Hannibal, miam !

Avide de sang frais, énervée jusqu’à la moëlle par le monde environnant, je me suis dit que d’aller voir un gars qui bouffe des gens, ça me détendrait un brin ! Et puis j’aime bien aussi ce principe selon lequel on tente de comprendre pourquoi un personnage est un jour devenu « monstrueux ». Je suis donc aller me glisser entre les dents acérées d’Hannibal Lecter, les origines du mal.

L’histoire, je ne vous la raconte pas, surtout si vous souhaitez aller voir le film ou lire le livre qui vient de sortir chez Albin Michel… En bref, on suit Hannibal de son enfance au sortir de l’adolescence et on comprend pourquoi il a souhaité un jour bouffer des joues en brochettes. D’ailleurs, les joues, il les bouffe aux champignons des bois, à la broche, ou crues, j’ai même pensé que ce serait sympa de faire un bouquin des recettes d’Hannibal L. !

Enfin bon. La vraie question serait : « est-ce que le petit Gaspard est à la hauteur de son rôle ? ». Moi, personnellement, j’ai apprécié le côté lisse, gueule d’ange, impassible et raffiné de l’acteur. Notamment son anglais, très « Oxford », très pinçant. Le décalage entre cet aspect du personnage, tellement doux et calme en apparence et son délire cannibale me fascine. Ceci dit, une amie avec laquelle j’ai vu le film a attiré mon attention sur le fait qu’il n’était pas « surprenant ». Et ce n’est pas faux. Alors, il faut dire que la mécanique du film ne l’aide pas, c’est bien huilé, plutôt évident dans l’enchaînement, pas de surprises, on est vraiment dans l’intellect, façon tragédie grecque, on sait que tout le monde va crever et comment, donc pas de suspense. Dans ce contexte, le jeune Gaspard n’a pas réussi à moduler son jeu de façon à nous cueillir… C’est un bémol. Mais dans l’ensemble, je suis assez heureuse d’être allée voir ce film.

4 commentaires
  1. il a des critiques assez déplorables pourtant. D’autres l’ont vu et aimé aussi ?
    (a9 euros50 la place, ca devient de l’achat stratégique le ticket de ciné)

  2. J’ai aimé aussi. Je conseille la VO qui donne une froideur impressionnante au personnage, la voix de Gaspard Ulliel quand il parle en français étant plus douce (je trouve).

    En ce qui concerne la stratégie d’achat, je ne sais pas si j’y serais allée en devant payer (je suis abonnée – d’ailleurs je vous le conseille: 18?/mois, c’est ridicule comparé au prix d’une place), à ce tarif-là , je ne suis pas sûre que ce soit un bon investissement.

  3. rod

    moi qu’on me prenne par la main pour m’explique le "pourquoi du comment" … bof. D’une idee geniale, c’est devenu une franchise sans interet … et si y a bien un truc qui me gave, ce sont bien desormais les prequels.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire