Tabaimo, c’est bô !

Tabaimo est une artiste japonaise de renom et s’expose pour la première fois en France à la Fondation Cartier jusqu’au 4 février. Je sais, je suis à la ramasse, mais vous pourrez au moins vous rattraper sur le catalogue d’expo si vous n’y courez pas demain… Mais vous auriez bien tort !

D’abord parce que l’expo n’est pas très longue, donc on n’y passe pas la journée, et surtout parce qu’il s’agit d’installations vidéo pour l’essentiel, absolument surprenantes ! Je ne suis pas fan, d’habitude, de ce type de mise en scène, étant plus sensible à la peinture. Mais Tabaimo en fait un traitement tout particulier. Elle plonge le spectateur dans un univers en 3D, en le plaçant au centre d’un wagon de train composé de 6 panneaux (3 d’un côté, 3 de l’autre et nous au milieu), en l’allongeant sous une marée d’estampes japonaises…

Son style, à mi-chemine entre l’art traditionnel et le manga, forme un mélange troublant… On se retrouve face à des scènes de la vie quotidienne nippone, mais tès vite un glissement se produit, le bras d’un personnage tombe, on remarque un enfant pendu à la sangle à laquelle on s’accroche dans le métro sans que personne ne s’en préoccupe, une tête de femme, qui pourrait aussi bien être une méduse, un organe, on ne sait, se glisse dans le mouvement des vagues. Les accidents se multiplient et font sens. Tabaimo tente de montrer ce phénomène d’étrangeté qui la hante : « Une fois passé le filtre des media, les évènements sont transformés en simples informations dénuées de toute charge émotionnelle, et c’est ainsi qu’on les perçoit alors que ce sont des incidents graves qui créeraient des bouleversements extraordinaires s’ils se produisaient dans notre entourage proche. »

Cette fenêtre sur le monde moderne et l’ouverture qu’elle laisse à l’imaginaire, son aspect esthétisant, en font une oeuvre très touchante et que l’on a envie d’explorer plus profondément. Vivement une exposition de plus grande envergure !!

4 commentaires
  1. Très cool.
    Un peu tard mais bon, j’ai des nouvelles baskets je peux toujours y courir !

  2. rod

    de renom pour les afficionados … parce que le pecum dont je fais parti, il estime que de "renom" c’est un mec comme Miyazaki.

  3. Penelope (Auteur)

    Non, en fait, de renom dans son pays d’origine, au Japon :))

  4. Yoshiki-Pauline

    C’était une superbe exposition… Une expérience unique et surprenante…

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire