutôt une bonne chose pour la vivacité de la langue française ! et je pense qu’il y a un contre-sens vis-à-vis de la citation de Victor Hugo citée, non?

  12. Mr Bungle

    "mise au BAN de la société", si je puis me permettre, chère Penelope…

  13. Mr Bungle again

    Et pour répondre à Lechil, je pense que ce qui gêne Penelope, c’est la démarche.
    Je m’explique : les bourreaux de la langue française d’aujourd’hui ne sont hélas pas des petits esprits vifs et malins cherchant à s’amuser avec la langue française comme on s’amuse à déconstruire un Lego pour le tordre dans tous les sens, mais plutôt des jeunes branleurs pour qui "intello" est une insulte, et qui ont placé l’illettrisme en summum de la coolitude absolue.
    Beurk.

  14. Mr Bungle once more

    Je finis (car jamais deux sans trois) en vous conseillant une chanson méconnue mais pourtant assez hilarante du grand Serge (Gainsbourg, évidemment) sur le sujet, et qui s’intitule "En relisant ta lettre".
    Voili voilou.

  15. rabajoie

    Moué je ne suis pas sûr qu’au temps de Victor Hugo toute la populace parler correctement la langue non plus, mais bon c’est vrai que bien hélas on perd trop de notre langue, à en oublier des mots et expressions qui font de notre langue française une langue si riche et nuancée.

  16. LORDYY

    @Penelope

    Tout à fait d’accord avec toi.

    D’ailleurs tu as fait une belle faute :

    "Mise au banc de la société"

    BAN pas BANC.

    lordy

  17. Rakham

    Pénelope pourrait presque voter à droite !
    Continues, t’es sur la bonne voie…

  18. Seb

    tout lemonde l’a relevé celle la, je crois ^^

  19. funkyss

    relevéE

  20. lechil

    @Seb: bein, non ! pas moi :-))
    Tant que je comprend la phrase, j’ai une très forte tendance à ne pas voir les fautes !
    @Mr Bungle: la langue française n’appartiens pas plus aux "intellos" qu’aux "jeunes branleurs"… et un peu paradoxalement ceux sont ces derniers qui sont les vrais moteurs de la vivacité d’une langue ! Mais je peux comprendre la réaction d’énervement des "intellos" (dont je fais surement parti… mais sans m’énerver!) vis-à-vis d’un illusoire saccage de leur langue, car c’est un phénomène plutôt naturel et humain: plus tu passes du temps à bien maitriser un outil selon des règles précises, plus c’est énervant de voir quelqu’un d’autre se servir de ce même outil d’une manière plus spontanée… même si cette manière là est tout aussi efficace que le manière conventionnelle !

  21. additif

    @lechil : "tout aussi efficace" ?
    Quelle bonne blague… quand on arrive au point où il faut lire les syllabes à haute voix pour comprendre une phrase, et encore, je ne parle même pas des contresens possibles…

    Comme le disais Desproges :
    "Ou kilé li misée di Lôvre ?
    – gynécée pas."

    extrait de l’excellent "Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis".

  22. lechil, la langue c’est aussi un art. entendre ou lire "oui mais on comprends" m’exaspère.

    Mais surtout, la pensée que l’on développe n’est jamais qu’aussi profonde que le languge que l’on utilise pour l’exprimer.

    Un langage pauvre, c’est une pensée pauvre. Une pensée complexe ne s’exprime pas (et surtout ne se pense pas !) avec un vocabulaire de 300 mots.

  23. Happy_Wizz

    Pingoo: Ha ha! D’humeur taquine aujourd’hui, non?

    xartas: Si c’est la seule faute que tu as relevé dans le commentaire de Pingoo je te conseille de te faire relire quand tu écris un courrier officiel…

    Pénélope: ne désespère pas, nous aussi ça nous écorche les oreille d’entendre certaines personnes parler. Mais pour reprendre ton image des assassinats verbaux, je dirais que ce qui ne tue pas rend plus fort.

  24. lechil

    @additif: je ne faisais aucunement référence ici au langage SMS mais simplement au français avec quelques fautes par-ci par-là. Le langage SMS est simplement une AUTRE langue (si, si, ça reste dans la déf. du mot langue) que chacun est en droit d’utiliser ou pas. Pour ceux qui font parti du "groupe social SMS", c’est aussi efficace que le français, mais bien entendu cette efficacité est en rapport avec le type de message (tu va pas faire une dissert de philo en language SMS).

    @zlurg: "la langue c’est aussi un art" désolé de te contredire mais la langue est avant tout un outil !… qui peut bien sûr permettre les formes d’art telles que la poésie, la prose, etc… mais je ne vois pas cela comme un art en soi (d’ailleurs, le Petit Robert ne mentionne à aucun moment la notion d’art à l’entrée ‘langue’).
    Par contre, je suis entièrement d’accord avec le reste de ton com. Je ne défend surtout pas une simplification du langage et un abrutissement qui en découle (ou l’inverse)… mais simplement un certain "droit aux fautes" VIV LES FOTES :-))

  25. avant tout un outil certes, et aussi le plus bel outil de l’artiste. (selon mes goûts).

    Une idée bien amenée, une belle réthorique, je trouve ça beau.

    Enfin le principal reste d’avoir assez d’aisance pour exprimer des idées complexes.

    Les fautes ne me choquent pas plus que ça, qd il s’agit de coquilles, ou d’étourderie manifeste.

    Les "j’ai bien aimais le film au sinema" me rendent violent, et surtout malade d’en arriver à partager (presque) l’avis de la vieille sur "les jeunes d’aujourd’hui"

  26. Tafay Flop

    À Mr Bungle,
    Soyons sérieux, la langue française que nous employons aujourd’hui n’est poins la langue des littéraires du XVIII° siècle, pas plus que la langue employée du XVIII° siècle n’était celle des littéraires du XVI° siècle.
    Le fait est que c’est la langue populaire qui reste et non celle des esprits.
    Cette langue des illettrés d’hier est donc celle que vous employez avec tant d’honneur aujourd’hui et la langue de nos illettrés et de nos "branleurs" sera celle employée le siècle prochain.
    C’est un fait qui ne peut-être changé à moins de frapper de mutisme toutes ces personnes.

  27. Penelope (Auteur)

    Bien. Je vais donc corriger ma faute d’orthographe.
    Pour répondre aux critiques, je ne parlais pas dans ce sujet de fautes d’orthographe mais bien de syntaxe, qui, à force de déconstruire le langage, ébranle la langue même et amène doucement mais sûrement vers l’incompréhension et l’impossibilité de communication avec autrui.

    DONC, pour Lechil et les autres : il n’y a aucun contresens avec la citation de Victor Hugo. La vivacité de la langue passe par sa distorsion parfois, au bénéfice de la création, par l’invention de nouvelles formes d’expression, de nouveaux mots, de la poésie, etc…

    Mais certainement pas par la destructuration d’une langue qui ne mène qu’à une forme de stérilité linguistique et pas de renouvellement.

  28. RoboTux

    Tiens je ne connaissais pas "gynécée" par contre, je vais m’empresser d’aller voir dans le dictionnaire.

    Soyons sérieux, il y a enrichir la langue (les mots valises par exemple) comme peut le faire un San Antonio et il y a tuer la langue comme le font ceux qui parlent en langage SMS dès qu’ils utilisent un clavier. Honnêtement, même avec l’habitude le langage SMS reste toujours plus fatiguant à lire et n’apporte absolument rien. La création de nouveau mot, la suppression de certaines typographie (comme par exemple l’abandon de l’accent circonflexe à chateau) ne me pose aucun problème. Au contraire, il simplifie la langue sans lui enlever quoi que ce soit. Au final cela permet une meilleure adoption de la langue sans sacrifier à sa qualité. Par contre certaines syntaxes sont des hérésies.

    Pour revenir encore un peu sur le SMS, je suis d’autant plus lassé par ce genre d’écriture que la plupart du temps le SMS est loin de faire 150 caractères et aurait pu tout aussi bien être écrit correctement, dans un temps aussi court grâce à l’écriture intuitive.

    Enfin, concernant le problème de syntaxe/grammaire que soulève Pénélope est encore plus gênant car il choque même à l’oral. Le "avais/aurais" est un grand classique qui ne cesse de me détruire l’oreille personnellement

  29. Hasil Adkins

    Pour appuyer Tafay Flop Vous remarquerez que le verlan est désormais bien accepté (meuf, pécho, etc) et qu’il ne vient pas d’un langage "intello". Toutefois je ne pense pas que l’on puisse limiter la "langue qui reste" à la langue populaire, elle est le fruit d’un mélange entre les toutes les langues vernaculaires (tiens vous chercherez ça dans votre dico) de la société.

  30. khifran

    " ‘enculer’, anagramme de ‘lucerne’ "
    Rien n’échappait à ce cher Maître… =)))

  31. Gus

    Monsieur Capello je l’ai croisé une fois au marché du dimanche matin vers Alesia (Paris XIV° pour le non-parisiens) il y a quelques 5 ou 6 ans…

    Je l’ai reconnu à la voix et quand je me suis retourné j’ai vu une espèce de vieille loque qui puait la vinasse, un mec que si je n’avais pas reconnu la fameuse voix des "Jeux de 20 heures", j’aurai cru avoir à faire à un clochard.

    Voilà pour l’anecdote… Fabuleux non ?

  32. Dreamer

    Plus mille !!!

  33. franz

    Pour paraphraser Jacques Salomé « un [post] a toujours deux auteurs, celui qui l’écrit et celui qui le lit »

  34. Nil-the-Frogg

    Je ne sais qu’ajouter à ce qui a déjà été écrit, si ce n’est pour préciser que je suis tout à fait d’accord avec le propos de Pénélope.

    Ce n’est pas tant la modification de la langue qui pose problème (encore que la quasi impossibilité de se comprendre, à l’occasion, ne soit quand même pas un détail), mais surtout son apauvrissement. Il me semble que ce sont le sens de la nuance et les enchaînements logiques qui en pâtissent le plus.

  35. Domingo

    allez je remets cent francs dans le nourrin !

  36. mompart

    bonjour,
    je pousse un « ouf » de soulagement car je me sentais un peu seul face aux énormes fautes de langage qu’on entend désormais partout !
    (Les journaux écrits ne font pas exception à la règle!)
    J’adore la langue française et cela me désole qu’on la maltraite à ce point,

    amicalement,

    ERIC

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire